Technologie RFID sans puce

06/03/2017
Auteurs : Etienne Perret
Publication REE REE 2017-1
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2017-1:18859

Résumé

Technologie RFID sans puce

Métriques

65
7
580.83 Ko
 application/pdf
bitcache://db03c1a1d1b166f077385eca023cef6d8acf9d78

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2017-1/18859</identifier><creators><creator><creatorName>Etienne Perret</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Technologie RFID sans puce</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2017</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Mon 6 Mar 2017</date>
	    <date dateType="Updated">Mon 6 Mar 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Fri 25 May 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">db03c1a1d1b166f077385eca023cef6d8acf9d78</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>31919</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

10 REE N°1/2017 LES GRANDS PRIX 2016 DE LA SEE Les technologies RFID pour l’identification par radiofréquences font aujourd’hui l’objet d’un engouement sans précédent. La RFID (de l’anglais Radio Frequency Identification) est basée sur l’échange d’informations véhi- culées par des ondes électromagnétiques entre une étiquette, appelée sou- vent « tag », et un lecteur. Actuellement, cette technologie est en plein essor sur le plan économique. Cet essor se traduit par des activités de recherche très soutenues notamment avec l’objectif d’introduire de nouvelles solutions technologiques. La RFID sans puce (ou chipless RFID en anglais) en est un exemple. C’est pourquoi aujourd’hui, il convient de démontrer que cette récente approche a tous les atouts pour concurrencer les codes à barres et même les remplacer dans certaines applications. La mise au point d’une nouvelle technologie, simple d’utilisation et à bas coût, permettant de faire communiquer les « objets » entre eux, pour faire de la traçabilité, par exemple, est très attendue. Cette thématique est connue sous le nom d’Internet des objets (Internet of things). C’est avant tout l’idée de pouvoir étendre l’Internet au monde des objets et des lieux moyennant l’utilisation d’étiquettes qui assureront le lien. La possibilité de faire remonter des informations (fonction identification, fonction capteur, …) par un lien RF d’objets du quotidien à un lecteur lui-même connecté à Internet permet un grand nombre d’applications nouvelles, jusqu’alors insoupçonnées. Nos récentes avancées dans le domaine, notamment en ce qui concerne la récu- pération de la signature électromagnétique (EM) – c’est-à-dire l’empreinte analogique – d’un objet, aussi bien en RF qu’en Terahertz (THz), nous per- mettent aujourd’hui d’envisager la RFID sans puce comme une nouvelle technologie d’identification suceptible d’apporter une réponse à certaines problématiques qui ne peuvent pas être couvertes aujourd’hui par les solu- tions existantes [1, 2]. Contexte Les besoins d’identification et de capture d’information physique sont des sujets d’importance capitale dans les sociétés modernes. L’identifica- tion par radiofréquence dont le principe a été introduit il y a plus de 60 ans est une des technologies majeures qui connaît un essor considérable dans le domaine de l’identification. C’est une technique de capture automa- tique d’information, par lecture radio à distance, d’une étiquette contenant les données. L’étiquette est constituée d’une puce électronique qui contient l’information et d’une antenne qui assure la communication avec un lecteur dédié. Malgré les nombreux avantages que procurent la RFID, son déploie- ment demeure freiné par plusieurs facteurs aussi bien économiques, que technologiques ou sociétaux. Parmi ces freins, on peut citer le coût encore trop élevé des tags, mais également le manque de fiabilité et de sécurité des informations contenues dans la puce RFID. De plus, la RFID reste une techno- logie d’identification relativement complexe, si, par exemple, on la compare aux codes à barres. En effet, les codes à barres sont très simples à mettre en œuvre, ou encore à utiliser. Ils sont, de plus, parfaitement standardisés et universels. Ils sont également d’un coût extrêmement bas autant pour les Le Prix Brillouin-Glavieux est décerné conjointement par l’IEEE et la SEE. Il a pour but de promou- voir l’interaction entre recherche fondamentale, enseignement supérieur et industrie et de contribuer ainsi au triangle de la connaissance : sciences, technologie et innovation. Etienne Perret Prix Brillouin-Glavieux Université Grenoble Alpes - LCIS Institut Universitaire de France Technologie RFID sans puce REE N°1/2017 11 Technologie RFID sans puce étiquettes que pour