Retour sur le sonar et nouveaux développements en radar et sonar

24/12/2017
Auteurs : Marc Leconte
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2017-5:21276

Résumé

Retour sur le sonar et nouveaux développements en radar et sonar

Métriques

21
0
1.3 Mo
 application/pdf
bitcache://c200eac172aa84f99faf88315d3435d4d0ad29e1

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2017-5/21276</identifier><creators><creator><creatorName>Marc Leconte</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Retour sur le sonar et nouveaux développements en radar et sonar</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2017</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Sun 24 Dec 2017</date>
	    <date dateType="Updated">Mon 29 Jan 2018</date>
            <date dateType="Submitted">Fri 20 Jul 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">c200eac172aa84f99faf88315d3435d4d0ad29e1</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>35756</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

30 ZREE N°5/2017 Dans le e présent t t dossier, le lect ct c eu eu eur r r r r r po pou ur rra r tout t d’ d d d abord se familiariser av av vec ec c c c la la t tec echn hn h ique à à la base du sonar en n n n r re e e e- vi v va ant t n , , gr grâce à à à à Yves Blanchard, l’hi hi his s s s- - - toir i i e de d d l l’a ’acousti tiqu q e sous-marine. P P Pui ui i u s s s s s il l d d déc éc é ou o vr v ira a deux x articles consacré é és s s à à à à à à de des s d dé dé d d ve ve ve velopp pements actuels des t tr ra ai i- - - te te teme me e ment nts du d sig gnal so sona n r et radar a a a qui of offr fr fr fren ent de e d n nombr br reu eu eu e x x parallélismes. L’ L L Lacou ou oust st s iq que u , no n us u rappelle Yves Bl B Bla anch h h ha ar ard, d é éta t it c c con on on on on n on nnu nu nu nu nu nu nue e dè è è è dè dè dè ès s l’antiquité et, au XIX Xe siècle, elle dev ev ev ev ev ev vie ie e e ie ie i n nt nt nt n nt nt u u u u u une n ne ne ne e ne e s s s s s s sci c ence dont t le le le l s s s p ph ph ph ph p p én én én én no o o o o- - - - - - mè mè m nes s son nt ass ss s ss ss ss ssez ez ez ez ez e e e b b b b b bie ie e ie e en n n n n n n d dé dé dé dé dé d crits par la la p p p p p phy hy hy y h hy h si si si si siqu qu qu qu u que e e e e o on on o - du du dula lato oi ire. On sa sa sa a sa sait i it it it it it d d d d d d déj éj é éj éj éj éj é à à à à à à à à à à à à à à à ce c ce c ce ce cette époque ue ue e q q q q q que ue ue ue ue l l la a a vi vi vi vit t te tess s se e e e de e propag ga a ati t t on d d d d d d du u u u son n n n d d dé d pend du u u u m mi mi m mi mili li li l l l e e eu eu eu eu e e et t t on n a a a même ob bs servé que le son se dép ép pla la a a aça ça ça ça ç ç it it it it b b b be ea a a auc u ou ou up p plus rapidem emen n n n n n n n n nt t t t t t t t t da a ans ns s s s ns s s l l l l’e e e e e e e e eau que d d dan n n an n an ans s s s s l l’ ’ ’ai ai ai air r. r. A Au u XX XX XX Xe siècle, des s in ingé géni nieu eu eu eu eu e eu eu eu e e e eur r rs r rs r r rs r rs u u u u u u u uti ti ti ti i ti i tili li i li i li li li l seront ces es es p p p p p pro ro ro ro rop p pr pr pr p pr p ié i ié ié été té té é té té té tés s s po o o po o o o pour r u ur ur u mett ttre r au po p in int t de d s s t t te te te te te e e e e e e ech ch ch h ch ch ch ch c ch c c c n n n ni n ques, ap p p p ppe pe pe pe elé lé é lé lée e es es es s s son on o ar, , e e ex- pl ploi o tant l la a ré rétr t od dif iffu fusi sion o du son pa a ar r r l le le le les s s s so o o sous us us us us-m -m m m mar ar r ar ar a in n in in in ns s s s d da a ans la me e er. A Ave vec c le le r rad adar ar c c’e est st la rétrodiffusi si ion on on d d d d des es es s s on o o o des électromagnétiques dan ns s l’ai ir r qu qui i pe perm rmet t