L'extension du réseau électrique synchrone européen

21/10/2017
Publication REE REE 2005-4
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2005-4:20550
DOI :

Résumé

L'extension du réseau électrique  synchrone européen

Métriques

6
4
1.68 Mo
 application/pdf
bitcache://e3a4a5502e53d9ab6826c6fa2b6e6408c4343d71

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2005-4/20550</identifier><creators><creator><creatorName>Christian Lemaître</creatorName></creator><creator><creatorName>Georges de Montravel</creatorName></creator><creator><creatorName>Jean-Yves Léost</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>L'extension du réseau électrique  synchrone européen</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2017</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Sat 21 Oct 2017</date>
	    <date dateType="Updated">Sat 21 Oct 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Tue 15 May 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">e3a4a5502e53d9ab6826c6fa2b6e6408c4343d71</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>34722</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

> L'article in-7- . i n vit é > Lextension du réseau é) ectrique synchrone européen < m L'extension du réseau électrique synchrone européen Par Georges de MONTRAVEL, Jean-Yves LEOST, Christian LEMAITRE RTE, Réseau de Transport d'Electricité 1. Des premières lignes d'interconnexion à la constitution d'un réseau électrique européen synchrone En Europe de l'ouest, le développement de lignes trans- frontalières a commencé dès 1920, principalement pour tirer parti de l'énergie hydroélectrique suisse. Avec la crise, le processus d'interconnexion s'est ralenti. Il a repris après la seconde guerre c mondiale pour aboutir au milieu des années 50 à la constitution de trois systèmes synchrones principaux, indépendants les uns des autres. Ces trois systèmes comprenaient d'un côté la France, l'Espagne et le Portugal, d'un autre côté les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne et l'Autriche, et enfin l'Italie. La Suisse était partagée en trois parties, chacune appar- tenant à l'un de ces trois blocs (cf. fig. 1). c . . 1 e - 0 Figt (re 1. Les ti-ois résecizix s,iichi-oi7es eii Ettrole de l'otte,t tiiciiit 1958. En 1958, la connexion synchrone des réseaux français et allemand était réalisée via un point commun en Suisse. Le fonc- tionnement synchrone de l'ensemble de l'Europe de l'Ouest était effectif au début des années 60. La Yougoslavie a rejoint ce système synchrone en 1976, suivie par la Grèce et l'Albanie. L'interconnexion de l'Europe centrale (i.e. des anciens " pays de l'est ") a commencé en 1953 avec une première liaison entre la Hongrie et la Tchécoslovaquie. Elle s'est achevée dans .., "'.Ii'- 07_._.'r,t.) .'l' Y'J..,'..' i'2 -- --. - . (/ 'l' :' 1.' : 0.. : -\fir J. <0.'-,.'-l, ('. '' - -,\\".,,, 0'''''' "'-'''''' \, \-, " "',../ ",',- ", ... ---'- " " - ---,..'>v l, I _ ._ -_ ! Q UCPTE N=iRUEL E 1 : : EN-1 Figii-e 2. Les -.o ; ies s.,iichrones eii Ettrole peiiclaiit Ici déceiiiiie 80. les années 80 avec l'interconnexion par un réseau 750 kV des deux grands ensembles, Europe centrale d'une part et ex-URSS c d'autre part. Les systèmes de l'Europe de l'Ouest et de l'Europe de l'Est se sont donc développés indépendamment, mais quelques connexions ont néanmoins existé sous la forme de poches ou par l'intermédiaire de stations de conversion " back to back ", par exemple entre l'Allemagne et la Tchécoslovaquie. c Jusqu'au début des années 90, trois blocs principaux ont coexisté en Europe, chacun d'eux étant coordonné par un organisme, UCPTE'pour l'Europe de l'Ouest, NORDEL pour c les pays scandinaves et CDO'pour l'Europe de l'Est (cf. fig. 2). Puis, deux événements majeurs vont modifier la configuration du système synchrone européen : les