Medgrid : Une initiative industrielle majeure pour les réseaux électriques méditerranéens

Ouvrir de nouvelles voies à l'électricité pour un développement énergétique durable des pays de l'Union pour la Mediterranée 26/08/2017
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2011-5:19572
DOI :

Résumé

Medgrid : Une initiative industrielle majeure pour les réseaux électriques  méditerranéens

Métriques

12
4
474.46 Ko
 application/pdf
bitcache://5c8f2a215a4008200aa33d885e005f02b0c752fb

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2011-5/19572</identifier><creators><creator><creatorName>André Merlin</creatorName></creator><creator><creatorName>Hervé Pouliquen</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Medgrid : Une initiative industrielle majeure pour les réseaux électriques  méditerranéens </title><title>Ouvrir de nouvelles voies à l'électricité  pour un développement énergétique durable des pays de l'Union pour la Mediterranée</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2017</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Sat 26 Aug 2017</date>
	    <date dateType="Updated">Sat 26 Aug 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Fri 20 Apr 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">5c8f2a215a4008200aa33d885e005f02b0c752fb</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>33302</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

REE N°5/2011 ◗ 29 les grands projets solaires du pourtour méditerranéen André Merlin, Président de Medgrid, Président des Conseils de surveillance de RTE et ERDF, Président de CIGRE Hervé Pouliquen, Directeur de Programme Le développement des réseaux d'électricité en Méditerranée suscite de nombreux espoirs. L'électricité est en effet au cœur du développe- ment économique et social, mais est aussi une solution adaptée pour l'amélioration de l'effica- cité énergétique des usages et pour la préserva- tion de l'environnement lorsqu'elle est produite à partir de sources non carbonées. Lancée dans le cadre de l'Union pour la Mé- diterranée, avancée majeure du Plan solaire mé- diterranéen, la société Medgrid a été constituée sous l'impulsion du gouvernement français ; elle réunit à ce jour une vingtaine d’actionnaires indus- triels des métiers de la production, du transport et de la distribution d'électricité, du financement et des services à l'économie du développement durable, autour de l'étude de faisabilité d'un grand réseau de transport d'électricité, entre les deux rives de la Méditerranée. Medgrid s'inscrit au sein d'une nouvelle dy- namique engagée depuis plus de dix ans dans les relations euro-méditerranéennes, dans les initiatives pour l'environnement et dans les po- litiques de développement des infrastructures énergétiques. Il est important d'en rappeler les principales composantes et les résultats obtenus Medgrid : Une initiative industrielle majeure pour les réseaux électriques méditerranéens Ouvrir de nouvelles voies à l'électricité pour un développement énergétique durable des pays de l'Union pour la Mediterranée. The development of new electricity networks in the Mediterranean region has given rise to a lot of new hope. Electricity is truly at the heart of economic and social development, but also represents an appropriate solution for improving the energy efficiency of many end use applications and for increasing the environmental protection where it is produced from renewable forms of energy. Launched under the framework of Union for the Mediterranean, a key project of the Mediterranean Solar Plan, Medgrid was set up at the instigation of the French government; it now gathers twenty industrial shareholders from different economic sectors: power generation, transmission, distribution and supply, financing and the sus- tainable development service industry, who are joining together to study the feasibility of a large transmission grid between the south and north rims of the Mediterranean Sea. Medgrid forms part of a new dynamic - set in motion over ten years ago - in euro-Mediterranean relations, in envi- ronmental initiatives and in energy infrastructure development policies. It is important to be reminded of the main features of these initiatives and of their results in order to fully understand the huge diversity of the context in which Medgrid is going to operate, be it in the political, institutional, economic, industrial and technological spheres. summary 30 ◗ REE N°5/2011 les grands projets solaires du pourtour méditerranéen pour cerner toute la