L'infrastructure des systèmes de marché : un enjeu majeur pour la sûreté des réseaux électriques

11/10/2017
Publication REE REE 2005-8
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2005-8:20228
DOI :
contenu protégé  Document accessible sous conditions - vous devez vous connecter ou vous enregistrer pour accéder à ou acquérir ce document.
- Accès libre pour les ayants-droit
 

Résumé

L'infrastructure des systèmes de marché : un enjeu majeur pour la sûreté des réseaux  électriques

Métriques

5
4
2.05 Mo
 application/pdf
bitcache://edfbe33370ce2003dc2b7abdfef6cfd5df51838f

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2005-8/20228</identifier><creators><creator><creatorName>Jean-Christophe Passelergue</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>L'infrastructure des systèmes de marché : un enjeu majeur pour la sûreté des réseaux  électriques</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2017</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Wed 11 Oct 2017</date>
	    <date dateType="Updated">Wed 11 Oct 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Fri 20 Jul 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">edfbe33370ce2003dc2b7abdfef6cfd5df51838f</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>34375</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

Dossier INFRASTRUCTURES CRITIQUES Linfrastructure des systèmes m a de marché : un enjeu majeur r pour la sûreté des réseaux électriques Par Jean-Christophe PASSELERGUE AREVA T&O Automation and Information Systems fTifrN Mots clés Marché del'énergie, Infrastructure demarché, Échange dedonnées entre acteurs dumarché et opérateurs deréseau, Procédures business, Procédures opérationnelles Dans un monde électrique en pleine restructuration, un haut niveau de coordination entre les acteurs du marché et l'opérateur de réseau est indispensable afin de garantir la sûreté de fonctionnement du système électrique. Introduction Les marchés de l'énergie sont désormais une réalité dans de nombreux pays depar le monde. En Europe occi- dentale et centrale, le modèle de marché basésur le prin- cipe des responsablesd'équilibre est en passede devenir de facto un standard. En effet, cette structure de marché, qui repose sur la notification à l'opérateur de réseau des contrats bilatéraux librement conclus entre les partici- pants, est en place par exemple en France [1], en Allemagne [2], aux Pays-Bas [3], en Hongrie [4] ou encore en Roumanie. Elle est la plupart du temps com- plétée d'un marché d'ajustement, permettant à l'opéra- teur de réseau d'une part d'équilibrer production et consommation, et d'autre part de résoudre les problèmes de congestion [5,6]. Dans un environnement dérégulé, échanger des don- nées et des informations de manière efficace et sûre avec les acteurs de marché (qu'il s'agisse des responsables d'équilibre ou des acteurs du marché d'ajustement) devient critique pour l'opérateur de réseaudans sa tâche de conduite du système de transport d'énergie. Cela inclut le processusde notifications de programme et de validation par le responsable d'équilibre (nommé BRP pour Balance Responsible Party par ETSO - European Transmission System Operators), la soumission d'offres par les acteursdu marché d'ajustement, ainsi que la noti- fication à ces acteurs des appels de réserve par l'opéra- teur de réseau. Ces opérations peuvent être facilitées par la mise en place par l'opérateur de réseaud'une infrastructure infor- matique supportant le système de marché. Il s'agit de mettre à disposition des acteursde marchédesmoyens de communication, via internet, garantissantun service inin- terrompu. Le systèmede marché doit, de plus, intégrer des procéduresbusinesscohérentesafin de séquencer lestâches critiques de l'opérateur de réseauet desacteursde marché. Il s'agit en particulier de s'assurer que toutes les données nécessaires au bon fonctionnement du systèmede puissan- ce sont correctement échangées et traitées au moment approprié. Enfin, des procédures opérationnelles doivent être définies afin de gérer le systèmede manière satisfai- santeà la fois dansdessituations normaleset critiques. E 5 5 E N E L SYNOPSIS L'infrastructure informatique supportant le systèmede marché constitueunchaînon fondamental delacoordination entrel'opéra- teurderéseau et lesacteurs