la partie lecteur. Toutefois le principal inconvénient de cette technologie repose sur le mode de capture de l’information qui va nécessiter le plus souvent une intervention humaine. A l’opposé, le mode de communica- tion par onde radio est le principal intérêt de la RFID, permet- tant une automatisation des lectures. A cette flexibilité de lecture, s’ajoute la possibilité de faire de la lecture multiple. De même, il est possible d’obtenir des distances de lecture de plusieurs mètres. En revanche, la solution RFID est com- plexe, elle nécessite l’utilisation d’une puce, d’un protocole de communication qui induit des coûts importants au niveau des tags. Cette solution n’est pas universelle, dans la mesure où elle utilise des bandes de fréquences qui peuvent être différentes d’un pays à un autre. Toutes ces constatations expliquent pourquoi de plus en plus de recherches visent à développer de nouveaux systèmes de traçabilité. Parmi eux, la RFID sans puce (chipless), ou encore dénommée « le code barre RF », est très prometteuse [1, 2]. La figure 1 présente une comparaison entre les trois tech- nologies d’identification et permet de mieux comprendre le positionnement de la RFID sans puce. On remarque qu’en termes de fonctionnalités, la RFID dispose d’arguments de poids. Le seul point noir reste le prix. Le code à barres ne propose quasiment aucune fonction autre que la récupéra- tion d’un ID ; en revanche, la technologie est éprouvée, très répandue et d’un coût extrêmement bas. Pour ce qui est du chipless, il dispose lui aussi de bons arguments en termes de fonctionnalités. Certaines sont des versions dégradées de ce que peut faire la RFID (par exemple la distance/flexibilité de lecture reste réduite…), d’autres s’avèrent même être plus pertinentes en chipless (discrétion du tag, intégrité du pro- duit à taguer). Le principal atout du chipless reste le coût des tags. Par rapport aux codes à barres, le chipless doit apporter d’autres fonctionnalités impossibles à mettre en œuvre avec l’approche optique, le tout en restant sur des versions bas coût, c’est-à-dire imprimables. En termes applicatifs la mise au point de tags-capteurs à très bas coût est aujourd’hui très attendue. Il serait intéressant de pouvoir lire un code d’identification ren- seignant sur le contenu d’un contenant quelconque, ceci avec une information sur l’hygrométrie de l’objet. On aurait à dispo- sition un système de traçage à distance d’objets, très complet, reposant sur une technologie bas coût [3]. En plus du gain en précision, le fait de se soustraire aux contraintes liées à la puce permet de diminuer le coût, d’augmenter la durée de vie, d’avoir des tags plus robustes au niveau du taux de lecture et des tenues en vibration et en température. Principe de fonctionnement Les tags sans puce sont habituellement des dispositifs for- més de composants à bas coût, de matériaux magnétiques ou encore de matériaux réfléchissant ou absorbant les ondes RF. Les dispositifs “chipless”, comparativement aux tags RFID Figure 1 : Comparatif entre différentes technologies d’identification. 12 REE N°1/2017 LES GRANDS PRIX 2016 DE LA SEE avec puce, ont généralement un prix moindre, sont souvent des dispositifs jetables et sont utilisés sur des objets de faible valeur marchande. Les dispositifs peuvent être réalisés à partir de matériaux à coût extrêmement bas, ou encore extrême- ment robustes pour avoir une meilleure fiabilité de fonctionne- ment, des tenues thermiques et mécaniques supérieures aux tags intégrant une puce. Toutefois, ces avantages doivent être pondérés face à la capacité de mémoire limitée par rapport à la RFID classique et surtout l’impossibilité de modifier l’infor- mation présente sur le tag (fonction réécriture). Les tags sans puce, bien que peu commercialisés actuelle- ment, se déclinent en plusieurs sous-familles. Pour ne citer que les plus prometteuses, mentionnons celles qui sont basées : jet d’encre, approche encore prospective, dont le principe de fonctionnement reste proche des tags avec puce mais avec des performances bien plus faibles ; approche déjà commercialisée ; [1, 2]. Le troisième point est celui qui nous intéresse. Le principe de codage de l’information, c’est-à-dire l’ID de l’étiquette, est basé sur la génération d’une signature électromagnétique spé- cifique, à l’image du principe radar : une onde est envoyée sur le tag, la partie du signal réfléchie par le tag constitue sa signa- ture EM (figure 2). La principale différence est que la forme du motif conducteur constituant le tag est imposée pour avoir une signature spécifique et parfaitement reconnaissable. Ainsi, l’information n’est plus mémorisée à l’aide d’une puce, comme on