Toutes les nouvelles

2014

MaxEnt 2014

SEE will initiate soon preparation of GSI’15 « Geometric Science of Information » conference. Waiting for SEE GSI’15 conference, SEE invite you to submit a paper for SEE MaxEnt’14 “"Maximum Entropy and Bayesian methods in Science and Engineering" conference

that will take place on 21-26 September 2014: https://www.see.asso.fr/maxent14 at Château du Clos Lucé (Last residence of Leonardo Da Vinci), Amboise, France: http://www.vinci-closluce.com/en/

Amboise is at the heart of Loire Valley Castles (http://loire-valley.us/), labeled by UNESCO as World heritage. Le Clos Lucé is at proximity of King Francis the First Amboise Castle (http://loire-valley.us/19-Chateaux/Royal-Chateau-Of-Amboise.html), apex of the French Renaissance and of Vouvray wines vineyards and cellars. Connection from Paris to Amboise by train is only 1h40.

MaxEnt is sponsored by Non-Profit “Jaynes Foundation”. This year, MaxEnt will enlarge its scope with a dedicated focus on “Geometric Science of Information” and “Information Geometry”.

The workshop includes a one day tutorial session, state of the art lectures, invited papers, contributed papers, and poster presentations. Selected papers will be peer reviewed and published in American Institute of Physics (AIP) Proceedings series (http://www.aip.org/). 

MaxEnt workshop is a one week, one track presentations and a very nice place for reflection, exchange and interaction between Mathematics, Physics, Engineering and different applications.

bstracts (one page of about 400 words) of the proposed papers should be received by May 16, 2014.

Would you find attached first Call for Papers and announcement Flyer. More information on MaxEnt’14 webiste http://www.see.asso.fr/maxent14

For your information:

Best regards

F. Barbaresco & A. Mohammad-Djafari

MaxEnt’14 Conference Chairs



Appel aux amis de la SEE : encore un effort sur la prise d'adhésions ! La SEE se veut le carrefour des communautés francophones scientifiques et techniques de l'Energie, des Télécommunications, du SIgnal, des Composants, de l'Automatique et de l'Informatique.

 Cet objectif ambitieux ne peut être atteint que si chaque lecteur concerné comme Ingénieur, Chercheur, Technicien ou Etudiant par une ou plusieurs de ces thématiques, fait la démarche d'adhérer à notre Association, la seule en France à couvrir ces champs d'activité en faisant  le pont entre Recherche et Industrie.

Nous lançons donc un appel pressant auprès de nos membres anciens ou plus récents ainsi qu’à tous ceux qui ne sont pas encore membres mais qui s’intéressent à nos activités, pour qu’ils souscrivent dès maintenant leur adhésion pour 2014.

Pourquoi adhérer à la SEE ?
Adhérer à la SEE c'est;
- ►Enrichir votre réseau professionnel par la participation à des structures de réflexion adaptées (Clubs techniques, Groupes régionaux, Cercle des entreprises)
- ►Bénéficier de la consultation et du téléchargement gratuits sur le site SEE des articles, dossiers ou numéros complets de la REE en version électronique (e-REE)
- ►Bénéficier de tarifs réduits pour la participation aux Conférences, Journées d’études ou Soirées-débat (co)organisées par la SEE

Quoi de neuf en 2014 ?
- ►Parrainage : Afin de promouvoir les adhésions de nouveaux membres, un système de tandem parrain-filleul permet depuis cette année d’adhérer à un tarif réduit (-25% pour le parrain, -50% pour le filleul, la première année d’une nouvelle adhésion)
- ►Action envers les jeunes : une tarification attrayante est accordée aux plus jeunes (étudiants ou actifs de moins de 35 ans).

Comment adhérer ? m’abonner aux revues de la SEE ?
Rien de plus simple: il suffit d'aller sur le site de la SEE à l'adresse www.see.asso.fr, cliquer dans la colonne de gauche sur Adhérer à la SEE ou Renouveler votre adhésion et constituer votre panier qui peut comprendre, outre votre adhésion individuelle, un abonnement à l'une ou l'autre de nos publications : la Revue de l'Electricité et de l'Electronique (REE) et la Revue « Enseigner l’Electrotechnique et l'Electronique Industrielle » (3EI). Si vous ne souhaitez pas adhérer et bénéficier ainsi de la gratuité de e-REE, vous pouvez acheter en ligne les numéros, dossiers ou articles de la REE à l'unité. Vous pouvez également vous procurer en ligne les monographies de la collection SEE.