demarché. Outrelerespect d'uncri- tèrede disponibilité fort,elledoitfaciliterle traitement desinfor- mations, ainsiquelagestion et lasupervision dumarché àtoutes sesétapes.Enfin,desprocédures opérationnelles définissent les actionsdel'opérateur demarché, quecesoitdansdessituations d'exploitation normales ouanormales. Themarketsysteminfrastructure is a keyissuefor thecoordina- tionbetween thesystem operator andthemarket players. Besides the enforcement of the highavailability criteria,it facilitates the dataprocessing, aswellasthe marketmanagement andmonito- ringatallstepsprocess. Last,operational procedures regulate the marketoperator actions,bothon normalor abnormal operation situations. REE Nn 8 Septembre 2005 Dossier INFRASTRUCTURES CRITIQUES " 1 1 1 c 1 l Repaniîion cle cliaige Acces Intel net Authentification Filtrage , 1 ::.% Figure1.Structured'une interfacewebd'aan système de marché. Infrastructure web d'un système de marché Lorsque les échangesde donnéesentre les différents acteurs de marché s'effectuent à travers une place de marché accessible via internet, les utilisateurs externes doivent pouvoir atteindre les serveurs web à tout moment. Un mécanisme d'authentification adéquat doit alors être mis en place afin de protéger les informations commercialement sensibles. Afin de répondre à ces critères, l'interface marché devrait être structurée en quatre niveaux : accès internet, filtrage, authentification et répartition de chargessur les serveurs (figure 1). Au niveau de l,accès à la plate-forme, il convient d,assurer la répartition de charge sur les différents ser- veurs disponibles, et de vérifier la disponibilité de chaque connexion. Il s,agit ici de contrôler plusieurs adresses cibles URL ou IP, telles que configurées par l,administra- teur du réseauinformatique, et de fournir un accèsconti- nu aux serveurs web, même lorsqu,un de ces serveurs n, estplus disponible. Le trafic entrant est alors réparti sur les serveurs disponibles afin de minimiser les risques de voir un lien saturé alors qu, un autre lien est disponible. Des équipements sont disponibles dans le commerce afin d,assurer ces fonctions. Certains d,entre eux incluent aussi un serveur DNS intégré et jouent le rôle de Domain Authority vis-à-vis des serveurs. La haute disponibilité de telles solutions est en général obtenue en déployant ces équipements en redondanceparallèle, le second étant en réserve du premier. Enfin, la fiabilité de l,accès à la plate-forme de mar- ché peut être améliorée par l,utilisation de deux routeurs en mode actif/passif, par connexion croisée à deux com- mutateurs externes. Cette architecture est montrée en figure 2. Chaque systèmede marché sedoit d'être protégé des intrus, afin d'empêcher la divulgation d'information confidentielle ou une perte de service. Un tel filtrage de sécurité est obtenu par la mise en place d'un firewall (pare-feu). Le firewall s'assure que seuls les utilisateurs autoriséspeuvent accéderaux ressourcesdu réseauinfor- matique dont ils ont besoin. L'authentification vérifie que l'utilisateur est patenté, tandis que le contrôle d'accès s'assure que l'utilisateur ne puisse accéder qu'aux res- sources qui lui sont autorisées. La distribution du trafic peut se faire par de multiples gateways (passerelles) redondants,afin d'accroître le débit total. En casd'indis- ponibilité d'un gateway, toutes les connexions doivent être re-dirigées vers le gateway de secourssansinterrup- tion de service. L'utilisation d'une infrastructure à clé publique (PKI - Public Key Infrastructure) est recommandée afin de sécuriserle système.Une PKI offre desservicesde confi- dentialité, d'intégrité, d'authentification et de non-répu- diation pour les applications informatiques et les transac- tions de commerce électronique. Il s'agit d'un systèmede certificats numériques utilisé pour vérifier et authentifier la validité des parties impliquées dans une transaction électronique. Le principe repose sur l'utilisation de deux clés, une publique et une privée. L'émetteur utilise la clé publique de son correspondant pour chiffrer son message, tandis que le récepteur utilise sa clé privée pour déchif- frer le messagede l'émetteur. Il est à la fois impossible de déterminer la clef privée depuis la clef publique, et de déchiffrer le messagesans la clef privée. La