L’Homme, et après… ?

18/01/2016
Auteurs : Bernard Ayrault
Publication REE REE 2015-5
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2015-5:14940

Résumé

L’Homme, et après… ?

Métriques

160
8
216.99 Ko
 application/pdf
bitcache://a4c2e1b36b59fea6b16f37a7cba520623cb714f5

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2015-5/14940</identifier><creators><creator><creatorName>Bernard Ayrault</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>L’Homme, et après… ?</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2016</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Mon 18 Jan 2016</date>
	    <date dateType="Updated">Thu 26 Jan 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Tue 13 Nov 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">a4c2e1b36b59fea6b16f37a7cba520623cb714f5</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>25455</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

REE N°5/2015 109 S ous un titre insolent, Dieu n’est plus ce qu’il était, la chronique de REE 2015-4 s’efforçait de montrer comment s’articulent, à propos de nos origines, physique et métaphysique. Pour celle-ci, nous nous tournons vers l’avenir, tant les évolutions technologiques et les réflexions éthiques interfèrent quant aux possibilités et aux finalités de l’humanité… Les progrès de l’informatique, stockage et traitement de l’information, irriguent de nom- breux domaines : qu’il s’agisse de l’automa- tique et de la robotique, des neurosciences et de l’intelligence artificielle, de l’interaction homme-machine et des techniques palliatives au handicap, le progrès permet d’améliorer la condition humaine. On va bientôt comprendre et stimuler les mécanismes, physiologiques donc matériels, de la conscience ; les neuros- ciences autorisent l’espoir de guérir des mala- dies encore invalidantes ou dégénératives. Ce qui touche à l’intelligence et au cerveau s’inscrit dans ce que le progrès contempo- rain a de spectaculaire, mais aussi de mysté- rieux. Ainsi le prix du journal Le Monde de la recherche universitaire vient d’être décerné à Jonathan Grizou (INRIA Bordeaux) pour la mise au point d’algorithmes d’apprentissage permet- tant d’adapter les interfaces cerveau-machine à chaque patient. Le progrès met en jeu des mécanismes subtils, souvent vulgarisés sous le terme d’ondes qui garde dans le grand public son aura de mystère, voire de danger ! Les interfaces cerveau-machine qui aug- mentent l’humain pour dépasser ses limites, tel est le thème du premier ouvrage qui inspire nos propos ; sous un titre, Une puce dans la tête, qui fleure les excès du marketing, Dorian Neerdael, jeune philosophe et éthicien formé à l’Université Libre de Bruxelles (ULB), explore d’une plume alerte les interrogations suscitées par ces dispositifs qui produisent des applica- tions performantes, décisives pour améliorer la situation de handicapés ; le tapage médiatique étouffe d’ailleurs le plus souvent, le caractère novateur mais limité des résultats acquis et les submerge de commentaires où l’aspect théra- peutique l’homme réparé le cède trop facile- ment au sensationnel de l’homme augmenté, voire de l’homme dépassé… La pertinence de l’ouvrage de Dorian Neerdael et la facilité de son abord tiennent à un sympathique équilibre entre la technicité philosophique et la complexité scientifique : elles ont d’ailleurs séduit le jury du prix « X PHI- LO » récompensant chaque année un ouvrage confrontant science et philosophie. Face aux excès de la prospective sur la fusion cerveau- machine, notre philosophe insiste autant sur les promesses que sur les menaces d’une quête il- limitée de performances : c’est à juste titre qu’il en appelle à Kant ou à Diderot pour concilier esprit critique et perspective humaniste. Comment ne pas souscrire à une conclu- sion insistant sur la différence entre augmen- tation et amélioration et appelant à renoncer à une quête de performance illimitée qui pour- rait à terme menacer la pérennité de la vie sur terre… Cette prudence méthodologique s’oppose aux post- et aux des trans-huma- nistes dont les analyses confinent à l’utopie ou au rêve, parfois même au délire, par exemple quand on spécule sur la transmission de pen- sée ou sur la possibilité de d’immortalité grâce à la cryogénie. La REE, avec ses récents dossiers sur les contributions des TIC à la santé ou à la lutte contre la dépendance, est évidemment sen- sible à la prospective sur toutes ces questions et elle a reçu avec intérêt le nouveau cahier de la Fondation Télécom. Créée par Alcatel-Lucent, BNP Paribas et Orange et associant des parte- naires importants, cette fondation a mobilisé les spécialistes des diverses écoles de Télécom pour illustrer les recherches entreprises et ima- giner leurs développements : le thème « TIC et santé » est en effet un objectif stratégique de l’Institut Mines-Télécom auquel elles appar- tiennent. C’est un cahier dense, et l’on peut mesurer des retombées avérées, telles la créa- tion de startups, ainsi que les attentes socié- tales pour les prochaines décennies où les TIC joueront un rôle souvent décisif ; la plupart des dispositifs externes, mécaniques et/ou numé- riques, susceptibles d’augmenter l’humain sont envisagés, même si les thèmes controversés comme les puces implantées dans le corps ou les modifications du génome sont hors champ de cette prospective. Les recherches concernant l’homme répa- ré, où les conséquences du handicap, de la dépendance, du vieillissement ou de la mala- die sont partiellement ou totalement effacées, connaissent grâce au prodigieux essor des technosciences un grand succès ; l’efficacité même de ces retombées conduit naturelle- ment à un homme augmenté, dès lors qu’elles concernent les capacités biologiques de l’es- pèce : en imaginant une « Loi de Moore » pour de tels dispositifs, on en vient naturellement à imaginer que viendra, assez vite d’ailleurs, le moment ou la machine dépassera l’humain, inaugurant l’ère du post humanisme. Le cahier ne nous parait pas témoigner à l’égard de ces perspectives de la même rigueur éthique que Dorian Neardall ; il fait une place parfois complaisante à la « singularité » envisa- gée en 2005 par Raymond C. Kurzweil. Sou- haitons que les capacités de réflexion philo- sophique de l’Institut, dont on a pu apprécier la pertinence (cf l’ouvrage piloté par Brigitte Munier sur La sociologie du corps à l’épreuve des nouvelles technologies), continuent d’inner- ver les recherches techniques. Quand les biolo- gistes s’inquiètent d’une possible dérive eugé- nique et les statisticiens des risques sociétaux des « Big Data », il serait regrettable que s’affai- blisse une indispensable vigilance éthique. B. Ay. CHRONIQUE L’Homme, et après… ? Dorian Neerdael Une puce dans la tête Les interfaces cerveau-machine qui augmentent l’humain pour dépasser ses limites Editions FYP Collection Présence août 2014 - 160 p. - 15,50 Ouvrage collectif L’Homme augmenté Notre humanité en quête de sens Cahier de la Fondation Télécom juin 2015 - 28 p.