Les enjeux industriels de laHhaute définition

04/09/2017
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2005-11:19803
DOI :

Résumé

Les enjeux industriels de laHhaute définition

Métriques

7
4
2 Mo
 application/pdf
bitcache://315e6391be001e921d37e76a26152e325a7645de

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2005-11/19803</identifier><creators><creator><creatorName>Gérard Mozelle</creatorName></creator><creator><creatorName>François Agueci</creatorName></creator><creator><creatorName>Philippe Mougeot-Damidot</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Les enjeux industriels de laHhaute définition</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2017</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Mon 4 Sep 2017</date>
	    <date dateType="Updated">Mon 4 Sep 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Fri 20 Apr 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">315e6391be001e921d37e76a26152e325a7645de</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>33597</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

Partie Il ENJEUX STRATÉGIQUES ET ÉCONOMIQUES DE LA HAUTE DÉFINITION m m Les enjeux industriels de la Irm Haute Définition Par François AGUECI 1, Philippe MOUGEOT-DAMIDOT', Gérard MOZELLE Sony Europe 1, Philips 1, Thomson 1 OTOTMM ÉlectroniqueGrandPublic, Applications professionnelles, Ecrans, Enregistreurs L'avènement proche de la télévision haute définition va révolutionner dans les pro- chaines années la dynamique de l'électronique grand public et professionnelle : sti- mulation des ventes d'écrans plats et éclosion de nouveaux marchés profession- nels et grand public, pour lesquels les grands acteurs du secteur entendent bien jouer un rôle moteur. Introduction La qualité de l'image (mais aussi du son) a beau- coup évolué depuis les premiers pas de la télévision en Europe. D'abord analogique en noir et blanc, puis en couleur et maintenant numérique dans la plu- part des pays européens, le paysage audiovisuel s'est jusqu'à récemment structuré autour d'une résolution d'image standard (576 x 768 en 4/3 entrelacé). Depuis l'introduction des DVDs, à la fin des années 90 et leur formidable succès, les formats vidéo larges et numé- riques de type 16/9, " c se sont imposés auprès du consommateur européen comme référence de facto de la qualité minimale des contenus audiovisuels. L'appétit insatiable des consommateurs pour des écrans plats de grande taille constitue une tendance de fond, qui tire la demande pour des contenus audiovisuels de qualité digne de ces récepteurs. ESSENTIEL SYNOPSIS Bénéficiant en priorité aux écrans de grande taille, la télévision haute définition va sans conteste catalyser l'essor des écrans plats, plasmas, LCD et DLP. L'accord récemment intervenu sur les normes définissant la haute définition et la finalisation du format MPEG-4 déterminent les bases du marché très prometteur de la télévision HD pour les années à venir. La diffusion des contenus de haute définition se multlplie, empruntant divers canaux : satellite, TNT, câble, ADSL. Pour faire face aux nouvelles exigences de capacité de stockage et traite- ment d'information à très haut débit, s'appuyant sur les dernières générations de circuits intégrés, la technologie nous offre désor- mais de nouvelles solutions : formats de compression ultra-per- formants, HDD de haute capacité, HD-DVD et Blu-ray. Un nou- veau champ de possibilités s'ouvre désormais aux consomma- teurs créant de nouveaux comportements et des besoins pour des produits de haute technologie : décodeurs HD, lecteurs enregis- treurs à disque dur, lecteurs HD-DVD et Blu-ray, extrapolateurs HD. C'est également toute la filière de l'audiovisuel professionnel qui se trouve redynamisée : des matériels de régie, caméras, enco- deurs jusqu'aux nouvelles lignes de production de DVD haute définition (HD-DVD ou Blu-Ray). Ces nouveaux débouchés industriels constituent un formidable appel d'air pour l'activité économique des pays industrialisés, où le renouvellement accéléré d'un parc considérable d'écrans, de récepteurs et d'enregistreurs représente des perspectives de marchés gigantesques. Primarily of benefit to to large screens, High Definition TV will undoubtedly boost the adoption of flat screens, i.e. Plasma, LCD and DLP. The recent agreement on standards defining High Definition as weil as the MPEG-4 formats, builds