la a détectio o on d’ ’ob o jets au-delà des s lim mites de e e la la la v vis is isib ib ibi i i- li l li l té té. Radar et e son on nar seront opér rat atio ionn nnel els s au u c cours de de de l la a a de de d deuxième g gue ue e erre e mondiale, le p p pre remi mier er d dans s l la ba b b ta ail ille d d d’A Angl le l terre et e et et d d de e e e l’At At At Atlantiq q q qu u ue et le sec econ ond da ans ns n l la a a a guer erre sou ou us- s- s- s-ma ma m ri ri rine ne. . A ce e stade, no ous rappe pe eller e eron ons qu que, e dan a a s le cas gé g né né é néra al l de de e e des s s s s ph ph p énom m m mèn è èn è es o o ond nd nd ndul lat a a oi i i ire res s co co c mm m uns au ra a rada d r r et et a au sona na ar, r la ta ta ta t il ille le d de es a ant nt nt nten enne nes s dé dé dé épe p pe p nd de e e e la la lon n n ngu gueur d’ d on o de d émise. Or celle-ci dé dé d pe pe pend nd nd n d de e e e l la la la la la vitess se e de propa pa a agati t on n n n d de l’onde dans le e m m m mil lie ieu. C C C Cel el l l l e a a va a vaut ut p p pou o o r les o o on o de es s ac ac a ou ust stiq q q que u ue u s da d d ns l’eau mais au a a s ssi pour u les ondes s é éle lectromagnétiques dans ns l l’a ’air ir. Le Le e r rad ada ar de ce p poi oint nt d de vue ob béi éit à à un une phys siq ique e d du XIXe siècle. Ain insi si, la vites sse se d de e prop opag agation du u s s son o on dans l’e ’e eau a a au u u e est st d’environ 1 5 500 m m/s e et t dépend d d d de e la l s sa a a ali li l ni nité té té, , d de de la a te t mpératur re e et et d de la profondeu ur r al a ors qu que e e la la vites e e esse se e e d de propag agat ation des ondes électroma- gnétiques da ans n n n l’air e est st à à peu près égal l le e e e à à la a la v v v vit t it tesse de la lumièr èr è è e devenu nue constante fo o o ond nd d n amenta ta t le le. Après-guerre, les perf fectionnements d de de d d d d s deux techniques se poursui ive ve v nt, , e e en e parallèle avec le développe peme m m nt de e l’ l’ ’ l’ l l él é ectron o ique et sous l’imp mpul uls sion d d d d d’ ’i i ’ n- - d d d d du d dustriels souven ent spécialist tes es des d d de e e eu eux d do do d d d d maines. Les années 60 vo v ien nt t t t u u u u une n n n n n no n n n uvelle génération de sonar se d d d dé déve- lopper. La diminution des fr réq éq éq éque u nces sonar augmentent la distance ce c de e dé d - tection de 3 à 40 km. Ces fr fr f f éq éq éq é uences po pous ussent à mettre au point de nouveaux u c co oncepts de de s son on nar a avec la formation de voies et le tr t ai i itement nt du du du d s sig i ig gna na a al. l. l. l. l. . . . C C C C C C Ces dernières techniques sero ont n e e e elle e a aus s- si si u u u uti ti ili li li l sé sé sé sé ées es es es es es e par les radaristes mais ave ec c un n u d d d déc é é é alage de de e e p p plu lu usi s si i s eu eu eu eu eu eu eurs r années par rapport au s s s son onar r. . Il Il l n nou ou o ou u u ou o o o o s s s s faut rappeler, pour le lect c cteu e r r r no o on n sp s écia ia a r - li l st s s ste e e, e, e, l la a a a a te te te te te ter rm r inol log o ie employée par le e es s ar rti t cl cl cl cles e e e spé pé pé pé- ci ci ci i i i ial al al al lis isés és s é és. . . U U U U Un U U radar ou un sonar cla ass ssiq que e é é é é éme me m m m t t de de es s s s s im m m mp pu puls ls s s s s lsio io io io o o on n n n n ns à une certaine fréquence d’é ém mis is s ssi si si sion on on n e e e e et c’ c’ c’es es es es st t t t t le l le le le e le t t t t t tem mps ps que met l’impulsi sion on à pa a ar arco co our ur ur uri i ir ir l l la a a a di di dist st s an an n nce ce ce e é éme ett tteur cible qui pe perm rmet de dé d déte term rmi i i in iner er er er er la la d dis istance de e l la a ci ibl b e, don nnant tout son se s ns ns a au u te