Les data centers

24/10/2015
Auteurs :
Publication REE REE 2015-4 Dossier TIC et énergie
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2015-4:14185
se connecter (si vous disposez déjà d'un compte sur notre site) ou créer un compte pour commander ou s'inscrire.
 

Résumé

Les data centers

Auteurs

L’IA et l’industrie
L’intelligence artificielle : prothèse ou orthèse ?
Refroidissement des logements : ne refaisons pas l’erreur des chauffages d’appoint
26e Congrès de la Conférence générale des poids et mesures (CGPM) à Versailles
Gérard Mourou, prix Nobel de physique 2018
Transition énergétique : il est temps de redonner la priorité à l’électricité
Comment décarboner les transports lourds de marchandises ?
La RATP se met au vert
Autoconsommation : le débat ne fait que commencer
Un mix gazier 100 % renouvelable en 2050 : peut-on y croire ?
La fiscalité du carbone se renforce
Stratégie nationale bas carbone : les premiers indicateurs de résultats interpellent
Eoliennes flottantes : deux inaugurations importantes mais beaucoup d’incertitudes demeurent
Vers un cluster de l’hydrogène dans la région de Liverpool-Manchester
Les batteries Li-ion pour l’automobile : un marché en pleine évolution
Mobileye et le Road Experience Management (REMTM)
La cyber-sécurité dans les systèmes d'automatisme et de contrôle de procédé
Les applications industrielles et scientifiques des logiciels libres : aperçu général
Les applications industrielles des logiciels. libres
Les applications industrielles des logiciels libres (2ème partie)
L'identification par radiofréquence (RFID) Techniques et perspectives
La cyber-sécurité des automatismes et des systèmes de contrôle de procédé. Le standard ISA-99
Êtes-vous un « maker » ?
Entretien avec Bernard Salha
- TensorFlow, un simple outil de plus ou une révolution pour l’intelligence artificielle ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis se retirent de le l’accord de Paris
L’énergie et les données
Consommer de l’électricité serait-il devenu un péché ?
Un nouveau regard sur la conjecture de Riemann – Philippe Riot, Alain Le Méhauté
Faut-il donner aux autorités chargées du respect de la loi l’accès aux données chiffrées ?
Cybersécurité de l’Internet des objets : même les ampoules connectées pourraient être attaquées
L’Internet des objets - Deux technologies clés : les réseaux de communication et les protocoles (Partie 2)
ISA L’évolution des normes et des modèles
FIEEC - SEE - Présentation SEE et REE - mars 2014
Les radiocommunications à ondes millimétriques arrivent à maturité
L’Internet des objets - Deux technologies clés : les réseaux de communication et les protocoles (Partie 1)
Internet des objets : l’ARCEP et l’ANFR mettent à la consultation l’utilisation de nouvelles bandes de fréquence autour de 900 MHz
L’énergie positive
Controverses sur le chiffrement : Shannon aurait eu son mot à dire
La cyberattaque contre les réseaux électriques ukrainiens du 23 décembre 2015
Le démantèlement des installations nucléaires
L’Accord de Paris
Les data centers
L’hydrogène
Le piégeage et la récolte de l’énergie. L’energy harvesting
Régalez-vous, c’est autant que les Prussiens n’auront pas...
Le kWh mal traité Deuxième partie : le contenu en CO2 du kWh
Le kWh mal traité
Enova2014 - Le technorama de la REE
Les grands projets solaires du pourtour méditerranéen
Après Fukushima, le nucléaire en question ?
On sait désormais stocker les photons pendant une minute
Identification d’objet par imagerie fantôme utilisant le moment orbital angulaire
La découverte du boson de Higgs, si elle est avérée, confirmera le modèle standard
Multiplexage par moment angulaire orbital : mythe ou réalité ?
Supercalculateur quantique: le choix de la supraconductivité
Photovoltaïque : la course au rendement se poursuit
Production d’hydrogène par photolyse de l’eau assistée par résonance plasmon
Vers une meilleure compréhension du bruit de scintillation
Les nombres premiers en première ligne
La nouvelle révolution des moteurs électriques
Les cyber-attaques, un risque pour nos grandes infrastructures ?
Le stockage de l’électricité
Le véhicule électrique (2) : comment donner corps à la transition énergétique ?
L'automatisation des transports publics
Les technologies nouvelles de l’éclairage : leur impact sur l'environnement et la santé
Les énergies marines renouvelables
Le véhicule électrique : une grande cause nationale
Médaille Ampère 2012
Berges2009_Hauet.pdf
Prix Bergès 2009

Métriques

2
0
886.04 Ko
 application/pdf
bitcache://a5aa0c9da9cb0b19e5a51ffc3ce2be28129f48d2

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2015-4/14185</identifier><creators><creator><creatorName>Jean-Pierre Hauet</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Les data centers</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2015</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Sat 24 Oct 2015</date>
	    <date dateType="Updated">Wed 7 Nov 2018</date>
            <date dateType="Submitted">Mon 10 Dec 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">a5aa0c9da9cb0b19e5a51ffc3ce2be28129f48d2</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>40127</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

54 REE N°4/2015 TIC ET ÉNERGIEDOSSIER 1 Les data centers Par Jean-Pierre Hauet Associate Partner KB Intelligence - Membre émérite de la SEE Data centers are a backbone of the new economy. From server rooms supporting midsize business activities, to gigantic server farms hosting data and applications of major players in the "Internet eco- nomy" and "Cloud Computing", the concept of data center covers a wide spectrum of facilities whose growth is one of the most striking phenomena over the last 15 years. Their number is set to grow and especially their size and capacity, to meet the requirements of Cloud Computing, Internet of Things, Big Data... without forgetting the traditional needs of companies and public bodies. From about 2005, it was found that the environmental footprint of data centers was a problem and that their growth could not be extrapolated. This article discusses how data centers are designed and where are localized energy consumptions. It explains the solutions that can be today implemented to reduce consumption of auxiliary equipment and lower the PUE index as low as 1.1. It then discusses more prospectively the changes that may occur over the medium term, thanks to a substantial research and development effort, in order to reduce the data processing energy consumptions ABSTRACT Figure 1 : Vue générale d’un data center – Source : ABB. REE N°4/2015 55 Les data centers