Toutes les nouvelles

2012

ActuInfo

Ce sera peut-être possible avec le convertisseur thermoélectrique Power Felt.

Proposé par une équipe du "Center for Nanotechnology and Molecular Materials", Wake Forest University, NC, les résultats sont publiés dans la revue Nano Letters du 8 février 2012.
Power Felt est composé de couches de nanotubes de carbone insérées entre des films flexibles de polymère (polyvinylidene fluoride - PVDF), thermoélectriques sensibles à la température du doigt au contact.
Le composant flexible décrit dans l'article, comporte 72 couches et fournit 140 nanowatts - environ 400 µV /°.
Le coût élevé des dispositifs thermoélectriques conventionnels, à base de tellurure de bismuth, en contrarie la commercialisation. Si le développement de Power Felt réussit, il pourrait coûter 1000 fois moins cher - seulement 1$/kg.



ActuInfo

Avec plus de 80000 cœurs, le supercalculateur Curie installé à Bruyères-le-Châtel, doit atteindre une puissance de calcul de 2 petaflops(floating-point operations per second - 10 puissance 15 - un million de milliards d'opérations par seconde)

1er mars 2012: entrée en service du supercalculateur Curie, qui représente un outil de travail précieux pour les scientifiques français et européens. Il a été conçu par Bull et financé par le Genci (Grand équipement national de calcul intensif), une société civile détenue à 49 % par l’État, par le CEA (20 %), le CNRS (20 %), les universités (10 %) et l’Inria (1 %).
Cet ordinateur est installé près de Paris, à Bruyères-le-Châtel, au TGCC (Très Grand Centre de Calcul) du CEA, et comporte 10080 processeurs octo-cœurs Intel® Xeon® nouvelle génération soit 80640 cœurs; il voisinera un autre champion déjà en place, Tera-100, , mais lui, servira à des projets de recherche français et européens, notamment dans les domaines de la climatologie, des sciences de la vie et de l’astrophysique. Le Tera-100, avec plus d'un petaflop, est pour l'instant le supercalculateur le plus puissant d'Europe mais reste uniquement dédié aux besoins militaires et plus précisément aux simulations de l'arme atomique. On est encore loin du record du supercalculateur K japonais de 8 petaflops installé mi-2011.
.



ActuInfo

Un rendement de conversion de 10,6% un nouveau record pour la cellule photovoltaïque polymère d'UCLA (University of California, Los Angeles), légère et de bas coût potentiel comparée aux cellules silicium usuelles.

On en était à 8,6% en juillet dernier. Si les performances sont encore réduites par rapport aux cellules conventionnelles, l'objectif reste bien de les rattraper, avec ce nouveau polymère développé par le japonais Sumitomo Chemical.
Cette cellule combine deux couches actives avec des bandes d'absorption différentes, l'une dans le visible et l'autre dans l'infrarouge. L'objectif visé est 15% en labo, et 10% en production, pour rester compétitif vis-à-vis du silicium.



ActuInfo

Hitachi Ltd annonce avoir ajouté les fonctions de reconnaissance et de recherche d'objets au robot "EMIEW2" (Excellent Mobility and Interactive Existence as Workmate), le robot humanoïde aux 14 oreilles qui marche sur des roulettes.

EMIEW 2, présenté pour la 1ère fois en novembre 2007, se perfectionne au cours du temps, comme un être humain. Il possède d'abord les propriétés de communication vocale et d'évitement d'obstacles de son prédécesseur EMIEW 1, avec en plus une technologie de mouvement autonome lui permettant de définir de façon autonome le moyen de parvenir à destination en cartographiant son environnement. Il peut ainsi contourner les obstacles, éviter les personnes qu'il rencontre, guider les visiteurs, et vous apporter à boire ou de la lecture.
La fonction de reconnaissance fait appel à une base de données d'images similaires et à une recherche d'image semblable. L'analyse des textes accompagnant les images lui permet de relier image et objet.
La fonction de recherche de l'objet présenté, compare l'image de l'objet montré avec celles de sa base de données pour définir à quel endroit cet objet se trouve, et y conduire le visiteur.
Elles s'ajoutent aux précédentes: Mouvement agile et sur, Déplacement stable sur un sol non régulier, Reconnaissance vocale robuste dans le bruit ambient.



