Parcoursup a-t-il amélioré l’orientation dans l’enseignement supérieur ?

20/10/2018
Auteurs : Bernard Ayrault
Publication REE REE 2018-4
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2018-4:23824
DOI :

Résumé

Parcoursup a-t-il amélioré l’orientation dans l’enseignement supérieur ?

Métriques

5
0
391.53 Ko
 application/pdf
bitcache://3c4f5398c21bbda048a809962b74dab1d7a5b53c

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2018-4/23824</identifier><creators><creator><creatorName>Bernard Ayrault</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Parcoursup a-t-il amélioré l’orientation dans l’enseignement supérieur ?</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2018</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Sat 20 Oct 2018</date>
	    <date dateType="Updated">Sat 20 Oct 2018</date>
            <date dateType="Submitted">Tue 13 Nov 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">3c4f5398c21bbda048a809962b74dab1d7a5b53c</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>39593</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

REE N°4/2018  143 L ’actualité de Parcoursup de- puis le printemps ne faiblit pas : plus de 800 000 jeunes ont affronté un dispositif an- xiogène, qui a même suscité la vente de ‘’bons CV’’ ! Cet été l’inquiétude des familles et des néo-bacheliers a été entretenue par les médias autant que par les lenteurs du dispositif. Et en ce début d’automne, le temps d’un premier bilan est arrivé, avec la constatation que la rentrée se déroule mieux que la précédente… Le dispositif, qui suscitait des craintes variées et des oppositions tenaces (Cf. les manifestations contre la sélec- tion à Paris-Tolbiac), aura fait preuve d’une robustesse et d’une efficacité auxquelles bien des universitaires ne croyaient guère. Avec une forte mobi- lisation, à tous les niveaux, le proces- sus d’admission dans les universités, aura contribué à promouvoir la pra- tique de l’orientation, trop souvent associée à l’idée de sélection. Les néo-bacheliers savent bien peu sur les métiers auxquels ils aspirent et les embûches qui les attendent : ceux admis en maths’sup ignorent beau- coup des métiers d’ingénieur mais au moins sont-ils statistiquement assu- rés d’avoir, quelque part, une place. En revanche les étudiants de PACES, de STAPS ou de psycho-sociologie qui représentent ensemble plus de 25 % des flux universitaires ignorent leur probabilité d’accéder à un métier, d’ailleurs méconnu ! Au total Parcoursup a utilement remplacé le dispositif APB, qui a som- bré en 2017 dans un piteux tirage au sort. Il a posé avec acuité un regard nouveau sur les enjeux sociétaux et partant politiques, de l’avenir de la jeunesse et de son insertion dans le monde du travail. La ministre Frédé- rique Vidal peut s’estimer satisfaite par le bon fonctionnement d’un dis- positif qui a concerné des millions de vœux, des centaines de milliers de jeunes et des milliers de filières et de cursus ! La quasi-totalité des for- mations a comblé les places offertes, parfois au prix d’efforts et de tensions estivales, et finalement il ne restait qu’un étudiant sur 1000 en attente de proposition. Frédérique Vidal a insisté dans sa conférence de presse de rentrée (dis- ponible sur le site du ministère) sur la démocratisation améliorée grâce à Parcoursup, avec par exemple la spec- taculaire augmentation des boursiers admis dans les CPGE parisiennes. Elle annonce des ajustements techniques pour augmenter en 2019 l’efficacité du dispositif, mais reste toutefois fort prudente concernant la transparence des algorithmes locaux qui doivent tenir compte d’impératifs tels que le pourcentage de boursiers ou l’ouver- ture géographique. L’accueil des titu- laires des bacs professionnels restera certainement une difficulté redou- table. A la hiérarchisation des vœux réclamée pour accélérer la conver- gence des affectations, elle oppose l’expression libre des souhaits, facteur de démocratisation. La hiérarchisation stimulerait aussi la concurrence entre les établissements, au détriment du caractère national des programmes et diplômes. Les aspects satisfaisants ne doivent toutefois pas occulter quelques points essentiels pour une orientation réussie ; formu- ler à 17 ans, des vœux de forma- tion présente des risques, tant les niveaux d’information et la maturité sont disparates ; notre société n’est pas ouverte au droit à l’erreur et nos structures universitaires sont mal adaptées à la réorientation… Une deuxième difficulté concerne la réussite universitaire après cette première orientation : le chantier de la réussite en licence ou en PACES (quatre étudiants sur cinq éliminés en deux ans) est moins médiatique mais plus difficile ! Souhaitons que l’assouplissement du numerus clau- sus et un rendement amélioré en li- cence produisent des effets rapides. 