changements politiques en Europe de l'Est et la guerre dans les Balkans. Les changements politiques en Europe de l'Est ont conduit la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et l'Allemagne de l'Est à demander un rattachement de leurs réseaux avec l'Ouest. Le processus de connexion de ces quatre pays, considérés comme un réseau électrique unique appelé CENTREL, au réseau UCTE " a duré environ 6 ans, des premiers tests en 1995 jusqu'à l'adhésion à l'UCTE'en 2001. La guerre dans les Balkans a conduit à la séparation de plusieurs pays en raison de la destruction de plusieurs postes et lignes et donc à la partition de l'UCTE en 1991 en deux zones, appelées 1' " et 2" zones, la 2 "'czone regroupant la Union pour la Coordinution de la Production ct du Transpott de J'Electricite. 1 Ceiitial DispatchOrganization. 3 Uiiiori pot]] la Cool-diiiitioii du Transportde J'Electricité(www.ucte.org). REE No 4 Avril 2005 Serbie et le Monténégro, une partie de la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine (FYROM), le Kosovo, la Grèce et l'Albanie. Sur le flanc ouestde l'UCTE, une liaison par câblesous-marin (en courant alternatif) a été construite en 1997 sousle détroit de Gibraltar. Trois nouveaux pays, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie (COMELEC') ont alors rejoint le système synchrone européen. En 2003, la Bulgarie et la Roumanie ont rejoint à leur tour la 2,,Ic zone UCTE (cf. fig. 3). -- t-- -' - JBS ''' 'rr I ·fs ...-. " "... 1-......' '...-- ;. ., ..--l l' D UCTE1.-. ::uf. L'article inité> Lextensionduré réseau électrique synchrone européen < secteur électrique qui s'est imposée à peu près partout dans le monde a eu de nombreuses conséquences: . La responsabilité de ce développement, qui était jus- qu'icipartagée entre compagnies verticalement inté- u c q grées, doit maintenant être partagée entre plusieurs acteurs, gestionnaires de réseaude transport (GRT), pro- ducteurs, régulateurs, etc. . Les motivations de ce développement sont maintenant principalement définies par des considérations de mar- ché et moins par des préoccupations de sécurité Les échanges commerciaux croissent de façon très importante, et par conséquent la demande en capacités de transport excèdede loin l'offre, en particulier pour les lignes d'interconnexion. Dans ce contexte, les GRT de l'UCTE ont deux défis à relever : d'une part, accompagner la création d'un grand mar- c t7 ché européen de l'électricité et d'autre part, s'interconnecter avec les systèmes voisins qui frappent à la porte de ce marché. La création d'un grand marché européen de l'électricité Les GRT européens ont pour mission première de maintenir la sécurité et la fiabilité du système interconnecté. Ils facilitent ainsi la création d'un marché européen de l'électricité en fournissant une plate-forme de marché fiable. Cependant, historiquement, l'interconnexion européennea été conçue pour permettre des échanges de secours entre pays voisins et non pour supporter les besoins d'un marché libéralisé. Par consé- quent, aujourd'hui, les GRT européensdoivent gérerau mieux les congestions du réseauet poursuivre le renforcement du réseau. Les nouvelles demandes d'interconnexion Trois nouvelles demandes d'interconnexion au réseau UCTE ont été formulées par : . La Turquie qui forme actuellement un réseauisolé . Le système LEJSL regroupant les réseaux de cinq pays déjà interconnectés entre eux : Libye, Egypte, Jordanie, Syrie et Liban . Le système IPS/UPS regroupant les réseauxdes pays de la CEI (Russie, Belarus, Ukraine, Moldavie, Georgie, Azerbaïdjan, Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizie, Mongolie) et des pays Baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie). A plus long terme, la fermeture de la ligne Aleppo-Birecik entre la Syrie et la Turquie permettra la création d'une boucle