peut le rencontrer dans les tags RFID traditionnels, mais di- rectement «inscrite» dans la forme géométrique de l’étiquette. On observe également dans la figure 2 qu’en pratique le tag n’est pas seul, et que le signal qui revient au lecteur est la superposition de différentes réflexions. De plus le signal en provenance du tag est extrêmement faible par rapport au signal total. Il convient dès lors de mettre en place des tech- niques pour récupérer le signal utile (et par là l’ID du tag), Figure 2 : Principe de fonctionnement d’un système chipless – Approche radar. REE N°1/2017 13 Technologie RFID sans puce comme l’utilisation de la polarisation croisée (figure 2, [4]), ou encore un principe de séparation temporelle basé sur la récupération du mode propre du tag qui lui est indépendant du mode de lecture ou de l’environnement. Pour ce qui est du codage utilisé, le point essentiel réside dans le lien qui existe entre la géométrie du motif conducteur de l’étiquette et la signature RF attendue. Le motif du tag doit être généré directement à partir de l’identifiant à coder et inversement. Pour coder de l’information en chipless, les deux approches les plus simples consistent : (pic ou creux, lié à une résonance du motif présent sur l’étiquette, par exemple) du signal temporel ou fréquentiel ; - pectivement en régime temporel et spectral) entre la pré- sence de parties distinctives du signal (figure 3). Considérons le tag présenté dans les figures 3 et 4. Il est composé de quatre résonateurs notés 1, 2, 3 et 4 indé- pendants les uns des autres. Des courts-circuits permettent d’ajuster la longueur des trois fentes 1, 2 et 4 et donc les fréquences de résonance (figure 4). L’intérêt d’une telle structure repose sur le fait que les résonances sont décou- plées les unes des autres, bien que les fentes soient très proches. Cette absence de couplage permet de contrôler in- dépendamment chaque fréquence de résonance et donc de coder un nombre important d’informations, le tout sur une Figure 3 : Illustration du lien qui existe entre les fréquences de résonance et la géométrie des tags en forme de C. a) Amplitude du signal rétrodiffusé en fonction de la fréquence, le signal est normalisé par rapport au signal incident, b) densité de courant visualisée sur le tag à différentes fréquences de résonance. c) Amplitude du signal rétrodiffusé pour trois longueurs différentes L2 de la fente n°2. 14 REE N°1/2017 LES GRANDS PRIX 2016 DE LA SEE surface réduite à 1.5 cm × 2 cm. Ce principe est illustré sur la figure 3. On voit également les trois résonances relatives à chacune des trois fentes utilisées, ceci pour trois fréquences caractéristiques. La figure 3c présente le signal rétrodiffusé pour trois configurations différentes : seule la longueur L2 d’une des trois fentes varie (fente n°2). On observe bien un décalage de la fréquence de résonance correspondant à cette fente, alors que les deux autres restent inchangées. Intéressons-nous à la récupération de l’information conte- nue dans le tag à partir de sa signature EM. Pour remonter à l’information du tag, le signal rétrodiffusé et récupéré par le lecteur est traité. Ensuite, une correspondance entre ces valeurs physiques et un code binaire (l’identifiant du tag) est définie, comme le montre la figure 4. Un tableau permet d’associer à chaque combinaison de fréquences une combinaison de zéros et de uns, cette der- nière constituant le code binaire du tag. La figure 4 illustre ainsi le principe de codage que l’on peut mettre en œuvre pour relier la signature au code binaire. Dans la mesure où le tag admet trois fentes totalement découplées, on peut coder de cette manière un total de 6 bits, deux bits par fentes. A titre d’exemple, si l’on cherche à coder l’identifiant 110110, conformément au tableau de correspondance, il suffit de faire résonner la fente n°1 à 2,55 GHz et les fentes n°2 et 4 respectivement à 2,1 et 4,8 GHz. Avancées technologiques Depuis quelques années, un travail important a porté au LCIS sur l’élaboration d’approches technologiques originales, dans le but de démontrer le potentiel pratique et écono- mique du chipless. Plusieurs verrous ont été levés et désor- mais, grâce à ces avancées, la technologie chipless à coût extrêmement bas n’est plus simplement un concept mais bien une réalité. Des solutions adaptées ont été apportées aux principaux problèmes de sensibilité de détection en envi- ronnement réel d’utilisation. Ainsi, la densité de codage [5], la robustesse de détection [4, 6], l’orientation de lecture [5], le coût de réalisation des tags [7] et du lecteur, la problé- matique du respect des normes d’émission, sont autant de thématiques à très fort impact pratique qui