Supraconducteurs et Moteurs

14/01/2013
Publication 3EI 3EI 2010-61
OAI : oai:www.see.asso.fr:1044:2010-61:3361
DOI :

Résumé

Résumé : Le brevet lié à la machine asynchrone est déposé par le physicien serbe Nikola Tesla en 1887. Cela fait plus d’un siècle que son architecture est établie et semble immuable. En 1889, Michail Ossipowitsch Doliwo-Dobrolski, électricien d'origine russe, invente le moteur asynchrone triphasé à rotor à cage d’écureuil. Celui-ci sera finalement construit industriellement à partir de 1891. Une vingtaine d’années plus tard, le phénomène de supraconduction fut découvert fortuitement en 1911 par un étudiant en physique, Gilles Holst sous la direction du physicien néerlandais Kamerlingh Onnes. Ces deux découvertes sont centenaires et cependant, l’utilisation des supraconducteurs en suppléance des conducteurs en cuivre dans les moteurs électriques n’est qu’exceptionnelle. Les basses températures requises pour rendre la supraconduction possible ne sont que des éléments qui pénalisent leur utilisation. De plus, la réalisation de conducteurs utilisables dans les machines n’est guère aisée. Les matériaux sont nouveaux et pour certains équipements d’âge respectable, comme les moteurs asynchrones, l’utilisation exclusive de supraconducteurs parfaits conduirait à détruire les effets physiques qui sont responsables de leurs rotations. La présentation qui va suivre est basée sur l’analyse des documents relatifs à la supraconduction, les plus anciens ont quinze ans et les plus récents datent de 2008. L’objectif est de revenir sur les principes physiques mis en oeuvre dans les machines électriques et d’introduire pas à pas la problématique liée à l’utilisation des supraconducteurs.


Supraconducteurs et Moteurs

Métriques

892
125
934.1 Ko
 application/pdf
bitcache://35599924b32ab289fbe39ca412360d855b3a64c2

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1044:2010-61/3361</identifier><creators><creator><creatorName>Olivier Barre</creatorName></creator><creator><creatorName>Bellemain Napame</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Supraconducteurs et Moteurs</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2013</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Mon 14 Jan 2013</date>
	    <date dateType="Updated">Mon 25 Jul 2016</date>
            <date dateType="Submitted">Mon 15 Oct 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">35599924b32ab289fbe39ca412360d855b3a64c2</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>18673</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract">Résumé : Le brevet lié à la machine asynchrone est déposé par le physicien serbe Nikola Tesla en 1887. Cela fait plus d’un siècle que son architecture est établie et semble immuable. En 1889, Michail Ossipowitsch Doliwo-Dobrolski, électricien d'origine russe, invente le moteur asynchrone triphasé à rotor à cage d’écureuil. Celui-ci sera finalement construit industriellement à partir de 1891. Une vingtaine d’années plus tard, le phénomène de supraconduction fut découvert fortuitement en 1911 par un étudiant en physique, Gilles Holst sous la direction du physicien néerlandais Kamerlingh Onnes. Ces deux découvertes sont centenaires et cependant, l’utilisation des supraconducteurs en suppléance des conducteurs en cuivre dans les moteurs électriques n’est qu’exceptionnelle. Les basses températures requises pour rendre la supraconduction possible ne sont que des éléments qui pénalisent leur utilisation. De plus, la réalisation de conducteurs utilisables dans les machines n’est guère aisée. Les matériaux sont nouveaux et pour certains équipements d’âge respectable, comme les moteurs asynchrones, l’utilisation exclusive de supraconducteurs parfaits conduirait à détruire les effets physiques qui sont responsables de leurs rotations. La présentation qui va suivre est basée sur l’analyse des documents relatifs à la supraconduction, les plus anciens ont quinze ans et les plus récents datent de 2008. L’objectif est de revenir sur les principes physiques mis en oeuvre dans les machines électriques et d’introduire pas à pas la problématique liée à l’utilisation des supraconducteurs.
</description>
        </descriptions>
    </resource>
.