ActuInfo

planckLe NPL - National Physical Laboratory, UK présente dans la revue du BIPM "Metrologia"une nouvelle forme de balance du watt, sur la voie d'une redéfinition du kilogramme basée sur la constante de Planck.,

Le National Physical Laboratory (NPL), présente dans la revue du BIPM "Metrologica" du 20 février 2012 une méthode de mesure de la constante de Planck, le chainon manquant pour mettre en œuvre la nouvelle définition du kilogramme, initialement prévue en 2007, et déjà repoussée à 2011 par manque de méthode valide.

A simultaneous moving and weighing technique for a watt balance at room temperature
Abstract
Measurements made with watt balances are paving the way to a new definition of the kilogram based upon a fixed value of the Planck constant. The Bureau International des Poids et Measures (BIPM) are developing a simultaneous moving and weighing variant of the watt balance technique, which requires a superconducting coil to reach its ultimate uncertainty. The BIPM technique has the advantage that it eliminates the requirement for extreme stability in the magnetic field employed by conventional watt balances, but requires cryogenic operation of parts of the balance to achieve a low uncertainty.
This paper proposes a simple method, by which the BIPM technique can be made to operate at room temperature with no loss of accuracy. The superconducting coil is replaced by a bifilar coil and the measurement procedure is modified to eliminate any inequality between the two conductors in the bifilar coil. The new technique is not subject to the many secondary sources of uncertainty arising from cryogenic operation.



Les premiers résultats scientifiques de la mission du satellite Planck de l'ESA révèlent de nouveaux indices sur les débuts de l'Univers - y compris des groupes inédits de galaxies éloignées et des échos du Big Bang.

Le téléscope et les instruments de mesure de Planck, ont trouvé des milliers de nouveaux cocons de poudre stellaire dont sont nées les étoiles. La mission a pour but de recueillir des données sur l'arrière-fond de microondes cosmiques, résidus du Big Bang, il y a 1,7 milliards d'années, qui enveloppe toujours l'univers d'un voile de radiation. Lancé le 14 Mai 2009 de Kourou par une fusée Ariane 5, en même temps que l'observatoire spatial infrarouge de l'ESA Herschel, Planck est premier observatoire européen d'étude du Cosmic Microwave Background (CMB) – rayonnement résiduel du Big Bang. L'image ci-dessous de la Voie Lactée, montre le distribution de monoxyde de carbone (CO), une molécule utilisée par les astronomes pour détecter les nuages moléculaires dans le ciel, confirmant la présence de ce brouillard de microondes autour du cœur de la galaxie. Les découvertes de Planck devraient aider la construction d'un modèle plus détaillé du cosmos. "The images reveal two exciting aspects of the galaxy in which we live", selon le scientifique de la mission Planck Krzysztof Gorski, du NASA - Jet Propulsion Laboratory et de l'Observatoire polonais de Varsovie. "They show a haze around the center of the galaxy, and cold gas where we never saw it before".
planck



Horizon 2020 est le futur programme cadre communautaire. Il regroupera tous les financements de l’Union européenne en matière de recherche et d’innovation, dont l’actuel PCRDT. La Commission européenne propose d'investir 88 milliards d'euros dans la recherche et l'innovation, pour stimuler la croissance et les emplois.

HORIZON 2020 remplacera les actuels Programme Cadre de recherche (7e PC), Programme Cadre pour la Compétitivité et l'Innovation (CIP) et Institut Européen de Technologie (IET) à partir du 1er janvier 2014.
EUROSFAIRE - HORIZON 2020 est le site du réseau français des Points de Contact Nationaux (PCN)
dédié au futur programme européen de recherche et d’innovation, HORIZON 2020.
Pendant les deux ans que doit durer la négociation de ce programme, ce site accompagnera la communauté scientifique française en présentant les orientations et objectifs d’HORIZON 2020, les règles de participation, ainsi que les prises de position des parties prenantes (Etats et acteurs de la recherche),..



ActuInfo

Des techniques basées sur l'Imagerie par Résonance Magnétique qui permet une visualisation totalement non invasive et une caractérisation de l'évolution des électrodes et de l'électrolyte. Les travaux actuels sont centrés sur les batteries lithium-métal et sur l'observation de la construction de la microstructure des électrodes durant la charge.

