Lumière et électricité pour tous, un droit universel

Comment l’Afrique deviendra le premier continent soutenable de l’Humanité 06/05/2016
Publication REE REE 2016-2
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2016-2:16485

Résumé

Lumière et électricité pour tous, un droit universel

Métriques

69
6
121.55 Ko
 application/pdf
bitcache://880f73e8d0e62a5a8bd09f4b93d617272ead1729

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2016-2/16485</identifier><creators><creator><creatorName>Jean-Louis Borloo</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Lumière et électricité pour tous, un droit universel</title><title>Comment l’Afrique deviendra le premier continent soutenable de l’Humanité</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2016</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Fri 6 May 2016</date>
	    <date dateType="Updated">Thu 26 Jan 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Mon 15 Oct 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">880f73e8d0e62a5a8bd09f4b93d617272ead1729</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>27570</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

REE N°2/2016 1 L es énergies constituent un outil indispensable au développement humain, économique et social mais leur approvisionnement pose un défi majeur compte tenu de la fracture énergétique qui s’est opérée entre l’Occident et certains pays en voie de développe- ment (on sait que seulement un tiers des Africains ont accès à l’électricité). Posons-nous les bonnes questions : comment pour- rons-nous alimenter en énergie neuf milliards d’êtres humains dans 50 ans alors que deux milliards en sont aujourd’hui privés ? D’ici 30 ans, l’Afrique comptera un milliard de nouveaux habi- tants. Ce boom démographique sans précédent dans l’histoire de l’humanité s’avère être une formidable chance mais également un incroyable défi. Une formidable chance parce que la population africaine est aujourd’hui, et sera demain, la plus jeune du monde : 50 % des africains ont moins de 25 ans. Cette jeunesse, dont le niveau d’éducation a considérablement progressé, est née avec Internet et les téléphones mobiles ; elle représente un véritable atout et l’avenir du continent. Un incroyable défi car il va falloir nourrir, former, loger, employer et soigner ces nouveaux habitants qui inéluctablement seront at- tirés vers les lumières des grandes villes africaines et de l’Europe. En Afrique, l’exode rural crée de véritables chaudrons urbains, dans des villes qui ne disposent pas pour la plupart d’infrastruc- tures nécessaires à l’accueil de ces nouvelles populations. En Europe, nous assistons à un phénomène d’immigration massive aux conséquences souvent dramatiques... C’est pour faire face à ces enjeux que l’accès à l’énergie est une absolue priorité. Ces enjeux sont sanitaires, éducatifs, écono- miques mais concernent aussi les conditions de vie de la femme et des populations en général. Ainsi, l’électrification du continent permettra le développement, dans les campagnes, d’activités autres que les activités agricoles et de lutter contre l’exode rural. Les États seront peuplés de façon plus homogène, les infras- tructures plus diffuses et la maîtrise du territoire meilleure pour les États. L’énergie est le préalable à tout développement, la ressource indispensable à la vie, à la lutte contre l’obscurité et l’obscurantisme. Il est indéniable que la question de l’asymétrie d’accès aux énergies est une problématique mondiale qui constitue le grand défi du XXIe siècle auquel nous devons répondre, par un engagement très faible de chacun mais ayant en cumulé des effets considérables. L’électrification du continent n’est pas impossible ; elle est néces- saire, vitale et surtout réalisable d’ici 2025. On estime à ce jour que si l’ensemble des projets et avant-projets existants étaient mis en œuvre, l’Afrique pourrait être électrifiée à 80 % d’ici 10 ans. Ces projets sont connus et identifiés mais la plupart d’entre eux connaissent un problème de soutenabilité financière et de rentabilité. Les initiatives sont nombreuses mais éparses et les critères d’accès aux financements internationaux publics et privés demeurent complexes. C’est la raison pour laquelle la création d’une agence panafricaine d’électrification dirigée par les Africains et au service des Africains est indispensable. Dotée d’une subvention de l’ordre de cinq milliards de dollars par an pendant 10 ans, permettant de mobiliser les 20 milliards de dollars par an de liquidités publiques et privées disponibles, et d’une ingénierie publique de haut niveau, elle est en passe de devenir un outil de fédération des partenaires et bailleurs de fonds au service des États et des projets ainsi qu’un véritable vec- teur de mobilisation de l’ensemble des capacités de financement privé, public, classique ou concessionnel. Ce chaînon manquant est le seul outil capable de sécuriser les financements, d’assurer la soutenabilité des projets et donc leur faisabilité. Nous devons être à l’initiative d’un rendez-vous que l’histoire re- tiendra, celui de la convergence de tous les continents regardant dans la même direction. M. Jean-Louis Borloo est président de l’association « Énergies pour l’Afrique » qu’il a fondée en novembre 2014. Avocat de formation, il a exercé de nombreuses fonctions électives : maire de Valenciennes, député européen, conseiller régional, député du Nord. Il a aussi exercé des fonctions ministé- rielles importantes sous la présidence de Jacques Chirac, puis de Nicolas Sarkozy en étant notamment Ministre d'Etat en charge de l'Environnement, de 2007 à 2010 dans le gouvernement Fillon. Lumière et électricité pour tous, un droit universel Comment l’Afrique deviendra le premier continent soutenable de l’Humanité EDITORIAL JEAN-LOUIS BORLOO