diversité du contexte dans lequel va évoluer Medgrid, au plan politique, institutionnel, économique, industriel et technologique. Le processus de Barcelone a posé la première pierre de nouvelles rela- tions euro-méditerranéennes Au plan politique, le processus de Barcelone en 1995 a initié le partenariat euro-méditerranéen (Euromed), dont l'objectif général commun est la création d'un espa- ce de libre échange entre les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée d’une part, et l'Union européenne (UE) d’autre part. L'énergie est au cœur de ce rapprochement avec la vision de la constitution d'un marché euro-médi- terranéen de l'énergie auquel les pays du Nord, du Sud et de l'Est de la Méditerranée ont souscrit. En particulier, un protocole ambitieux, signé à Rome le 2 décembre 2003 entre la Commission européenne et les Ministres en charge de l'énergie de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie vise à «harmoniser les politiques liées au marché de l'électricité des trois pays et prendre les mesures né- cessaires à leur adaptation à la politique énergétique de l'Union européenne ». Le marché intérieur de l'énergie de l'Union euro- péenne, en particulier celui de l'électricité, constitue donc un modèle de référence pour les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée ; réciproquement, ce proces- sus doit faire preuve de l'ouverture et des adaptations nécessaires pour accueillir les systèmes électriques de ces pays, en tenant compte de leurs caractéristiques futures, pour permettre une intégration progressive des marchés de l'électricité du Sud et de l'Est avec celui de l'Union européenne. Cette vision du futur marché de l'électricité euro-mé- diterranéen, zone de libre échange étendue au-delà de l'UE, prendra certainement du temps ; deux composan- tes sont essentielles : le rapprochement institutionnel des cadres d'organisation et le couplage des systèmes électriques au travers du développement des intercon- nections électriques auquel Medgrid va s’attacher. Dans le prolongement du processus de Barcelone et pour lui insuffler un nouvel élan, les pouvoirs publics ont lancé le concept d'Union pour la Méditerranée (UpM). L'UpM a été formellement créée par le Conseil européen en mars 2008, puis lancée lors du premier sommet à Paris le 13 juillet 2008. Le projet d'Union pour la Mé- diterranée réunit 43 pays, avec l'objectif de renforcer la coopération entre l’UE et les pays du Maghreb et du Maschrek. L'essence de ce projet peut se résumer en deux nouveautés, une « volonté d’égalité entre le Nord et le Sud » symbolisée par la coprésidence, et une «volonté de se retrouver autour de projets concrets».  Le Plan solaire méditerranéen (PSM) est un projet phare du volet énergie de l'Union pour la Méditerranée. Il est le fruit d'une forte coopération franco-allemande initiée dès novembre 2007 ; sa définition et ses objec- tifs ont été élaborés par le Ministère français de l'énergie et de l'industrie ainsi que celui des affaires européen- nes, conjointement avec le Ministère de l'énergie et de l'environnement en Allemagne (BMU).1 Dans une première phase d'ici à 2012, le PSM a pour vocation de favoriser le développement d'études de faisabilité2 et de démonstrateurs ; cette étape est né- cessaire pour mettre en place les différents processus participant à la mise en œuvre de cette stratégie sur les volets technique, économique et organisationnel ; les projets pilotes et la qualité du processus ont pour but de convaincre les investisseurs privés et les institutions financières. Les études doivent ainsi associer les autori- tés des différents pays impliqués, la Commission euro- péenne, les industriels, les compagnies d'électricité, les gestionnaires de réseau et les investisseurs potentiels. A horizon 2020, le Plan solaire méditerranéen pré- voit la construction, au Sud et à l'Est du bassin, de capa- cités de production d'électricité d'origine renouvelable, notamment solaire, de 20 gigawatts (GW). Environ 5 GW seraient exportés vers l'Europe afin de contribuer à la rentabilité des projets de centrales et aux objectifs européens sur les renouvelables. Medgrid : une initiative industrielle majeure du Plan solaire méditerranéen dans la stratégie de l’Union pour la Méditerranée Le développement des énergies renouvelables dans les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée consti- tue une des priorités de l’UpM. Il s'agit de contribuer à la lutte contre le changement climatique, de mettre en place une véritable stratégie de co-développement 1 Voir l’article d’Antoine-Tristan Mocilnikar : Le Plan solaire méditerra- néen : projet phare de l’Union pour la Méditerranée. 