Les applications industrielles et scientifiques des logiciels libres : aperçu général

05/09/2017
Publication REE REE 2005-11
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2005-11:19819
DOI :

Résumé

Les applications industrielles et scientifiques des logiciels libres : aperçu général

Auteurs

Autoconsommation : le débat ne fait que commencer
Un mix gazier 100 % renouvelable en 2050 : peut-on y croire ?
La fiscalité du carbone se renforce
Stratégie nationale bas carbone : les premiers indicateurs de résultats interpellent
Eoliennes flottantes : deux inaugurations importantes mais beaucoup d’incertitudes demeurent
Vers un cluster de l’hydrogène dans la région de Liverpool-Manchester
Les batteries Li-ion pour l’automobile : un marché en pleine évolution
Mobileye et le Road Experience Management (REMTM)
La cyber-sécurité dans les systèmes d'automatisme et de contrôle de procédé
Les applications industrielles et scientifiques des logiciels libres : aperçu général
Les applications industrielles des logiciels. libres
Les applications industrielles des logiciels libres (2ème partie)
L'identification par radiofréquence (RFID) Techniques et perspectives
La cyber-sécurité des automatismes et des systèmes de contrôle de procédé. Le standard ISA-99
Êtes-vous un « maker » ?
Entretien avec Bernard Salha
- TensorFlow, un simple outil de plus ou une révolution pour l’intelligence artificielle ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis se retirent de le l’accord de Paris
L’énergie et les données
Consommer de l’électricité serait-il devenu un péché ?
Un nouveau regard sur la conjecture de Riemann – Philippe Riot, Alain Le Méhauté
Faut-il donner aux autorités chargées du respect de la loi l’accès aux données chiffrées ?
Cybersécurité de l’Internet des objets : même les ampoules connectées pourraient être attaquées
L’Internet des objets - Deux technologies clés : les réseaux de communication et les protocoles (Partie 2)
ISA L’évolution des normes et des modèles
FIEEC - SEE - Présentation SEE et REE - mars 2014
Les radiocommunications à ondes millimétriques arrivent à maturité
L’Internet des objets - Deux technologies clés : les réseaux de communication et les protocoles (Partie 1)
Internet des objets : l’ARCEP et l’ANFR mettent à la consultation l’utilisation de nouvelles bandes de fréquence autour de 900 MHz
L’énergie positive
Controverses sur le chiffrement : Shannon aurait eu son mot à dire
La cyberattaque contre les réseaux électriques ukrainiens du 23 décembre 2015
Le démantèlement des installations nucléaires
L’Accord de Paris
Les data centers
L’hydrogène
Le piégeage et la récolte de l’énergie. L’energy harvesting
Régalez-vous, c’est autant que les Prussiens n’auront pas...
Le kWh mal traité Deuxième partie : le contenu en CO2 du kWh
Le kWh mal traité
Enova2014 - Le technorama de la REE
Les grands projets solaires du pourtour méditerranéen
Après Fukushima, le nucléaire en question ?
On sait désormais stocker les photons pendant une minute
Identification d’objet par imagerie fantôme utilisant le moment orbital angulaire
La découverte du boson de Higgs, si elle est avérée, confirmera le modèle standard
Multiplexage par moment angulaire orbital : mythe ou réalité ?
Supercalculateur quantique: le choix de la supraconductivité
Photovoltaïque : la course au rendement se poursuit
Production d’hydrogène par photolyse de l’eau assistée par résonance plasmon
Vers une meilleure compréhension du bruit de scintillation
Les nombres premiers en première ligne
La nouvelle révolution des moteurs électriques
Les cyber-attaques, un risque pour nos grandes infrastructures ?
Le stockage de l’électricité
Le véhicule électrique (2) : comment donner corps à la transition énergétique ?