Comment régler ma cotisation ? mes abonnements aux revues ?
- le plus simple est de régler en ligne par carte ou par virement bancaire après l'édition de votre facture qui suit immédiatement votre commande. Le paiement est bien entendu sécurisé et le processus complet d'adhésion prend deux à trois minutes tout au plus.
- vous pouvez également payer par chèque envoyé par courrier postal en joignant le bulletin d’adhésion téléchargeable dûment rempli, à l’adresse: SEE 17 rue de l’Amiral Hamelin 75783 Cedex 16.
NOTA : La SEE étant une Association reconnue d'utilité publique, votre adhésion ouvre droit à un reçu fiscal permettant la déduction des 2/3 de votre cotisation à valoir sur vos impôts sur le revenu. A titre d’exemple, la cotisation d'un enseignant ou d'un retraité fixée à 81 € ne revient qu'à 27 € après déduction fiscale. Le reçu fiscal est délivré en ligne si vous payez directement sur le site SEE ou vous sera envoyé sur demande si vous réglez par chèque.

Si vous avez encore des interrogations, n’hésitez pas à nous contacter par courriel à l’adresse : sg@see.asso.fr ou par téléphone au 01 56 90 37 04.

Le Secrétaire Général

 



Information SEE : Voeux du Président
voeux_2014_see.pdf
voeux_2014_see.pdf

L'Académie des Technologies nous fait savoir qu'elle recherche d'urgence un expert du domaine Telecom et Informatique pour exercer  la mission de Secrétaire scientifique auprès du Président de sa Commission "Technologies de l'Information et de la Communication" (TIC). Cette misison consiste notamment à programmer et organiser, en liaison avec le Président, les réunions mensuelles de la Commission, en rédiger les comptes rendus et participer à la mise en forme des publications issues de la Commission TIC. Le recrutement d'un membre de la SEE disposant d'un peu de temps libre à ce poste stratégique serait bien accueilli et contribuerait à maintenir un lien fort entre les deux organismes. Pour plus de précisions sur le poste, contacter le Secrétaire Général de la SEE par courriel (sg@see.asso.fr) ou au 06 74 16 79 54.

A propos de l'Académie des technologies (www.academie-technologies.fr) : L’Académie des technologies a pour vocation d’être le corps intermédiaire de référence dans le domaine des technologies entre les décideurs, l’opinion publique, la recherche et les acteurs socio-économiques. Les technologies sont abordées dans une approche transversale et prospective, prenant en compte les risques et l’impact sur l’envronnement. Les Commissions constituent les structures de travail de l’Académie. Outre un travail d’accumulation des savoirs et de réflexion sur les technologies, elles décident de la création de Groupes de travail ad hoc sur des temps de réflexion plus courts afin de faire des propositions originales sur des questions associant technologies et demandes sociétales. Les résultats de ces travaux peuvent aboutir à des publications ou à des avis.

 

 

 


2013

Colloque international organisé par L'Association des Filières de l'Electronique, de l'Informatique et des Télécommunications de Bretagne occidentale (AFEIT) et la plateforme technologique 3DIXEL.

Date-limite de dépôt des soumissions: 15 janvier 2014

appelcom_brasage2014_1.pdf
appelcom_brasage2014_1.pdf

formulaire_proposition_brasage2014.doc
formulaire_proposition_brasage2014.doc

ATT FO - Foudre
Important dates: 
December 17th 2013 : New submission deadline
December 31st 2013 : Notification of acceptance
January 31st 2014 : Final paper submission + author registration 
March 13 & 14 : ILPS 2014 


 Un accord de coopération a été signé entre la SEE et les Editions « Techniques de l’ingénieur » dont les publications sont  bien connues de nos adhérents. Il vise à mettre à profit les compétences des experts de la SEE pour répondre aux questions à caractère scientifique et technique posées par les abonnés de cette maison d’édition dans le champ d’expertise couvert par la SEE. A cet effet, les Clubs techniques ont été mobilisés pour fournir les noms des experts SEE les plus appropriés pour répondre à ces demandes. 

Aux termes de cet accord, les Techniques de l’Ingénieur deviennent Membre adhérent de la SEE et contribueront à faire connaître les publications de la SEE auprès de ses abonnés.

En nouant ce type de coopération avec un organe de Presse réputé, la SEE contribue à développer sa mission de diffusion scientifique et technique auprès de la communauté nationale et à affirmer son rôle de référent scientifique et technique dans les domaines de l’Electricité, de l’Electronique et des TIC.

 



REE
Par Mohammed Chadli, Hervé Coppier & Ludovic Moulard
Ed. Hermès-Lavoisier  (Monographie de la collection SEE)


REE
Par Jean-Marie CHEVALIER, Michel CRUCIANI, Patrice GEOFFRON
Editions Odile Jacob  Septembre 2013 102 p. 20,90 €


Parution d'ouvrage : La brève histoire de ma vie
REE
Par Stephen HAWKING
Editions Flammarion Novembre 2013 176 p. 16,90 €.