2 En particulier, une priorité pour le PSM est de promouvoir le dévelop- pement des interconnexions électriques pour un système électrique performant et permettant les échanges d’électricité verte dans l’espace euro-méditerranéen. REE N°5/2011 ◗ 31 Medgrid : Une initiative industrielle majeure pour les réseaux électriques méditerranéens. et de contribuer au développement des infrastructures et des technologies de production et de transport de l'électricité d’origine renouvelable. Le 21ème siècle connaîtra une grande transition énergétique vers l'économie dé-carbonée. Il verra la réduction de l'utilisation massive des hydrocarbures et devrait être celui d'importantes substitutions vers l'électricité. Cette vision va nécessiter une mobilisa- tion des électriciens sur le futur rôle de l'électricité, c’est-à-dire les nouveaux moyens pour produire de l'électricité dé-carbonée et la transporter au travers des continents. L'axe stratégique est donc celui du vecteur électricité et du développement de ses modes de production, de stockage, de transport et de ses applications finales (dans les secteurs industrie, transport, bâtiment). Les politiques énergétiques auront besoin de ce vecteur énergétique, • d'une part au plan méditerranéen pour promouvoir le développement économique des pays de la rive Sud, au travers d'importants investissements dans les infrastructures de production et de transport d'électri- cité, ainsi que dans le développement de nombreux usages ; • d’autre part au plan européen pour atteindre les ob- jectifs de la politique énergétique européenne du « paquet énergie-climat » à horizon 2020. Il est important que l'industrie, les compagnies d'élec- tricité et les constructeurs de matériels se mobilisent autour de projets d'avenir pour montrer concrètement les opportunités des technologies électriques et déve- lopper les marchés. Les projets à grande échelle sont l'occasion de réunir les différentes parties prenantes autour d'objectifs ambi- tieux technologiques, industriels et sociétaux. Ils permet- tent de construire ensemble des solutions nécessaires à la diffusion des technologies. Ils constitueront des vitrines uniques et hautement visibles pour le dévelop- pement à l'international des filières de production et de transport de l'électricité d’origine renouvelable. L'électricité produite à partir des énergies renouvela- bles occupera une part significative du mix électrique à l'horizon 2030-2050. Un marché très important est en gestation, en face duquel il faut présenter une offre cohérente associant, d'une part de nouveaux réseaux de transport à courant continu très haute tension, et d'autre part des champs d'éoliennes de très grandes puissances déployées offshore et une nouvelle généra- tion de centrales solaires dans les espaces désertiques hautement ensoleillés. A ce titre, le PSM constitue un pilier essentiel de la transition vers l'économie dé-carbonée. Il est une op- portunité unique de réunir les industriels, la recherche et le politique autour de projets à fortes perspectives. Ce sont les investisseurs et les industriels qui donne- ront corps et crédit à ce plan. Une initiative industrielle majeure pour le PSM s'est donc imposée à la France car, d'une part son industrie figure parmi les leaders mondiaux dans les technologies et l'exploitation des grands réseaux électriques et, d'autre part, elle a l'ambition de se développer sur les marchés d'avenir de l'électricité issue des renouvelables. C'est l'origine de la création, le 9 décembre 2010, de Medgrid® sous l'impulsion du gouvernement et de la diplomatie française. Medgrid, est une société par actions simplifiée (SAS), qui réunit vingt actionnaires de sept pays : Abengoa, Alstom Grid, Areva Energies Renouvelables, Atos WorldGrid, CDC infrastructure, EDF, Ineo (filiale de GDF Suez), Nemo, Nexans, Nur Energie, ONE, Pan Med Energy, Prysmian, Red Electrica, RTE, Siemens, Soitec, Taqa Arabia, Terna, Walid Elias Establishment. L'Agence française de développement (AFD) signera par ailleurs un partenariat stratégique et financier avec Medgrid. Medgridapourobjetd'étudierlafaisabilitédelaconstruc- tion et de l'exploitation d'un grand réseau de transport d'électricité entre les deux rives de la Méditerranée. Les questions soulevées concernent des champs multiples, techniques, économiques, financiers, institutionnels. La société Medgrid contribuera aux bénéfices im- portants