Des chercheurs de Cambridge University, Stony Brook University, et New York University ont développé une méthodologie basée sur l'IRM - Imagerie par Résonance Magnétique - qui permet de regarder à l'intérieur d'une batterie sans la détruire. Leur technique, qui est décrite dans une Lettre en ligne de la revue Nature Materials du 12 février 2012, intitulée
Li MRI of Li batteries reveals location of microstructural lithium
crée aussi la possibilité d'améliorer les performances et la sécurité par la connaissance du travail interne des constituants.

Abstract
There is an ever-increasing need for advanced batteries for portable electronics, to power electric vehicles and to facilitate the distribution and storage of energy derived from renewable energy sources The increasing demands on batteries and other electrochemical devices have spurred research into the development of new electrode materials that could lead to better performance and lower cost (increased capacity, stability and cycle life, and safety) These developments have, in turn, given rise to a vigorous search for the development of robust and reliable diagnostic tools to monitor and analyse battery performance, where possible, in situ Yet, a proven, convenient and non-invasive technology, with an ability to image in three dimensions the chemical changes that occur inside a full battery as it cycles, has yet to emerge. Here we demonstrate techniques based on magnetic resonance imaging, which enable a completely non-invasive visualization and characterization of the changes that occur on battery electrodes and in the electrolyte. The current application focuses on lithium-metal batteries and the observation of electrode microstructure build-up as a result of charging. The methods developed here will be highly valuable in the quest for enhanced battery performance and in the evaluation of other electrochemical devices.
IRM d'une batterieCrédit Nature Materials Publishing Group



Vous venez de recevoir cette lettre d'information destinée à vous tenir informé de l'actualité de l'Electricité, de l'Electronique et des TIC.
Cette lettre est en cours de développement, elle doit encore faire l'objet de nombreuses mises au point. Nous vous serons reconnaissants de nous faire parvenir vos observations à l'adresse webmaster@see.asso.fr



ActuInfo

Une équipe internationale de Penn State University et University of Southampton UK intégre dans une fibre optique une junction semiconducteur avec de bonnes qualités optiques, permettant de convertir in-situ les impulsions lumineuses (sphères blanches) en signaux électriques (signaux rectangulaires). Les applications potentielles sont aussi bien les télécoms, que tous les systèmes hybrides optique-électronique et la technologie laser.

L'intégration puces semiconducteur-fibre optique est un challenge non seulement à cause de l'antinomie entre la forme cylindrique de la fibre et la puce plate, mais  aussi en raison de la faible dimension de chaque partie.
Pour le résoudre une approche particulière a été utilisée. Une nouvelle sorte de fibre a été conçue avec ses propres composants intégrés, par l'emploi de techniques chimiques sous haute pression pour déposer le matériau semiconducteur dans des trous créés dans la fibre.  La jonction est construite à l'intérieur de la fibre
.

 


ActuInfo

University of Tennessee, MIT et EPF Lausanne collaborent pour le développement d'un processus augmentant le rendement de la production d'électricité à partir de structures moléculaires extraites des plantes, plus facilement et à coût réduit.
Ils exposent les derniers résultats dans le dernier numéro de Nature: Scientific Reports 2 - Article: 234
Self-assembled photosystem-I biophotovoltaics on nanostructured TiO2 and ZnO
A la base le composant Photosystème-I (PS-I )contenu dans certaines algues. Ce dernier est traité pour agir avec un semiconducteur,

Abstract:
The abundant pigment-protein membrane complex photosystem-I (PS-I) is at the heart of the Earth’s energy cycle. It is the central molecule in the “Z-scheme” of photosynthesis, converting sunlight into the chemical energy of life. Commandeering this intricately organized photosynthetic nanocircuitry and re-wiring it to produce electricity carries the promise of inexpensive and environmentally friendly solar power. We here report that dry PS-I stabilized by surfactant peptides functioned as both the light-harvester and charge separator in solar cells self-assembled on nanostructured semiconductors.
Contrary to previous attempts at biophotovoltaics requiring elaborate surface chemistries, thin film deposition, and illumination concentrated into narrow wavelength ranges the devices described here are straightforward and inexpensive to fabricate and perform well under standard sunlight yielding open circuit photovoltage of 0.5 V, fill factor of 71%, electrical power density of 81 µW/cm2 and photocurrent density of 362 µA/cm2, over four orders of magnitude higher than any photosystem-based biophotovoltaic to date.



