Des nouveaux héros de romans !

13/07/2015
Auteurs : Bernard Ayrault
Publication REE REE 2015-3
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2015-3:13843

Résumé

Des nouveaux héros de romans !

Métriques

249
10
181.6 Ko
 application/pdf
bitcache://c520d3522c87e0d9b734cda1a00505ad50d6033f

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2015-3/13843</identifier><creators><creator><creatorName>Bernard Ayrault</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Des nouveaux héros de romans !</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2015</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Mon 13 Jul 2015</date>
	    <date dateType="Updated">Thu 26 Jan 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Fri 20 Apr 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">c520d3522c87e0d9b734cda1a00505ad50d6033f</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>23264</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

C hronique inhabituelle que celle de ce numéro de REE : d’habitude celle-ci s’appuie sur des livres dont le caractère scientifique est évident, par le titre comme par le contenu, même si parfois ils s’aventurent aux confins de ce que la rigueur scientifique recommande ou exige. Il s’agit ici de deux romans, parus simultanément chez deux éditeurs prestigieux, spécialistes de ce genre littéraire, et d’ailleurs la critique ne s’y est pas trompée, qui fut à la fois littéraire et élogieuse ! Les titres de ces deux ouvrages renvoient à deux éminents scientifiques : Évariste évoque clairement la vie fulgurante d’Évariste Galois, qui en quelques mois d’un engagement ro- mantique bouleversa de façon durable les ma- thématiques et que le bandeau du livre baptise « Le Rimbaud des mathématiques » ! Sous le titre plus mystérieux du second ouvrage, trans- parait Werner Heisenberg, dont le nom est associé depuis près d’un siècle au « Principe d’incertitude », fondement de la mécanique quantique, qui oblige à penser chaque objet comme étant à la fois onde et particule. Les grands scientifiques ont souvent droit à des biographies : ce genre présente une grande variété, de la piété filiale voire hagio- graphique (on songe par exemple à Eve Curie et à André Langevin), à des ouvrages ardus où c’est l’œuvre scientifique qui est exposée ou mise en valeur, parfois vulgarisée ; parmi ces nombreuses biographies, dont le point com- mun est sans doute d’être produites par des scientifiques, on retiendra en particulier les excellents ouvrages parus chez Belin. Les vies des grands hommes et femmes de science sont souvent exceptionnelles ou inattendues ; on pourrait souvent les qualifier de roma- nesques, mais ici avec Galois et Heisenberg, il s’agit de véritables romans, avec une recons- titution psychologique, s’appuyant sur une documentation de grande qualité et imaginant un parcours crédible pour ces deux destinées d’exception. Tout semble opposer Galois (1811-1832) à Heisenberg (1901-1972) : leur siècle d’abord, leur discipline – maths ou physique – ensuite, mais aussi leurs vies : au génie incompris de l’un, à son radicalisme romantique, à une vie passionnée interrompue par un duel à 21 ans s’oppose une longue carrière chargée d’honneurs (Chaire à Leipzig à 25 ans, prix Nobel à 31 ans). D’un côté un génie solitaire, incompris des sommités scientifiques de son temps et dont la gloire fut tardivement pos- thume ; de l’autre l’un des grands esprits du siècle, assistant de Born puis familier de tous les grands physiciens et entouré de disciples ; ici le républicain convaincu dont les obsèques furent suivies par plusieurs milliers de parti- sans de la Cause des amis du Peuple, là un savant que son nationalisme et son ambition personnelle aveuglent, qui accepte le régime nazi sans réticence, au point de devenir, de 1941 à 1943, le père du programme Uranium dont le but était de préparer la bombe ; Heisenberg dut d’ailleurs fournir après-guerre quelques explications, peu convaincantes. Les voies du progrès de la connaissance sont déci- demment fort diverses ! Mais ces deux destins d’exception ont su inspirer deux véritables écrivains, c’est-à-dire des hommes de lettres soucieux d’imagi- ner un parcours psychologique plausible et non pas des hommes de science attachés à reconstruire un itinéraire intellectuel incontes- table. Jérôme Ferrari (né en 1968) a fait des études de philosophie, qui pointaient dans ‘’Le sermon sur la chute de Rome’’, couronné par le prix Goncourt en 2012 ; une documentation exceptionnelle, s’appuyant sur l’autobiographie de Heisenberg (‘’Der Teil und das Ganze’’ : La partie et le tout) ainsi que sur les enquêtes des alliés en 1945/6, permet de suivre pas à pas le physicien : le romancier, qui a pris le parti d’une écriture distanciée, témoigne d’une précision toute clinique et l’on reste passionnément atta- ché à suivre et à comprendre une destinée… Et puis parfois, Ferrari se met à rêver, à évoquer des paysages ou encore à philosopher ou à imaginer ce que pensent Heisenberg et ceux qu’il rencontre : le lecteur oscille avec plaisir entre le récit d’une vie et d'un univers où la poésie le dispute parfois au tragique. Évariste est de son côté le premier roman de François-Henri Désérable, jeune écrivain né en 1987, dont la formation fut à la fois économique et sportive, et qui fut joueur pro- fessionnel de hockey sur glace. Révélé il y a deux ans par le récit de la fin de vie de Danton (‘’Tu monteras ma tête au peuple’’) qui obtint plusieurs prix, il vient d’écrire un roman salué comme une grande réussite et dont l’écriture ressemble à la vie du héros : aux passions frénétiques d’Évariste, correspondent un récit qui parfois évoque Alexandre Dumas, lequel croisa d’ailleurs Évariste ! Elève précoce du lycée Louis le Grand, Galois commença de créer avant même d’affronter les concours et publia à 17 ans un théorème sur les fractions continues ! Ce sera la première d’une courte série de publications, consacrées aux racines des équations algé- briques et terminée par les quelques pages grif- fonnéesdanslanuitquiprécédaleduelfuneste. Le mémoire sans aucun doute essentiel de Galois, rédigé pour un concours de l’Académie des sciences, a été perdu et il fallut plusieurs dé- cennies pour comprendre ses fulgurantes intui- tions sur la théorie des groupes. Le respect des institutions et des hommes n’était pas le souci de Galois : il échoua deux fois à Polytechnique et se fit renvoyer de l’Ecole préparatoire, l’ac- tuelle Ecole normale supérieure. Son engage- ment lors des Trois Glorieuses, puis sous Louis- Philippe parmi les Républicains, lui vaudra la prison où il connaitra Nerval et Raspail, avant une fin tragique liée à la passion amoureuse : comme s’étonner que cet homme de passion ait laissé un tel souvenir dans la mémoire col- lective et ait inspiré un si talentueux roman ! B. Ay. 132 REE N°3/2015 Jérôme Ferrari Le principe Roman Actes Sud - mars 2015 - 176 p. - 16,50 François-Henri Désérable Évariste Roman NRF Gallimard - mars 2015 - 176 p. - 16,90 CHRONIQUE Des nouveaux héros de romans !