REE
Par Agathe EUZEN, Laurence EYMARD, Françoise GAILL et al.
CNRS Editions Septembre 2013 364 p. 39 €


REE
Par Yvette KOSMAN-SCHWARTZBACH et al.
Editions de l’Ecole Polytechnique (diffusion par Ellipses) Juin 2013 512 p. 


REE
Par Ian S. GLASS.  Traduit par James LEQUEUX
EDP Sciences  et Observatoire de Paris  Collection Science & Histoire  Juillet 2013  235 p. 25 €


Communiqué de presse : Nominés au prix Jean Jerphagnon
Prix Jerphagnon
Sébastien Chenais et Sébastien Forget (Université Paris 13), Sébastien Février (Université de Limoges), Philippe Leproux (Université de Limoges), Arnaud Royon (Argolight), Uli Schmidhammer (Université Paris Sud) et Nicolas Treps (Université Pierre et Marie Curie) sont les porteurs des six projets nominés, en 2013, au Prix Jean Jerphagnon.

Paris, le 14 novembre 2013 - Le comité d’organisation du Prix Jean Jerphagnon dont fait partie la SEE, présidé par Jean-Luc Beylat, Président de Systematic Paris-Region et Président d'Alcatel-Lucent Bell Labs France, annonce le nom des sept porteurs des six projets nominés de l’édition 2013. Le projet lauréat 2013 recevra un chèque de 10 000€ et sera assisté sous forme de conseils dans la mise en œuvre de son projet par le comité d’organisation du Prix Jean Jerphagnon. Chacun des projets nominés recevra un chèque de 1 000€.

Le Prix Jean Jerphagnon 2013, prix de l’excellence scientifique au cœur de l’entreprenariat est attribué chaque année à un chercheur ou ingénieur reconnu internationalement et proposant un projet innovant comportant au moins un élément d’optique ou de photonique. Parmi les nombreux critères de sélection, la valeur scientifique, le fort potentiel industriel et les qualités sociétales et économiques présumées, pour les applications envisagées, sont rigoureusement étudiés.*

Le jury du Prix Jean Jerphagnon regroupe des acteurs connus de l’optique-photonique et des personnalités marquantes du monde de l’innovation tant scientifique qu’entrepreneurial. Le Jury est présidé cette année par Alain Aspect, Directeur de Recherche au CNRS (Laboratoire Charles Fabry de l’Institut d’Optique Graduate School), et co-présidé par Thierry Georges, entrepreneur et PDG de Oxxius.

Michel Mariton, Président d’Horiba Jobin Yvon remettra le prix Jean Jerphagnon le 28 novembre, à 11h30, dans le cadre du Forum de l’optique qui se déroulera à l’Institut d’Optique Graduate School, à Palaiseau. Le prix 2013 sera remis à la suite d’un Rendez-vous Opticsvalley sur le thème « Quelles utilisations pour les drones ? ». Inscription en ligne sur www.prixjeanjerphagnon.org

A propos du Prix Jean Jerphagnon

Conçu pour honorer la mémoire de Jean Jerphagnon qui fut un acteur important des communications en fibre optique, ce prix est destiné à promouvoir l’innovation technologique et la diffusion de l’optique-photonique dans tout domaine d’application. Attribué à un entrepreneur, à un ingénieur ou à un chercheur, le Prix Jean Jerphagnon récompense un projet véritablement innovant, à fort potentiel industriel ou à grande valeur scientifique, et marquant une étape dans la carrière du candidat.

 

Les partenaires du prix Jean Jerphagnon : Académie des Technologies, Alcatel-Lucent, CNOP, CNRS, F2S, Fondation Télécom, Orange, Pôle Images et Réseaux, Opticsvalley, Pôle Route des lasers, Pôle Systematic Paris-Région, Thales, SEE, SFP et SFO.

 

Pour en savoir plus : www.prixjeanjerphagnon.org

 



Musée Ampère
Mardi 29 octobre 2013, à  Poleymieux au Mont d’Or, Monsieur Marco Marchetti, représentant  le Ministère de la Culture et de la Communication, accompagné de Monsieur Lionel Bergatto de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Rhône-Alpes, est venu décerner officiellement le label  national « Maisons des Illustres »  à la Maison d’Ampère dont la Société des Electriciens et Electroniciens représentée par son Président, M. François Gerin, est propriétaire.
La présidente de la Société des Amis d’Ampère, gestionnaire de cette maison, Madame Geneviève Comte-Bellot, a découvert  la plaque  « Maisons des Illustres » en présence de nombreuses personnalités dont Madame  Corinne Cardona, maire de Poleymieux, fidèle soutien du musée.
La Maison d’Ampère est le 15° lauréat en Rhône Alpes de cette distinction dédiée aux maisons gardiennes de la mémoire de femmes ou d’hommes célèbres  et ouvertes au public.
Le label reconnait la mission de la Maison d’Ampère-Musée de l’Electricité, perpétuer la mémoire du savant, père de l’électrodynamique, et qui a donné son nom à l’unité internationale de l’intensité du courant électrique. 
Sur la plaque "Maisons des Illustres" il est inscrit : André-Marie Ampère, 1775-1836, Physicien, Le Fondateur de l'Electrodynamique, passa ici toute sa jeunesse.