ActuInfo

Recharge sans fil d'une batterie
En 2007, des chercheurs du MIT utilisent le couplage magnétique de circuits résonants pour allumer une ampoule de 60w, avec deux bobines distantes d'environ 2m, sans être gênés par la présence d'obstacles, et sans constater d'effets sur des personnes à proximité.
Puis ils ont créé une société, pour développer un système sans fil de recharge de la batterie d'un véhicule à l'arrêt, transférant une puissance de l'ordre de 3 kilowatts.
Des chercheurs de Stanford, reprenant l'idée, ont cherché s'il était possible de transférer de l'ordre de 10 kilowatts à une distance de 2m – pour charger à terme un véhicule roulant à une vitesse normale sur une route.
Ils ont fait une simulation sur ordinateur du couplage magnétique de deux circuits à la résonance, et leurs résultats prometteurs sont publiés dans Applied Physics Letters 99, 214102-2011 (APL).
Les deux bobines accordées à la résonance, la fixe couplée à un générateur, l'autre mobile servant de récepteur, sont couplées magnétiquement.
En conclusion de l'étude ils proposent un système optimal lorsqu'un plan métallique se trouve proche de la bobine réceptrice. Un rendement de transfert de 97% est calculé à une distance de 1/15 de la longueur d'onde. A 10MHz, ceci correspond à 2m.
Prochaine étape: essais en labos et contrôle de l'innocuité du système.



ActuInfo

Reconnaissant l'importance de l'énergie pour le développement durable, l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies a proclamé dans sa résolution 65/151, l'année 2012, Année Internationale de l'énergie durable pour tous,

pour "encourager au niveau mondial toutes les parties intéressées à saisir l'occasion qu'offrira la célébration de l'Année, et faire comprendre qu'il importe de s'attaquer à la question de l'énergie, et notamment de généraliser les services énergétiques modernes, de veiller à l'efficience énergétique et à la durabilité des sources d'énergie et de leur utilisation et d'encourager la prise de mesures aux niveaux local, national, régional et international".
Les services énergétiques ont un effet profond sur la productivité, la santé, l’enseignement, les changements climatiques, la sécurité alimentaire et la sécurité de l’approvisionnement en eau ainsi que les services de communications.
C'est pourquoi l’absence d’accès à une énergie propre, abordable et fiable entrave le développement humain, social et économique et constitue un obstacle majeur à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.
Pourtant, 1,4 milliard de personnes n’a pas accès à une énergie moderne, tandis que 3 milliards dépendent de la « biomasse traditionnelle » et du charbon comme source principale de combustible.



Cette conférence bisannuelle constitue un forum permettant des échanges sur les recherches en cours concernant l’Électrostatique en général et donnera aux spécialistes l’opportunité de se rencontrer et de mettre en commun leur expérience.



Appel à communication : (IWEI 2012) IWEI 2012
IFIP France


ActuInfo

Hydrobionets (un Projet du 7e Programme Cadre Européen), a conçu un réseau sans fil intelligent qui contrôle des détecteurs d'activité bactérienne, divisant par deux le coût du dessalement d'eau de mer.

Des avancées dans les TIC et les MEMS (MicroElectroMechanical Systems) ont permis de concevoir des dispositifs comportant communications sans fil, capacités de traitement et de stockage, ainsi que diverses fonctionnalités de détection et d'activation, compacts et autonomes. Appliqués au dessalement de l'eau de mer, elles promettent d'en réduire par deux le coût, à l'aide de détecteurs d'activité bactérienne, selon les créateurs de cette technologie.
Des chercheurs de l'Université de Valencia conduisent ce Projet européen de €3.5m, pour la conception d'un réseau intellegent optimisant le traitement des eaux usées et le dessalement de l'eau de mer par le contrôle des membranes osmotiques.
L'équipe Hydrobionets de l'Institut Robotique et TIC de Valencia affirme réduire aussi la consommation d'énergie du retraitement de 74%.
Ce Projet de 3 ans développe des biodétecteurs contrôlant l'activité bactérienne afin de pouvoir définir le moment idéal d'injection dans l'eau de nouveaux éléments ou les membranes osmotiques.