apportés par les liens nouveaux créés par un grand réseau électrique transméditerranéen : • Amorcer les projets de centrales solaires qui bénéficie- ront d'un débouché sur les différents marchés de l'élec- tricité permettant la rentabilité des investissements ; • Permettre la création d'un marché du Sud de l'élec- tricité et plus spécifiquement d'un marché nouveau des renouvelables, suivant l'exemple des pionniers du Nord qui créèrent Nord Pool il y a 20 ans, et qui désor- 32 ◗ REE N°5/2011 les grands projets solaires du pourtour méditerranéen mais se mobilisent sur des plans de développement massif de l'éolien offshore. Ce marché ouvrira de nou- velles voies aux systèmes électriques de l'Europe et du Sud et de l'Est de la Méditerranée pour répondre sur les décennies à venir aux besoins de croissance de la demande et de sécurité d'approvisionnement ; • Donner l'opportunité de promouvoir davantage encore les industries électrotechniques des pays européens sur des projets hautement technologiques pour rester dans la course des nouveaux marchés internationaux de l'électricité et des renouvelables ; • Mobiliser plus rapidement les pays du Sud et de l'Est sur le secteur de l'électricité et de ses applications, par une démarche de co-développement. La feuille de route de Medgrid s'inscrit pleinement dans le plan d'action du PSM. Elle se focalise d'abord sur 2020, en cohérence avec les objectifs du paquet européen énergie-climat et des plans solaires des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée. Le bureau d'études Medgrid, constitué initialement pour trois ans, a ainsi pour objectifs de : • Proposer le schéma directeur technique et économi- que d'un réseau transméditerranéen à l'horizon 2020, débouchant sur des projets concrets ; • Promouvoir un cadre de régulation pour les échan- ges d'électricité, favorable aux investissements et à la rentabilité des projets sur la rive Sud ; • Evaluer les bénéfices des investissements d’infras- tructures et des échanges d'électricité sur la crois- sance, l'activité économique et l'emploi ; • Développer les coopérations techniques et tech- nologiques avec les pays de la rive Sud autour de projets de réseaux électriques ; • Promouvoir les technologies et l'industrie euro- péennes dans la compétition mondiale, et notam- ment la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables, le transport à courant continu et les câbles sous-marins à très haute tension. L’Union européenne apporte un cadre et un soutien essentiels au développement économique et énergétique en Méditerra- née, en particulier pour le développement des infrastructures d’électricité La politique énergétique européenne vise au déve- loppement d'une infrastructure énergétique efficace afin de réaliser les objectifs de développement durable, de compétitivité et de sécurité d'approvisionnement. Lors du Conseil européen de Barcelone de 2002, les chefs d'état et de gouvernement ont décidé d'un commun accord de porter le niveau minimum d'inter- connexion entre les états membres à 10 %. Le Conseil européen en 2006 a appelé à l'adoption d'un plan d'in- terconnexions prioritaires, et a demandé d'apporter un plein soutien aux projets d'infrastructures énergétiques externes visant à renforcer la sécurité d'approvisionne- ment. Enfin, la 2ème revue stratégique européenne de l'énergie du 13 novembre 2008 a souligné la néces- sité de relier l'Europe avec les pays du Sud de la Mé- diterranée au travers d'interconnexions électriques, en particulier pour développer le vaste potentiel solaire et éolien de cette région. Dans le 3ème paquet énergie-climat adopté sous la présidence française en décembre 2008, l'UE a fixé trois objectifs à horizon 2020 pour la transition vers une économie plus compétitive et sobre en carbone : réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre, atteindre une part de 20 % d'énergies renouvelables dans la consommation d'énergie finale, économiser 20 % d'énergie supplémentaire au-delà des mesu- res existantes et des effets structurels. Par ailleurs, la consommation d'électricité devrait continuer de croître d'environ 1 % par an. En conséquence, de nouvelles lignes de transport et d'interconnexions sont nécessaires pour faire face à la croissance de l'électricité, pour son acheminement à partir des sources renouvelables (éolien et solaire), dont les grands sites de production sont souvent éloi- gnés (offshore, zone désertique, ) et qui plus est, ont un caractère intermittent pour l'amélioration de la sé- curité du système électrique