Introduction Les “data centers” (« centres de don- nées » en français) constituent une épine dorsale de la nouvelle écono- mie. Depuis les salles de serveurs sup- portant les activités d’entreprises de taille moyenne, jusqu’aux gigantesques fermes de serveurs où sont hébergées les données et les applications des grands acteurs de la « Net économie » et du “cloud computing” (Amazon, Facebook, Google, Apple et autres) la notion de data center recouvre un spectre d’installations très large dont la croissance est l’un des phénomènes les plus marquants de ces 15 dernières années. Nés de la bulle Internet du début des années 2000, ils en sont les survivants les plus vivaces. Leur nombre n’est pas connu de façon précise mais il est destiné à croître, ainsi surtout que la puissance des installations, pour faire face aux exigences du cloud computing, de l’Internet des objets, du Big Data… sans oublier les besoins conventionnels des entreprises et des organismes pu- blics qui trouvent dans les data centers, qu’ils leur soient propres, dédiés ou mu- tualisés, un moyen d’être plus efficaces, de réduire leurs coûts et de proposer de nouveaux services. Ces data centers ont grandi très vite et, alors que les technologies de l’information et de la communication sont supposées permettre l’avènement d’une société sobre en énergie et res- pectueuse de l’environnement, on s’est aperçu, à partir de 2005 environ, que leur empreinte environnementale fai- sait problème et que leur croissance ne pouvait pas être extrapolée en l’état. Le présent article explique la problé- matique à laquelle les data centers sont ainsi confrontés et expose les solutions qui sont aujourd’hui apportées. Il aborde ensuite de façon plus prospective les évolutions qui pourraient intervenir sur le moyen terme au prix d’un effort im- portant de recherche-développement. Qu’est-ce qu’un data center ? Un data center est un ensemble d’équipements comprenant essentiel- lement des serveurs informatiques, des dispositifs de stockage des données en mémoire de masse et des dispositifs de communication. Le stockage est assuré pour l’essentiel par des disques durs magnétiques ou par des disques sta- tiques (SSD : Solid-State Drive) lorsque la recherche de performances justifie le supplément de prix. L’ensemble est ras- semblé en un même lieu et comporte des équipements d’infrastructure qui viennent en soutien. Les data centers sont conçus pour les ordinateurs, pas pour les hommes. Les bâtiments qui abritent les équipements informatiques sont en règle générale aveugles, ils ont l’allure de grands hangars et la cir- culation d’air y est conçue plus pour le bien être des serveurs que pour celui du personnel. Certains data centers sont d’ailleurs à présent complètement automatisés et opèrent dans l’obscurité (dark data centers). Les équipements informatiques Les serveurs informatiques, appe- lés familièrement « boites à pizza », sont généralement d’une hauteur de façade de 1U (44,45 mm) et sont empilés dans des racks ou baies de 19“ disposés le long de corridors conçus pour permettre la circulation d’air tout en ménageant les possibilités d’accès pour la maintenance (figure 1). Le nombre de serveurs informa- tiques peut être impressionnant. Dans son site le plus récent de Gravelines près de Dunkerque, OVH prévoit d’ins- taller 400 à 600 000 serveurs. Les racks peuvent être rangés dans des containers, souvent en aluminium afin de mieux organiser la circulation d’air de refroidissement qui est alors insufflé soit à partir du double plan- cher, soit latéralement, et qui est extrait grâce à des ventilateurs situés en partie haute (figures 2 et 3). Un container peut contenir à lui seul plusieurs milliers de serveurs. Le refroidissement des serveurs peut se faire par air ou par eau. Cette der- nière technique (figure 4), plus délicate à mettre en œuvre, permet d’évacuer quelque 70 % de la chaleur produite par les équipements informatiques. Une circulation d’air extérieur organisée au travers des serveurs se charge du com- plément. Il est alors possible de renon- cer à la climatisation proprement dite du bâtiment, plus facilement lorsque le data center est localisé dans une zone au climat froid ou tempéré. Figure 2 : Racks à l’intérieur d’un container prêts à accueillir les serveurs – Source : OVH. Figure 3 : Containers remplis de racks et de serveurs – Source : OVH. Figure 4 : Racks refroidis par eau à Gravelines. Source : OVH. 56 REE N°4/2015 TIC ET ÉNERGIEDOSSIER 1 D’une façon générale les techniques de « refroidissement libre » ou “free cooling” se réfèrent aux solutions fon- dées sur l’utilisation directe du milieu extérieur (air ou eau) dans ses condi- tions ambiantes pour assurer en totalité ou en partie le refroidissement. Si l’air est suffisamment sec, il peut être refroi- di avant admission en passant dans des chambres d’évaporation. Ces systèmes permettent de limiter l’usage des com- presseurs et sont donc bénéfiques sur le plan des économies d’énergie. Les équipements de communica- tion constituent une partie essentielle des data centers. Les salles réseaux des grands data centers accueillent des rou- teurs de très grande capacité, capables chacun de desservir plusieurs milliers voire plusieurs dizaines de milliers de serveurs et de convoyer l’information vers les réseaux extérieurs. Pour les très grands data centers, les débits à traiter s’expriment en dizaines de térabit/s. La plupart disposent de leur propre réseau en fibre optique leur assurant une liai- son directe (en « appairage » ou “peer- ing”) avec les fournisseurs de services réseaux. Des équipements de cybersécurité sont également indispensables : pare- feu, systèmes VPN, systèmes de détec- tion d’intrusion, etc. La continuité de service est un fac- teur essentiel. L’organisation “Uptime Institute” classe les data centers en quatre niveaux : Tier I, II, III et IV. Ces niveaux correspondent à un certain nombre de garanties sur le type de maté- riel déployé dans le centre de données en vue d’assurer sa disponibilité. Le niveau IV exige une infrastructure totalement redondante, à tolérance de panne, alimentation en énergie en mode actif/actif. Ce type de centre de traitement atteint et dépasse un taux de disponibilité de 99,99 % (soit moins de 24 minutes d’arrêt cumulé par an). Il ne nécessite pas d’arrêt des systèmes, même pour des opérations de maintenance logistique ou de remplacement d’équipements actifs. La disponibilité, comme la sécurité, a un prix, en euros bien entendu, mais aussi en consommation d’énergie et en émissions de carbone dans la mesure où elle implique l’installation de