t rme ranging c con ont tenu d dans l’acronyme radar e et t t sonar. L Le e t train impulsion n nnel est une forme d’ond de e e e e dont les es p par aram amèt è res de fré ré r quence de répétition vo on on on ont t t dé dé éte te term rmin iner er e en gran nde de p p partie les domaines de dé dé d dé dé é- - te tect ctio io on n des cibles. Le L L s ra radaristes et sonaristes s s s s so o o on nt a am amenés alors à définir un un n n n n n n u d d d d d d d d d d d d d dia ia ia ia ia a ia ia ia a a ia iagr gr gramme d’ambig g g gu uï ïté té é é qui montre les limites de e l l la a a a l l l d d dét ét étec ec ecti tion on on on on n n n n d d d d d d d d de e i cibl bl les es s es s en fonction de leur distance et et e de leur vites ss se s sa a a ac c c a ha ha hant nt que les cibles en mouveme en ent réflé fl chis ss sen n nt l l’o ’ond nde e re reçu çue e e en décalant la fré ré ré ré ré ré ré é é équ u q ence prop po o ort t t tio ionn nnel elle le- me m m ment n n à leur vitesse, c’est t t l l l l l l l l l’ ’e ’e ’e e ’e e eff ff f f et et e D Do op oppler b b bie e e e en co conn nnu. u. La a a a figu u ure e e 1 mon ntr tre un un dia a a a a a ag g g g gr g g am mme d’a amb b b b b bi i ig iguïté p pou ou ou our r r une e émission c c c cla la l ssique d d d d de fr f éque enc nce e e po port teu euse se Fe modu d d d lée par de d s s s impuls ls s s l lsi ions n pér rio odi iqu ques de fr fré é é é é- qu uen e e e ce de répétition Fr ou ou u o de périod ode e Tr Tr = 1 1/Fr. . Le es zone ne es s en n bleu sur r r r la figure re 1 détermi m ne nent d des es zon nes es de de de de vitesse et de e e e distance a a ap ppe elées aveug ug g g gle les s. L L’a ’ mb mbi- gu u u uït ït ï ï é é est le fai a a t t qu u que la nat tur re pé ériodiq iq qu ue d du u train n d’ém é is i si si si sion imp mpli li i iq q qu que e qu q q q e l la distanc n e et et la vi v tess sse, e, LES GRANDS DOSSIERS Introduction Retour sur le sonar et nouveaux développements du traitement du signal en radar et sonar Marc Leconte REE N°5/2017 Z 31 Introduction LES GRANDS DOSSIERS selon le e e es s s ca c c c s, ne peuvent être connues qu’ ’à à à un un n un n n un f f fac ac ac- - teur r m mod dul u u o près, appelé pour cette raison distance ou vites s sse se e e a a a ambiguë. Les distances et vitesses ambi- gu g ës son ont ég é alement déterminées par les cara act cté é- ri rist s iq ques in ntrinsèques du radar ou du sonar, à à s s sav avoir r le d dom mai ai i aine ne couvert en distance, qui dépe pe pe e pe pe pe pend nd nd n d d de e la la la puissanc nc nc nce e mo moye y nne émise, et en vitesse e e e e, , , , q q q qu qu qu qu q i i i pe pe e peut ut fix fi fi er la a pr p em m e iè iè ière re e e ambiguïté de vitesse bien en en en n n a a a a au- u- u-d de de e elà là de de es vite tess ss ses s pos ssi s s bles des cibles appart rt t t t ten en en en en e an a an a a a a a t t t t t au a au a do do o oma m in n n ne e e e d’ ’ d ut til ilis i i ation. Les ambiguïté és dist ta an an an an a an ance ce ce e e c e e e et t t t t t vi v vi v - - te te te te tess se e so so ont nt nt nt nt d dua ale les s et opposées comme le te em em em m emp p ps ps ps s p e e et t t t la l l la la a fr fréq éq éq éq éque ue e enc nc nc nce e, q quand l’une augmente l’autre d d di i i imi m mi mi m m m nu nu n e e e. e. Le Le Le Les s s s éc éch h ho os para rasi s tes, qui sont le plu lus sou u uv uv v v v ven en en en ent t t t t d de de de d s s s s éc éc éc éc écho ho h h h s s de de s sol d de nu uag age ou de pluie, , s sont t a ap a ap p pp pe pe pelé lé és s s « « fo foui uil llis s » en radar et « « réverb béra rati tio on » en so son nar r (é (é ( chos du fond de la m mer) et ne ne p peuvent être i ni tr tr tr r rai a tés ni modélisés com mm me du bruit th ther ermi m qu q e st st t t s a a a a