et pour une plus grande intégration des systèmes et marchés électriques. La Commission européenne a donc planifié pour les dix ans à venir un fort développement des inter- connexions en liaison avec les gestionnaires de réseau. Quatre projets stratégiques majeurs ont été identi- fiés dans le domaine électrique : 1- Interconnexion des réseaux électriques des Pays baltes avec ceux des autres états membres de l'UE ; 2- Développement de réseaux sous-marins pour le rac- cordement des champs éoliens en mer du Nord et mer Baltique ; 3- Renforcement des interconnexions Sud-Est de l’Europe ; 4- Développement des interconnexions autour de la Méditerranée et entre les rives Nord et Sud. REE N°5/2011 ◗ 33 Medgrid : Une initiative industrielle majeure pour les réseaux électriques méditerranéens. Medgrid va contribuer activement à ce quatrième projet stratégique. L'UE a prévu également des outils de coopération fi- nancière pour appuyer la mutation économique dans les pays partenaires méditerranéens : initialement au travers du programme d'aide et d'ajustement (2000-2006)  ; puis, de l'instrument européen de voisinage et de parte- nariat (2007-2013) doté de fonds plus importants pour soutenir les plans d'actions ; et depuis 2002, au travers du FEMIP (Facilité euro-méditerranéenne d'investisse- ment et de partenariat3 ) de la BEI pour des prêts et sub- ventions aux pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée. La FEMIP a par ailleurs reçu le mandat de coordonner financièrement le Plan solaire méditerranéen. Les pays du Sud et de l’Est de la Méditerra- née sont déjà engagés dans la réalisation d’un grand réseau électrique interconnecté Selon l’Observatoire Méditerranéen de l’Energie (OME), la croissance de la consommation d’électricité atteindrait 6 % par an d’ici à 2025 dans les pays du Sud et de l’Est du bassin méditerranéen, qui doivent donc renforcer leurs capacités de production et de transport d’électricité. Pour faire face à cette croissance de la demande et aux besoins de sécurité de leur système électrique, ces pays progressent dans la construction des lignes transfrontalières à très haute tension et dans leurs modes de coopération. • Le Maroc, l'Algérie et la Tunisie ont rejoint l'Union pour la coordination du transport de l'électricité (UCTE)4 en 1997, date de la mise en service de la liaison Maroc- Espagne ; • Le raccordement synchrone de la Turquie à ENTSO-E5 est à l'essai depuis le printemps 2010 ; • Des liaisons 220 kV ont été construites pour intercon- necter les pays du Sud : Algérie-Tunisie (1980) et Algé- 3 La Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat (FEMIP) regroupe l’ensemble des instruments d’intervention de la Banque européenne d’investissement (BEI) dans les pays partenai- res méditerranéens. Opérationnelle depuis octobre 2002, elle est aujourd’hui l’acteur de référence du partenariat financier entre l’Europe et la Méditerranée, avec plus de 10 milliards d’EUR de financements mis en place entre octobre 2002 et décembre 2009. Sur la période 2007-2013, la FEMIP dispose de 8,7 milliards d’EUR pour soutenir des projets dans les neuf pays partenaires méditerranéens. S’y ajoutent 2 milliards d’EUR au titre du Mécanisme de partenariat méditerranéen ainsi que des ressources provenant du budget communautaire pour les activités d’assistance technique et de capital-investissement. 4 Réseau continental européen 5 L’UCTE a fusionné avec l’ETSO en 2009, la nouvelle association ayant pris le nom de ENTSO-E. rie-Maroc (1988 et 1992). Initiée en 2008, une dorsale 400 kV est opérationnelle depuis peu entre ces pays ; • La Libye, l'Egypte, la Jordanie, la Syrie et le Liban consti- tuent un ensemble encore isolé des réseaux des pays du Maghreb, et de l'Europe. Une option pour le rac- cordement de ce bloc au niveau européen est celui d'une interconnexion en 400 kV avec la Turquie. La complétude du réseau 400 kV au Sud et le déve- loppement de nouvelles interconnexions transméditer- ranéennes avec l'Europe, conjugués avec l'augmentation des capacités en moyens de production au Sud, permet- traient d'amorcer un marché régional de l'électricité. La dorsale 400 kV en cours de réalisation au Ma- ghreb contribuera à la continuité électrique entre les différents systèmes du Sud et de l'Est de la Méditerra- née (Medring). Dans ce sens, un projet d'accord concer- nant l'interconnexion des réseaux, du Maroc à l'Egypte, a été signé en 2006 afin de permettre le renforcement des ouvrages de transport en 400 kV au cours de la période 2010-2015. Toutefois, la