the foundation for the promising market of HD television sets in the forthcoming years. The availability of High Definition content increases through seve- ral channels : satellite, DTT, cable and ADSL. In order to respond to the new demands on storage capacity and very high rate infor- mation processing based on latest-generation IC, technology now brings forth new solutions : highly performing compression for- mats, high capacity HDD, HD-DVD and Blu-ray discs. A whole new range of possibilités now opens itself to consumers by crea- ting new usage patterns and needs for high-tech products : HD decoders, HDD recorders, HD-DVD and Blu-ray players, and HD extrapolators. The whole professional audio-video industry gets also reinvigora- ted : control room equipments, cameras, encoders and DVD pro- duction. Those new industrial prospects mean a tremendous positive effect for the economic activity of industrialized countries, in the sense that an accelerated renewal of a very large installed base of displays, receptors and recorders constitutes huge market openings. REE HORSSÉRIE WI Septembre2005 Les enjeux industriels de la Haute Définition Toutes ces évolutions passées ont été rendues possibles par les technologies matures que sont les standards DVD (à laser rouge) et de compression vidéo MPEG-2. Ces technologies sont aujourd'hui complètement optimisées, et l'évolution de leurs performances désormais limitées entrave la distribution des contenus dits de Haute Définition (HD), gourmands en ressources de stockage et réseau, et pourtant d'ores et déjà introduits dans des pays comme les États-Unis et le Japon. La rupture technolo- gique introduite par le nouveau standard de compression MPEG-4/AVC, parallèlement à l'émergence de nouveaux supports physiques de stockage (HD-DVD et Blu-ray) permet d'alléger le coût économique de distribution des contenus HD (en particulier pour des réseaux dont la capacité approche la saturation) tout en revitalisant l'offre de produits grands publics (lecteur DVD pour la haute définition, enregistreur et décodeur HD...) et pro- fessionnels (nouveaux circuits intégrés, caméra haute définition, encodeurs professionnels...). 2. Le marché des grands écrans plats Le marché des téléviseurs grand public était jusqu'à récemment dominé par les modèles à tube cathodique (CRT). Malgré des qualités intrinsèques indéniables en termes de contraste, résolution et de colorimétrie, ce type de modèle souffre de deux inconvénients majeurs qui sont la taille et le poids. L'engouement rapide des consommateurs pour les écrans plats trouve ainsi sa source dans des considérations non technologiques, mais esthétiques et pratiques que sont le design et le faible encombrement des écrans même de très grande taille. Les spectateurs peuvent désormais profiter d'une expérience qui aspire à celle du « cinéma » à la maison, d'autant plus que la qualité des images, tant en résolutions qu'en conte- nu, augmente. Si en 2002 les ventes d'écrans plats étaient encore marginales en volume, elles ont atteint en France le seuil de 15 % en 2004 1,et devraient dépasser les 60 % d'ici à trois ans 6.Avec la généralisation de la TV HD en Europe, les écrans plats représenteraient 80 % des volumes de ventes de marché dans 10 ans 1, passant de 5 millions de pièces livrées par an actuellement à 50 mil- lions d'ici 2015 6. La progression spectaculaire de ce segment de mar- ché est encore plus saisissante si on s'arrête non plus à son volume mais à sa valeur commerciale, qui est de l'ordre de 50 % des ventes d'écrans en France en 2004. Ces prévisions sont basées sur l'observation des ten- dances dans les pays ayant fait le pari de promouvoir des chaînes de télévision en HD (Etats-Unis, Japon), par la disponibilité de contenus HD à plus forte valeur ajoutée. En effet, la disponibilité de contenus HD permet non seulement de répondre aux demandes du consommateur souhaitant changer d'équipement, mais aussi de raccourcir le cycle de renouvellement des écrans et en particulier des écrans de salon. Enfin, la qualité de l'image est d'autant plus saisissante et appréciée que la taille de l'écran est importante (supérieure à 30 pouces). Les ventes des seg- ments de haut de gamme, traditionnellement plus généra- teurs de marge pour les constructeurs, sont dopées, per- mettant de résister à l'effondrement des prix de 20 % tous les ans (à titre