Dans le cadre de sa mission de dissémination de l’information scientifique et technique, la SEE inaugure un nouveau mode de séminaire virtuel (en abrégé : Wébinaire)  mis en ligne sur son site Web.  Les Wébinaires SEE seront  accessibles à tous, moyennant un droit d’entrée modique par session (payable en ligne).

Destiné à devenir un instrument d’information et de dialogue privilégié sur des problématiques d’actualité, cet outil sera mis à la disposition des Clubs techniques, des Groupes régionaux, voire de membres SEE, désireux d’organiser un wébinaire  sur la thématique de son choix  et d’animer la discussion en temps réel avec les participants inscrits.

Le Wébinaire inaugural, organisé sous la houlette du club AIS (Automatisme et Ingénierie des Systèmes) et en partenariat avec ISA-France, se tiendra le 12 novembre 2013 à 16H et sera consacré au sujet suivant :
La cyber-sécurité des systèmes de contrôle : comment s'organiser ? Le standard IEC 62443
(animation : Jean-Pierre Hauet, membre émérite de la SEE, Président d’ISA France)

A titre exceptionnel, la participation  à ce premier Wébinaire sera gratuite pour les membres SEE (30€ pour les non adhérents) mais l’inscription est obligatoire. Pour plus de détails et pour s’inscrire voir la page d’accueil du site SEE (www.see.asso.fr). 



Information SEE : e-REE : La REE est en ligne…
REE

Depuis bientôt deux ans, a été entrepris un important programme de numérisation et de mise en ligne de la REE. Ce programme a été mené en parallèle à la modernisation du site Internet de la SEE.

L’accès à la version en ligne de la REE est à présent possible à partir du portail général des publications de la SEE dénommé e-SEE, www.see.asso.fr/e-seeoù l’on retrouve également les autres publications de la SEE, 3EI et e-STA,  ainsi que les actes des conférences et congrès. On peut y accéder directement en allant sur la page d’accueil REE : www.see.asso.fr/ree (figure 1).

Cette page vous permet d’explorer le contenu des différents numéros de la REE et en particulier des plus récents. Vous pouvez feuilleter gratuitement un aperçu de chacun de ces numéros grâce à une liseuse électronique accessible par simple clic (figure 2).

Vue_ecran_REE.jpg

Figure 1 : Page d’accueil www.see.asso.fr/ree

Liseuse.jpg

Figure 2 : La liseuse électronique de l’aperçu REE

Après avoir cliqué sur la vignette d’un numéro de votre choix, vous accédez à son contenu : revue complète, dossiers et articles, entretiens, libres propos, retours sur… Certains articles sont en accès libre et sont donc téléchargeables par tout visiteur. D’autres sont en accès réservés et sont signalés par un petit verrou Verrou.jpg.

Les publications réservées sont accessibles sans restriction aux membres de la SEE ainsi qu’au titulaire d’un abonnement au thésaurus numérique e-REE. Il est possible d’adhérer en ligne à la SEE ou de s’abonner à l’e-REE. Toutes les publications : numéros, dossiers et articles, peuvent cependant être acquises en ligne à l’unité aux conditions indiquées.

Une autre façon d’accéder aux publications de la REE est de passer par le portail e-REE www.see.asso.fr/e-ree doté d’outils de recherche en ligne, par numéros, par dossier, par article et par auteur.

La plupart des publications de l’e-REE sont couvertes par le droit d’auteur. En conséquence le téléchargement de ces documents implique le respect des conditions d’utilisation précisées sur le portail e-SEE : www.see.asso.fr/node/3849.

Enfin, la REE propose sur e-REE un espace de publication dénommé logo_blog e-ree.jpg où peuvent être accueillis, après examen par le comité de rédaction de la REE, des articles, soit de caractère scientifique, soit de caractère technologique, qui ne peuvent trouver place dans les publications structurées de la REE. La REE souhaite ainsi encourager la promotion de travaux ou de réalisations en tirant parti de la flexibilité qu’offre la publication numérique. Les propositions d’articles peuvent être soumises moyen du formulaire www.see.asso.fr/node/1256.