dispo- sitifs de redondance qui doivent, pour atteindre un très haut niveau de perfor- mances, fonctionner en 7/24/365. Elle constitue aussi un frein impor- tant à la modernisation des data cen- ters, en vue notamment de les rendre énergétiquement plus efficaces, car les responsables sont extrêmement hési- tants à engager des transformations qui pourraient, lors de leur mise en œuvre, avoir un effet, fût-il temporaire, sur les performances du centre. La qualité de la conception initiale du data center condi- tionne donc fortement sa performance sur toute sa durée de vie. Les équipements d’infrastructure Les équipements d’infrastructure vien- nent en support des activités de traite- ment de l’information. Ils assurent des fonctions auxiliaires mais néanmoins essentielles et sont, comme on le verra, à l’origine d’une part importante des consommations d’énergie. Les sys- tèmes les plus généralement rencontrés sont les suivants : de l’énergie électrique, y compris disposi- tifs d’alimentation de secours (générale- ment des groupes électrogènes) ; - cesseurs (à air ou à eau) permettant de maintenir les équipements infor- matiques aux environs de 20 à 25 °C ; - ments ; La base installée Une typologie des data centers Les data centers peuvent être propres à une entreprise et être éventuellement localisés dans ses locaux, mais la ten- dance depuis quelques années est de développer de grandes infrastructures partagées accessibles par les réseaux et offrant des services à une clientèle multiple : ce sont les data centers en « colocation ». Ces services peuvent se situer à différents niveaux : fourniture de l’infrastructure seule, fourniture de la plate-forme complète ou fourniture de services. Des modèles hybrides, dans lesquels les services offerts en cloud computing viennent en renfort des ressources propres de l’entreprise, Niveau Disponibilité Description générale Tier I 99,67 % 28,8 heures d’interruption/an Aucune redondance Tier II 99,75 % 22 heures d’interruption/an Redondance partielle mais alimentations électriques et climatisation non redondantes Tier III 99,82 % 1,6 heures d’interruption/an Redondance N+1 – Alimentations électriques doublée mais fonctionnent en actif/passif Tier IV 99,995 % 0,8 heures d’interruption/an Idem Tier III mais alimentations électriques et climatisation fonctionnent en actif/actif Tableau 1 : Spécifications générales des niveaux de disponibilité selon l’Uptime Institute. REE N°4/2015 57 Les data centers sont possibles. La figure 5 résume les quatre modèles d’affaires usuellement rencontrés. La segmentation du marché Une étude américaine récente [1] distingue cinq segments sur le marché : nes entreprises ; - prises et des groupes ; - nisseurs de services de cloud com- puting (Amazon, Facebook, Apple, Google…) ; calculs de haute performance (univer- sités, centres de recherche). Cette étude fournit une analyse du marché américain en 2011 selon trois critères (tableau 2) : - chant à chaque segment au sein de la base installée (soit 12,2 millions de serveurs aux États-Unis) ; - veurs ; totale d’électricité imputable à chaque segment. Ces chiffres montrent clairement que réduire l’analyse du problème des data centers aux seuls centres gérés par les leaders de l’Internet conduirait à passer En effet, ces data centers, fortement mé- diatisés, ne représentent que quelques 7 % de la base installée et sont en outre mieux gérés que la moyenne des installations, ce qui se traduit par une responsabilité dans la consommation d’énergie totale qui n’excède pas 4 %. A contrario, les centres de dimensions plus modestes sont très nombreux et se signalent par un taux d’utilisation très faible ce qui est l’un des facteurs expli- quant leur poids dans la consommation totale. Un trafic en forte croissance Le nombre de data centers en opé- ration dans le monde ne peut être éva- lué avec précision car les statistiques ne renvoient pas toujours au même concept. Certaines ne retiennent en effet que le concept de data centers partagés alors que d’autres ont une acception plus large. L’étude [1] estime le nombre de data centers en service aux États-Unis à 3 millions en 2013 ce qui pourrait correspondre à environ 6 à 7 millions au niveau mondial. Une étude publiée en 2014 par IDC [2], estime que ce nombre pourrait atteindre 8,6 mil- lions en 2017 avant de décroître à partir de cette date. En effet, le mouvement de concen- tration des data centers devrait se pour- suivre, de plus en plus d’entreprises considérant qu’il est de leur intérêt de recourir à des fournisseurs de services dotés d’infrastructures dont la taille ira en croissant. Les volumes de données traitées continueront à croître à un rythme soutenu, la gestion des données et des données massives en particulier devenant l’un des axes majeurs autour duquel s’organise l’économie moderne. Cisco [3] fait la même analyse et prévoit une croissance forte du trafic de données supporté par les data centers (+ 23 % en moyenne sur 2013-2018) avec une part de plus en plus importante Figure 5 : Les principaux modèles d’affaires des data centers. Etats-Unis 2011 % de la base installée de serveurs Taux d’utilisation des serveurs % de la consommation d’électricité totale Petites et moyennes entreprises 40 % 10 % 49 % Grandes entreprises 30 % 20 % 27 % Data centers partagés 22 % 15 % 19 % Grands fournisseurs de services 7 % 40% 4 % Calculs de haute performance 1 % 50 % 1 % Tableau 2 : Répartition de la base installée des serveurs des data centers aux États-Unis selon différents critères – Source : NRDC – Data Center Efficiency Assessment (2014). 58 REE N°4/2015 TIC ET ÉNERGIEDOSSIER 1 supportée par les data centers dans le cloud (figures 6 et 7). Cette évolution vers le cloud s’accompagne d’un élar- gissement de la base installée exploitée en cloud public qui pourrait représenter 31 % en 2018 contre 22 % en 2013 en termes de charge supportée. La consommation d’énergie et les émissions de carbone Des consommations en forte croissance Les data centers sont les usines des temps modernes et sont très consom- mateurs en électricité. Il a été calculé par Steve Greenberg que leur consom- mation d’électricité était 40 fois supé- rieure à celle de bâtiments de bureaux usuels [4]. Sans négliger la question de l’approvisionnement en eau et de sa gestion, le problème de l’empreinte environnementale des data centers est donc avant tout celui de leur consom- mation d’électricité et des émissions de CO2 qui en résulte. Si Internet était un pays, il serait aujourd’hui le 11e ou le 12e pays consommateur d’électri- cité avec une consommation totale (en 2010) de