andard. Pour les radars mo m m dernes es, la la m mod odélisa- ti ion on on on n du fouillis est un défi ca c car se ses cara act ctér ris isti tiqu qu ues es e st ta at at at a i i is is i tiques sont très varié ées et dépenden nt t t de des s co co co c nd nd d d nd ditions d’utilisati tion on on on on on on on o on on on on on, , , , , , , l le le l l le le e l le e e fouillis étant constitué é ué d de m m m m mul ul u ti ti l ple es s s s s s s r r r r r r r ré é é ét é ét é é ro ro odi di diff ff ffus s u io io o o o o o o on n n n ns n n comme s'il s’agissait de pe pe p ti ti tite te tes s s s s cibl bles trè ès fluct tua ua an ntes. Enfin le rapport du te temp mps s d’ ’ ’ém ém ém émission n au te e t mps de réception, appelé fa act cte eur r d d d de f forme, cond dit t t t tio io i io i io i ionne la précision d d de e la l la me mesu sure re e e en n d d d distan nce ce e et t v v vi vit te te te e e e te e tes ss s s e. Les radars et son nar a s s s s mo mo mo mod de d rnes s, p po p ur u amélior o er er r r r r l l l l le es p per er rfo orm rmance es s s d’ d d d iden en en- tific cat atio ion n de de c cib ibles, u uti t lise se s se se s nt des f f formes d’on nde l pl pl pl p us us compl plex exes s qui c con n n ns s s si s s s stent à commuter les fr réq équ uences es d de e ré répétition o o o ou d’émission ou enco co ore r co ode d r sé séqu quen nti tiel ell lement les es phases s s s du signal ém é émis. Ce e C s s m modu dula la ati ti t o ons ont p pou ur r r conséquen e e e ce d’éla argir l l la a a a b bande e du d s sig ig gnal e et on pa arlera al a or ors s de de e radar ou u so s so so- na nar r larg ge e ba a a b n nd de. L Les an nte ennes s s s de des s ra ra ra rada da d d rs mod od od o erne n s pe pe peuv uv u uv uven en ent t t êt êt être con n nstituées d d de e pl pl p usieurs voies si si imu m m m l l- tanées en réception ou émissio ion n n n e et on pa parl r e al al al lor or o s s de codage spatial et de format tio on n de f fai a sc sc cea ea eaux p p p par r ca calcul. Enfin on peut com m m m m m m mpl p p p p p p iq q q que ue ue ue ue ue ue er r r r r r le le le le tout t en u u uti ti i t lisa ant nt nt d de de de d de de e d s s s s s fo fo o fo form rm rm rme es es s s d d d’ondes diffé ére re re re re r r nt nt nt n nt n n n n es es es es es e es, , , , év év v v év év éve en en en en en entu tu tu tuellement co- d dé dé d es e es s s s s e d d d d d dan an an ans s s s le le le le le es s s s s s d d différentes vo vo vo vo vo vo voie ie ie ie ie ie es s s s s de de de de de l l l l l l’a ’a ’a ’a ’a ’a anten nne e. Cett tte e de de de d rn niè è è ière e e r n n n n n n’e ’e e e ’est st st st st st j j j ja am a a ais idéa ale le le le e e e e e e e e e et t t t t t co co co co co co omm mm mm mm mm mme e e e e nous u l l’a ’avo ons ns s di di di d t t t pl lus us us h h h hau au au a a au u ut t t t so so on n n gain et s sa sa sa sa a direc c c ct t ti t t ti tivité é dé épende ent n de e e la lo o o on ng ng g gue u u ue ue ue u ur ur ur ur r ur d d d’ ’onde du signal. A direc ctiv vité don- né é é ée e e, l les es s b b b ba a as s s a se se se se e es s s s s s s fr r réq é uences s s s s s s s n n n n n n n n n n n néc é éc é éc é es e e si si si site te te te t t t te e tent nt d de grandes an an n an an ante te te te t t tenn n nn n nes es e e e . . . En En En En En n En E o o o o out ut ut u u u r r re, la phy y y y y y y y ysi si si si si s s s qu qu q q qu q q q q q e e e e e e e e e e de d d de de de de de de d de d de de d d l l l l la co cons n truction de de es s an nte e ten nn nn n nes es es s s e f f f f fa a ai a a t t qu q ’elles p p p p p p p p p pos os os o os o os os os os s s s ssè sè sè sè è è è è sè s de d nt nt o outre un lo lobe pr pr pr pr prin in in in nc ci ci ci i c pa a pa pa pa p l l l l l u u ut