PKI permet donc la transmission en toute confidentialité des mes- sagesà son unique propriétaire, et l'authentification des messages émis par ce dernier. Le service d'intégrité donne la garantie que le messagen'a pasété modifié par une autre personne que son auteur, tandis que le service de non-répudiation fait que l'émetteur du message ne peut nier l'avoir transmis. Un outil d'alerte, fonctionnant 24 h/24, 7 j/7, peut aussiêtre mis en place afin d'identifier les problèmes sur- venant sur la plate-forme dès leur apparition, et d'alerter REE No 8 Septembre 2005 L'infrastructure des systèmes de marché : un enjeu majeur pour la sûreté des réseaux électriques ; x. i -., x.: i ., iJA . ! -, : ! -%. i \ -'a& I ''*' -,'t ... .. : **'-.''--j. . a 1 1 v s v s s a 1 W. i i s 1 \'. J h./ (. .'U. -'..u.'-. -'.....u ".,...n.'' : 0.1-. ; -.,,,,,'_'IIIt : - ; 1 ,1 . ! -- Figavre2. Architectitre de l'iiiterface Web. ACTEURS DEMARCHÉ OPÉRATEUR DEMARCHÉ/OPÉRATEUR DERÉSEAU Participant D-- Télechargeme, de fichiers Écha » ges parcourrier électronique Systèmede marché >1 IHM web participant.. Communication par courrier électronique *-b /1 IHM opérateur D Traitement des données Entrée 1 sortie Base de données Système demarché Opérateurde marché Figure 3. Processus d'échange de données. l'équipe de maintenance, et ce afin de minimiser autant que possible le temps d'indisponibilité. La notification d'incident peut se faire par l'envoi d'un courrier électro- nique, contenant les informations essentielles concernant l'incident. La réception d'un courrier électronique peut être signifiée à 1,équipe de maintenance par l'envoi d'un SMS. Echange de données Les acteurs de marché doivent fournir des données à l'opérateur de réseau, telles que des notifications de pro- gramme de production, ou encore des offres d'ajuste- ment. L'opérateur de réseau peut aussi mettre à disposi- tion des acteurs des données et résultats de marché, et ce dans des espaces publics ou privés. Les deux canaux d'échange de données les plus populaires sont le télé- chargement bidirectionnel de fichiers, et l'envoi et récep- tion de courriers électroniques. al Téléchargement bidirectionnel de fichiers Les acteurs de marché peuvent échanger des données avec l'opérateur de réseau à travers des fichiers. Le télé- chargement de ces fichiers peut se faire à travers HTTP ou HTTPS. Ce mécanisme remplace de plus en plus le mécanisme plus ancien d'échange de fichier via FTP. La réception d'un fichier par le système informatique est notifiée à l'acteur de marché par l'insertion d'un message dans un journal de bord technique, accessible dans un espace privé de l'interface web. Un certain nombre d'informations, telles que l'heure de réception du fichier et un identifiant pour les données reçues, sont incluses dans le message. Surtout, le téléchargement de fichiers vers la plate-forme de marché via HTTPS permet REE No 8 Septembre 2005 Dossier INFRASTRUCTURES CRAQUES MUA MTA e :iL -l Utilisateur Serveur courriel entrant (POP3) Serveur courriel sortant (SMTP) MUA IMUMUF MT MTA - 1 Utilisateur Serveur courriel entrant (POP3) Serveur courriel sortant (SMTP) INTERNET Figure 4. Structure d'échange de courriers électroniques. aux acteurs de marché de vérifier immédiatement que ces fichiers ont été reçus et traités correctement. En parallèle, certaines informations de marché sont mises à disposition des acteurs de marché par l'opérateur de réseau dans les espaces privés ou publics, par l'inter- médiaire de fichiers à télécharger. b) Système de messagerie électronique L'échange de données et informations entre acteurs de marché et l'opérateur de réseau peut se faire par courriers électroniques (ou plus précisément par fichiers attachés au courrier électronique). La figure 3 illustre ce processus. Zn La structure la plus courante permettant d'échanger des courriers électroniques via internet repose sur des ser- veurs SMTP, des serveurs POP3, et un ensemble de MUA (Mail User Agents) et MTA (Mail Transfer Agents) (figu- re 4). Le MUA permet à l'utilisateur de lire et écrire des courriers électroniques. Le MTA s'occupe de la distribu- tion au serveur SMTP des courriers électroniques écrits par l'utilisateur. Le serveur SMTP est le serveur de cour- rier sortant utilisé par l'utilisateur pour envoyer un cour- rier à travers