complète autour du bassin méditerranéen. Dans chacun des trois cas précédents,les lignes d'intercon- nexion avec l'UCTE sont déjà présentes : . Deux lignes d'interconnexion 400 kV sont déjà exploitées entre la Turquie et la Bulgarie (pour une exploitation en c poche) . Deux lignes 220 kV (dont une ligne à double terne) ont été construites entre la Tunisie et la Libye . Plusieurs lignes d'interconnexion (donttrois lignes750 kV) étaient en exploitation avant la séparation des réseaux d'Europe de l'est et de l'ex-URSS, certainesd'entre-elles sont actuellement utilisées, le poste de Mukacevo en Ukraine ayant été raccordé au réseauUCTE. Ces nouvelles demandesd'interconnexion vont conduire à modifier l'approche adoptéejusqu'ici par l'UCTE pour l'exten- sion du système : Dans le cas du système IPS/UPS par exemple, il s'agit d'interconnecter deux systèmesde taille comparable (en termesde capacitéinstalléeet de pointe deconsommation) qui ont deux philosophies d'exploitation différentes (décentralisée pour l'UCTE et centralisée pour IPS/UPS). Si l'interconnexion se produit, elle se fera sans que le système IPS/UPS adopte l'ensemble des règles UCTE Les problèmes à résoudre impliquent de nombreux acteurs, et pas uniquement les GRT chargés d'effectuer les études de faisabilité technique. Citons par exemple, la sûreté nucléaire, le respect de l'environnement, la réciprocité dans l'ouverture des marchés, les règles commerciales, etc. 4. Un exemple de processus d'extension en cours : l'interconnexion entre la Tunisie et la Libye L'interconnexion entre la Tunisie et la Libye secompose de deux lignes aériennes 220 kV : une ligne double terne entre Medenine (Tunisie) et Abou Kamash (Libye), et une ligne simple terne entre Tataouine (Tunisie) et Rowies (Libye) pour une capacité totale de 3 x 270 MVA. La mise en service de ces deux lignes signifiera l'extension de la zone de synchronisme UCTE/COMELEC jusqu'à la frontière entre la Turquie et la Syrie. La principale caractéristique de cette extension est qu'elle va créer au Sud de la Méditerranée un réseautrès linéaire et peu maillé, chaque pays étant relié à ses voisins par peu de lignes d'interconnexion, parfois une seule. Cette structure va nécessi- ter une surveillance particulière et conduire à adopter desrègles d'exploitation spécifiques. En cas de brusque déséquilibre dû à la perted'un groupedeproduction, les plansde défense,constitués des actions automatiques ultimes destinées à enrayer les effon- drements de réseauseront activés, conduisant, à la partition du système. Dans le cadre de l'étude de faisabilité, les simulations du comportement dynamique de l'interconnexion (stabilité tran- sitoire) ont mis en évidence la nécessitéde certainesadaptations: installation de PSS (Power System Stabilizers) sur certains groupes en Egypte, et modification des plans de défense des pays du COMELEC et du système LEJSL. Un processus de fermeture de l'interconnexion a ensuite été défini et approuvé par les différentes parties. Ce processus comporte une phase d'installation d'instruments de mesures,une campagne de tests avant fermeture des deux lignes et une campagne de testsaprès fermeture. Modification des plans de défense Un grand nombre de simulations du comportement dyna- mique de l'interconnexion suite à la perte de la plus grosseunité de production en Egypte (700 MW) ont montré que : · Il y a un risque d'instabilité en raison d'un transport d'énergie sur de longues distances (plus de 5 000 km) par des lignes 220 kV. La limitation est de l'ordre de 400 REE N°4 Avril 2005 WnmettHt& ! "'. " _'-,1.,'....'-- ;-------------.---..-.-. t)ntantùt!6ùu'.t !t) de) ù,''=-d)'s..,'t' "' J )3SM t5- S_ \--/, \_, j \ "'.. Lll ! J '- !5ûh 0.2', '\.'TV-''M''''''''''- -'''M !M !''" "T''''''''1'"'''<'V '---------------------' s,'.''''t-J "''''' "''Out otp _ _.,, r r IIItttntalteOU :.'