Les applications industrielles des logiciels. libres

05/09/2017
Publication REE REE 2005-11
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2005-11:19818
DOI :

Résumé

Les applications industrielles des logiciels. libres

Métriques

19
9
499.8 Ko
 application/pdf
bitcache://bb363a220fb94a783db25733f5f4057a71ba2c68

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2005-11/19818</identifier><creators><creator><creatorName>Jean-Pierre Hauet</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Les applications industrielles des logiciels. libres</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2017</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Tue 5 Sep 2017</date>
	    <date dateType="Updated">Tue 5 Sep 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Fri 20 Apr 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">bb363a220fb94a783db25733f5f4057a71ba2c68</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>33616</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

N s h & 1 Repères p PRÉSENTATION 11 1 1 li7-M m a Les applications industrielles m m des logiciels. libres Jean-PierreHAUET Corisultcnt Le développement des logiciels libres remonte à vingt ans environ, avec le lancement par Richard Stallman du projet GNU, « GNU's Not Unix », destiné à promouvoir un substitutd'accèslibre à l'operating system UNIX, qui était à l'époque tout puissant. Depuislors,le modèledeslogiciels libres a fait son chemin, et les auteurs'd'un petit ouvrage à succès en évaluaient récemment le nombre à 70 000. Même si le concept de logiciel libre continue à relever d'une certaine philosophie, ou du moins d'un certain idéal danslequel chercheurs,développeursetutilisateurs acceptent de mettre en commun leurs connaissanceset leurs travaux pour faire progresser des outils utiles à tous, le logiciel libre est devenu une réalité économique qui intéressela recherche,l'enseignement, la bureautique, les mondes de l'Internet, des jeux, du son et de l'image. Le monde industriel, tou- jours prudent dans ses choix, est également venu aux logiciels libres, et beaucoupd'entreprises ont trouvé dans le logiciel libre le moyen d'accéder à de nouveaux espaces d'innovation sans être tributaires des coûts et des choix imposés par les logiciels propriétaires. Toutefois le logiciel libre, s'ilc offre des avantages reconnus, n'en présente pas moins certains incon- vénients ou limitations, qu'il faut connaître pour savoir comment s'en accommoder en commençant par faire les bons choix. Les deux "Repères" qui seront consacrésaux logiciels libres, le premier dans le présent numéro, le second en avril 2006, ne visent pas à entrer dansles discussions assez idéologiques qui subsistent sur la définition précise d'un logiciel « libre ». Ils seveulent concrets et opérationnels, en don- nant au lecteur les éléments de base lui permettant de comprendre ce que recouvre cette notion de logi- ciel libre (free software), trop sou- vent confondue avec celle de logi- ciel gratuit (freeware), et comment fonctionne le modèle du Libre. L'analyse d'exemplesde logiciels particuliers,d'usagereconnupar l'in- dustrie,etd'applicationsconcrètespar différentes entreprises,vient illustrer la présentationet renforcerla crédibi- lité quel'on peutaccorderaujourd'hui aux logiciels libres. En introduction au premier « Repères», un « aperçu général » permet de tisser la toile de fond, de préciserlesdéfinitions et deposer les questionsque soulèvent les logiciels libres.Le problèmedifficile dela bre- vetabilité des logiciels y est briève- ment évoqué. L'article de François Bancilhon, sur « Le modèle économique du logiciel libre » explique comment, grâce au rôle joué par certains acteurs, tels que Mandriva, le modèle du Libre peut fonctionner en apportant un degré de service à la hauteurdesattentesdesindustriels. La distribution de LINUX, sans doute le logiciel libre le plus connu aujourd'hui,estpriseàtitre d'exemple pour décrire l'écosystèmedu logiciel libre. Puis Valérie Roy décrit avec beaucoup d'enthousiasme la saga d'ESTEREL, langage réactif synchrone de haut niveau, né en 1980 au Centre de mathématiques appliquées de Sophia Antipolis, permettant de structurer et de hiérarchiser une application en transformant le programme en un automate à états finis. Magnifique succèstechnique, réussite commer- ciale indéniable, ESTEREL a été confié à une société spécialisée, Esterel technologies, pour mieux répondre aux exigences du monde industriel.La boucleest-ellebouclée? Peut-être, s'interroge avec lucidité Valérie Roy, en prodiguant les conseils que son expérience lui autorise à donner et en attendant de repartir vers d'autres projets. Enfin François Ollivier, du LIX - Ecole polytechnique, nous présen- te un autre exemple d'outil logiciel, sorti du laboratoire avec succès et aujourd'hui diffusé souslicenceGPL. PerlineetThierry Noisette-Ln bntaille du logiciel libre- Editionsdeladécouverte -octobre1984. REE N ! ! Décembre2005 epères PRÉSENTATION MAXIMA, historiquement appelé Macsyma lorsque l'idée en était née au MIT, est un système de calcul formel généraliste, rustique mais stable, offrant aux modélisateurs des capacités amplement suffisantes pour produire à peu de frais du code numérique. Soutenu par une communauté d'utilisateurs permettant d'en assurer la pérennité et le support, MAXIMA est utilisé dans le logiciel applicatif CARINS, décrit dans un autre article, démontrant ainsi son caractère opérationnel dans le monde industriel. L'article de François Ollivier propose, à des fins pédagogiques, une applica- tion plus académique : la modélisation du double pendule de Kapitsa. En avril 2006, dans un second « Repères », nous poursuivrons la démarche ainsi initiée. A titre d'exemple d'outils logiciels libres de grande diffusion, Claude Gomez introduira SCILAB, logiciel libre de calcul scientifique comparable au mondialement connu MATLAB. Gérard Ordonneau, John Masse et Gérard Albano nous entraîneront dans le monde applicatif en exposant comment le CNES, en partenariat avec l'ONERA, a entrepris depuis 2002 le développement d'un logiciel dénommé CARINS, permettant la simulation des phénomènes transi- toires dans les moteurs de fusée, en ayant recours à des logiciels libres, et notamment à MAXIMA. Le second « Repères » seterminera par un autre exemple applicatif, déve- loppé par Thierry Bastogree relatif à l'apport des logiciels libres à la modélisation et à la simulation d'autres types de systèmes dynamiques complexes. Le logiciel libre peut encore progresser mais il existe. Il a fait ses preuves dans de nombreuses applica- tions industrielles. Il est nécessaire que nos ingénieurs fassent l'effort d'investiguer les solutions rendues ainsi accessibles avant de proposer des choix qui engagent l'entreprise à laquelle ils appartiennent pour de nombreuses années. Présentation Par J.P Hauet 1. 1' Les applications industrielles et scientifiques des logiciels libres : aperçu général Par J.P. Hauet............................................................................................................................................. Le modèle économique du logiciel libre Par E Bancilhon.................................................... Une expérience d'utilisation des logiciels libres : le langage réactif synchrone Esterel Par V Roy MAXIMA et les logiciels libres de calcul formel Par F Ollivier........................................................................ p. 73 p. 75 p. 80 p. 83 p. 89 74 REE N il Décembre2005