l'internet, le serveur POP3 étant quant à lui le serveur de courrier entrant. Le receveur questionne le serveur POP3 pour obtenir les courriers entrants. Dans une telle structure, POP3 et SMTP sont les protocoles uti- lisés respectivement pour obtenir et envoyer les courriers électroniques. Bien que d'autres protocoles existent, POP3 et SMTP sont les plus populaires dans le domaine de la communication par courrier électronique. Le système de marché doit donc régulièrement récu- pérer les courriers entrants, puis les traiter. Les courriers sortants doivent être envoyés à la passerelle SMTP de l'opérateur de réseau, et envoyés en copie dans une boîte aux lettres dédiée pour audit. Lors du traitement des courriers entrants, des contrôles de cohérence devraient être effectués, tels que : Contrôler si l'expéditeur est recensé comme un contact valide, et s'il est autorisé à envoyer des courriers électroniques au système Contrôler si le sujet du courrier électronique est valide. Le sujet sera analysé afin d'identifier le type de traitement à exécuter Répondre au contact en lui envoyant par courrier électronique le résultat du traitement spécifié dans le sujet du courrier. Cependant, ce canal présente des inconvénients qui peuvent être rédhibitoires dans certaines circonstances. En effet, l'acteur de marché n'obtient pas un statut immé- diat du traitement de la soumission du fichier. De plus, la date de réception du courrier électronique ne peut être garantie. Par conséquent, ce canal devrait être évité dès qu'il s'agit d'opérations soumises à des contraintes de temps qui peuvent se révéler critiques. Procédure business d'une plate-forme de marché Le bon fonctionnement d'une place de marché passe par une coordination entre tous les utilisateurs de la plate- forme informatique, coordination assurée par des règles rigoureuses devant permettre l'accomplissement de diffé- rentes tâches suivant un ordre chronologique. Ces tâches REE No 8 Septembre 2005 infrastructure des systèmes de marché : un enjeu majeur pour la sûreté des réseaux électriques correspondent à des procédures business du système de marché. Le respect strict de ces procédures aidera à l'opération du réseau avec fiabilité. Idéalement, ces procédures business reposent sur des guichets. Un guichet est une période de temps définie par des heures de début et de fin (ou heures d'ouverture et de fermeture de guichet). Certaines actions liées aux pro- cédures business d'une plate-forme de marché sont conditionnées par le statut (ouvert) du guichet. Par exemple, dans un marché d'ajustement, la soumission d'offres d'ajustement par les participants au marché ne peut pas être effectuée en dehors de la période d'ouverture du guichet de soumission d'offre. De plus, le changement de statut de guichet (et plus particulièrement lors d'une fermeture) peut s'accompagner du déclenchement d'une tâche informatique. Par exemple, dans le cadre d'un marché d'ajustement à caractère obligatoire (où les participants doivent soumettre des offres à hauteur de leur capacité de production), la fermeture du guichet de soumission d'offres peut s'accompagner d'une fonction de contrôle de respect de l'obligation de soumission. La tenue d'un journal de bord business fournit un historique complet des actions et événements relevant des procédures business. Ce journal de bord trace les ouvertures et fermetures de session des utilisateurs, les ouvertures et fermetures de guichet, les actions de télé- chargements de fichier, etc. Bien entendu, les informa- tions du journal de bord business sont compartimentées afin de mettre à disposition des acteurs de marché uni- quement les informations les concernant. Le journal de bord technique, quant à lui, permet aux utilisateurs du système d'accéder aux messages générés par des tâches de fond, telles que la validation des offres soumises par téléchargement d'un fichier. Il contiendra, par exemple, les erreurs syntaxiques et sémantiques repérées lors du traitement d'un fichier téléchargé. En fournissant la nature des erreurs rencontrées lors du traitement des données, ce journal de bord permet aux acteurs de marché de réagir rapidement lors de l'échec de soumission des données. Procédures opérationnelles d'un système de marché Une architecture de plate-forme de marché judicieuse, combinée