.tlllledela· ;edl..''.I " :: t '' 19°NINi 15 : -... __frllh'U.,^.o- : . .:.__ISpf.liN 0.2 : I... ;.. .r 1,,,`" J_·... ·fvlinlfttlimtferhlency' jj t!-lu. ;_,' r. " ·OUfotaep -0it ot te tü F a r 0 , l rD,' t ai t ;. e. i - Out ot : ; tep.'C,' Wjrtnipterr& !.'._. _... ... ! -- \ ____-__ _____ IIItaW oneouo nme _ delaedl tl_ i- 1 _. . ·P·llmmumtrequenry Oi,ivv i, il 25pf IW 15 Ili+11: :.. I,I L:r:: m :l, _: Lt:. : '.. ·DitectioW I over curfent 3001 iW0 III+1n:. ·vervoltage 300r,lvv 0 2 il l2 oier cutrent -si, l +11, ime delayed niininium voltigeo.-,n FU G.Gs -Over,ioltil 'Tiiiië delayed t) iiiiiiiiuri) fiequeiuv 49.5H : 2, Figure 5. Pliii. (le défeii.e a (-Iztel, et pi-olosé.y. à 500 MW. En premier lieu, cette instabilité se manifeste par un écroulement de tension près de la frontière entre la Libye et l'Egypte. Ce phénomène peut être corrigé par l'ajout de moyens de compensation d'énergie réactive appropriés. En second lieu, une perte de synchronisme se produit sur l'in- terconnexion Libye Ouest - Libye Est. De plus, certaines lignes sont en surcharge sur le réseau algéiien c . Les plans de défense, comme celui qui est déjà en service sur le réseau maghrébin, permettront d'éviter la propa- gation des perturbations. La figure 5 résume l'essentiel des modifications à apporter aux plans de défense existants. Bien sûr, il est nécessaire d'avoir une bonne coordination entre ces plans de défense . Une déconnexion du réseau à la frontière entre la Libye et l'Egypte provoque l'apparition d'oscillations basse fréquence (0,65 Hz) mal amorties au sein du système LEJSL. Il s'agit d'un problème de stabilité inhérent au système égyptien qui peut être résolu par l'ajout de PSS (Power System Stabilizers) dans certaines centrales égyptienues. c Campagne de tests avant interconnexion Il est bien connu que des oscillations inter-zones basse- fréquence de l'ordre de 0,1 à 1 Hz peuvent survenir dans les grands réseaux électriques. Ce phénomène correspond à des interactions électromagnétiques entre les générateurs situés dans différentes zones du réseau. Ces oscillations sont dange- reuses si elles ne sont pas correctement amorties. En particulier, il y a risque d'oscillations en cas de transit élevé à travers une interface trop faible. Après la connexion des pays du CENTREL (Pologne, République Tchèque, Slovaquie et Hongrie) à l'UCTE en 1995, de telles oscillations mal amorties ont été observées (0,25 Hz) à la suite du déclenchement d'un groupe en Espagne, des mesures correctives qui concernent les régulateurs des groupes de production ont été prises depuis. Dans le cadre de la détection de ces oscillations, un système de mesures dit WAMS (Wide Area Measuring System) a été déployé. Il est constitué de plusieurs enregistreurs de fréquence placés en diffé- rents points du réseau UCTE et synchronisés par un signal GPS. L'objectif de la campagne de tests effectuée avant intercon- nexion est donc de montrer que la connexion du système LEJSL n'aura pas d'effets négatifs en ce qui concerne les oscillations inter-zones. Pour ce faire, les systèmes WAMS de l'UCTE et du COMELEC vont être utilisés, et huit nouveaux enregistreurs qui seront installés en différents endroits du système LEJSL (cf. fig. 6). Cette campagne de tests permettra d'identifier les éventuels modes d'oscillation présents dans le système LEJSL pris isolément pendant une durée de deux mois. Les variations de puissance sur la ligne d'interconnexion entre la Libye et l'Egypte seront particulièrement surveillées. Les enregistreurs seront paramétrés afin de lancer les enregis- trements de fréquence suite à tout déclenchement fortuit d'une production de plus de 150 MW, ou d'une ligne d'intercon- nexion, ainsi que suite à des pertes de groupe programmées. c c , 0 -' - 1 : " -,. "'L'-ln' - ( : D, 1'Q : 1'- -H'", , 1 /E I Il 1--ell,, 1 r Il'c, -- f Il o ,,W 1 co, - -. "'.'