d'exemple, un écran LCD de 82 cm, dis- ponible en 2005 aux alentours de 2 500 &Euro;,devrait être vendu moins de 1 500 &Euro;d'ici 5 ans). Bien que l'offre HD catalyse la croissance du marché des grands écrans, il est regrettable que l'Europe soit aujourd'hui à la traîne dans ce domaine. Actuellement, il n'existe encore que peu de chaînes en haute définition (HD-1, HD-2 et HD-5 du groupe Euro 1 080). Seuls les groupes de télévision payante ont annoncé la disponibilité prochaine d'offres HD, par satellite ou par câble, alors que les pouvoirs publics restent timides sur les réelles perspectives de développement des chaînes en clair. La retransmission HD de la Coupe du monde de foot en juin 2006 depuis l'Allemagne pourrait être un des temps forts de la HD en Europe, une opportunité à ne pas manquer d'un point de vue économique. L'engagement des chaînes de télévision et des diffuseurs pour l'introduction et la migration de leur offre commerciale de la définition standard vers de la haute définition est ainsi un enjeu important pour les industriels de l'électronique grand public. Cette migration vers la haute définition qui doit être rapide pour rattraper le retard, ne pourra être effective qu'en préparant des mesures de protection des contenus audio-visuels et de lutte contre le piratage telles que les créateurs et fournisseurs de contenus n'auront pas de réticence à leur distribution. De même, il est important de rassurer le consommateur sur la pérennité de son inves- tissement, et d'améliorer la visibilité des produits dispo- sant de l'ensemble des fonctionnalités techniques néces- saires à la mise en oeuvre de la HD. Pour ce faire, l'European Information, Communications and Consumer Electronics Technology Industry Association (EICTA) a défini un label de qualité ainsi que des conditions d'utili- sation propres à assurer une information pertinente du consommateur. Un label, présenté figure 1, devrait ainsi être apposé sur les écrans dont la résolution physique de la dalle (ou de l'écran) permet d'afficher au minimum 720 lignes en format large et satisfait au minimum les contraintes suivantes : . L'écran dispose a minima des interfaces vidéo suivantes : 6 Source: institutGFK. REE HORSSÉRIE WI Septembre2005 Partie Il 1) 1 ENJEUX STRATÉGIQUES ET ÉCONOMIQUES DE LA HAUTE DÉFINITION - Analogue YPbPr pour assurer la compatibilité avec les premières générations de sources HD - DVI ou HDMI Les entrées vidéo HD acceptent les formats suivants : - 1280 x 720 @ 50 et 60 Hz progressif (" nop "), - 1920 x 1080 @ 50 et 60 Hz interlacé (41080i ") Les prises numériques DVI ou HDMI sont munies du dispositif de copie protection HDCP. Âfin moinomr 1 1 1 1 1 .1 read y 1-i Figtire 1. Sigizalétiqiie ebiropéeiiie indiquant qtt'iiii écran est compatible avec le développem.ent de la HD en Europe. 3. HD et multidiffusion D'un point de vue historique, la télévision a débuté commercialement dans les années 50 par un mode de dif- fusion hertzien, également appelé « analogique terrestre ». Ce mode a été adopté massivement par les professionnels dans le développement de l'offre des contenus audiovi- suels, tant sur l'enrichissement et leur diversification que sur les innovations des téléviseurs CRT au cours des décennies, comme l'attestent la technologie Trinitron et le mode 100 Hz. Il n'en reste pas moins que cet environ- nement purement analogique a montré ses limites dès la fin des années 80 : les revers commerciaux lors de l'in- troduction de la haute définition en analogique, à la fois au travers du HD-MAC européen et du standard MUSE au Japon, ont donné une importance accrue au dévelop- pement des technologies et à la stabilisation des standards de diffusion numérique, dont la flexibilité technique rend réaliste, d'un point de vue économique, de nouvelles per- cées dans le secteur audiovisuel. Ces évolutions techniques sont concrètement appa- rues sur le marché dans le milieu des années 90, avec l'avènement de deux nouveaux modes de diffusion : le câble et le satellite numériques. Dans la grande majorité des pays d'Europe, le consommateur a enfin eu accès à une offre élargie. Dès 1996 avec les premières offres de satellite numérique, la France a ainsi connu une crois- sance soutenue dans ces nouveaux modes d'accès, ce qui se reflète aujourd'hui dans la structure de son marché. Fin 2004, 1,2 million de foyers étaient abonnés au câble