L'automatisation des transports publics
Les technologies nouvelles de l’éclairage : leur impact sur l'environnement et la santé
Les énergies marines renouvelables
Le véhicule électrique : une grande cause nationale
Médaille Ampère 2012
Berges2009_Hauet.pdf
Prix Bergès 2009

Métriques

34
8
1.46 Mo
 application/pdf
bitcache://2ad42678f26d4c0b742a000bf10727fbd4d055b9

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2005-11/19819</identifier><creators><creator><creatorName>Jean-Pierre Hauet</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Les applications industrielles et scientifiques des logiciels libres : aperçu général</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2017</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Tue 5 Sep 2017</date>
	    <date dateType="Updated">Tue 5 Sep 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Fri 13 Jul 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">2ad42678f26d4c0b742a000bf10727fbd4d055b9</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>33617</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

Repères LES APPLICATIONS INDUSTRIELLES DES LOGICIELS LIBRES m Les applications industrielles et a nfu scientifiques des logiciels libres Ir Ir aperçu général Par Jean-Pierre HAUET Associate Partner BEA Consulting- Président ISA-France Mots clés Logiciels libres, Gratuiciels, GNU,Licences, Copyleft, Brevetabilité des logiciels 1. Freeware et free software La notion de « logiciel libre » prête souvent à confu- sion. Beaucoup s'imaginent qu'un logiciel libre est un logiciel gratuit, et il est exact que des logiciels libres le sont effectivement. Mais là ne réside pas leur caractéris- tique principale. Un logiciel libre n'est pas nécessairement gratuit. Par contre, un logiciel libre est par définition libre de droit d'usage et de modification.Zn L'ambiguïté provient du double sens qui s'attache au mot « free » en anglais : . « free » peut signifier « gratuit » et des logiciels gratuits seront appelés « freeware » », . mais « free » peut aussi signifier « libre » et on débouche alors sur la notion de « logiciels libres » ou « free software » en anglais. " Freeware is a matter of liberty, not price - You f should think of'free Il as in " free speech La notion de logiciel libre payant surprend. Pourtant, s'agissant surtout d'applications professionnelles, elle devrait rassurer. Un bien doté d'une valeur économique a normalement un prix, et les logiciels libres n'échappent pas à cette règle. 2. Les « freewares » Les logiciels libres sont nés postérieurement aux « free- wares » ou « grattticiels » dont l'apparition remontent à 1982. La notion de freewares a été introduite par Andrew Fluegelman, auteur d'un logiciel de communication, PC- Talk, qu'il ne souhaitait pas promouvoir et distribuer par des voies traditionnelles. Son modèle économique était en fait davantage celui du shareware (voir plus loin) que celui du freewares au sens où on l'entend aujourd'hui, c'est-à-dire : 0 un locriciel dont l'auteur autorise gratuitement c l'utilisation, Free Software Fondation : http ://www.fsforg s s Apparu en 1984, le modèle économique des logiciels libres est souvent confondu avec celui des freewares, dont la gratuité est avant tout un acte commercial. Les logiciels " libres », au sens libres d'accès, procèdent d'une autre approche et ont vocation à valoriser les synergies entre concepteurs, développeurs et utilisa- teurs. L'exemple-type est celui du système GNU-Linux qui a ouvert la voie à des dizaines de milliers d'autres logiciels dans les domaines les plus variés. Les logiciels libres constituent un domaine de prédilection pour l'innovation, et sont aujourd'hui une alternative possible aux logi- ciels propriétaires, y compris dans les domaines les plus exi- geants des applications industrielles et scientifiques. Toutefois, un certain nombre de précautions doivent être prises avant de les adopter. Par ailleurs, la question toujours pendante de la breveta- bilité des logiciels reste une question fortement débattue qui peut avoir une incidence sur leur avenir. YNOPSIS Since its apparition in 1984, the free software business model is often mixed up with the freeware one. Freeware responds to a commercial strategy while free software results from another approach and is aiming at capitalizing on synergies between desi- gners, developers and users. The typical example is GNU-Linux which led the way to dozens of thousands of other software products in the most various appli- cation areas. The