diversité des systèmes nationaux rend difficile à court terme la réalisation d'un véritable anneau autour de la Méditerranée. La création de Medgrid, dont l'objet principal est d'établir le schéma directeur d'interconnexions trans- méditerranéennes entre les pays de la rive nord et ceux de la rive sud, est donc une initiative essentielle pour définir rapidement la structure d'ensemble du réseau euro-méditerranéen. C'est l'une des recommandations du projet euro- péen MED-EMIP (Euro-Mediterranean Energie Mar- ket Integration project)6 qui vient de s'achever, en préconisant l'étude avancée de l'option d'un « super grid » à courant continu pour la région Méditerranée (EU-MENA7 ). MED-EMIP promeut aussi la création d'un marché ouvert euro-méditerranéen de l'énergie et le trading d'électricité dans le cadre des possibilités d'im- portations d'électricité verte permises par le 3ème pa- quet énergie climat (Article 9 )8 . 6 Les partenaires de ce projet soutenu par la Commission européenne : Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ) GmbH - Allemagne, Observatoire Méditerranéen de l’Energie OME - France, NEEDS consulting - Liban, et le cabinet juridique Kuhbier Rechtsanwälte sprl - Belgique. 7 European Union – Middle East North Africa. 8 Directive 2009/28/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2009 relative à la promotion de l’utilisation de l’énergie produite à partir de sources renouvelables – art. 9 : Projets communs entre Etats-Mem- bres et pays tiers. 34 ◗ REE N°5/2011 les grands projets solaires du pourtour méditerranéen Répondre à une forte croissance de la consom- mation au Sud et à la politique de déve- loppement des renouvelables de l’Union européenne : les ouvrages existant et les projets de liaisons sous-marines, en Méditerranée, représentent une capa- cité cumulée de 12 GW à l’horizon 2020 et 5 000 km de lignes Il n'existe actuellement qu'une interconnexion entre le continent européen et l'Afrique, passant sous le dé- troit de Gibraltar, exploitée conjointement par l'Office national de l'électricité marocain (ONE) et Red Electrica de España (REE). La première liaison électrique d'une puissance de 700 MW en 400 kV a commencé à fonc- tionner en 1997, puis elle a été renforcée en 2006 pour la porter à 1 400 MW. Le renforcement à 2 100 MW est à l'étude. Cette interconnexion permet d'améliorer la sécurité et la fiabilité de l’approvisionnement électrique au Maroc, tout en réduisant son coût. La liaison est exploitée à près de 100 % dans le sens Espagne-Maroc, transitant plus de 4 TWh par an9 . 9 En 2008, 4,23 TWh dans le sens Espagne-Maroc EU-27 2005 2020 Tendanciel 2020 "Green new policy" (* ) (en TWh) (%) (en TWh) (%) (en TWh) (%) Fossiles 1790 54,6 2201 54,2 1489 42,6 Nucléaire 998 30,5 977 24,0 911 26,1 Renouvelables 488 14,9 887 21,8 1094 31,3 3276 4065 3494 (* )100 $/b (Source : Commission européenne 11/2008) Tableau 1 : Scénario d’évolution de la production d’électricité de l'UE. Tension (kV) Puissance (MW) Profondeur max Année envisagée de mise en service Longueur en sous-marin (km) 1 Espagne (Majorque- Minorque) 132 AC 50 90 1973 120 2 Espagne (ROMULUS) 250 DC 400 1500 2011 237 3 Maroc - Espagne 1 400 AC 700 630 1997 30 Maroc - Espagne 2 400 AC 700 630 2006 30 Maroc - Espagne 3 400 AC 700 630 2015 30 4 Italie - France-Italie (SACOI 2) 200 DC 300 450 1992 118 Italie - France-Italie (SACOI 3) 200 DC >400 450 2013 118 Italie - France (SARCO) 150 AC 150 100 2005 14 5 Italie (SAPEI) 1 500 DC 500 1650 2009 420 Italie (SAPEI) 2 500 DC 500 1650 2011 420 6 Sicilia - Calabria (Italie) 400 AC 2000 370 2014 38 7 Italie - Croatie 400 DC 1000 200 2020 200 8 Italie - Montenegro 500 DC 1000 1200 2015 375 9 Italie - Grèce (GRITA 1) 400 DC 500 1000 2001 163 10 Italie - Malte 1 220 AC 230 160 2015 100 Italie - Malte 2 220 AC 230 160 2020 100 11 Tunisie - Italie (TUNITA 1) 400 DC 500 670 2016 200 Tunisie - Italie (TUNITA 2) 400 DC 500 670 2017 200 12 Lybie - Italie (LIBITA) 500 DC 1000 600 >2020 550 13 Algérie - Italie (1) 500 DC 500 2000 2018 330 Algérie - Italie (2) 500 DC 500 2000 2019 330 14 Algérie - Espagne 500 DC 2000 1900 2018 240 Tableau 3 : Liaisons sous-marines existantes et projets. En opération Plan de développement ou en construction Etude de faisabilité Pays du Sud et de l’Est 2007 2020 Tendanciel 2020 Scénario alternatif vert (** ) (en TWh) (%) (en TWh) (%) (en TWh) (%) Fossiles 460 88,7 773 85,9 679 78,3 Nucléaire 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Hydro 57 11,0 110 12,2 110 12,7 Autres renouvelables 2 0,3 17 