l’ordre de 1,1 à 1,5 % de la consommation mondiale d’électricité. Aux États-Unis, l’étude [1] conclut que la consommation des data centers a atteint 91 TWh en 2013 soit 2 % de la consommation totale, émettant ainsi quelque 50 Mt d’émissions de CO2 . Malgré les efforts faits pour les ré- duire et malgré un infléchissement par rapport aux tendances antérieures, ces consommations, et donc les émissions correspondantes de CO2 , vont conti- nuer à croître du fait de l’expansion des data centers prévue au cours des 10 prochaines années. L’étude [1] prévoit une consommation des data centers de 140 TWh aux États-Unis en 2020 (soit le ¼ de la consommation d’électricité française) alors que la Commission européenne prévoit 104 TWh en 2020 (contre 56 en 2007) [5]. La Commission a émis en 2008 un « Code de bonne conduite pour les data centers » [5] qui est une initiative volontaire à laquelle les exploitants de data centers peuvent souscrire pour ramener leur consom- mation dans les limites acceptables. 107 participants adhèrent aujourd’hui à cette action pilotée par le Centre de re- cherche commun – Institut pour l’éner- gie et les transports (JRC-IET)1 . En 2012, l’association Greenpeace a publié un rapport “How clean is your cloud” [6] appelant l’attention sur les consommations et les émissions gé- 1 Voir http://iet.jrc.ec.europa.eu/energyefficiency/ ict-codes-conduct/data-centres-energy-efficiency nérées par les data centers et aussi sur les pratiques de certains exploi- tants affichant des résultats contes- tables et pratiquant à peu de frais le “greenwashing” de leurs installations. Ce rapport a contribué à accroître la sensibilisation au problème des data centers et a notamment amené Apple à réagir en annonçant en mars 2013 qu’il s’engageait à alimenter à 100 % ses data centers en énergie renouve- lable. Google lui a emboîté le pas en annonçant que les consommations de son centre finlandais d’Hamina seraient entièrement couvertes par un contrat de 10 ans passé avec le fournisseur d’électricité d’origine éolienne O2. En fait ces annonces peuvent induire en erreur. Les data centers sont en per- manence en fonctionnement, de jour comme de nuit et toute l’année. Ils constituent un débouché idéal pour les centrales fonctionnant en base, le nu- cléaire en particulier, mais ne peuvent évidemment pas se satisfaire de pro- ductions intermittentes et aléatoires. La couverture dont il est fait état, doit donc s’entendre au sens de « neutralité carbone » ou de « bâtiment à énergie positive », notions qui font intervenir des bilans sur l’année, sans se soucier de l’ajustement à tout instant de la res- source par rapport au besoin. Figure 6 : Évolution du trafic supportés par les data centers de 2015 à 2018 en zettaoctets. Figure 7 : Évolution du trafic supporté par les data centers de 2015 à 2018 par catégorie. Nota : Les données des figures 6 et 7 sont en zettaoctets (1 Zo = 1021 octets). Elles intègrent le trafic interne aux data centers et entre data centers. Le trafic vers les utilisateurs finaux représentent environ 17 % du total – Source : Données Cisco [3]. REE N°4/2015 59 Les data centers Sans réfuter pour autant l’apport des énergies renouvelables, on voit bien que le problème de fond des data centers est celui de la réduction de leur consommation d’énergie afin de se rapprocher de l’optimum ther- modynamique dont on est aujourd’hui extrêmement éloigné. Il n’y a évidem- ment, comme pour toute installation industrielle, aucune solution miracle. La réduction des consommations ne peut venir que d’un ensemble de mesures dont la définition nécessite en premier lieu que l’on ait une vision claire de l’ori- gine de ces consommations. D’où viennent les consomma- tions d’énergie ? Un data center est un système com- plexe dans lequel beaucoup de fonc- tionnalités, principales ou annexes, sont à l’origine de consommations d’énergie, très majoritairement de consomma- tions d’électricité. La répartition de ces consommations entre leurs différents postes est variable selon la taille, la localisation, l’âge des data centers et bien évidemment selon les efforts qui ont été faits pour les réduire. De façon schématique, on distingue les consom- mations absorbées par les équipements informatiques et celles qui sont géné- rées par les auxiliaires, en premier lieu les systèmes de refroidissement des serveurs et la climatisation des locaux (figure 9). Cette distinction est à la base d’un indicateur de performances dénommé Power Usage Effectiveness (PUE) qui est explicité plus loin. De façon approximative, on peut dé- composer la consommation moyenne d’un data center conformément au diagramme de la figure 10. Cependant cette répartition des consommations est très approximative et, comme on le verra plus loin, les data centers les plus modernes ont fait de gros efforts pour réduire les consommations des auxiliaires, stimulés par la nécessité de Figure 8 : Apple a investi dans de grandes fermes solaires afin de réduire son empreinte carbone. Source : Apple. Figure 9 : Schéma des flux d’énergie électrique dans un data center. Figure 10 : Répartition approximative des consommations d’électricité dans un data center. Source : d’après EPA [8]. 60 REE N°4/2015 TIC ET ÉNERGIEDOSSIER 1 « verdir » leurs installations et par le fait que le poste « Energie » représente une fraction importante de leur prix de re- vient, évaluée entre 20 et 40 % de leur coûts opérationnels [7]. Le Power Usage Effectiveness (PUE) Le Power Usage Effectiveness (PUE) ratio est un concept développé par le consortium international Green Grid2 qui est maintenant largement pris en considération comme standard d’effi- cacité énergétique dans le monde des data centers. C’est le ratio entre l’éner- gie totale consommée par le centre et la seule énergie consommée par les équipements de traitement de l’infor- mation. Un PUE de 2 signifie que pour chaque kWh consommé par les équi- pements informatiques, un autre kWh est consommé par l’infrastructure pour le conditionnement, l’alimentation élec- trique, l’éclairage, etc. Les PUE ont progressivement dé- cru au cours des dernières années. Cependant des PUE très supérieurs à 2 sont encore fréquents dans les data cen- ters des entreprises de taille moyenne alors que les meilleures performances annoncées par les grands acteurs de l’Internet se situent aux environs de 1,1 (OVH annonce même 1,09 pour ses data centers les plus récents). L’inconvénient majeur du PUE est de se focaliser sur l’infrastructure sans prendre en compte ce qui constitue la raison d’être des data centers, c’est- à-dire les traitements informatiques. C’est