 



Offre de Post Doc de 12 mois entre l'Institut d'Electronique Fondamentale (IEF) d'Orsay et l'Ecole Centrale Paris sur la conception d'un MEMS à récupération d'énergie



La SEE et l’Institut Mines-Télécom s’associent dans le but de développer l’esprit d’innovation chez les étudiants ingénieurs.

Grâce à la convention signée par les deux partenaires le jeudi 26 septembre, la SEE (Société de l’électricité, de l’électronique et des technologies de l’information et de la communication) met à disposition des Grandes Écoles de l’Institut Mines-Télécom, les dossiers scientifiques et techniques récents de la Revue de l’Electricité et de l’Electronique (REE) pour diffusion à leurs étudiants.

MM. Jeanneret (IMT) et Gerin (SEE) signent la convention le 26 septembre 2013

Pour Jean-Claude Jeanneret, directeur général de l’Institut Mines-Télécom, « nous devons permettre à l’ensemble des élèves ingénieurs de nos écoles d’accéder à toute l’information scientifique et technologique pouvant leur permettre de comprendre les grands sujets de notre temps. Cela vient en complément des enseignements reçus et de toutes les initiatives pédagogiques que nous pouvons prendre. Cette convention avec la SEE nous permet d’aller dans ce sens. »

Pour François Gerin, président de la SEE, « en mettant ses dossiers techniques à la disposition de futurs ingénieurs, la SEE remplit pleinement sa mission consistant à diffuser largement les connaissances de son secteur de compétences tout en contribuant à consolider la communauté qu'elle représente en invitant les jeunes générations de scientifiques à rejoindre leurs aînés."

 

Exemples de dossiers récents mis à disposition :
- Le stockage de l’énergie
- Internet du futur
- Radio logicielle, radio cognitive
- Les énergies marines renouvelables : énergies de demain ?
- Les rayonnements électromagnétiques et la santé
- Les technologies nouvelles de l’éclairage : leur impact sur l’environnement et la santé
- Les atomes froids

Ces documents seront mis à disposition des étudiants au format PDF via les médiathèques.

A propos de l’Institut Mines-Télécom (www.mines-telecom.fr)
L'Institut Mines-Télécom est un établissement public dédié à l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation dans les domaines de l'ingénierie et du numérique. Il est composé des 10 grandes écoles Mines et Télécom sous tutelle du ministre du redressement productif, 2 écoles filiales et compte 2 partenaires stratégiques et un réseau de 11 écoles associées.
L'Institut Mines-Télécom est reconnu au niveau national et international pour l'excellence de ses formations d'ingénieurs, managers et docteurs, ses travaux de recherche et son activité en matière d'innovation.
L'Institut Mines-Télécom est membre des alliances nationales de programmation de la recherche Allistene, Aviesan et Athena. Il entretient des relations étroites avec le monde économique et dispose de deux Instituts Carnot. Chaque année une centaine de start-up sortent de ses incubateurs.

A propos de la SEE (www.see.asso.fr)
La SEE, Société de l'Electricité, de l'Electronique et des TIC, est une association scientifique et technique, sans but lucratif, reconnue d’intérêt public, opérant en France, et par extension dans les pays francophones. Elle a pour objectif le rassemblement de la communauté des personnes physiques et morales concernées par les sciences et techniques, orientées vers le progrès des théories, des pratiques et des applications dans les domaines de l’énergie, de l’électronique, des sciences et techniques de l'information et de la communication, de l’aérospatial, de l’automatique, du transport, et des applications biomédicales.



The French SEE sociéty (Société de l'Electricité, de l'Electronique et des Technologies de l'Information et de la Communication) organises RADAR 2014 in Lille from October 13 to 17. 

CALL FOR PAPER
Abstract submission deadline postponed to February 9th

IMPORTANT DATES :
April 15th, 2014 : Notification of acceptance
June 1st, 2014 : Deadline for final paper submission

The conference will be organized in the frame of the international relations set up between the Institution of Engineering and Technology (IET), the Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE), the Chinese of Electronics (CIE ), the Institution of Engineers Australia (IEAust ) and the SEE.