1,9 78 9,0 519 900 867 (** ) Estimation, incluant le PSM (Sources : Plan bleu PNUE 2010, OME 2008) Tableau 2 : Scénario d’évolution de la production d’électricité des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée. REE N°5/2011 ◗ 35 Medgrid : Une initiative industrielle majeure pour les réseaux électriques méditerranéens. Les échanges entre l'Europe et les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée sont pour l'heure très faibles com- parés aux niveaux de consommation de part et d'autre, soit moins de 1 % de la production électrique au Sud. Toutefois, des inflexions se font jour qui vont entraîner une augmentation des échanges : la demande d'électri- cité en forte croissance au Sud, l'évolution significative des besoins en électricité renouvelable au Nord, la né- cessité croissante de diversifier les approvisionnements énergétiques et de bénéficier des meilleurs coûts de production, les besoins de l'équilibre offre-demande en particulier pour satisfaire les pointes de consommation, lesquelles sont en hiver en Europe, et en été dans les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée. Les tableaux 1 et 2 indiquent les perspectives d'évo- lution de la production d'électricité sur les deux rives. Au sein de l'UE, la part de l'électricité renouvelable, provenant essentiellement de l'éolien, devrait doubler à l'horizon 2020, selon le scénario volontariste présenté par la Commission lors de la 2ème revue stratégique de l'énergie. Dans les pays du Sud et de l'Est, la capacité de pro- duction d'électricité doit passer de 100 GW à 200 GW en 2020. Figure 1 : Tracé schématique des liaisons existantes et projetées. Figure 2 : Scénario à l'horizon 2020-2030. Puissance cumulée des liaisons sous-marines en Méditerranée. Figure 3 : Scénario à l'horizon 2020 - 2030. Longueur cumulée. 36 ◗ REE N°5/2011 les grands projets solaires du pourtour méditerranéen Le scénario alternatif vert pour ces pays montre que la capacité de production à partir des renouvelables (hors hydraulique), incluant les 20 GW d’énergies so- laire et éolienne du PSM, atteindrait environ 35 GW produisant 78 TWh par an. L’exportation d’environ un quart de cette production vers l’Europe nécessiterait d’échanger de l’ordre de 15 à 20 TWh, ce qui représente entre 5 à 6 GW de capacité de transit nécessaire. Les projets en cours d’étude, à des stades d’avan- cement différents (tableau 3) supportent cet ordre de grandeur avec environ une capacité cumulée en pers- pective de 8 GW et 3 000 km de liaisons supplémen- taires d’ici à 2020, comme l’indiquent les synthèses des figures 2 et 3 établies à partir des projets du tableau 3. MEDGRID travaille en coordination avec les autres projets de promotion des renouvelables Le concept Désertec, né dans les laboratoires alle- mands au début des années 2000, a ouvert la voie à la vision d'une exploitation intensive de la ressource solai- re des déserts. La société Désertec Industrial Initiative (Dii) créée en octobre 2009 a pour mission de mettre en œuvre ce concept pour alimenter en électricité so- laire et éolienne l'Europe et les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, avec l'objectif de couvrir 15 % de la consommation électrique de l'Europe en 2050. Dii met l'accent sur le développement de la production solaire concentrée (CSP). Le projet européen "Paving the way for the mediter- ranean solar plan” lancé fin 2010 par la Commission européenne vise à approfondir le cadre institutionnel et de régulation nécessaire aux objectifs du Plan solaire méditerranéen. La question du développement des «super grids» est également au programme de l'Association des ges- tionnaires européen de réseaux (ENTSO-E)10 . L'enjeu majeur de l'ENTSO-E est de promouvoir le développe- ment du réseau européen et de faciliter les investisse- ments nécessaires à la mutation du système électrique européen. ENTSO-E s'inscrit dans le développement durable en facilitant l'intégration des nouvelles sources 10 Le 1er juillet 2009, ENTSO-E (European Network of Transmission Sys- tem Operators for Electricity) a repris les activités des six associations de GRT en Europe. 