Vers une mobilité durable et responsable

26/10/2014
Auteurs : Serge Piperno
Publication REE REE 2014-4
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2014-4:11533

Résumé

Vers une mobilité durable et responsable

Métriques

322
103
149.74 Ko
 application/pdf
bitcache://622cccc771573c8273a1e4b2a537b8d8cf4297c6

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2014-4/11533</identifier><creators><creator><creatorName>Serge Piperno</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Vers une mobilité durable et responsable</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2014</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Sun 26 Oct 2014</date>
	    <date dateType="Updated">Thu 26 Jan 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Tue 19 Jun 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">622cccc771573c8273a1e4b2a537b8d8cf4297c6</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>18640</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

REE N°4/2014 1 L ’IFSTTAR, Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aména- gement et des Réseaux, est depuis 20111 l’établissement français de recherche pu- blique en pointe sur les transports terrestres, qu’il aborde dans l’ensemble de ses dimensions – systèmes, infras- tructures, sécurité, santé, aménagement, usages, etc. – mais aussi sous ses angles scientifiques et techniques. Dès 2012, le tout nouvel institut a mobilisé ses forces vives et ses réseaux pour construire sa stratégie scienti- fique à 10 ans et cibler les grands thèmes de recherche prioritaires pour les années à venir. Les thématiques liées aux transports y sont omniprésentes et cette photogra- phie, qu’il faudra actualiser régulièrement, peut être éclai- rante pour les lecteurs de la REE. L’Institut inscrit son action dans une perspective essen- tielle : « innover pour une mobilité durable et respon- sable ». Il s’agit aussi bien de réduire la consommation d’énergie fossile, la production de gaz à effet de serre et la pollution locale, notamment par l’offre de nouveaux transports collectifs et de nouvelles pratiques, que de réduire l’accidentalité routière et aller au-delà des succès déjà rencontrés. Ceci passe par une meilleure compréhension des comportements et des usages (télétravail, covoiturage, nouveaux services, multi-modalité, modes doux), une meilleure métrologie (développement de nouvelles méthodologies d’enquêtes, intégration de données mas- sives de mobilité – téléphonie mobile, billetterie, observa- tion), une meilleure anticipation des besoins émergents en transports et en mobilité. Nous nous intéressons à l’analyse de la dynamique des mobilités et des usages à toutes les échelles, en intégrant les facteurs écono- miques, psychologiques, environnementaux, sociaux et décisionnels. Tous ces éléments permettront aussi de concevoir des politiques, des solutions et des services de mobilité innovants. Pour cela, nous nous appuyons sur des recherches visant l’élaboration et le partage des données, le développement de briques technologiques 1 Création de l’IFSTTAR début janvier 2011, par fusion de l’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (Inrets) et du Laboratoire central des ponts et chaussées (LCPC). pour les services et les systèmes de transport intelligents et leur intégration dans des démonstrateurs (communi- cation, détection, coopération véhicule/infrastructures, géolocalisation, géomatique, approches intégrées habitat transport, etc.). Dans ce cadre, nous développons une approche pluridisciplinaire articulant développements technologiques et sciences humaines et sociales, prenant en compte l’acceptabilité de ces dispositifs, leur impact sur les habitudes de mobilité, l’ergonomie des interfaces et des interactions, le design des solutions de transport, les pratiques et politiques actuelles, les pratiques liées aux nouveaux outils, les approches économiques. Parallèlement, renforcer la sécurité et le confort dans les transports et minimiser les impacts sur la santé restent des sujets d’intérêt majeur, pour lesquels l’Institut est l’un des leaders internationaux (biomécanique, épi- démiologie des accidents, psycho-ergonomie, études détaillées d’accidents, etc.). Il reste des progrès à faire sur la compréhension des causes d’accidents et leurs conséquences corporelles, en particulier pour certaines catégories spécifiques d’usagers (deux-roues motorisés, piétons, handicapés, conducteurs professionnels...). Les comportements à risque (certains jeunes, alcools...), l’altération de la compétence de conduite (vieillissement, pathologie, etc.), et les modifications « nouvelles » des conditions de conduite (distraction par les téléphones mobiles ou dispositifs d’assistance à la conduite) consti- tuent également des thèmes de recherche. Enfin, les contraintes économiques et écologiques ac- tuelles, souvent contradictoires (économies d’énergie, faibles impacts environnementaux, rapidité, sécurité, flexibilité, confort, coût, accessibilité...) incitent à viser une gestion optimale des systèmes de transport. Les questions de recherche induites concernent aussi bien le mode routier (voiture, deux-roues motorisés) que les modes guidés (train, métro, tramway) ou les modes ac- tifs (vélo, marche) et nécessitent des modèles précis et complets, permettant d’analyser le système, de le gérer et d’éclairer sur ses usages réels. Ces modèles pourront être validés grâce aux nouvelles sources de données géo- localisées, apportant une traçabilité inédite des mobilités. A terme, des outils permettant la comparaison quanti- tative de stratégies de gestion des réseaux constituent Vers une mobilité durable et responsable EDITORIAL SERGE PIPERNO 2 REE N°4/2014 un objectif d’intérêt majeur, offrant la possibilité d’évaluer a priori ou a posteriori, en termes économiques, tech- niques et humains, les politiques de transport. L’Ifsttar est également très actif sur un grand nombre de thématiques connexes au champ des transports : les infrastructures de transport (et de génie civil en général) doivent être durables, c’est-à-dire optimales du point de vue des performances mécaniques à long terme (main- tenance, fatigue, endommagement) et avec des impacts environnementaux minimaux (analyse de cycle de vie, évaluation intégrée). Cet axe requiert nécessairement des travaux sur les matériaux et des structures (compor- tement sous sollicitations exceptionnelles notamment). De même, les transports s’insèrent dans des milieux et réseaux urbains et périurbains dont les dynamiques et les enjeux doivent être bien analysés. Par exemple, la modélisation des interactions entre l’aménagement du territoire et la mobilité en prenant en compte la lo- gique des acteurs, la distribution spatiale des activités humaines, les modes de transport des personnes et des marchandises, l’usage des sols, etc., ou encore, la modé- lisation et la gestion des réseaux urbains comme ceux de l’eau et des déchets sont des points de recherche en cours. Enfin, renforcer la résilience et les stratégies d’adaptation des villes et territoires aux changements glo- baux (climat, démographie, économie, biodiversité), aux phénomènes de ruptures (technologique, énergétique, etc.) et, de façon générale, aux effets de court et long termes, reste un enjeu majeur, chaque territoire ayant ses spécificités, ses interdépendances et sa propre vul- nérabilité aux aléas. Ces problématiques, très diverses et toutes de grande importance, traduisent la mobilisation collective de l’Ins- titut sur la thématique des transports et sont autant de manifestations de l’intérêt d’avoir créé un institut capable d’appréhender, de façon pluridisciplinaire, un domaine des transports si complexe et aux enjeux si fondamen- taux pour nos sociétés. Serge Piperno Directeur scientifique de l’IFSTTAR