Résumé

La SEE 2.0

Métriques

76
7
145.24 Ko
 application/pdf
bitcache://3b43562d12db139a51daf0a4b0bf90ed1ceac218

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2016-5/17754</identifier><creators><creator><creatorName>François Gerin</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>La SEE 2.0</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2016</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Wed 21 Dec 2016</date>
	    <date dateType="Updated">Thu 26 Jan 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Tue 13 Nov 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">3b43562d12db139a51daf0a4b0bf90ed1ceac218</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>30393</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

REE N°5/2016 ◗ 1 E n ce dernier numéro de l’année 2016, la REE me fait l’honneur de son édito- rial. Je tiens tout d’abord à remercier son équipe de rédaction qui veille, au fil des numéros, au maintien d’une qualité de publication reconnue de tous, offrant à la SEE une vitrine exceptionnelle pour ses missions et ses ac- tivités. La REE est, auprès de ses lecteurs, le porte- parole scientifique, technique et sociétal de notre association ; sa mise en ligne lui permet de coller à l’actualité et d’être ainsi un véritable outil 2.0 de diffusion et promotion des activités de la SEE. Le présent numéro comporte deux grands dos- siers, l’un consacré à l’insertion des énergies re- nouvelables dans le réseau électrique européen, l’autre aux systèmes radioélectriques avancés. Il s’inscrit dans la lignée de dossiers tout aussi remarquables : le dernier dédié à la fusion ther- monucléaire et au projet ITER, le précédent au stockage des déchets radioactifs, sans oublier la publication du Livre blanc sur la cybersécurité des réseaux électriques intelligents. Avec les articles sur le Wi-Fi et sur l’Internet des objets, ces publications accompagnent l’action de notre Société menée au travers de son Cercle des entreprises lancé il y a deux ans et qui a donné naissance aux groupes de travail sur la cybersécuri- té des réseaux électriques intelligents et sur l’Inter- net des objets. Ces groupes de travail rassemblent les parties prenantes – opérateurs, industriels ou fournisseurs de services, organismes publics, labo- ratoires, grandes écoles et universités – autour de thèmes d’intérêt commun, avec une vision trans- versale renforcée sous l’angle de la cybersécurité appliquée à ces thèmes et bénéficiant à ce titre du soutien apprécié de l’ANSSI1 . Simultanément, notre association a engagé une vigoureuse relance des activités régionales et tech- niques, à travers ses clubs techniques (CT) dans 1 Agence nationale de sécurité des systèmes d’information. les courants forts et dans les courants faibles, en créant notamment trois nouveaux clubs dans les domaines « cybersécurité et réseaux intelligents », « stockage et nouveaux moyens de production », et « écoconception en génie électrique » qui sont venus compléter les clubs techniques existants2 . Les groupes régionaux redynamisés travaillent en synergie avec ces clubs techniques et avec les entreprises et établissements d’enseignement supérieur régionaux pour reproduire ou créer à leur échelle des manifestations d’intérêt commun. Ainsi, en région Rhône-Bourgogne, une journée d’étude a récemment été organisée sur le thème « réseaux électriques et supergrid ». En parallèle, nous avons signé des conventions avec des écoles d’ingénieurs telles que l’Institut Mines Télécom, ou l’ECAM-EPMI, dont la liste sera rapidement élargie ; en effet il est essentiel pour notre association d’assurer le développement de ses activités, en recrutant de jeunes diplômés de l’enseignement supérieur jusqu’à « bac + 5 » et au-delà ; il conviendra bien sûr de conserver le contact avec eux lors de leur entrée dans la vie ac- tive pour les retrouver dans les entreprises, notam- ment celles qui ont passé des conventions avec la SEE. Citons EDF, RTE, ENEDIS, ENGIE, ATOS, Conti- nental, la SNCF, Siemens, Thales, le CEA, Orange… et une première PME de haute technologie, ITNI. Bien entendu nous visons à augmenter rapide- ment cette base, notamment avec le concours d’entreprises industrielles et de services dans les domaines couverts par la SEE. Ce renforcement est prioritaire pour assurer la pé- rennité des activités au plan économique et ainsi rendre durables les actions menées. Parmi elles, les congrès et les conférences organisés par la SEE avec des partenaires des métiers de l’électricité, de l’électronique, de l’aéronautique, de l’automo- bile et des technologies de l’information et de 2 CT existants : « Ingénierie des systèmes d’information et de communication », « Radars, sonars et systèmes ra- dioélectriques » et « Systèmes électriques ». La SEE 2.0 editorial françois gerin 2 ◗ REE N°5/2016 la communication, s’appuient sur une expertise reconnue. Nous pouvons citer, parmi les grandes manifestations en 2017, More Electric Aircraft, Icolim, European Test and Telemetry Conference et Jicable, qui attirent des spécialistes internationaux de leurs domaines. Ces grandes manifestations sont complétées par des évènements organisés par les clubs techniques et les groupes régionaux sous forme notamment de soirées d’étude fort appréciées. Enfin je tiens à souligner les coopérations que nous développons • avec le Cigré et son comité national français, dans l’approche des jeunes dans l’enseignement supérieur et dans les entreprises, pour l’organi- sation de manifestations communes, ainsi que dans les domaines des clubs techniques ; • avec l’IEEE pour des manifestations communes ; • avec les partenaires de Jicable pour la réussite des éditions 2017 et 2019 ; • avecISAFrance,oulesautressociétésscientifiques françaises au sein de la F2S1. A vous, lecteurs de la REE, je lance un appel aux bonnes volontés qui permettront de démultiplier les activités des équipes de la SEE qu’en votre nom je remercie de leur engagement quotidien pour une meilleure compréhension des enjeux techniques, sociétaux, industriels et organisationnels du progrès technologique. En cette période il me revient de vous souhaiter chaleureusement une bonne et heureuse année 2017 ainsi qu’à vos familles et à vos proches, en comptant sur votre fidélité et vos suggestions pour que cette année nouvelle réussisse à la SEE 2.0. François Gerin Président de la SEE En haut, à gauche : Station connectée pour le pilotage des dépenses de chauffage et le maintien du confort (© Sowee - filiale EDF). En haut, à droite : Contrôle coordonné de véhicules connectés (© Embedded Systems Technology) – En bas, à gauche : Maison intelligente et connectée (© Athemium) – En bas à droite : Unité de stockage et de gestion d’électricité domestique de 4,2 kWh (© Nissan).