un indicateur destiné plus aux responsables de la logistique et de la 2 Le Green Grid est un consortium créé aux États-Unis, ayant le statut d’organisation à but non lucratif, dont l’objet est de développer, standardiser et promouvoir des méthodes et des indicateurs visant à améliorer l’efficacité énergétique dans les technologies de l’infor- mation et notamment dans les data centers – Parmi les membres du Green Grid, on trouve : Siemens, Cisco, IBM, Dell, HP, Schneider Elec- tric, Intel. Voir : http://www.thegreengrid.org. maintenance qu’aux responsables infor- matiques. Un autre indicateur a donc été proposé conjointement par l’Uptime Institute et McKinsey afin de prendre en compte de façon plus holistique l’ensemble des consommations d’un data center. Il s’agit du CADE : Corporate Advantage Data Center Efficiency. Cet indicateur combine dans une même formule l’efficacité des équi- pements informatiques avec celle des équipements d’infrastructure : CADE = Facility Efficiency (FE) x Asset Efficiency (AE). Plus récemment, au niveau européen, l’ETSI a présenté en juin 2014 un nou- vel indicateur composite, le DCEM Global KPI (DCEM : Data Center Energy Management), développé au sein de l’ETSI’s OEU (Operational Energy effi- ciency for Users) Industry Specification Group et visant à qualifier l’efficacité énergétique et environnementale des data centers. Le DCEM Global KPI combine deux indicateurs : l’un prenant en compte différents gabarits de data centers (S, M, L ou XL), l’autre introduisant neuf niveaux de performance, comparable à l’échelle utilisée pour mesurer l’efficacité énergétique des appareils domestiques. Le DCEM Global KPI vise à permettre l’évaluation de l’efficacité environne- mentale des data centers et à permettre le benchmarking des data centers dans différents secteurs. Le DCEM Global KPI est basé sur une formule définie dans le standard de ETSI ES 205 200-2-1 intégrant quatre KPI particuliers : EC ; TE ; REUSE ; KPIREN . Il reste à savoir si cette publication entraî- nera un mouvement d’intérêt suffisamment puissant de la part des utilisateurs pour qu’une majorité des hébergeurs s’y rallie. Aucun indicateur n’est parfait et l’ab- sence d’une batterie d’indicateurs uni- versellement reconnus reste aujourd’hui un handicap pour apprécier et améliorer le niveau de performance atteint par les data centers. Comment maîtriser les consommations d’énergie ? Le rendement thermodyna- mique des data centers est aujourd’hui très faible Les data centers sont aujourd’hui, d’un point de vue purement thermo- dynamique, extraordinairement inef- ficaces. Leur vocation est en effet de manipuler des bits d’information et l’on sait que le basculement d’un bit d’information nécessite une énergie minimale, désignée limite de Landauer, qui a été déterminée théoriquement et expérimentalement comme égale à kT x Ln(2), où k est la constante de Boltzmann et T la température du sys- tème physique considéré. A tempéra- ture ambiante, cette limite est d’environ 2,75 zeptojoules (2,75 10-21 J). Un serveur 1U, parmi les plus per- formants actuellement sur le mar- ché3 , offre une puissance de calcul de 35 téraflops en simple précision mais au prix d’une puissance consommée pou- vant atteindre 1 500 W. Malgré les per- formances affichées, un calcul rapide montre que le rendement thermodyna- mique d’un tel équipement est encore à des ordres de grandeur de la limite de Landauer. Nous ne sommes donc même pas encore au stade où en était la chandelle au Moyen-âge dans le do- maine de l’éclairage ! C’est dire que des progrès énormes surviendront nécessai- rement dans les décennies à venir, au prix de ruptures technologiques sur les processus mêmes de traitement de l’in- formation et de stockage, ruptures que 3 Il s’agit en l’occurrence du serveur Dell PowerEdge C4130 optimisé pour le calcul à hautes perfor- mances. REE N°4/2015 61 Les data centers l’on peine à décrire aujourd’hui car elles mettront nécessairement en œuvre des phénomènes physiques nouveaux. Quand on parle d’améliorer l’effi- cacité énergétique des data centers, il faut donc préciser à quel horizon de temps on se place. Nous examinerons dans cette section les actions pouvant être menées sur le court terme avant de donner quelques pistes sur les évolu- tions à plus long terme. Action d’ordre général : l’hygiène énergétique Avant d’aborder les mesures spéci- fiques à chaque grand poste de con- sommation, il convient de souligner que les data centers doivent en premier lieu mettre en œuvre les mesures de ges- tion rationnelle de l’énergie qui sont communes à tous les secteurs indus- triels : postes de consommation et mise en place d’un système de suivi ; - gement du data center (DCEM). Un tel - ment la charge des processeurs, la puissance appelée et la température des serveurs, est encore souvent per- çu comme un luxe inutile alors qu’il est usuel dans l’entreprise traditionnelle ; Ce dernier point peut paraître trivial mais dans les les faits on constate que les serveurs les plus anciens devenus inutiles du fait d’un accroissement de ca- pacité et plus généralement les serveurs devenus « comateux » quelle qu’en soit la raison, ne sont pas nécessairement déconnectés, par négligence, ignorance ou par peur de prendre des décisions ayant des conséquences imprévues sur certains traitements. Selon l’étude NRDC [1], 20 à 30 % des serveurs en place dans les grands data centers pour- raient aujourd’hui être retirés du service sans inconvénient. Ces mesures sont les “low hanging fruits” et trouvent leur rentabilité à très court terme. Une fois qu’elles sont prises, il faut passer à des dispositions plus com- plexes qui vont souvent mettre en cause la conception même du data center. La réduction des consomma- tions des auxiliaires Réduire la consommation des auxi- liaires, c’est en premier lieu réduire la consommation liée au refroidissement des serveurs et des switches. Celle-ci se fait très généralement, en totalité ou en partie, grâce à des circu- lations d’air frais qui traverse les racks et permet de maintenir la température de l’environnement entre 18 et 27 °C (règle ASHRAE). L’air ambiant est au- jourd’hui utilisé de façon quasi-systé- matique et ceci conduit à promouvoir la localisation des data centers dans les pays arctiques. L’Islande fait ainsi la promotion de ses installations, avançant que les data centers installés en Islande offrent des coûts opérationnels de plus de deux fois inférieurs à ceux situés en Europe occidentale, avec des temps de latence inférieurs à 20 ms vers l’Europe et 40 ms vers les États-Unis. Il demeure essentiel