numérique, et plus de 4,2 millions'à un bouquet satelli- te. En matière de transport d'images, le plan de dévelop- pement du paysage audiovisuel français, et plus large- ment européen, inclut les nouvelles technologies, notam- ment la multi-diffusion, et de fait la complémentarité des segments de marché que chaque canal numérique (câble, satellite et maintenant ADSL et numérique terrestre) est à même de toucher. Cette diversification a récemment pris une toute nouvelle dimension : les développements technologiques en terme de formats de compression, tout particulièrement le MPEG-4, ouvrent l'accès à de nouveaux modes de transport multi-canaux et multi-services via la ligne téléphonique. Le développement d'offres ADSL intégrées dites « Triple Play » (voix, données, vidéo) apporte au consommateur, au-delà de l'image, une vision unifiée et plus globale du loisir numérique. Le MPEG-4 prend ainsi tout son sens en tant que standard fédérateur de la haute définition au niveau européen, et entre les différents réseaux de diffusion. Parallèlement, c'est un paramètre- clé pour les bouquets et diffuseurs dans leur stratégie de développement : parce qu'il permet une gestion plus opti- male des ressources telles que la bande passante, le MPEG-4 renforce une offre de télévision déjà enrichie. Aujourd'hui, le grand public a accès à une centaine de pro- grammes via le satellite, le câble et l'ADSL ainsi qu'une trentaine par la Télévision Numérique Terrestre (TNT). Dans ce contexte, l'intégration des innovations technolo- giques va permettre une nouvelle progression quantitative des offres. On remarque ainsi que la part des foyers fran- çais abonnés à une offre numérique multichaînes a atteint 25 % en 2004. L'arrivée de nouveaux canaux que sont l'ADSL (plus de 500 000 abonnés à la TV sur IP fin 2004) et la TNT depuis le 31 mars 2005 va dynamiser encore davantage la migration des foyers, grâce à des offres ciblant notamment ces 75 % des foyers restés au seul analogique terrestre. Les prévisions, telles que celles de Strategy Analytics, tablent sur une inversion du rapport foyers analogiques/foyers numériques en 2010, date à laquelle 75 % des foyers profiteront d'une ou plusieurs de ces offres numériques. Pour l'industrie de l'électronique grand public, une réelle opportunité apparaît pour des produits innovants permettant la consommation de la TVHD au sein de 7Source: StrategyAnalytics. REE HORSSÉRIEEi Septembre2005 Les enjeux industriels de la Haute Définition l'ensemble de ces réseaux de distribution. Attente naturelle du téléspectateur, cette TVHD omniprésente d'un point de vue marketing s'avère aujourd'hui réaliste, grâce à l'ensemble des vecteurs technologiques et économiques qui sont en place. Reste à s'assurer qu'il y a une véritable adéquation entre l'offre qualitative et l'offre quantitative. 4. L'impact de la HD sur le marché grand public Longtemps restée à l'état de projet dans les cartons, la télévision haute définition est aujourd'hui entrée dans le cercle vertueux qui caractérise les grandes innovations de ces dernières décennies : les lecteurs CD, le home-ciné- ma, le DVD, les baladeurs MP3... Le ferment du succès, désormais bien connu, tient essentiellement dans la concomitance de 3 facteurs primordiaux : une attente cor- respondant à un bénéfice consommateur clairement éta- bli, une disponibilité des contenus et une percée techno- logique maîtrisée. Nous ne reviendrons pas sur l'intérêt croissant des consommateurs pour les images, sous toutes leurs formes fixes, animées, vidéo ; la place qu'elles occupent dans le quotidien s'étend inexorablement, et l'exigence de qualité ne trouve aucune limite. Le niveau de résolution d'image que procure la TV HD étant sans commune mesure avec la télévision standard actuelle, le phénomène de transfert de la SD à la HD aura la puissance du transfert observé du VHS au DVD, même si un peu moins rapide car l'effet est surtout sensible sur des écrans de taille supérieure à 30 pouces. Cela entraînera des modifications radicales d'équipement des ménages sur lesquelles nous reviendrons plus tard. Bien entendu cette nouvelle donne, ces nouvelles attentes nécessiteront le recours à de nouvelles technologies, de nouveaux appareils, composants et supports pour véhiculer et stocker les quantités d'information phéno- ménales requises par la TVHD. Face à de tels enjeux, la technologie doit répondre