ActuInfo

Le Consumer Electronics Show (ou CES) est une mégaconvention technologique annuelle qui se tient à Las Vegas, rassemblant plus de 140.000 participants pour découvrir les plus récents produits, services et applications.

Cette année, du 10 au 13 janvier, il semble que le produit ayant le plus impressionné soit le smartphone Nokia Lumia 900 avec son support 4G, son écran Super AMOLED de 4,5 pouces et sa collaboration avec Windows Phone 7. Il promet un retour en force de Nokia sur le marché.

Dans le domaine de la TV, a été remarqué le LG 55EM9800 OLED avec un écran de 55 pouces. L’écran ne mesure que 4 mm d’épaisseur pour seulement 7,5 kg. Les téléviseurs LG OLED commercialisés au 2° semestre autour de 8 000 €.

Tobii Technology, société suédoise développant des technologies pour introduire des données dans un calculateur avec des mouvements des yeux exposait ses produits pour la première fois.
Le dispositif envoie la lumière dans le proche infra-rouge vers l'oeil, détecte la lumière réfléchie par la pupille et analyse dans quelle direction les yeux sont dirigés.



ActuInfo

Les cellules solaires à colorant inventées par le professeur Michael Grätzel de l'EPFL, représentent une solution des plus prometteuse pour la production d’énergie photovoltaïque renouvelable, propre et peu coûteuse. En modifiant la composition et la couleur de ces cellules, l'équipe de l'EPFL a augmenté leur rendement à 12,3%.

Cette valeur est comparable à celle des cellules solaires silicium. Et le coût est en voie de réduction. Les cellules Grätzel imitent le processus de photosynthèse des plantes, et les nouveaux colorants présentés dans la revue Science Magazine en sont encore plus proches avec leurs couleur verte. Cette coloration augmente le rendement de conversion de la lumière en énergie électrique. La cellule absorbe les couleurs du spectre ayant la plus grande énergie et rejette le reste (dont le vert).
Les cellules de Grätzel sont flexibles et transparentes. Elles constituent une alternative prometteuse là où les cellules silicium rigides traditionnelles ne sont pas utilisables. De plus elles arrivent à égaler leur rendement: leur rendement maximum théorique est de 30% contre 26% pour le silicium.

Abstract (Science Magazine)
The iodide/triiodide redox shuttle has limited the efficiencies accessible in dye-sensitized solar cells. Here, we report mesoscopic solar cells that incorporate a Co(II/III)tris(bipyridyl)–based redox electrolyte in conjunction with a custom synthesized donor-π-bridge-acceptor zinc porphyrin dye as sensitizer (designated YD2-o-C8). The specific molecular design of YD2-o-C8 greatly retards the rate of interfacial back electron transfer from the conduction band of the nanocrystalline titanium dioxide film to the oxidized cobalt mediator, which enables attainment of strikingly high photovoltages approaching 1 volt. Because the YD2-o-C8 porphyrin harvests sunlight across the visible spectrum, large photocurrents are generated. Cosensitization of YD2-o-C8 with another organic dye further enhances the performance of the device, leading to a measured power conversion efficiency of 12.3% under simulated air mass 1.5 global sunlight.



ActuInfo

Eos Energy Storage, une startup US annonce la réalisation d'un prototype de batterie zinc-air qui pourrait révolutionner le stockage d'énergie pour les grilles en cours de développement, autorisant des capacités améliorées en crête à moitié coût en réponse aux pics de demande par rapport à un appoint par génération au gaz.