à des procédures business bien définies et cohérentes, ne suffit cependant pas à assurer l'opération satisfaisante d'un système de marché. En effet, des procédures opérationnelles doivent être définies afin d'aider l'opérateur à mettre en oeuvre le système de mar- ché au jour le jour, ainsi qu'à faire face à des situations inhabituelles. Bien souvent, ces procédures opération- nelles diffèrent d'une place de marché à une autre. Aussi cette section n'a-t-elle pas la prétention de présenter un état de l'art. Il s'agit plutôt d'illustrer ce point fondamental par des pratiques mises en place sur certaines places de marché pour opérer en situation normale, ainsi que pour faire face à des conditions d'urgence. a) Conditions normales d'opération Comme le volume de données à traiter peut être très important, il est fondamental de s'appuyer sur des tâches automatisées vérifiant, par exemple, que les données attendues ont bien été reçues et traitées correctement. La plate-forme de marché doit être conçue pour indiquer de façon précise et synthétique l'état courant. Ainsi doit-elle identifier et afficher à l'opérateur de manière concise les problèmes potentiels : inconsistance de données lors de la notification de contrats bilatéraux entre deux respon- sables d'équilibre, volume d'offres d'ajustement insuffi- sant pour couvrir le volume de réserve requis, etc. Une plate-forme de marché, utilisée pour des fonctions temps réel, peut aussi inclure des outils de supervision. Par exemple, un système de marché d'ajustement peut intégrer un applicatif de supervision de la réserve. Sur un horizon s'étalant de la veille jusqu'à la fin de la journée, les écarts énergétiques entre le niveau de charge notifiée par les responsables d'équilibre et la charge réelle, peuvent être évalués à partir des données mises à jour (prévision de charge, prévision de production à partir de l'éolien...). Dans le cas où un temps minimal de notification d'appel est associé aux offres d'ajustement, la réserve disponible peut être calculée suivant une heure limite d'appel : ces heures limites d'appel indiquent au dispatcheur le niveau de réserve qui ne sera plus disponible si celui-ci n'est pas appelé avant l'heure en question. De plus, des outils d'aide à la décision peuvent être intégrés à la plate-forme de marché. Ainsi, dans le cadre d'un marché d'ajustement, en cas de congestion ou d'écart énergétique significatif, le dispatcheur peut faire appel à un outil d'optimisation fournissant des recom- mandations d'appel de réserve sur un critère de moindre coût. L'utilisation d'un tel outil permet de garantir la pertinence économique du marché d'ajustement, assurant la transparence et l'équité de la place de marché. S'il doit être possible au dispatcheur de forcer l'exclusion ou la sélection d'offres, ce dernier doit alors justifier et tracer toute décision ne respectant pas les critères économiques par des moyens appropriés (champ commentaire, motifs d'exclusion ou de sélection prérenseignés, etc.). Une fois la solution déterminée, un indicateur de confirmation permet au dispatcheur de marquer, avant validation finale, les appels de réserve confirmés téléphoniquement par les participants. Une fois les appels de réserve validés par le dispat- cheur, ceux-ci peuvent être notifiés aux participants concernés via un courrier électronique, et/ou en mettant à disposition dans la zone de téléchargement du site internet REE No 8 Septembre 2005 Dossier INFRASTRUCTURES CRITIQUES du marché d'ajustement un fichier d'appel de réserve, contenant les informations d'appel de réserve (heure de début et de fin de livraison, niveau d'énergie...). De plus, un mécanisme d'accusé de réception peut être mis en place via le site web, où les participants doivent confirmer l'appel de réserve. b) Conditions précritiques Durant le fonctionnement du marché, des conditions de pré-urgence sont identifiées lorsque l'opérateur de réseau n'est plus sûr d'avoir à disposition les ressources pour assurer l'équilibre production-consommation dans un futur proche. Une telle situation peut survenir dans de nombreuses circonstances, en fonction du type de système de marché (gestion des notifications, marché d'ajustement, marché de services ancillaires, etc.). A chaque situation, des règles spécifiques doivent être définies afin