free software is a privileged field for innovation and is today a candidate option for replacing proprietary software, including in the most demanding area of industrial and scientific applications. However, a number of precautions must be taken before making a decision. Moreover, the issue of software patentability remains open and is widely debated. It may have a significant impact on the future of free software. REE N°n Décembre2005 epères LES APPLICATIONS INDUSTRIELLES DES LOGICIELS LIBRES . tout en conservant les droits de propriété intellectuelle, sans cyénéralement donner accès au code source, Zn . sans autoriser les modifications. Les freewares sont fréquemment téléchargeables sur Internet. Il s'agit souvent de produits d'appel destinés à inciter à l'acquisition, payante cette fois, de logiciels inter- opérables avec eux. A titre d'exemple, on peut mentionner : Adobe Re (ider'et Maci-oi) ieclia Flash Player Les freewares peuvent également servir de supports publicitaires aux fameux « polo-up » qui encombrent nos écrans. On parle alors de « adwares ». Mais ces adwares dégénèrent fréquemment en spywares, qui épient le com- portement et les habitudes des utilisateurs à leur insu. Ces spywares peuvent eux-mêmes dégénérer en virus, véri- tables fléaux du monde informatique actuel. Une variété importante de freewares est celle des /- rewares. L'appellation shareware fut en fait utilisée afin de contourner les droits exclusifs d'exploitation qui avaient été acquis par Andrevv Fluegeliiian sur celle de freeware, mais les freewares de Fluegelman étaient dans la réalité des sharewares, c'est-à-dire des ; . logiciels mis gratuitement mais temporairement à la disposition des utilisateurs, à des fins de test ou de promotion commerciale, . avec des droits d'usage limités dans le temps ou par le nombre d'utilisations, . sans aucun transfert de propriété intellectuelle. WinZip'ou l'outil de veille automatisée KBcrawll sont des exemples de sharewares. Parmi les sharewares, on pourra distinguer les cripplewares qui passent en freewares à l'expiration de leur période de test, mais avec des fonctionnalités réduites. L'éditeur de formules mathématiques, compatible Wor-d, Mathtypel en est un exemple. Comme on le voit, il y a toujours, derrière la notion de freeware, une approche marketing, plus ou moins sophisti- quée, qui fait de la gratuité d'utilisation du logiciel, perma- nente ou définitive, un argument de promotion ou de vente pour le logiciel lui-même ou pour des produits associés. . t 9 .. v9U'Ili s 9 IIIpl . Figure 1. Photo de Richard Stallman extraite de l'encyclopédie libre Wikipedia. 3. La notion de logiciel libre Les logiciels libres ou free sofwares s'inscrivent au contraire dans un certain idéal, souvent -mais pas toujours- désintéressé. Leur philosophie s'est construite vers 1984 autour du projet GNU et peut se définir ainsi : « S'appuyer sur une communaceté d'intérêts entre chercl2eurs, développeurs et utilisateurs afin de parvenir à des logiciels non assujettis aux contraintes des logiciels propriétaires ». Le projet GNU a été lancé en 1984 par Richard Stallman " afin de développer un système d'exploitation complet, libre d'accès, compatible avec Unix. GNU (prononcer guh-noo) est un acronyme récursifc signifiant « GNU's Not UNIX ». Ce projet, très modulaire, connut une avancée décisive en 1991 avec l'apport de Linus Torvals s, créateur du noyau Linux. Aujourd'hui, l'ensemble GNU-Linux est souvent appelé « Systèriie GNUILintix ». Il est largement utilisé et fournit la base des " distributions Linux ". La notion de logiciel libre a été théorisée par la FSF' (Free Software Foundation), créée en 1985 par Richard Stallnian, qui a posé quatre principes de base (voir tableau 1). 2 3 4 6 7 8 Adobe www.adobe.org Macromedia www.macromedia.com WinZip Computing www.winzip.com BEA Conseil www.beaconseil.com Design Science Inc www.dessci.com/en/company Voir Sam Williams - " Ft-ee Éis iii fi-eedoiii - Ric,hai-d Stcilli7i (iii's ci-iisadef (-.f-ee so.ftivai-c," - Editions O'Reilly - mars 2002. 9 Voir Linus Torvals -David Diimond - « Il était i (iiefois Liiiiix - L'e-icti-cioi-diiiaii-e liistoire d'i (iie o-éoliitioi7 cic itieiitelle » - Editions Osman Eyrolles Multimedia - mai 2001. www.redhat.com et www.mandriva.com REE No Il Décembre2005 Les applications industrielles et scientifiques des logiciels ibres- Aperçu général 1.Ledroitd'exécutersanscontraintele programme(liberté0). 2.Ledroitd'étudiercommentfonctionneleprogrammeet del'adapter à sesbesoins.Ceciimpliquel'accèsau codesource(liberté1). 