à deux exigences fondamentales : le traitement (flux et stockage) de masse gigantesque d'informations et lac Zn compression des données. Pour répondre à ces nouveaux besoins, les grandes marques, pour certaines établies en Europe, développent et mettent sur le marché de nouvelles gammes de circuitsc intégrés avec une puissance de calcul décuplée et à l'architecture évolutive par exemple le circuit multi- standard Thomson 4210A, ou le circuit Nexpéria interfa- çable sur tout type de matériel multimédia chez Philips. Ces familles de circuits permettent de façon générale la manipulation de données encodées sous différents for- mats (MPEG2, MPEG4, JPEG, DivX pour la vidéo, MP3, AAC et bien d'autres pour l'audio), ainsi que des conversions d'un standard à un autre et peuvent de façon générale supporter de nombreux types de connexions (IEEE1394, Ethernet, Bluetooth, USB 2...). Enfin leurs capacités de calcul autorisent un traitement avancé de l'image : interpolation de lignes et de pixels, traitement des vidéos avec trames entrelacées, extrapolation d'ima- ge standard en image HD. Ces nouveaux circuits intégrés sont évolutifs pour s'adapter aux nouvelles exigences des évolutions techniques et de standards. Au niveau du grand public, l'accès à des programmestD ZD en Haute Définition par satellite ou par voie hertzienne générera un besoin de lecture et de stockage avec le même niveau de qualité. La possibilité de visionner des films à volonté offerte aujourd'hui par les lecteurs DVD, et qui rencontre un succès sans précédent sur le marché, devra s'adapter à ces nouvelles attentes des consommateurs. Cependant alors qu'un film en qualité DVD peut être stocké sur un disque DVD d'une capacité de 1,5 Gigaoctets, la haute définition nécessitera des capacités de stockage et de débit bien plus élevées de plusieurs dizaines de Gigaoctets et des débits de dizaines de Mégabits par seconde. C'est pourquoi les grandes marques mettront rapide- ment à disposition du grand public des DVD à perfor- mances étendues ainsi que les lecteurs associés, de type Blu-ray'ou HD-DVD'. Les lecteurs de DVD destinés à la haute définition sont prévus à la fois pour décoder des vidéos HD en MPEG-2 et en MPEG-4, mais aussi bien sûr pour lire les CD et les DVD actuels. Le format MPEG-4, système de compression numérique ultra-performant, permettra, tout en conser- vant le saut qualitatif de la résolution HD, d'allonger les durées stockées sur les galettes de 12 cm, de diminuer la taille des fichiers sur disques durs et de réduire considé- rablement les besoins de débit, pour les ramener à des ordres de grandeur se rapprochant de ceux du DVD actuel. L'émission de programmes qui va s'amplifier au cours des années à venir sur le satellite ou par voie hertzienne au format MPEG-4 engendrera le besoin de mise sur le marché de décodeurs appropriés pour permettre au parc existant de TV compatibles HD d'accé- der à ces nouveaux contenus en haute définition. 8 Faisant appel àla technologiedu laserbleu,aupouvoirdeséparationtrèssupérieuraulaserrouge,le Blu-rayDiscpermettrasurunemêmegalettede 12cmdestocker25Gigaoctetssurunecoucheet 50 Gigaoctetsendoublecoucheetdetransférerdesdonnéesjusqu'il54Mégabitspar seconde. Le High DensityDigitalVersatileDiscpermettrasurunemêmegalettede 12cmdestocker15Gigaoctetssurunecoucheet 30Gigaoctetsendouble couche. REE HORS S6RIE N°I Septembre2005 Partie H ! ENJEUX STRATÉGIQUES ET ÉCONOMIQUES DE LA HAUTE DÉFINITION 15 10 5 0 1 Vitesse de pénétration 1 " 1 --o.- u '.' " .- 1 1 i. N DVDPLAYER DVD RECORDER -VCR BAL MP3 HDD N+2 N+4 N +6 SfceLPHfps Figure 2. Vitessede pénétration de différents produits. L'enregistrement des émissions en HD s'effectuera bien évidemment par gravage de DVD haute définition grâce à des lecteurs enregistreurs mais également, comme c'est de plus en plus le cas, sur des appareils à disque dur (HDD). Actuellement le succès indéniable auprès du grand public de graveurs de DVD incorporant des disques durs prouve l'existence d'un besoin consomma- teur différencié de stockage et d'archivage de programmes. La montée en puissance des capacités des disques durs est un phénomène clairement observable et qui va très nettement s'amplifier avec l'avènement de la HD en Europe. Les capacités de stockage dans les appareils de l'Electronique Grand Public n'ont rien à envier à celles du monde du PC et les disques durs de 60/80 