ont été traitées et pour lesquelles une réponse a été apportée. Il a été montré pour la première fois qu’il est possible de réaliser des tags chipless à grande échelle et pour un coût unitaire de l’ordre de 0,004 , c’est-à-dire conforme aux projections 2019 de Figure 4 : Illustration du principe de codage à travers l’exemple du tag en C. Le tableau de correspondances indique le lien entre les fréquences de résonance du tag et le code binaire associé, ici un code sur 6 bits. REE N°1/2017 15 Technologie RFID sans puce certains instituts. Ces tags sont obtenus par impression en flexographie sur du papier (figure 5). La seule différence avec les codes à barres est l’utilisation d’une encre conductrice qui est à l’origine de la signature électromagnétique spécifique au tag. Aujourd’hui il est également possible d’utiliser une imprimante jet d’encre, standard, grand public pour imprimer ces étiquettes. Dans ce cas il suffit d’utiliser une cartouche contenant de l’encre conductrice, à l’image d’une énième couleur. Perspectives Afin de se différencier encore plus du code à barres, il reste nécessaire de démontrer que la technologie chipless peut apporter d’autres fonctionnalités tout en restant sur l’idée de tags imprimables. La première d’entre elles concerne l’as- pect capteur. En effet, il est possible d’ajouter cette fonction moyennant l’utilisation d’un matériau sensible à une gran- deur physique [3]. Une deuxième fonctionnalité recherchée est la possibilité de pouvoir réinscrire l’identifiant du tag [1]. Ce service est lui aussi, particulièrement attendu dans le do- maine de l’identification, d’autant plus qu’il est impossible à mettre en œuvre avec des codes à barres, ce qui permettrait de se différencier nettement de cette dernière technologie. Enfin, il est également possible d’utiliser l’étiquette pour inter- agir avec un système électronique sur la base, par exemple, de la détection de gestes particuliers. L’objectif ici est d’avoir une étiquette jetable qui pourrait servir de télécommande ou de clavier qui permettrait à l’utilisateur de contrôler un sys- tème à distance, c’est dire sans contact comme c’est le cas actuellement avec les écrans tactiles. Ces fonctionnalités font appel à l’approche radar qui supporte cette technologie et qui permet de mettre en œuvre de telles interactions. Figure 5 : Exemple de tags chipless imprimés par différents procédés : flexographie (gauche), jet d’encre (droite). L’AUTEUR Etienne Perret est maître de conférences à l’Insti- tut Polytechnique de Grenoble, membre de l’Institut Universitaire de France. Les activités de recherche d’Etienne Perret s’effectuent au LCIS, où il est respon- sable du groupe ORSYS (SYStèmes Optoéléctroniques et Radiofréquences). Elles portent sur l’utilisation des technologies et signaux radiofréquences (RF), sans fil (Wireless) pour la communication, le traitement des signaux et la mesure. Plus précisément, Etienne Per- ret s’intéresse au développement d’outils de calcul couplés permettant la conception de dispositifs hyper- fréquences, ainsi qu’au développement de la RFID et tout particulièrement de la RFID Chipless, dont il est actuellement l’un des principaux protagonistes au ni- veau mondial. Il s’intéresse à l’ajout d’une information de type capteur à celle contenant classiquement l’iden- tifiant. 16 REE N°1/2017 LES GRANDS PRIX 2016 DE LA SEE Références [1] E. Perret, Radio Frequency Identification and Sensors: From RFID to Chipless RFID: Wiley-ISTE, 2014. [2] A. Vena, E. Perret, and S. Tedjini, Chipless RFID based on RF Encoding Particle - Realization, Coding and Reading System: ISTE - Elsevier, 2016. [3] R. S. Nair, E. Perret, S. Tedjini, and T. Baron, “A Group Delay Based Chipless RFID Humidity Tag Sensor Using Silicon Nanowires,” IEEE Antennas and Wireless Propagation Letters, vol. 12, pp. 729-732, 2013. [4] A. Vena, E. Perret, and S. Tedjini, “A Depolarizing Chipless RFID Tag for Robust Detection and Its FCC Compliant UWB Reading System,” IEEE Transactions on Microwave Theory and Techniques, vol. 61, pp. 2982 - 2994, 2013. [5] A. Vena, E. Perret, and S. Tedjini, “High Capacity Chipless RFID Tag Insensitive to the Polarization,” IEEE Transactions on Antennas and Propagation, vol. 60, pp. 4509 - 4515 Oct. 2012. [6] A. Vena, E. Perret, and S. Tedjini, “Design of Compact and Auto Compensated Single Layer Chipless RFID Tag,” IEEE Transactions on Microwave Theory and Techniques, vol. 60, pp. 2913 – 2924, September 2012. [7] A. Vena, E. Perret, S. Tedjini, G. E. P. Tourtollet, A. Delattre, F. Garet, and Y. Boutant, “Design of Chipless RFID Tags Printed on Paper by Flexography,” IEEE Transactions on Antennas and Propagation, vol. 61, pp. 5868-5877, 2013.