Conference Board

Honorary Chair : François Le Chevalier (Thales)
General Chair : Marc Lesturgie (Onera)
Technical Chair : Laurent Savy (Onera)
Technical co-Chair : Nathalie Rolland (IEMN)
Technical co-Chair : Jean-Paul Guyvarch (Thales)

Organizing Committee Chair : Myriam Nouvel (Thales)
Local Arrangements : Jean-Bernard Choquel (ULCO)
Tutorials : Stéphane Kemkemian (Thales)
Exhibitions : Sylvain Azarian (Sondra)
Award : Laurent Ferro-Famil (University of Rennes)
SEE coordination : Valerie Alidor (SEE)

Topics
The conference will focus on new research and developments in the field of radar techniques for both military and civil applications. Topics to be covered at RADAR 2014 include (but are not restricted to) :

  • Radar Environment and Phenomenology , Electromagnetic Modeling,
  • Radar Systems,
  • Remote Sensing from Airborne or Space-borne Systems, SAR & ISAR Imagery,
  • Waveform Design, Beamforming and Signal Processing,
  • Emerging Radar Applications,
  • Smart Visualization and Information Processing (Augmented Reality, "big data"),
  • Radar System Technologies,
  • Radar Component Technologies,
  • System Modeling, Simulation and Validation,
  • Radar Management Techniques,
  • Automatic Classification.

Abstract submision
When preparing your submission you MUST use one of the approved template available on www.radar2014.org . Authors' instructions are listed here

 

 

 



Appel à candidature : MEDAILLE BLONDEL 2014

Appel à candidature

 date de clôture : mercredi 1er octobre 2014

La médaille André Blondel, décernée sous l'égide de la SEE, couronne chaque année des scientifiques universitaires ou industriels, français ou étrangers, pour des travaux remarquables contribuant aux progrès de la Science et des Industries Electrique et Electronique, et menés avec le même souci d'approfondissement et de rigueur que ceux d'André Blondel.

Cette récompense est matérialisée par l'attribution d'une médaille d'argent frappée à l'effigie d'André Blondel.

Candidature

La Médaille André Blondel est décernée annuellement à une ou plusieurs personnes âgée(s) de moins de 45 ans (au 1er janvier de l'année en cours), auteur(s) de travaux ou de réalisations exceptionnellement remarquables, contribuant au progrès de la Science et de l'industrie électrique (prise au sens large), selon le profil idéal .Nous vous convions, comme chaque année, à présenter, parmi les chercheurs ou ingénieurs que vous connaissez, celui ou ceux qui vous paraîtraient mériter l'attribution de cette distinction.

Le domaine de compétence de la Médaille André Blondel est essentiellement celui des clubs techniques de la SEE. Il reste bien entendu que, dans des cas particuliers, la Commission de la Médaille peut être appelée à modifier légèrement ce domaine de compétence.

L'ensemble des documents relatifs à la médaille André Blondel (règlement , profil type  des candidats, liste des Clubs Techniques de la SEE, dossier de candidature ) sont accessibles en cliquant sur les liens ou en les téléchargeant sur le site SEE : http://www.see.asso.fr/M%C3%A9daille_Blondel

Nous vous prions de bien vouloir remplir avec votre candidat le dossier de candidature. Par commodité, nous vous remercions d'adresser ce dossier d'une part sous forme électronique (pdf zippé), d'autre part sous format papier revêtu des signatures du candidat et du parrain.

Les courriers de soutien (3 au plus de personnalités françaises ou étrangères et 1 du parrain), qui sont indispensables pour évaluer le rayonnement national et international, seront envoyés directement à la SEE par leurs signataires, sous pli confidentiel, mentionnant le nom du candidat suivi de la mention « Médaille André Blondel ». Le courrier de soutien du parrain devra essentiellement constituer un très bref résumé scientifique (10 lignes au maximum) des travaux du candidat qui précisera en quoi les travaux du candidat sont exceptionnellement remarquables, et justifient l'attribution de la médaille. Tous ces éléments devront parvenir à l'adresse indiquée ci-dessous, avant le 1 octobre 2014, délai de rigueur.

En vous remerciant d'avance de tout ce que vous ferez pour le renom de la Médaille, je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de ma très haute considération.

Pere Roca i Cabarrocas, Président du Comité André BLONDEL

 

Envoyer les dossiers et les lettres de soutien et de parrainage à l'adresse :

Comité André BLONDEL

C/o SEE
17, rue de l'Amiral Hamelin
75783 PARIS Cedex 16

 

Point de contact courriel : blondel@see.asso.fr

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter M. Pere Roca i Cabarrocas par e-mail : pere.roca@polytechnique.edu

 



Le Président Gerin a invité les membres du Conseil d'Administration de la SEE à se réunir le 13 septembre dernier pour entamer une réflexion en commun sur les futurs thèmes d'action à entreprendre afin de permettre à l'Association d'améliorer l'efficacité des différentes activités qu'elle mène et renforcer ainsi son rayonnement tant au plan national qu'à l'international. Quatre grands axes de réflexion avaient été définis préalablement à la réunion et ont fait l'objet de travail en commissions:

- Adhésions et Jeunes

- Publications numériques de la SEE (e-SEE)

- Actions nationales et internationales

- Formation et valorisation des expertises

La restitution des conclusions des Groupes de travail a d’ores et déjà permis de dégager de nouvelles pistes d'actions prometteuses qui seront hiérarchisées et validées lors du Conseil d'Administration du 24 octobre 2013 en vue d'une mise en application progressive d'ici la prochaine Assemblée Générale de la SEE du juin 2014.