dans tous les cas de bien organiser les circulations d’air afin que l’air frais ne vienne pas se mélanger de façon intempestive avec l’air chaud. Des configurations telles que celles de la figure 12 sont typiquement à éviter [9] . Figure 11 : Centre de gestion d’un data center – Source : Décathlon/ABB. Figure 12 : Circulation d’air à éviter dans un data center – D’après EPA – Energy Star. 62 REE N°4/2015 TIC ET ÉNERGIEDOSSIER 1 A contrario, des arrangements tels que celui de la figure 13, évitent le mélange entre air chaud et air frais, en guidant les flux par des rideaux ou en installant les baies dans des containers. Les détails sont importants : il faut penser à obturer à l’avant des racks les slots laissés vacants et veiller, à l’arrière, à ce que le câblage ne porte pas atteinte à l’évacuation de l’air (figure 14). Comme indiqué précédemment, il est possible de recourir à une circula- tion d’eau pour maintenir les serveurs en température. Dans ce cas, le re- froidissement par air devient accessoire et il est possible de se contenter de l’air extérieur sans avoir à climatiser le bâti- ment. Il faut cependant veiller à main- tenir le taux d’humidité en dessous de 60 % pour éviter des condensations sur les composants. A contrario, l’air ne doit pas être trop sec pour limiter le risque d’électricité statique. S’il a été décidé de recourir à l’eau, pour usage direct ou pour refroidir l’air, cette eau peut être fournie à partir des ressources locales et récupérée à des fins diverses. C’est le cas du data center Equinix à Amsterdam qui puise son eau fraîche dans le sol à 180 mètres de pro- fondeur, l’eau réchauffée étant ensuite utilisée pour les besoins de chauffage de l’université d’Amsterdam. Ces mesures, complétées par un choix approprié de composants, per- mettent de réaliser des économies d’énergie très appréciables, souvent de l’ordre de 10 à 40 %. Le centre d’Ams- terdam d’Equinix annonce un PUE de 1,13 cependant qu’OVH déclare avoir ramené le PUE de ses data centers les plus récents à 1,09 en 2012 (figure 15). - mené son PUE moyen à 1,12 (figure 16) La consommation des équipements informatiques Les équipements informatiques sont pour leur immense majorité des équipe- Figure13:Arrangementévitant,àl’aidederideauxflexibles,lemélangesdeflux-Source:EPA–EnergyStar. Figure 14 : Deux détails pour améliorer la circulation d’air : obturer les slots laissés vacants (photo du haut) – Soigner le câblage à l’arrière des baies – Source : EPA – Energy Star. Figure 15 : Évolution de l’index PUE dans les data centers OVH – Source : OVH. REE N°4/2015 63 Les data centers ments électroniques, y compris les stoc- kages SSD qui permettent le stockage des données sur des dispositifs flash composés de semi-conducteurs. Les data centers bénéficient donc des pro- grès constants qui sont réalisés en ma- tière de puissance, vitesse de traitement et efficacité énergétique par l’industrie des semi-conducteurs et qui s’inscrivent dans la recherche « d’une électronique verte ». Le maître d’œuvre d’un data center peut ainsi sélectionner de façon préférentielle des serveurs à faible consommation énergétique. Cependant, dans la plupart des cas, il reste confron- té à un arbitrage entre consommation d’énergie et performances. Pour réduire les consommations des équipements informatiques d’un data center, un concepteur et un exploitant peuvent jouer sur d’autres facteurs. Les facteurs principaux sont le dimen- sionnement du data center, générale- ment déterminé en fonction du besoin de pointe, et, critère qui va de pair, le taux d’utilisation. Le tableau 2 a montré clairement que beaucoup de serveurs étaient sous-utilisés alors qu’ils tournent 7/24/365. Il doit donc être possible d’en réduire le nombre et d’accroître le taux de charge de chacun. Lorsque les serveurs sont simple- ment hébergés par le data center et restent directement opérés par les uti- lisateurs, il est possible à ces derniers de lutter contre les inefficacités dans les développements logiciels et d’organiser la répartition de la charge entre les diffé- C’est évidemment plus difficile lorsque les serveurs sont en colocation et opérés par l’exploitant du data cen- ter. Mais les techniques de virtualisation apportent une réponse. La virtualisation des serveurs consiste à faire fonctionner plusieurs serveurs virtuels sur un même serveur physique, les serveurs virtuali- sés étant remplacés par leur équivalent virtuel. L’objectif est de mutualiser les capacités de chaque serveur, en vue de réduire les investissements physiques et de réaliser des économies d’énergie. C’est une bonne stratégie dès lors que les pics de charge afférents à chaque secteur virtualisé ne sont pas syn- chrones. Elle permet de faire fonction- ner différents systèmes d’exploitation et applications liées, sans avoir à faire un choix par ordinateur ou serveur. Cette virtualisation est organisée par une plate-forme logicielle, supportée ou non par une base matérielle spécifique, qui est appelée hyperviseur. La virtualisation est à présent entrée dans les mœurs. C’est une technique usuelle du cloud computing. Elle n’est pas sans inconvénient : elle entraîne une baisse de performances et le risque de voir s’effondrer simultanément tous les serveurs virtualisés doit être compensé par une redondance active performante. Cependant, il est admis que la virtualisa- tion permet de réaliser des économies d’énergie allant de 10 à 40 %. Vers des évolutions plus fondamentales La généralisation du cloud compu- ting et l’arrivée du Big Data posent un réel défi aux data centers, lié au volume mais aussi à la variété des données. Il ne s’agit pas de données relationnelles traditionnelles mais de données brutes, semi-structurées voire non structurées. Ce sont des données complexes pro- venant du Web ou d’ailleurs, au format texte ou images. Elles peuvent être publiques ou relever de la propriété des consommateurs. Tout ceci les rend difficilement utilisables avec les outils traditionnels. Il est peu probable, pour diverses raisons (performances, coûts, empreinte environnementale) que l’on puisse continuer à aligner, comme on le fait actuellement, les rangées de serveurs pour satisfaire les besoins de stockage, de traitement et d’échanges de données. La problématique posée est celle du stockage de pétaoctets de données avec des temps d’accès de l’ordre (a minima) du terabit/s. On peut, sans trop de risques, faire le pari que nous aurons dans 50 ans le même regard sur nos data centers d’au- jourd’hui que celui que nous portons sur les mémoires à tores magnétiques des années 60/70 qui coûtaient, par octet, 15 milllions de fois plus cher que les mémoires actuelles sans en avoir et de très loin les performances. Dans cette évolution, il est tout à fait progressivement l’électron. L’optique est aujourd’hui présente dans les data cen- ters sous forme de liaisons assurant les communications entre les racks ou clus- Figure 16 : Évolution du PUE moyen des data centers de Google – Source : Google. 