Gigaoctets seront bientôt remplacés par des capacités de 180/200 Gigaoctets, puis 500 Gigaoctets et, sans trop tarder, on devrait atteindre le Teraoctets. La télévision haute définition opère un véritable saut qualitatif sur le plan de l'image, du réalisme de la repré- sentation et, partant, va indéniablement renforcer un goût déjà très prononcé du public pour les images et les vidéos, la télévision étant le premier loisir dont la consommation va encore s'accentuer. Lecture de pro- grammes, arrêt sur image, retour en arrière et relecture de séquences vidéos, affichage d'images fixes ou de photos, enregistrement de vidéos, archivages, montages vidéos... tous ces nouveaux comportements des consommateurs engendreront de nouveaux types de produits, de nouveaux marchés pour les dizaines d'années à venir. Ces produits feront appel aux technologies les plus avancées, car la HD fait appel au traitement d'énormes volumes de données, à des programmes algorithmiques des plus sophistiqués et à la gestion de flux d'information extrê- mement élevés. Ces nouvelles fonctions, nouveaux produits et nouveaux marchés ce sont les circuits intégrés ultra- puissants, les lecteurs enregistreurs Blu-ray et HD-DVD, les disques durs haute capacité, les dispositifs pour rehausser les images initialement en SD, les décodeurs MPEG-4... Ce sont les produits grand public de demain,ZD o où lesavoir-faire technologique européen est essentiel,u tD et où les techniques marketing d'écoute et d'anticipation des attentes des consommateurs sur nos marchés sont des facteurs incontournables de succès. Les perspectives de marché sont extrêmement importantes et représentent des enjeux économiques considérables. Il s'agit sur environ une dizaine d'années de remplacer l'ensemble des équipements audio-vidéo des consommateurs, et d'opérer une montée en volume presque équivalente à l'accession de la TV couleur en 1968. Cela permet d'enrayer une érosion inéluctable des prix de l'électronique grand public, qui chaque année faisait s'évaporer des millions d'euros de chiffre d'affaires. On observe par ailleurs que l'adoption des nouvelles technologies par les consommateurs s'opère de plus en plus vite et les cycles de vie des produits sont de plus en plus courts avec un renouvellement accéléré des gammes de produits. Il s'agit donc d'ouvrir des marchés 500 400 300 200 100 E lu trii l Li ri/, ii ci Liiii le t. ? Li - Ei\,'D itie 2 CI ID 0 et 21D 0 5 320 -- 229 41 t229 41 77 1 1 1 1 1 2000 001 2002 2003 2004 2005 Figure 3. Évolution du prix moyen du lecteur DVB entre 2000 et 2005 REE HORS SÉRIE W Septembre2005 Les enjeux industriels de la Haute Définition représentant d'immenses volumes et à forte valeur ajoutée (voir la figure 2). Comme nous l'avons signalé plus haut, la TVHD va tout d'abord accélérer le transfert de la télévision à tube cathodique (CRT) vers les grands écrans plats. Puis les équipements de lecture DVD soumis à une très forte pression sur les prix seront remplacés par des lecteurs à plus grande capacité et à plus forte valeur ajoutée pour contrecarrer l'évaporation des marchés (voir la figure 3). Tous les appareils d'enregistrement vidéo devront évoluer vers des capacités de stockage de plusieurs dizaines de Gigaoctets. A terme il s'agit, en Europe, de marchés d'environ 50 millions de lecteurs de DVD adaptés à la haute définition et d'enregistreurs par an, en renouvellement du parc de DVD actuel ; l'enjeu étant l'effacement de l'érosion des prix dans un processus comparable au monde du PC, apportant un nouveau dynamisme et une revitalisation complète du marché de la vidéo où le DVD ne suffit plus à compenser le déclin de la vidéo analogique. Enfin le développement de la TV haute définition favorisera l'éclosion de nouveaux marchés, celui des décodeurs MPEG-4 et de leurs différentes évolutions, pour remplacer un parc de récepteurs fonctionnant au format MPEG-2. 