SEE Actualités aura l'occasion de revenir sur les principales mesures décidées et d'informer les adhérents au fur et à mesure de leur mise en œuvre.



ABSTRACTS ARE REQUIRED BY 1st OCTOBER 2013and should be submitted online at www.greener-aviation2014.com



L’augmentation des puissances de calcul (Multicore, GPU, …) disponibles à coût constant est une tendance forte qui permet d’envisager l’utilisation d’une nouvelle génération d’algorithmes de traitements du signal, de l’image et de l’information pour atteindre des performances accrues par rapport aux traitements actuels, et répondre aux spécifications nouvelles pour des services ou équipements de dernière génération.

Le traitement statistique classique du signal est basé sur les progrès réalisés en algèbre linéaire et en analyse dans la seconde moitié du XXème siècle (transformée de Fourier rapide, algèbre des matrices, ondelettes, …). Depuis le début des années 2000, de nouveaux outils « géométriques » sont apparus basés sur la géométrie différentielle et d’autres géométries (hessienne ou de Kähler, symplectique, de contact, …). Cette nouvelle famille d’algorithmes est regroupée sous le terme générique de « Géométrie de l’Information ». Cette géométrie fait intervenir la « matrice d’information de Fisher », dont Maurice Fréchet avait découvert dès 1939, la particularité : son inverse borne inférieurement la variance de tout estimateur statistique. Cette borne de Fréchet‐Darmois (parfois appelée borne de Cramer‐Rao) est ainsi à l’origine de cette nouvelle géométrie aux propriétés remarquables.

Dans ce domaine, la France est à l’avant garde et une « Ecole française » s’est fédérée en particulier autour du séminaire Brillouin (http://repmus.ircam.fr/brillouin/home) à l’initiative de l’Ecole Polytechnique, l’IRCAM et THALES. Afin d’avoir une vue globale de l’état de l’art, le club SEE SI2D avec l’aide de sponsors (groupe THALES, INRIA, GDR CNRS MIA, GDR CNRS Maths & Entreprises), l’aide du département mathématique de l’Ecole des Mines et le soutien du comité scientifique de la SMF (Société Mathématique de France), a organisé la 1ère conférence internationale du 28 au 30 Aout 2013, à l’Ecole des Mines de Paris : GSI’13 « Geometric Science of Information »  (http://www.gsi2013.org)

Le programme technique couvrait l’ensemble des thématiques des sciences géométriques de l’information, et en particulier la “Géométrie de l’Information” appliquée aux traitements et à l’analyse de données structurées. L’objectif interdisciplinaire de GSI’13 a favorisé les échanges entre différentes branches des mathématiques, de la physique et de la théorie de l’information : espaces de formes (statistiques géométriques sur les variétés et les groupes de Lie, déformations dans les espaces de formes,…), probabilité/optimisation & algorithmes sur les variétés (variétés de matrices structurées ou de données/Informations structurées, …), métriques discrètes et relationnelles (métriques dans les graphes, géométrie des distances, analyse relationnelle de Condorcet,…), Géométrie Hessienne et Computationnel de l’Information, variétés de l’information liés aux espaces de dimension infinie ou à la géométrie algébrique, géométrie associée aux divergences, extension tensorielle de la morphologie mathématique, théorie du transport optimal, apprentissage de variété et de leur topologie, … et de nombreuses applications comme la géométrie du traitement audio, de l’imagerie, des problèmes inverses et du traitement du signal.

La conférence GSI’13 a invité 3 « keynote speakers » (Y. Ollivier, H. Shima & G. Pistone) et un « Guest speaker » (S. Amari) de renommées internationales ; en particulier une jeune étoile montante de 35 ans de l’Ecole mathématique française, Yann Ollivier (http://www.yann‐ollivier.org) de l’université Paris‐Sud (médaille de Bronze du CNRS, thésard de Misha Gromov, diplômé de l’ENS ULM). Très tôt reconnu par de nombreux prix (prix des jeunes scientifiques européens d’Helsinki en 1996, prix Fermat Junior en 1995, 2nd places au « Concours général » de Mathématique et de Physique), Yann Ollivier s’intéresse à l’introduction de modèles probabilistes sur des objets structurés. On lui doit, entre autres, une nouvelle famille d’algorithmes appelés IGO (Information Geometry Optimization), qu’il applique à l’optimisation « boîte noire » et aux réseaux de neurones, et l’introduction d’une nouvelle courbure dans les espaces discrets, la courbure de Ricci‐Ollivier. Yann Ollivier aime à citer G.B Shaw « The reasonable man adapts himself to the world; the unreasonable man persists in trying to adapt the world to himself. Therefore, all progress depends on the unreasonable man». Je vous invite à lire son HDR au titre évocateur « Le hasard et la Courbure ».