de sortir de ces conditions de pré-urgence aussi rapidement que possible : Dans un marché décentralisé, un responsable d'équilibre pourrait ne pas fournir à temps ses pro- grammes de génération et de consommation (i.e. avant la fermeture du guichet de notification des programmes). L'opérateur de réseau devrait alors être capable de définir les programmes manquants, en coordination avec le responsable d'équilibre concerné (typiquement par appels téléphoniques). Cependant, dans l'hypothèse où le volume de don- nées à saisir manuellement est particulièrement important, une telle solution n'est pas pertinente. Une alternative serait que l'opérateur de réseau puisse ouvrir et fermer un guichet exceptionnel de notification de programmes. Cela permettrait au responsable d'équilibre fautif de soumettre son fichier, et à l'opérateur de réseau de tirer profit des contrôles automatiques du système informatique. Si le fait d'avoir à disposition une telle fonctionna- lité est crucial pour la sécurité et la fiabilité du réseau électrique, les responsables d'équilibre doivent cependant être incités à respecter les guichets. Aussi, ouvrir un guichet exceptionnel devrait s'accompagner d'une amende facturée au responsable d'équilibre qui n'a pas soumis ses programmes à temps. 'Le volume de réserve soumis dans le marché d'ajustement ne couvre pas les besoins de l'opérateur de réseau. Plusieurs procédures peuvent être défi- nies dans une telle situation : - Un mécanisme de messageries peut être mis en place. L'opérateur peut émettre un message à l'adresse des participants via l'interface web, ou encore par l'intermédiaire de courriers électro- niques ou de SMS, les invitant à soumettre des offres d'ajustement supplémentaires. L'opérateur de réseau doit alors pouvoir ouvrir et fermer un guichet exceptionnel de soumission d'offres afin de recevoir des offres supplémentaires. De plus, comme ce déficit de réserve peut concerner seu- lement un sous-ensemble du réseau, l'opérateur de réseau devrait pouvoir diffuser ce message seulement auprès des participants possédant des moyens d'injection ou de soutirage dans le péri- mètre où le déficit de réserve a été identifié. - Lesystème de marché peut inclure des offres permanentes. A partir de données permanentes concernant les générateurs (niveau minimal de génération, capacité maximale, contrainte de rampe), ainsi que des prix par défaut, des offres supplémentaires peuvent être créées par la plate- forme de marché, sur demande de l'opérateur. D'ailleurs, certaines règles de marché prévoient d'utiliser ces offres permanentes en cas de défaillance du participant à soumettre des offres d'ajustement. En temps réel, en cas de perte d'un moyen de production, le dispacheur doit réagir aussi rapide- ment que possible. Dans une structure de marché décentralisée, le dispatcheur doit appeler des offres de réserve à travers le marché d'ajustement. Cependant, puisqu'il se doit de réagir sous contrainte de temps, il peut être amené à faire des appels de réserve sans respecter les critères de pré- séance économique. La plate-forme de marché doit être conçue afin d'aider le dispacheur à tracer les décisions prises. L'interface opérateur doit lui per- mettre de sélectionner les offres à travers un écran dédié, et de les marquer comme notifiées lorsque le dispacheur obtient l'accord du participant par télé- phone. Un outil de ré-optimisation devrait alors être à disposition et utilisé une fois cette tâche complétée : il identifierait les appels de réserve effectués en violation du critère de préséance éco- nomique, et proposerait de les remplacer par des offres plus économiques. Non seulement un tel dispositif permet d'améliorer l'efficacité du marché, mais il permet aussi au dispacheur de rendre disponible à nouveau les moyens de production à réaction rapide mis en oeuvre pour compenser la perte soudaine d'un générateur. Dans certaines places de marchés, l'opérateur de réseau peut lancer des ordres de modification de programme pour raison d'urgence. Il peut s'agir de modifications de programmes de génération, d'ordres de démarrage de moyens de production supplémentaires, voire d'ordres de délestage. Très souvent, le dispatcheur est autorisé à dépasser tem- porairement certaines limites techniques. Ces modifications, demandées par téléphone