42 GRT de 34 pays sont membres de ENTSO-E. de production renouvelables contribuant à la réalisation des objectifs de la politique énergétique européenne. Medgrid ouvre à tous la voie à de nouveaux échanges et de nouvelles perspectives éco- nomiques et industrielles dans l’espace euro-méditerranéen Les relations économiques entre la France, l'Espa- gne, l'Italie, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie sont par- ticulièrement denses. Elles représentent une grande partie de notre commerce extérieur, avec plus de 50 % de nos importations et exportations. Les pays du Nord sont exportateurs de biens d'équipements et l'Algérie est un exportateur important de produits énergétiques. Les investissements de ces pays européens sont très importants au Sud et principalement dans l'énergie. Apporter l'électricité vers les zones de consomma- tion nécessite de nouvelles infrastructures de transport et d'interconnexion reliant les futurs sites de produc- tion, d'une part aux réseaux locaux des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée, d'autre part à l'Europe, no- tamment par des lignes sous-marines à courant continu haute tension. L'investissement dans ces infrastructures de transport d'électricité est estimé entre 6 et 8 milliards d'euros pour 38 à 46 milliards au niveau du PSM. Le partenariat Medgrid offre donc une opportunité de poursuivre et d'accentuer les échanges à l'Ouest et au Centre de la Méditerranée, et de les étendre vers l'Est. Au sein du secteur énergétique et particulièrement sur le transport d'électricité, mais aussi sur l'ensemble de la chaîne de valeur électrique, depuis la production d'électricité à l'amont aux usages électriques à l'aval, Medgrid ouvre de nouvelles perspectives aux pays et aux acteurs économiques. Conclusion Les interconnexions dans la région méditerranéenne sont à un stade très préliminaire, limitées aujourd'hui en- tre l'Afrique et l'Europe à la liaison Maroc-Espagne. Il est clair que de nombreux facteurs sont en faveur du dé- veloppement d'un grand réseau électrique dans tout le bassin méditerranéen, qui tirerait avantage des ressour- ces énergétiques immenses et inépuisables du soleil et du vent des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée. REE N°5/2011 ◗ 37 Medgrid : Une initiative industrielle majeure pour les réseaux électriques méditerranéens. Medgrid est un projet de co-développement qui crée les meilleures conditions pour un développement durable dans le bassin méditerranéen, en faveur des pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient mais aussi de l'Europe. Medgrid travaille en étroite collaboration avec les autorités des pays concernés, la Commission euro- péenne, la communauté scientifique, les banques et fonds de développement, les organisations non gou- vernementales. ■ André Merlin est président des Conseils de surveillance de RTE, la société gestionnaire du réseau de transport d’électricité en France, et d’ERDF le principal gestionnaire des réseaux de distribution en France. Président du CIGRE, le Conseil International des Grands Réseaux Electriques ; président du Conseil de surveillance de l’Ecole supérieure d’électricité ; premier président du directoire et fondateur de RTE ; ancien conseiller spécial du Commissaire européen pour l’énergie ; co-fondateur et ancien président de l’Association européenne des gestion- naires de réseaux de transport d’électricité (ETSO) ; ancien président du forum européen pour les transports et l’éner- gie, comité consultatif de la Commission européenne. Avant la création du marché de l’électricité en France, An- dré Merlin a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein d’EDF dans le domaine du transport et de la produc- tion conventionnelle d’électricité et préalablement au sein de sa Direction de la Recherche et du Développement. André Merlin est, depuis le 9 décembre 2010, président exécutif de Medgrid. Hervé Pouliquen est Directeur de programme Economie et Finance à Medgrid. Il a participé au lancement de la société en 2010 comme chargé de mission auprès d’André Merlin. De 2006 à 2009, Hervé Pouliquen a été chargé de Mis- sion Energie au Centre d’analyse stratégique (Premier Ministre) et Rapporteur de plusieurs commissions sur les questions d’énergie et d’environnement, préparatoires à la politique énergétique française, auprès de présidents de grandes entreprises de l’énergie. En 2007, il est désigné Rapporteur national du Grenelle Environnement dans le groupe Maîtrise de la demande d’énergie, en relation avec les différents collèges partici- pant au débat lancé par le Président de la République et animé par Jean-Louis Borloo. De 1987 à 2005, Hervé Pouliquen a occupé plusieurs postes de management au sein d’EDF dans les domaines de la prospective énergétique et environnementale, de l’économie industrielle et des technologies de l’électroni- que de puissance au sein de la Direction Recherche et Développement. les auteurs