64 REE N°4/2015 TIC ET ÉNERGIEDOSSIER 1 ters de serveurs et avec les stockages de données, liaisons pour lesquelles le cuivre n’offrirait ni des débits suffisants ni les taux d’erreur requis. Cependant les liaisons optiques débouchent sur des transducteurs électrooptiques asso- ciés à des commutateurs de paquets conventionnels (switches) assurant le routage du trafic. Il peut exister dans un data center, en fonction de sa com- plexité, plusieurs niveaux de switches. Ces switches induisent des temps de latence dans les traitements de 10 à 20 ms et sont fortement consomma- teurs d’énergie. Mais à partir du moment où ils constituent le goulet d’étrangle- ment du data center, c’est la perfor- mance de l’ensemble qui s’en ressent. Un axe d’évolution important, pré- senté à l’Optical Society of America en 2011 [10], consiste à remplacer les commutateurs de paquets par des commutateurs optiques basés sur la technologie MEMS (microsystèmes électromécaniques gravés sur le sili- cium) assurant le routage optique de flux transmis en multiplexage de lon- gueur d’onde. Cette technologie permet de réaliser des progrès très importants en temps de réponse et en consom- mation d’énergie et de construire des “software defined networks” reconfigu- rables en temps réel en fonction des besoins de commutation. classique reste celle des disques durs magnétique, remplacés lorsque les per- formances l’exigent par des mémoires flash. Pour faire face aux exigences croissantes en capacité et en temps d’accès, le stockage optique des don- nées est évidemment une solution vers laquelle on se tourne naturellement. Cependant, la capacité des moyens actuels de stockage, du type Blu-ray, qui opèrent en microscopie optique à partir d’un seul faisceau laser, est limitée par la diffraction de la lumière et se situe bien en dessous du To par disque4 . En outre, le mécanisme d’écri- ture séquentiel, bit par bit, limite la capa- cité de transfert à quelques dizaines de Mbit/s. Cependant de nouvelles tech- niques voient le jour et on trouvera dans le Flash Info de ce numéro de la REE un article consacré à une technologie de “Superresolution Photoinduction- Inhibited Nanolithography” qui, avec une technique de convergence mul- tifocale, est susceptible de permettre la réalisation de stockages optiques de très haute capacité (30 To) avec des vitesses d’accès allant jusqu’au Gbit/s [11]. Il restera la question la plus délicate, celle des processeurs. Sur ce point, des progrès importants sont réalisés sur certains aspects essentiels du défi soulevé par un hypothétique ordinateur photonique. La REE les relate réguliè- rement dans sa rubrique Flash Info. La nano-électronique combinée à la nanophotonique offre des perspectives intéressantes pour de nombreuses appli- cations, y compris les calculs à très haute vitesse. Le lecteur pourra se reporter à la REE 2014-4 pour comprendre com- ment les antennes « plasmoniques » pourraient être utilisées pour réaliser des liaisons à très haut débit en champ lointain entre composants optoélectro- niques intégrés, sans risque d’interfé- rence. Il existe également des travaux très importants, aux États-Unis mais aussi en France5 sur l’intrication des photons et des électrons qui pourraient conduire d’ici quelques décennies à des ordinateurs quantiques, extraordinaire- ment puissants mais dont on ne sait pas dire pour l’instant s’ils seront plus éco- 4 Le disque Blu-ray offre dans sa version la plus performante, une capacité de 128 GB. Des disques optiques de 300 GB sont annoncés pour la fin 2015. 5 Il faut rappeler le très beau Prix Nobel de phy- sique 2012 décerné à Serge Haroche, profes- seur au Collège de France, sur ce sujet. nomes en énergie que ceux que nous utilisons aujourd’hui. Mais le stockage magnétique n’a pas dit son dernier mot et le lecteur trouvera dans la REE 2013-5 un Flash Info sur les « skyrmions », tourbillons magnétiques générés par de minus- cules courants émis depuis la pointe d’un microscope qui pourraient être alignés dans un milieu magnétique en couche mince à des distances de l’ordre de quelques nm et augmenter ainsi considérablement la capacité des disques magnétiques. Nous sommes ici dans le domaine de la recherche mais celle-ci se trouve stimulée par l’enjeu considérable que revêtent les data centers et l’arrivée du Big Data. Face à des machines super- puissantes, il faudra disposer, pour les exploiter, d’un savoir-faire à la hauteur. On ne confie pas une berline de 600 CV à un conducteur novice ! Certains pensent que la solution pour l’exploi- tation des data centers se trouve dans l’intelligence artificielle et le machine learning. C’est le cas de Google qui a publié en mai 2014 un Livre blanc inti- tulé “Machine learning application for data center optimization” [12]. Cette étude montre qu’il est possible de modéliser le système très complexe de consommation d’énergie des data cen- ters par un réseau neuronal enrichi par la confrontation entre les prévisions et les réalisations. Ce modèle permet de prévoir le PUE d’un data center avec une précision de 0,004 c’est-à-dire 0,4 % pour un PUE de 1,1. Il ne s’agit pour l’instant que d’un modèle permet- tant d’optimiser les consommations représentatives du PUE. Cependant, on peut penser que l’approche pourra être étendue à l’optimisation du traitement de l’information. Face aux requêtes à satisfaire et aux objectifs qui lui seraient assignés, le data center pourrait ainsi être rendu intelligent et déterminer de lui-même des stratégies optimales. REE N°4/2015 65 Les data centers Conclusion Tirant leurs racines des “main frames” les data centers, après deux décennies où les microordinateurs ont fait florès, marquent un retour vers une informatique où les ressources sont partagées afin de pouvoir disposer de capacités de traitement et de stockage considérables sans avoir à en supporter seul le coût. Ce mouvement va se poursuivre car même si l’expansion des data centers ne se fait pas au rythme imaginé vers les années 2005/2007, la généralisa- tion du cloud computing et l’arrivée du Big Data les rendent incontournables. Les data centers sont aujourd’hui les usines des temps modernes. Leur com- plexité est masquée par des bâtiments couleur