3. Ledroit de redistribuerdes copiesafin d'aiderd'autresutilisateurs (liberté2). 4. Ledroitd'améliorer leprogrammeetdediffuserlesperfectionnements afind'enfaire bénéficiertout utilisateurpotentiel.l : accèsaucode- sourceestégalementun prérequis(liberté31. Tableau l. Les principes de base des logiciels libres selon la FSF La notion de logiciel libre se réfère donc à la liberté, pour les utilisateurs, d'exécuter, de reproduire, de distribuer, d'étudier, de modifier et d'améliorer le logiciel. Mais libre ne veut pas nécessairement dire gratuit. Le développement d'activités commerciales autour de logiciels libres : services de distribution, de maintenance, de formation etc. est parfaitement possible. Les sociétés Red Hat et Mandriva (ex Mandrakesoft), toutes deux distributrices de plates-formes Linux, en sont des illustrations. Libre ne veut pas dire non plus exempt de licence : les utilisateurs néophytes de logiciels libres sont souvent sur- pris d'avoir à prendre connaissance et à respecter les termes d'une licence gouvernant l'utilisation d'un logi- ciel qu'ils pensaient a priori exempt de toute contrainte ln. Nous y reviendrons plus loin. 1 n 4. Le copyleft Dans la gestion des logiciels libres, la question des modifications est délicate : en l'absence de protection sur la propriété intellectuelle, un utilisateur peut s'appuyer sur une base réputée publique pour développer des amé- liorations, dont il fera un logiciel propriétaire. Pour pallier ce risque, la FSF a imaginé et développé le concept de « copyleft ». Le « copyleft » permet de faire en sorte que les versions modifiées ou étendues d'un logiciel libre le soient également. Le « copyleft » s'appuie sur le « copyright », mode usuel de protection des logiciels. Mais les conditions de distribution d'un logiciel libre « copylefté » imposent à chaque utilisateur apportant des modifications ou déve- loppant un logiciel dérivé, de distribuer, s'il décide de le faire, le produit de ces modifications ou améliorations dans les mêmes conditions que le logiciel initial. Le « copyleft » correspond à une notion de transitivité. Mais il souligne l'importance des licences dans le domaine des logiciels libres aussi bien que dans celui des logiciels propriétaires. 5. Les dérives idéologiques et la création de l'Opensource Initiative (OSI) On l'aura compris : la notion de « logiciel libre » ne correspond pas à une définition légale. La FSF a cherché 1 0 à « s'approprier » de facto le contrôle de l'appellation au travers de la licence GNU GPL (General Public Licence) Il. Mais le mouvement GNU, héritier des idées libertaires des années 1970, est apparu à certains trop idéologique, trop politique, voire trop sectaire. Ainsi est née en 1998, l'Open Source Initiative " visant à donner au mouvement du « Libre » un caractère plus industriel et commercial. L'Open Source promeut des concepts qui sont très voisins de la FSF et logiciels libres et logiciels en Open Source sont souvent confondus. Il est vrai que les logiciels libres au sens FSF sont en règle générale Open Souce, mais l'inverse n'est pas toujours vrai, au regard notamment du critère relatif à la distribution des perfectionnements. Pour pouvoir se réclamer de l'Open Source et utiliser son logo (Figure 2), un logiciel doit satisfaire à 10 critères : 1 (DM 11 1 1, 1 open source Figure 2. Logo de 1'01,) en Sobirce Initiative. 1. Droitde libreredistribution,sansimpositionde royalties 2. Accèsau codesourcelibreetfacile 3. Droitde modificationet possibilitédedistribuerlesoeuvresdérivées danslesmêmestermesquele logiciel initial 4. Respectdudroitmoraldel'auteurdel'uvre initiale(traçageetnom- magedesoeuvresdérivées) 5. Pasdediscriminationsvis-à-visdespersonnesetdesgroupes 6. Pasderestrictionssurleschampsd'applications 7. Licenceapplicableàtous,sansrestrictionsadditionnelles 8. Licencenonspécifiqueà unproduitparticulier 9. Lalicencenedoitpasgénérerderestrictionssurd'autreslogiciels 10.Licencetechnologiquementneutre Tableau 2. Les JOcritères définissant bin logiciel en Opeii Source selon l'OSI. i Voir www.gnu.org/licenses Il www.opensource.org REE NO il Décembre2005 .. Repères) LES APPLICATIONS INDUSTRIELLES DES LOGICIELS LIBRES 6. Les licences Les tenants de la FSF et du « Libre », au sens natif du terme, sont souvent prompts à dénoncer des abus d'utilisation du qualificatif de « Libre », dont personne ne peut cependant revendiquer l'exclusivité. Nous pensons qu'il faut en la matière, s'agissant d'applications