util l l il l le e e e à à à à à la mesure an angu gula laire, e, d de es lob bes es pa pa pa p p p ra ra ra asi si site te tes s décalés en a ang ngle le a app ppel elé é se second n aires qu ui i co c ncou oure rent nt a au u fo foui il llis. Le Le Les s s ar r arti ti tic cl c es d’Y Yve ves s Doisy et de y Franço ç is L L Le Che- valier er/N /Nik ki ita Pe Petr trov o montrent les s pr p og grès actuel els s v de d la dé déte tec ctio on n de cible dans s le fou ou ou uillis dans s n le e e ca ca c s s s d’ ’ém émissions larg g g ge band d d de te e t telles s e es que nous le es av avons s dé dé dé défin fin fin fin finie ie ies : sL LARTICLED D D Yves es D Doi oisy y sy d déc éc é ri r t les te echniques du u so o y y y - nar actif. L L L’é ’é émi miss s ion n n so so o ona na n nar est t co co codée e au u s s s s sen ens s dé é é é d crit it pl p us hau u u aut, t c ce e qu q i i a a po pour ur r r c con on n ns séquen e ence e d’é é é é éla larg rgir l la a a a ba ba a b b b b b nd n e e e d’ d d’ d ém mission. L’article détaille l les s carac acté t t t ris- - t ti tiqu qu qu ques s d des es c codages, leurs av van an a antage es s s s et défau uts t par rapp p ort à la pré ré ése senc nc c ce e e e de de rév éver erbéra ati i t t on. Ensu s su uit ite e la co comp mparaison est faite avec ec d des es traitemen nts ts ada ap p- ta tati t fs d de voie q qui u e en n testant le le c can anal de prop opa ag ga a a- ti ti tion n o permett ten ent t d’ ’op o ti timi mise s r la dét étec ecti t on ; sLA LAD D D D ÏTECTIONP PA ARUN N RA R DA AR R DEPETITESCIB B IBLE E LES S S DE DE D DEFAIBLE vite ess sse reste encore d diffic ficile pour u un n ra ada da dar r r cl las as as- - siqu q q e à bande étroite, c car ar la cible es es es e t fo f f fortem emen e ent t no oyé yé y yée e da da dans ns le fouillis. De nou ouve v lles for o mes d’onde et d des es s trait item em m ments spécifiq que ues perm rm m mettent la F Figure 1 : Diagramme d’ambiguïté d’ d’ d’ d’ d’ d d d un un un un n un u tra ain n d d d d’’’i ’’imp mp mpu ul uls si s s on on on o s s s de d de fré ré réq quen n n nce ce ce c ce d d d d d d de e e e ré ré répétition Fr de période T Tr = 1 /Fr r 32 ZREE N°5/2017 Les débuts de la détection acoustique sous-marine M M. Blancha hard rd .............. .. ... .... ..... ... ........ ........................ .. .......... ......... . . ........... . ....................................... .. . . .................. .... ....... ..............p. p. 3 33 3 3 3 3 Evolution de la détection des cibles mobiles en sonar actif M. D D D D Doi oi oisy sy .. . ....................... ......... ..................................... .................... . . .................. . . . ............... .... . ........... .... ..................... ..... ............... p. p. 44 4 Détection des cibles mobiles par radar large bande non-ambigu F F. Le Ch C C Chevalier, N. . Pe Petrov ..................... .... .......... . ................ ....... ....... .. .... . ....... . ............. ............................ ........... ............... . . ....... .. p. 53 LES ARTICLES dé éte ectio ion de ces cib b ble les s en e é éliminant par ar a tiellement ou tot talement t le le e f fou ouil i li li lis. s s s C C’e est cette é étu t tude de d de q que ue prop opos ose l’ ’ ’ ’a arti ti i icl c c e de Fran nço ois is Le e e e Ch Ch C ev ev val al alie i ier r et t r Ni Ni Niki kita a Petrov. Les auteurs partent de d de l la a si si si si si si si itu tu tu t t t t ation clas- sique posée en radar p p p par la a dé dé d t te t ction des cibles mobiles avec la a levé v vé vée de l l’a ’ambig i i uïté é é par com- mutation d des es e es fré é r qu u ue en e e ces s de d d récurrence. Ils proposent une autre solution avec une forme d’ d d onde non o ambig g g guë en dis- ta tanc nc n e et t u une