muraille. Mais à l’intérieur, la recherche de la performance, de la dis- ponibilité et du moindre coût sont de très forts stimulants pour l’innovation technologique. En matière d’empreinte environnementale, un gros effort a été fait pour réduire les consommations des infrastructures supportant le process proprement dit. Les data centers des grands opérateurs de la Net économie sont arrivés à ramener leur PUE au voi- sinage de 1. Il faut à présent généraliser ces acquis à l’ensemble de la population des data centers dont beaucoup sont très en retard par rapport aux leaders. Il faut également passer à la phase 2, c’est-à-dire trouver des solutions tech- nologiques, matérielles et logicielles, qui, dans les prochaines décennies, per- mettront d’améliorer considérablement le rendement thermodynamique des centres de traitement de l’information. C’est un défi technologique et aussi philosophique considérable, qui verra les data centers se mesurer au cerveau humain. Références [1] N.R.D.Council,“DatacenterEfficiency Assessment”, août 2014. [2] IDC, “Worldwide Datacenter Census andConstruction2014-2018Forecast: Aging Enterprise Datacenters and the Accelerating Service Provider Buildou”, 2014. [3] CISCO, “Cisco Global Cloud Index: Forecast and Methodology, 2013– 2018”, 2014. [4] S. E. M. B. T. P. R. &. B. M. Greenberg, “Best Practices for Data Centers: Lessons Learned from Benchmarking 22 Data Centers”, chez ACEEE Summer Study on Energy Efficiency in Buildings, Asilomar, 2006. [5] E. C. - J. r. c. - I. f. Energy, “Code of Conduct on Data Centres Energy Efficiency”, 2008. [6] Greenpeace, “How clean is your cloud”, 2012. [7] Broadgroup, “Iceland’s competitive advantages as a global Data Centre location”. [8] U. E. P. Agency, “Report to Congress on Server and Data Center Energy Efficiency”, 2007. [9] U. E. P. Agency, “Programme ENERGY STAR - TOP 12 Ways to decrease the energy consumption of your data center”. [10] A. Vahdat, “The emerging optical data center”, chez OSA/OFC/NFOEC, San Diego, 2011. [11] Y. C. N. T. L. F. e. M. G. Xiangping Li, “Multifocal optical nanoscopy for big data recording at 30 TB capacity and gigabits/second data rate”, Optica Vol 2 N°6, 6 June 2015. [12] J. Gao, Machine learning fo data center optimization, Google, 2014. [13] J. G. K. - S. University, “GROWTH IN DATA CENTER ELECTRICITY USE 2005 TO 2010”, Analytics Press,, 2011. L'AUTEUR Jean-Pierre Hauet est ingénieur au corps des Mines. Il est associate partner de KB Intelligence. Au cours de sa carrière, il a dirigé les Labo- ratoires de Marcoussis du groupe Alcatel-Alsthom et a été Chief Tech- nology Officer du Groupe ALSTOM. Il est membre émérite de la SEE et rédacteur en chef de la REE. 66 REE N°4/2015 TIC ET ÉNERGIEDOSSIER 1 Efficacité énergétique des data centers : le point sur les initiatives en cours en France et en Europe Le développement de l’économie numérique de demain, e-santé, e-éducation, villes intelligentes, données mas- sives, etc., repose sur la disponibilité de data centers pour faire fonctionner ces applications 24 h sur 24. Bien que la consommation des data centers ne représente que 20 % de la consommation totale de l’Internet, les acteurs de ce monde ont toujours été proactifs pour améliorer l’efficacité de ces infrastructures dans l’utilisation des ressources en général et de l’énergie en particulier, dans le souci notamment de réduire les émissions de gaz à effet de serre. En France et en Europe, les actions des industriels se sont développées suivant trois axes : Amélioration des rendements énergétiques des composants des data centers, tels que les alimentations sans interruption (UPS1 ), les équipements de refroidissement ou les serveurs. De nombreuses initiatives européennes ont vu le jour en la matière : code de conduite européen, projets pilotes Product Environmental Footprint (PEF) avec la Commission européenne, éco-conception des serveurs et des UPS dans le cadre de l’application de la Directive ErP2 , etc. Répondant aux normes et aux incitations, les constructeurs ont mis sur le marché des produits plus perfor- mants. L’efficacité des UPS a ainsi atteint 95 %, contre 85 % en moyenne dans les années 1990. Ces actions sur le rendement de chaque composant entrent dans le cadre de ce qui est aussi appelé efficacité énergétique passive. Amélioration de l’intelligence de fonctionnement des data centers, ou actions portant sur la gestion active, en créant tout d’abord des métriques de mesure d’efficacité simples à mettre en œuvre. Le PUE (Power Usage Effectiveness), métrique de mesure de l’efficacité des data centers créée par le consortium The Green Grid est désor- mais utilisé par la quasi-totalité des 500 plus gros data centers européens en raison de sa simplicité de mise en œuvre. Des logiciels de supervision ont été développés (DCIM3 ) pour introduire davantage de modularité, c’est-à-dire pour adapter plus finement, en temps réel, le fonctionnement de l’ensemble du data center (serveurs, équipements) à la demande de traitement de données. Parallèlement, constructeurs et opérateurs ont travaillé en commun sur des systèmes de refroidissement actifs au plus près des machines générant de la chaleur. L’efficacité énergétique des data centers s’en est trouvée nettement améliorée, le PUE moyen passant de plus de 2,5 à 1,8 à ce jour. à développer des logiciels pour une intégration optimale des data centers dans les villes intelligentes, dont ils assureront le fonctionnement sûr et efficace. La mise en réseau des data centers permettra de transférer la de- mande de traitement de données d’un data center à l’autre en fonction de la disponibilité d’énergies renouvelables, par le biais de contrats de services négociés avec les acteurs de l’écosystème (fournisseurs d’énergie, etc.). Dans la mesure du possible, la chaleur émise par les data centers sera récupérée pour chauffer les logements et bureaux situés à proximité. C’est la direction prise par les projets de R&D actuellement cofinancés par la Commission euro- péenne (DC4Cities, GreenDataNet, Geyser, Genic, Renew IT ou encore Dolfin), qui souhaite que 80 % de l’énergie consommée par les data centers provienne de sources renouvelables à l’horizon 2030. André Rouyer Délégué Data Centers du Gimélec Syndicat professionnel de l’équipement électrique, le Gimélec travaille depuis plus de cinq ans sur le sujet de la performance énergétique des data centers et a conclu des partenariats avec The Green Grid et le Joint Research Center de la Commission européenne. 1 Uninterruptible Power Supply. 2 Energy Related Products. 3 Data Center Infrastructure Management.