5. Le marché professionnel L'arrivée de la haute définition modifie l'ensemble des moyens techniques de production audiovisuelle depuis la prise d'images, en passant par la post-production jusqu'aux moyens de diffusion et distribution physique des vidéos. Ce renouvellement des équipements profes- sionnels est un enjeu majeur pour les principaux acteurs du secteur que sont Sony, Grass Valley et Technicolor. Le marché de la prise d'image HD a déjà démarré, et les grands constructeurs de matériel se sont positionnés sur le marché des caméras HD (par exemple la caméra HDCAM de Sony ou la caméra Viper FilmStream de Grass Valley), mais aussi sur celui des cars-régie de production, des mélangeurs, des moniteurs, des éditeurs,Zn des tables de mixage, des serveurs vidéo et des systèmes d'enregistrement. Le matériel professionnel est ainsi d'ores et déjà disponible et capable de traiter les formats HD les plus courants. Le premier de ces marchés qui a émergé en Europe est celui de la prise d'image, car les producteurs cherchent pour un surcoût modique (inférieur à 20 %) non seulement à assurer la pérennité de leur catalogue (en particulier pour les grands événements sportifs et culturels), mais aussi à conserver des débouchés dans les pays non-européens pour lesquels la HD est déjà présente. Le second marché est celui de la post-production. Il s'agit ici par exemple d'offrir des services de gestion des « rushs » en HD ou encore de fabriquer des « masters » HD des catalogues déjà existants en vue de leur distribution sous forme de DVD adaptés à la haute définition. Enfin, l'adaptation des régies de diffusion permettra de dynamiser le marché des encodeurs professionnels, porté aujourd'hui essen- tiellement par des demandes d'encodeurs à prix réduits, correspondant à la fin de vie des systèmes reposant sur le MPEG-2. L'introduction de l'algorithme MPEG-4, dont la complexité est supérieure à celle du MPEG-2, permettra de redynamiser ce segment. Les premiers encodeurs temps réel MPEG-4 HD seront ainsi disponibles dès la fin de l'année 2005, ainsi que les multiplexeurs statistiques associés. C'est finalement l'ensemble du marché des équipements professionnels qui se verra repositionner par l'introduction de la HD sur le segment haut de gamme plus profitable,c c avec un effet technologique différentiateur fort par rapport à de nouveaux entrants positionnés sur les premiers prix. 6. Conclusion Les grands industriels ont une position privilégiée, se situant aux premières loges des transformations radicales de comportements et de besoins des consommateurs friands d'équipement d'Electronique Grand Public. Caccompagnement de cette mutation technologique, la facilitation de l'accès du plus grand nombre aux nouvelles technologies, la coordination des équipements avec les contenus et la ges- tion de la compatibilité ou de l'interfaçage de ces nouveaux standards nécessiteront une maîtrise technique et marke- ting, ainsi que la mise en place de dispositifs d'écoute des consommateurs et des professionnels de l'industrie des médias que seules les grandes entreprises de l'Électronique Grand Public et de l'audiovisuel professionnel maîtrisent. REE HORS SÉRIE WI Septembre2005 ENJEUX STRATÉGIQUES ET ÉCONOMIQUES DE LA HAUTE DÉFINITION Ea rEj e u r s 11 >Ir l,1 - Il > 1 AM& ÀMIL François Agueci est diplômé d'études supé- rieures en électronique et stratégie marketing. Il est actuellement en charge du développe- ment stratégique de la haute définition et de la TV sur IP à Sony Europe. 1 1 1 Gérard Mozelle est titulaire d'un doctorat de mathématiques et d'informatique de l'Université Paris V (René Descartes) et ingé- nieur diplômé de l'Ecole Supérieure d'Électricité (SUPELEC). Après avoir été professeur invité à l'Université Texas A&M, il rejoint le centre de recherche français de Canon, où Ilparticipe à la définition du standard de compression JPEG- 2000, avant de rejoindre le groupe Thomson, où il est actuellement affecté au Cabinet du directeur technique, en charge du suivi de comités de standardisation (parmi lesquels les tra- vaux de l'EICTA et du groupe DVB) et du suivi d'une partie des acti- vités de R&D du groupe. 11, -1,' -41ce 1, 1- 1 Il1 Philippe Mougeot-Damidot est titulaire du diplôme des Hautes études commerciales (HEC 831. Après avoir assumé diverses responsabilités commer- ciales et marketing, il prend la direction du dépar- tement études marketing de Philips Electronique Grand Public. Il y exerce actuellement les fonctions de Business Excellence & Business Intelligence manager en charge de a promotion des principes l''> " el' 1 de 'Excellence, de l'élaboration des perspectives de marché et du planning stratégique. Il assure également la présidence de la commission statistique marketing au sein du Simave ! ec (Syndicat professionnel des industries audiovisuelles et de l'électronique). REE HORS SÉRIENT Septembre2005