lar rge e bande pe perm rm met et e tant t d de lever rapide- me ent nt l’a ’ambig g ig guïté en vitesse. L’ L Larti t t cl c c e dé d crit it en détail les mo mo modè d les s de de cible e et de fouillis et et l l l l le es s s s simulations associées afi fi fin n n n de d d définir la cha ain ine de d dé- te e tect ct c c io i n n d’ d’u un rad d dar ar a ar l lar a ge bande no o o on am am ambi iguë uë. La d d dét étecti tion d d d d d de e e e e e ci ci ci ci ci ci cibl b b b es es e es es e l l l l len- tement mobiles es es es s es s d d d d d d dan an an an an ans s s s s s s de de de de de de des s s s s s s e e en e e e vi- ro o r nn n em men ents d d d d d d dif if if if if if iffic fic fic fic fic fi fi il il il il l les es es es s es ( ( ( ( ( ( ( ( (fo fo fo fo fo f f uillis en e en r ra adar r, ré ré é é é é rév v ve ve ve verb b b rb rb rb rbér é ér ér ér ér ér é at at at at at at tio io io io io i io on n n n n en so on nar) es st un en en en enjeu m m ma m m m m jeur, aussi bien n p pour les radars aéro- portés que p pou u u u u u u u u ur r r r r r le e es s s so so so o so o o so o so o ona na na n n n na n n rs de navires ou u d de so sous us us s us u u us us u u u us- -m m -m -m -m m mar ar ar ar ar ar a a in n n in n in in n in i s. Ces articl cles e montr tren ent le e e e es s s s s av av av v av av av a av a a a a a a a a an a a cées récent n es dan n ns les do do do d maines d de la conception de des fo f formes s d d’onde et d des es f f for o mations de de voies adapta- tives. A Alo ors q que u ue l l le e s s s sonar a mis en en œuvre des t tra rai i- teme ent n s de formation n de vo o oie ie ie e i s s d ad adap ap p pta tative e e es s s s s d de e e epu puis s s s i pl p us d d’u une décen n n nnie, le ra ada da da dar r r a t util ilis s s sé é é é é longte te emp mp mp mp ps des formes d’onde constituées s de de trains d’impul- sions cohérentes pour la dét tec- tion en présence d de fouillis. Inversement le sonar m m met e et t en œuvre aujourd’ ’hui des tr t ains d’impulsions cohérentes la la large bande pour améliorer er sen e e sible- - ment la détection n en en prése se se se sen n n n nce e de réver e bération. Il Il f fa aut é é ég ég égal al al al le- ment noter les diffé ér rence e e e es d d des ordres de grandeur du s s s so sonar et du radar liées à la d d d dif if i iffé f f f rence des vitesses de propag g gation n dé d - terminant la longueu eu eu eur r r d’ d d onde. Une fréquence de e rép épétition de 1 kHz est considé déré é ée po p ur ur un radar comme une e b b b bas a a a s se f fré é- quence de répétiti tion n o f for or or orte t t t ment ambiguë en vites es es esse e m mais s pa p s en n n distance alors q que e, , po o our ur u un so o o- nar, c’est une hau au a te t f fré é é équ q q q en n nce ce c c de répétition am ambi b gu gu uë ë ë ë ë en en e d dis s s s s- tance mais pas en vi vite tess ss s se e. e. e. Q LES GRANDS DOSSIERS Introduction Marc Leconte est ancien secrétaire du club RSSR de la SEE (radars, sonars et systèmes radioélectriques), membre du comité de rédaction de la REE, membre émérite SEE et médaillé Ampère. Au sein de Dassault Electronique, il a passé une quinzaine d’années à l’étude, au développement et aux essais en vol du radar RDI du Mirage 2000. Ensuite, pendant trois ans, il a participé à l’étude d’un démonstrateur laser franco-britan ll - nique CLARA. A partir de 1995 il a élargi son activité aux domaines des études concurrentielles et stratégiques dans les domaines des radars aéroportés et de la guerre électronique. Il a exercé les mêmes activités dans la division aéronautique de Thales après la fusion de Dassault Electronique et de Thom- son-CSF. A partir des années 90 et en parallèle, il s’est intéressé à l’histoire des sciences et des techniques et a publié plusieurs articles s’y rapportant.