industrielles, adopter une approche pragmatique et non dogmatique, fondée essentiellement sur les objectifs que l'on s'est donnés. Dans cet esprit, les dispositions de la licence accom- pagnant la distribution d'un logiciel libre doivent toujours être examinées avec soin, surtout si l'on souhaite le modifier ou l'intégrer dans un produit matériel ou logiciel destiné à être commercialisé. La FSF a homologué au regard de ses critères, outre la licence de base GPL déjà citée, environ 25 licences jugées compatibles avec la GPL et 35 licences non compatibles. L'OSI a approuvé environ 60 licences. Les licences les plus connues sont : . GPL . Lesser GPL . Berkeley (BSD) . MIT . Mozilla (MPL) Le CNRS, l'INRIA et le CEA proposent quant à eux la licence CcCILL, intégrant certains points particuliers du droit français. Pourquoi utiliser des logiciels libres, où les trouver, comment les choisir ? L'intérêt économique et financier est souvent la préoccupation la plus immédiate. Mais, même en l'absence de droits d'utilisation, il faudra, avant de prendre une décision, faire un bilan d'ensemble. Les mises à jour sont souvent plus fréquentes. 'La robustesse des logiciels peut être meilleure du fait de retours d'expériences d'un grand nombre d'utili- sateurs. Cependant, à cet argument, les professionnels du logiciel opposent souvent l'amateurisme de beau- coup de développeurs des communautés du « Lrbre ». Une meilleure sécurité contre les « backdoors » et les risques d'intrusion voire de prise de contrôle à distance. Une ouverture plus large sur l'innovation, sans volonté sous-jacente d'imposer une remise à niveau payante de la base matérielle et logicielle préexistante. Toutefois le modèle économique du " Libre " reste fragile. La pérenzzité des produits peut être une préoccupation, ainsi que leur maiuteuance.La question des services associés est essentielle. L'intérêt économique du " Libre " peut évidemment s'en trouver amoindri. Il faut donc porter une grande attention au choix des logiciels avant de les retenir pour des applications indus- trielles ou scientifiques. La palette est extrêmement large et 70 000 logiciels libres étaient, paraît-il, accessibles à la mi-2004. " On trouve des logiciels libres répondant à toutes sortes de préoccupations : . des systèmes d'exploitation : Linux restant le plus connu . des outils de programmation : Perl . des outils de bureautique : OpenOf,tce et la suite Internet M07illa : Fii-efox, T7iuiulerbird, SPIP Apticiie etc.1 . des logiciels d'éducation, de sciences des utilitaires (antivirus) des jeux, des logiciels multimédias etc... On peut dire aujourd'hui que le domaine du « Libre » n'a plus de limites. Ces logiciels sont accessibles à partir de sources diversifiées : . la presse spécialisée publie souvent des dossiers comparatifs ou thématiques, . les annuaires tenus par certaines organisations pro- posent des listes, souvent triées par chapitre. La FSF en propose, en collaboration avec l'UNESCO, 3 975 ; Framasoft 881 l' ; l'OSI propose une sélec- tion dans les domaines des OS, de l'Internet et des outils de programmation, . Les forums et les sites de rencontre sur Internet : Freshmeat ", Soiti-ceForge ", 01 ? eii Source Develol) iiient Netvork " peuvent être consultés. Enfin, dans le monde du « Libre », le « bouche à oreille », les expériences, les tuyaux que l'on se commu- nique de façon désintéressée, jouent un rôle essentiel. L'abondance même de l'offre constitue un problème en soi. Elle implique une analyse sérieuse avant de faire un choix, surtout pour des applications industrielles ou scientifiques de haut niveau. Un processus de sélection rigoureux est nécessaire. Ilc faut bien sûr tester le logiciel et s'assurer de ses fonction-c nalités et de sa convivialité. Mais il faut aussi examincr la 1212 Perline et ThierryNoisette 11'f www.framasoft.net t414 whttp ://fi-esliineat. net 15 hitp ://soui-cefoi-oe. net http ://osdn.net Lci beitaille (Ili logiciel lib) -e- Editionsla décovverte- Oct 2004. REE N°H Déccmbre2005 Repères LES APPLICATIONS INDUSTRIELLES DES LOGICIELS LIBRES crédibilité et les références du logiciel candidat, Internet étant la source d'informations privilégiée. Il faut également s'assurer de l'existence de services autour du produit et notamment vérifier qu'il existe, autour du logiciel, une « communauté » de développeurs crédible. La communauté de développeurs est l'éditeur " virtuel " qui assure, en respectant les principes du « Libre », la pérennité et l'évolution d'un logiciel donné. Elle