\\.B " ,, 1, O'é} F o ", .--r' " --' , , .. , -, - i ! iî -Îiiiiie,, " 112 iiii [ f-N -, , - o , ( : p -, - 0 0'1 0 Nouveauxenregistreurs o Enregistreurs existants ô, o 1 i 0-' 1 ") o 1\' Figure 6. Loca/Îsati () n des enregistreurs, Ces enregistrements permettront d'ajuster les modèles utilisés c dans les simulations pour les systèmes du COMELEC et des pays LEJSL. De nouvelles simulations avec ces modèles permettront d'évaluer précisément le risque avant fermeture de l'interconnexion lors d'un test d'une durée de trois jours, et REE N4 Avril 2005 > L'article i n v it éj > Lextension du réseau électrique synchrone européen d'affiner le réglage des protections et les plans de défense (réduction des échanges sur les lignes d'interconnexion et/ou c c réduction des temporisations des relais wattmétriques). En plus des tests concernant les oscillations inter-zones, d'autres tests plus traditionnels ont d'ores et déjà été effectués sur le réseau LEJSL depuis 2002 (comportement des réglages de fréquence et de tension en régime normal et en régime per- turbé). Ces tests ont montré que la qualité de la tension et de la fréquence du système LEJSL sont compatibles avec les pratiques au sein de l'UCTE et du COMELEC. Campagne de tests après interconnexion A l'issue d'une campagne de tests d'une durée de trois jours qui surviendra en 2005, pendant laquelle de nombreux enregis- trements seront effectués et analysés, les recommandations finales notamment en matière de plan de défense, seront élaborées. Si ces tests sont positifs, l'exploitation de l'interconnexion sera autorisée pour une période probatoire d'un an pendant laquelle tous les incidents significatifs feront l'objet d'une analyse. c 5. Conclusion Le réseau électrique UCTE est actuellement un des plus grands systèmes électriques synchrones du monde. Ce réseau s'est constitué progressivement, par l'intégration successive de systèmes de petite taille adoptant à cette occasion les mêmes règles techniques et les mêmes normes en matière de qualité d'alimentation. Aujourd'hui, la libéralisation du secteur élec- trique fait croître les besoins en échanges commerciaux et donc en capacités d'interconnexion. Au sein de l'UCTE, des marchés électriques locaux ont vocation à s'intégrer dans des ensembles plus vastes. Des systèmes électriques voisins frappent égale- ment à la porte du marché européen. Ainsi, l'UCTE instruit actuellement de nouvelles requêtes en vue d'étendre la zone de synchronisme à la Turquie, aux pays LEJSL (Libye, Egypte, Jordanie, Syrie, Liban), aux pays de la CEI et aux pays baltes. Les Gestionnaires de Réseau de Transport, membres de l'UCTE, sont liés par des obligations très précises en termes de règles d'exploitation. L'extension doit se faire en conservant inchangé le niveau de fiabilité du système. Néanmoins, tous les GRT des pays précédents n'ont pas vocation à adopter les mêmes philosophies d'exploitation ni les mêmes standards de qualité que l'UCTE. Dès lors, les problèmes posés par ces extensions sont nombreux et complexes. La faisabilité de ces extensions est actuellement en phase de tests pour le réseau LEJSL et à l'étude pour la Turquie et le réseau IPS/UPS. Ainsi, dans la mesure où tous les tests prévus pour l'interconnexion entre la Tunisie et la Libye se déroulent normalement, le réseau LEJSL sera interconnecté à la zone de synchronisme UCTE/COMELEC à l'horizon 2006. Références [1] A. MERLIN, " La sûreté du réseau de transport d'électricité et l'ouverture des marchés. Revue de l'Energie ", n'552, décembre 2003. [2] A. MERLIN, " Maîtriserla sûreté de fonctionnement du svs- tème électrique français ". REE, n° 11, décembre 2003. [31 L. TOURRES, M. BENDAACE, " La boucle électrique cir, cum,méditerranéenne et le marché méditerranéen de l'électricité " REE, n° 10, novembre 2001. [41 H. LAFFAYE, J.M. TESSERON, J.Y. DELABRE, j,M, COU- LONDRE, " Ouverture du marché européen de l'électrl' cité " " la transformation des échanges internationaux sur le réseau interconnecté " REE, n'11, décembre 2001. [5] J.M. COULONDRE, " Maîtriser les flux transfrontaliers, entre volume et valeur du marché " REE, n° 9, octobre 2004. mm a u e u r s Georges de Montravel dirige la Mission International` de RTE (RëSeaL] de transport d'électl'IClté) Il est président du groupe de ttavail'System Development de l'UCTE (Union pour la coordlnation du transport de l'électicité) chai-gé d'ëtiidiei- les probèi-nes les à 'exter,soii du',Y,nchoic ouropéci). l est égalenieni pres- dentdu groupe de tlavail'System IntercoI'nectlon'de EURELECTRIC et,mei-nbied,icoiise dLJConitéiqatoiia FiaiicaSdLJCIGRE (Coisei International des grands rAseaux électriques). II est dlplômé de l'Ecole Supérieul'e cI'Electriclté, Jean-Yves Léost est membre de la Mission Internaticnal de RTE II est secrétaue du groupe de travail System Development de l'UCTE et du groupe de travail "Benchmarking de ETSO (European TranslllIss'on System Operatms) Il est d'lJIÔmé cie l'Ecole superleUle d'électricité Christian Lemaître est ingénieur-expert à RTE dans ledomaine des études tech.nico-économiaues des systèmes intercoiiiectés et des outils de simulaticn pour études de réseau. II est membre du goupe de travail System Development de l'UCTE II est diplômé de l'Ecole supérieure d'électricité REE No4 Avi il 2t) 05 Service lecteurs Pour obtenir gratuitemeat des infbrmcttions conrplémentaires sur les équilements qui vous intéressent, photocopiez la carte " Service lecteurs ", remplissez-la et retournez-la el.- SEE - REE "Service lecteurs " - 17, rue Hamelin - 75783 Paris Cedex 16 M. n Mme [71 Mlle rl.....>.............. Société............................................ Adresse complète (prof.rtpers.D) Code postal Ville Pays e-mail....................................................... Téléphone................................................ Fax.............................................-.. Votre fonction......................................... - - 1-1 Membre de la SEE Je désire recevoir des informations sur les produits suivants (indiquer leurs références) Dans votre entreprise REE est lue par : l 1 personne Ode 2 à 5 personnes o plus de 5 personnes Votre secteur d'activité (cochez la ou les cases correspondantes) : TÉLÉCOMMUNICATIONS : ELECTRONIQUE : INFORMATtQUE : o ÉQUIPEMENTS ET MATÉRIELS Il COMPOSANTS'l LOGICIELS 71 SERVICES 17 ÉQUIPEMENTS/INSTRUMENTATION l ÉQUIPEMENTS ET MATÉRIELS o AUTRES ET TEST 171 SERVICES ÉNERGIE/ÉLECTRICITÉ : o TRANSPORTS/DISTRIBUTION/ PRODUCTION rl EQUIPEMENTS ET MATÉRIELS CI SERVICES 71 AUTRES ET TEST o SERVICES o AUTRES AUTOMATISMES : o COMPOSANTS o LOGICIELS o ÉQUIPEMENTS ET MATÉRIELS Q SERVICES o AUTRES o SERVICES 71 AUTRES La revueREE estluechaque mois parplusde 20 000ingénieurs etcadresde l'industrie, dirigeants d'entreprises, directeurs des ressources humaines,formateurs... profitez de ce lectorat ciblé etde qualité pourpublier vos annonces (emploi, stages, manifestations.... Contact publicitaire TRENDICE CONSEIL - Philippe Mingori - Tél. 0145 74 96 47 Dossier :Les énergies éoliennes Repères 1 :Les Systèmes siollu'MM Repères 2 :Articles divers 110 REE No 4 Avril 2005 ComitêtÎe' 1 1 piÎ'reBQRNiJ, ; Président jan-Mrie.BËRGÈS I i'I l' u 'Ilalin JAA) î » JeM F4UCHEll. ·e l l · i I I I Hervé Li w JacquésGllIAJU) gifi#d (I 4eTURGIË Michel GOIYD1MN s ,Jean.Piel " reHAUET Rénll.toISiMilL Al ! lin.JA.AfAft-l' D.enYSl (LEIN , " ei.Chel PAYS R' "'.,..,'II',ckQRO Dàminique Placko e · l m l'A A'u ® àenri'RAGAGE e l· lt I e l ·'l e 'I lI · D Jeà-Àliëhel ËËSRON Jean-Paul liT l 0 1 1 0 41 EU 1 8 i Ili Impression Jouve - 53100 Mayenne Dépôt légal : avril 2005