auprès des participants concernés, doivent être tracées dans le système d'information, non seulement afin REE NO 8 Septembre 2005 L'infrastructure des systèmes de marché : un enjeu majeur pour la sûreté des réseaux électriques de mettre à jour les programmes de génération ou de charge, mais aussi dans une optique de valorisa- tion. Ce type d'ordre est en général payé sur la base d'un prix défini par le régulateur, ou bien précé- demment négocié directement entre l'opérateur de réseau et le participant. De plus, le dispatcheur doit pouvoir marquer, via un écran dédié, que l'ordre a été accepté par le participant. Cet acquittement a la plupart du temps seulement un but informel, aidant l'opérateur de réseau à tracer les participants déjà joints par téléphone. c) Conditions critiques Lorsque les contraintes de temps deviennent trop cri- tiques pour permettre à l'opérateur de suivre les règles de conditions pré-critiques, le marché est en général suspendu. Cette suspension prend fin dès que la situation est à nouveau considérée suffisamment stable et sûre pour opérer le marché dans des conditions normales. dl Conditions post-critiques Suite à une phase critique, il peut être nécessaire d'en- trer dans une phase dite de « réconciliation ». Cette tâche est de la responsabilité des opérateurs back-office. Il s'agit de saisir a posteriori dans le système d'information l'ensemble des informations manquantes ou incorrecte- ment saisies, et ce afin de pouvoir accomplir une valori- sation. Cette tâche s'effectue en coordination avec les participants sollicités durant la phase critique. Conclusion Si les règles de marché définissent le cadre légal permettant d'opérer les marchés d'énergie en coordination avec le réseau électrique, le système informatique assis- tant l'opérateur de marché dans sa tâche doit être conçu afin de satisfaire une exigence de haute disponibilité. De plus, un système de marché de l'énergie ne peut être opéré d'une manière satisfaisante que si des procédures business et opérationnelles cohérentes ont été définies correctement. D'une place de marché à l'autre, ces procédures opérationnelles peuvent être totalement différentes, même si les règles de marché sont proches. En effet, ces procédures doivent être élaborées en fonc- tion des spécificités du réseau électrique, ainsi que des pratiques et de l'expérience acquises par l'opérateur de réseau par le passé. De plus, ces procédures peuvent nécessiter des révisions, en particulier lorsque le code de marché évolue. Cependant, certains principes peuvent être communément partagés, quel que soit le marché de l'énergie en question. De plus, le système informatique supportant la place de marché doit être suffisamment flexible afin de faciliter sa maintenance et son évolution lorsque les règles de marché changent. Alors que la structure des marchés de l'énergie va devenir de plus en plus compétitive et complexe avec l'introduction de nou- velles commodités, telles que les services ancillaires, définir des procédures business et opérationnelles appro- priées va se révéler de plus en plus critique. Références [11 "Responsable d'équilibre - Règles et contractualisation " Site web de RTE: www.rte-france.com [2] "Transmission Code 2003 - Network and System Rules of the German TransmissionSystem Operators". Verband der Netzbetreiber - VDN. August 2003. www.vdn-berlinde [3] "Tenne T Procedures and regulatlons - Operations". Site web de TenneT : httpl/www.tennetnl/english/proce- dures/operations [41 "Code of Commerce". Site web de MAVIR : www.mavir.hu [5] "Current State of Balance Management in Europe". ETSO report. December 2003. www.etso-netorg [6] S. AMMARI, J.-C.PASSELERGUE. C. GALZIN,G. SZTRÀDA : " A market clearing solution for the Hungarian balancing market " Proc. of the IEEE/PES2003 General Meeting, Toronto, Ontario, Canada.2003. a u Et Jean-Christophe Passelerguea obtenuen 1994le diplôme d'ingénieuren électrotechnique et électronique industrielle de l'Ecole nationale supérieure des Arts et industries de Strasbourg. En 1998,il a obtenuson doctoraten génieélec- triqueà l'Institut national polytechnique deGrenoble. II a contri- buéau seind'AREVA T&Ddepuis1999audesignet à Fimpié- mentation denombreuses plates-formes demarché de l'énergie électrique à traverslemonde. REE NO 8 Septembre 2005