doit comprendre des développeurs, des testeurs, des rédacteurs, des traducteurs, etc. Du sérieux de cette organisation dépend le degré de confiance que l'on peut accorder à un logiciel libre. Aujourd'hui, les administrations, les collectivités ter- ritoriales sont des utilisateurs privilégiés en raison des avantages économiques qui s'attachent aux logiciels libres. Les éditeurs de logiciels incorporent souvent dans leurs produits des briques logicielles libres. Enfin les mondes industriels et scientifiques viennent progressivement aux logiciels libres, après les avoir souvent longuement testés, étant séduits par leur diversité, leur degré d'innovation et leur indépendance par rapport aux grands éditeurs. Les constructeurs d'équipements informatiques ne dédaignent plus ces solutions, et leur consacrent dans leur offre une place qui va au-delà du témoignage et qui contri- bue à leur crédibilisation face à des solutions solidement implantées. 8. Le problème des brevets logiciels Nous terminerons ce tour d'horizon en évoquant le problème des brevets logiciels, un sujet qui passionne et divise le monde du « Libre ». La communauté Linux/FSF lui est farouchement hostile, l'OSI lui est plutôt favorable. On sait que les logiciels ne sont pas brevetables en tant que tels, en France et dans beaucoup de pays. Le droit d'auteur leur est applicable et il est recommandé de les déposer de façon officielle chez un notaire ou à l'Agence pour la Protection des Programmes (APP) ". Mais le droit d'auteur ne protège que contre la copie servile : le code reste la propriété de l'auteur, alors que l'algorithme dont il est la traduction peut être utilisé librement. Depuis plusieurs années, l'Office Européen des Brevets (OEB) délivre des brevets logiciels si le logiciel est la traduction d'une solution nouvelle et non évidente d'un problème technique, et si cette solution est définie par des caractéristiques techniques. Les USA ont quant à eux une interprétation beaucoup plus large de la brevetabilité des logiciels et les grands éditeurs de logiciels déposent chaque année des milliers de brevets. Dans ce contexte, une Directive communautaire sur la brevetabilité des inventions mises en oeuvre sur ordinateur a été mise en discussion en 2002. L'idée était, de façon résumée, d'officialiser la doctrine de l'Office européen des brevets. Le débat très large qui s'en est suivi a été passionné et a donné lieu à des débats très vifs entre la Parlement européen, le Conseil et la Commission. Le 7 mars 2005, après un premier vote hostile du Parlement, le Conseil adoptait un texte qui devait revenir dans les trois mois devant le Parlement en seconde lecture. Finalement, le 6 juillet 2005, le Parlement européen a rejeté la position commune du Conseil des ministres avec 648 votes pour le rejet et seulement 14 contre. La Commission européenne avait annoncé auparavant qu'en cas de rejet par le Parlement, elle ne représenterait pas le texte. Plusieurs points restent en suspens cependant : parmi l'écrasante majorité qui a voté contre la directive, certains eurodéputés l'ont évidemment fait parce qu'ils préféraient le statu quo à une prohibition explicite des brevets logiciels et l'Office européen des brevets peut continuer à accorder des brevets à des logiciels, malgré la Convention de Munich. Le débat, du seul fait de la mondialisation du problème, ne nous semble pas clos. Nous ne pensons pas que les idées sous-jacentes au projet de Directive aient pu être préjudiciables aux logiciels libres, aux petites et moyennes entreprises, ou à l'effort d'innovation en général. Il nous semble qu'à une époque où une fraction importante de la capacité inventive s'exprime par la voie de logiciels, il est souhaitable que soient reconnus les apports en pro- priété intellectuelle que constituent les logiciels. Une telle reconnaissance ne pourrait en outre qu'éviter les situa- tions ambiguës relatives à la propriété de certains logiciels libres. Mais le débat reste ouvert. a u e u Jean-PierreHauet,IngénieurenChefdesMines,adirigélecentrede recherchesde Marcoussisd'Alcatelavantd'êtredirecteurProduitset Techniquesde Cégélec. Ila été nomméChiefTechnologyOfficer d'ALSTOM,lorsdel'acquisitionde Cégélecparcettedernière.Depuis 2003,il estconsultant,AssociatePartnerde BEAConsulting. Ilpréside SA-France,sectionfrançaisedel'ISA. i717 Agencepour la ProtectiondesProgrammes- http://app.Iegalis.net 18 cCe §estextrait deWikipedia,encyclopédielibre : http://fr.wikipedia.org/wiki/BrevetJogicieI REE No Il Décembre2005