Elle annonce que ses prototypes ont une densité d'énergie stockée double des batteries lithium-ion, que la durée de vie sera de 30 ans, plusieurs ordres de grandeurs supérieurs à celle des batteries acide-plomb.
Coût initial 1000$/kWh, avec objectif à terme de 160$/kwh

Quoi de neuf?
La technologie zinc-air, sure, peu onéreuse et capable de fortes densités accumulées est depuis longtemps l'objet d'études pour améliorer un rendement bas et une durée de vie médiocre. Elle ne demande pas d'inclure tous les produits réactifs, comme la plupart des autres dispositifs, et extrait l'oxygène de l'air ambiant. Et n'a pas de possibilités d'inflammation comme la technologie lithium-ion.
Eos dit que les limites ont été repoussées, par des modifications de la chimie de l'électrolyte et de la conception.
Les batteries zinc-air classiques emploient de l'hydroxyde de potassium basique pour absorber le dioxyde de carbone de l'air. Le carbonate de potassium ainsi créé obstrue les pores de la cellule. La conception Eos utilise un électrolyte de pH neutre pour éviter ce problème. Et la configuration horizontale des cellules permet de séparer les couches par gravité au lieu de nécessiter une membrane pour séparer le liquide de l'air.
A l'heure actuelle 2700 cycles sans détérioration ont été réalisés sur une batterie d'un tiers de kilowatt. L'objectif 10000 cycles et le niveau du mégawatt.



ActuInfo
Les progrès des métamatériaux en nanotechnologie ont donné une réalité à l'invisibilité: des ondes lumineuses peuvent être guidées autour d'un objet de façon à le rendre comme invisible. Le concept est maintenant appliqué à des ondes élastiques sonores par des chercheurs du Karlsruhe Institute of Technology (KIT).

"Ce pourrait être un lieu de calme dans ces périodes festives et bruyantes," selon les chercheurs du KIT, qui ont réussi à appliquer les concepts d'invisibilité à l'inaudibilité d'ondes acoustiques dans une plaque. "La clé pour le contrôle des ondes, c'est une action spécifique sur leur vitesse locale en fonction de leur direction de propagation", selon le Dr. Nicolas Stenger de l'Institute of Applied Physics (AP).

Ils ont utilisé pour ce faire un matériau microstructuré composé de deux polymères: une plaque mince épaisse de l'ordre du millimètre avec un plastique souple et un plastique dur. Les ondes sont piégées dans cette plaque en suivant une trajectoire circulaire: elles ne peuvent ni entrer ni sortir. "Contrairement à d'autres protections anti-bruit, les sons ne sont ni absorbés ni réfléchis", dit le Professeur Martin Wegener de l'Institute of Applied Physics et coordinateur du DFG Center for Functional Nanostructures (CFN) au KIT. "C'est comme s'il n'y avait rien à cet endroit". Ces résultats viennent d'être publiés dans les "Physical Review Letters".
Abstract
Following a theoretical proposal [ M. Farhat et al. Phys. Rev. Lett. 103 024301 (2009)], we design, fabricate, and characterize a cloaking structure for elastic waves in 1 mm thin structured polymer plates. The cloak consists of 20 concentric rings of 16 different metamaterials, each being a tailored composite of polyvinyl chloride and polydimethylsiloxane. By using stroboscopic imaging with a camera from the direction normal to the plate, we record movies of the elastic waves for monochromatic plane-wave excitation. We observe good cloaking behavior for carrier frequencies in the range from 200 to 400 Hz (one octave), in good agreement with a complete continuum-mechanics numerical treatment. This system is thus ideally suited for demonstration experiments conveying the ideas of transformation optics.


ActuInfo
Eco-Product 15-17 déc 2011, Tokyo, exposition consacrée aux technologies vertes. Sony y a présenté une pile produisant du courant à partir d'une feuille de papier.

Sony avait présenté à Eco-Product 2007 une pile fonctionnant au glucose. Cette fois Sony a montré une pile tirant son énergie d'une feuille de papier. Un enzyme catalyseur, appelé cellulase, produit par la société danoise Novozymes, décompose le papier en glucose pour en tirer l'énergie. Le papier trempé dans une solution contenant cet enzyme se décompose. La solution introduite dans la pile produit de l'électricité. Et le catalyseur est réutilisable. En théorie, la pile peut fournir 18Wh (équivalent à six piles AA) à partir d'une feuille A4, selon Sony. Cependant la pile présentée est nettement moins efficace. Sony n'a pas vraiment donné de détails sur les performnces. En 2010, Sony avait dit que ses piles au glucose pouvaient fournir 10mW/cm2.