68 % des vœux émis par les ly- céens concernent des filières sélec- tives, qui garantissent, en cas de réussite bien sûr, une insertion pro- fessionnelle satisfaisante ; c’est le cas des grandes écoles (via les CPGE ou en admission directe après le bac), des BTS ou des IUT. Mais face à cette demande croissante, les filières publiques peinent à ouvrir plus de places et le privé capte de plus en plus d’étudiants. Parcoursup a vocation d’améliorer, avec la réforme du bac, la transition entre le lycée et l’université, mais la réussite des études supérieures reste un enjeu sociétal qui passe sans doute par un meilleur suivi des premiers semestres et une attention renforcée aux fondamentaux car la spécialisation trop précoce induit une sélection à la fois redoutable et cachée. Et après la licence, se posera la question d’une nouvelle orienta- tion (ou d’une sélection ?) pour la maîtrise, avec cette fois des enjeux professionnels très prégnants…. Pour affronter les incertitudes structurelles du futur, il convient sans doute de stimuler les efforts de tous, étudiants, salariés et enseignants- chercheurs, pour un apprentissage tout au long de la vie. C’est un enjeu de société que les diverses structures d’enseignement supérieur doivent intégrer rapidement à leurs modes de fonctionnement et qui va bien au- delà du premier accueil des jeunes bacheliers.  B. Ay. CHRONIQUE Parcoursup a-t-il amélioré l'orientation dans l'enseignement supérieur ? La SEE, société savante française fondée en 1883, forte de 2 000 membres, couvre les secteurs de l’Electricité, de l’Electronique et desTechnologies de l’Information et de la Communication. Sa vocation : contribuer aux enjeux majeurs du 21e siècle, en fédérant la communauté scien- tifiques, industriels et les opérateurs de l’électricité et des télécommunications notamment par le biais de son Cercle des entreprises qui identifie et traite de problématiques sensibles et actuelles telles que la cybersécurité des réseaux électriques intelligents. En 2019, j’adhère ou je renouvelle mon adhésion à la SEE      ✈ ÉNERGIE ÉNERGIE ÉNERGIE ÉNERGIE TELECOMMU NICATIONS TELECOMMU NICATIONS Numéro 2016 EDITOR IAL ENTRET IEN www.see. asso.fr 5 ISSN 1265-6534 DOSSIERS Le princip e de précaution par Maurice Méda INVITÉ ADRESSE DE LIVRAISON Tél. : Fax : e-mail* : Adresse : Code postal : Pays : Ville : ADRESSE DE FACTURE :PKPɈtYLU[L Raison sociale de l’employeur : Service : Adresse : Activité (facultatif) : Ville : e-mail* : MES COORDONNÉES Nom : Prénom : JE M’ABONNE À TARIF PRÉFÉRENTIEL AUX PUBLICATIONS PAPIER DE LA SEE 7YP_YtZLY]tZH\_HKOtYLU[Z  Standard .............................................................. 125 F  Bienfaiteur ........................................................... 500 F  Retraité, Enseignant, Jeune actif < 35 ans ......... 65 F  Etudiant, Recherche d’emploi ...............................15 F J’ADHÈRE À LA SEE POUR L’ANNÉE 2019* TARIFS * Une remise de 10% est accordée aux membres IEEE (merci d’indiquer votre n° de membre IEEE : ……………) Tarifs France & UE TTC  63 F Au lieu de 125 F Tarifs Hors UE HT  75 F Au lieu de 150 F Tarifs France & UE TTC 39 F Au lieu de 42 F Tarifs Hors UE HT  49 F Au lieu de 53 F                    ✈ ✈ ✈ ✈ NA AL S SI IG G GN NA NA AL L S SI SIG GN GN NA AL GN SI NA AL L S SI SIG GN GN NA AL GN S EDITOR IAL EDITOR IAL 2 0 Le princ c ci cip p p pe e d de de e e e p p pe e d ipe pe e e d pe d de pe d par Mau u ur r ri ic ce e e e M M M M Mé é éd M ice u ce Mé r ce r L'ARTICLE I I IN N N N N N N NV V VI VI IT VI V ÉNERGIE ÉNERGIE TELECOMMUNICA TELECOMMUNICA Numéro 2017 EDITORIAL i ENTRETIEN www.see.asso. fr 3 ISSN 1265-6534 DOSSIERS INVITÉ ATION N NS S ATION N NS S E Quelques questions i i énergétique L'ARTI EDIT D EE 2 ÉNERGIE ÉNERGIE TELECOMMUNICATIONS TELECOMMUNICATIONS SIGNAL SIGNAL COMPOSANTS COMPOSANTS AUTOMATIQUE AUTOMATIQUE INFORMATIQUE INFORMATIQUE Numéro 2017 EDITORIAL L’électromobilité : un accélérateur d’innovations Francis Vuibert Préfet, délégué ministériel au développement territorial de l’électromobilité ENTRETIEN AVEC Didier H r oussin Président d’IFP Energies nouvelles www.see.asso.fr 4 ISSN 1265-6534 DOSSIERS MON RÉGLEMENT  Virement bancaire : BNP Paribas, Paris Associations (02837) compte n° 30004 00274 00010336242 58  Chèque bancaire ou postal à l’ordre de la SEE  Prélèvement automatique  Carte bancaire Visa / Euro / Mastercard N° Date d’expiration Cryptogramme Code postal : Pays : Renouvelez votre adhésion dès aujourd’hui sur internet : www.see.asso.fr + RAPIDE  N° Adhérent : * Obligatoire       BULLETIN À COMPLÉTER ET RENVOYER : SEE - Service adhésions - 17 rue de l’Amiral Hamelin - 75783 Paris cedex 16 - France. 01 56 90 37 17 - adhesion@see.asso.fr