2011

Prix Jerphagnon
Destiné  à  promouvoir  l’innovation  technologique  et  la  diffusion  de  l’optique-photonique  dans  divers  domaines  d’applications,  le  Prix  Jean  Jerphagnon  a  été  attribué  ce  jeudi  1er  décembre  à  Frédéric  Druon,  39  ans,  du  Laboratoire  Charles  Fabry de l’Institut d’Optique Graduate School, à Palaiseau, pour son projet intitulé « Laser 1.6μm fs pour la chirurgie de la cornée ».
 
Frédéric  Druon  succède  à  Nathalie  Picqué,  du  Laboratoire  de  Photophysique  Moléculaire  du  CNRS,  à  Orsay  (2008),  à  Philippe  Bouyer,  du  Laboratoire  Charles  Fabry  de  l’Institut  d’Optique  Graduate  School,  à  Palaiseau  (2009)  et  à  Laurent Cognet, du Centre National de la Recherche Scientifique, à Bordeaux (2010). 
Frédéric  Druon  développe  depuis  près  de  15  ans  des  lasers  femtosecondes  à  fibre.  Parmi  les  nombreuses  applications de  ces  lasers,  la  chirurgie  réfractive  de  l’œil  (LASIK)  repose  sur  des  lasers  de  longueur  d'onde  voisine  de  1  micron.  Frédéric Druon vient de développer des lasers femtosecondes à fibre de longueur d'onde 1,6 micron, qui, à la différence des précédents, permettent de traiter des cornées malades et peuvent être utilisés pour la greffe de cornée. Son projet est de transférer ce produit à un industriel français. 
Rappelons que le Prix Jean Jerphagnon, lancé en 2008 à l’initiative d’acteurs majeurs du monde de l’innovation, a pour vocation d’aider   et   de   favoriser   les   démarches   innovantes,   à   l’image   du   parcours professionnel   de   Jean   Jerphagnon qui fut l’un des pionniers et un acteur important des communications en fibre optique. 
 
Le  jury  qui  a  décerné  le  Prix  Jean  Jerphagnon,  présidé  par  Thierry  Georges  (entrepreneur  et  PDG  d’Oxxius)  et  co-présidé par  Alain  Aspect,  Directeur  de  Recherche  au  CNRS  (Laboratoire  Charles  Fabry  de  l’Institut  d’Optique  Graduate  School), est composé des personnalités suivantes : Jean-Michel Barbier (TechFund Europe), Claude Boccara (ESPCI), Pierre Chavel (Institut  d'Optique  Graduate  School),  Emmanuel  Desurvire  (Thales  Research  Technology)  Philippe  Emplit  (Université  Libre de Bruxelles), René-Jean Essiambre (Alcatel-Lucent Bell Labs), Hervé Lefevre (Ixcore), Bill Magill (INSEAD), Laurent Malier (CEA LETI MINATEC), Jean-Louis Martin (Institut d'Optique Graduate School), Pascale Nouchi (Thales Research Technology), Eric Spitz (Thales Research Technology), Terry Unter (Mintera Corporation) et Joseph Zyss (Institut d'Alembert). Le  Prix  a  été  remis  le  jeudi  1er  décembre  2011  par  Jean-Louis  Missika,  Adjoint  au  Maire  de  Paris  chargé  de  l’innovation, de  la  recherche  et  des  universités,  au  Palais  Brongniart,  à  Paris,  dans  le  cadre  de  la  cérémonie  de  remise  des  Grands  Prix de l’Innovation de la Ville de Paris, à laquelle le comité d’organisation du Prix Jean Jerphagnon s’est associé en 2011. 
 
Le lauréat a reçu un chèque de 10 000 €.  
Les trois autres nominés sont : 
Gabriel Charlet, 35 ans, Alcatel-Lucent Bell Labs, à Nozay (91)                                     
Sébastien Février, 35 ans, Université de Limoges (87) 
Juliette Mangeney, 36 ans, CNRS, à Paris (75) 
 


La soirée 2011 a eu lieu le 7 décembre au 17 rue de l'Amiral Hamelin, Paris.

A cette occasion ont été remis prix et médailles de grand renom, ainsi que les diplômes de Distinctions Emérite et Senior de la SEE.

Les lauréats des Prix ont ainsi l'occasion d'exposer leurs travaux à l'audience.