GSI’13 avait l’honneur d’accueillir 2 membres de l’Académie des Sciences. La matinée du 2nd jour était ainsi dédiée à l’œuvre du mathématicien français Jean‐Louis Koszul, qui nous honora de sa présence malgré ses 92 ans. Le professeur Jean‐Louis Koszul (cousin du compositeur Henri Dutilleux), diplômé de l’ENS ULM, membre du groupe Bourbaki, fut le thésard d’Henri Cartan, qui adressa une élogieuse allocution à son égard. L’œuvre de Jean‐Louis Koszul prolonge celle d’Elie Cartan, et ce que nous appelons maintenant les 1ère et 2nd formes de Koszul, et la fonction caractéristique de Koszul‐Vinberg, constituent les fondations de cette nouvelle science géométrique de l’information. Le 3ème jour, le professeur Roger Balian, âgé de 80 ans, présida l’une des sessions et fit un exposé brillant et très suivi, sur « la métrique quantique de Fisher » (exacte analogie dans le domaine quantique de la métrique de Fisher utilisée en « Géométrie de l’Information »), métrique hessienne déduite de l’Entropie de von Neumann, qu’il introduisit en 1986 en prolongeant la notion de « potentiel thermodynamique » que François Massieu introduisit en thermodynamique 100 ans plus tôt. Diplômé du Corps des Mines, professeur de Physique statistique à l’Ecole Polytechnique, Roger Balian a fait toute sa carrière détaché comme ingénieur au CEA de Saclay, dont il dirigea le service de physique théorique. Il est maintenant conseiller scientifique au CEA.

Cette manifestation a rassemblé 160 experts internationaux venant de laboratoires d’études industriels (ALCATEL Bell labs, CEA, SAGEM, THALES, SONY Computer Science Labs,…) et de laboratoires académiques français (Ecole Polytechnique, Ecole des Mines de Paris, ENS ULM et Cachan, SUPELEC, INRIA, CNRS, …), USA (universités de Stanford, de Yale,…), UK (universités d’Oxford, de Cambridge,…), Allemand (Max Planck Institute, …) et d’Asie (Université de Singapour, du Japon, …). La société SCILAB, en coordination avec la SEE, y a annoncé le lancement de l’initiative « SCILAB GSI TOOLBOX » visant à développer une librairie d’outils, facilitant le passage de connaissances des labos vers l’industrie. Les sessions plénières ont été filmées et seront mises en lignes ainsi que l’ensemble des présentations des orateurs.

Après un cocktail d’accueil sur la terrasse de l’hôtel de Vendôme, une visite de l’IRCAM était organisée, suivi d’un concert atypique où un saxophoniste professionnel improvisait en duo avec un ordinateur doté d’une capacité d’improvisation temps réel (système de reconnaissance automatique de thème musicaux basés sur la géométrie de l’information). Le second jour, un dîner de gala était organisé au restaurant du 1er étage de la tour Eiffel. Les congressistes ont pu également visiter le musée de minéralogie de l’Ecole des Mines de Paris, pour découvrir les extravagances géométriques de la Nature.

Fort du succès de cette première édition, les comités d’organisation et scientifiques de SEE GSI’13 ont pris acte pour organiser SEE GSI’15 en France dans deux ans dans un lieu du patrimoine culturel français (châteaux de la Loire, …).

Cette conférence a donné lieu à l’édition par l’éditeur SPRINGER d’un ouvrage de 900 pages dans la collection LNCS (Lecture Note in Computer Science) disponible sur le site:

http://www.springer.com/computer/image+processing/book/978‐3‐642‐40019‐3

La « géométrie de l’information », qui est au cœur des thématiques de GSI’13, n’est pas un « effet de mode », puisqu’elle a une longue histoire (plus vieille que la SEE) qui remonte aux travaux de François Massieu en 1869 qui introduisit la notion de « fonction caractéristique » en thermodynamique et écrit « je montre, dans ce mémoire, que toutes les propriétés d’un corps peuvent se déduire d’une fonction unique, que j’appelle la fonction caractéristique de ce corps » (c’est ce qu’on appelle aujourd’hui les potentiels thermodynamiques de Gibbs‐Duhem). Pierre Duhem généralise l’idée de Massieu dans son article « Sur les équations générales de la Thermodynamique » en 1891, essayant de fondre la Thermodynamique et la Mécanique dans une Science unique qu’il appelle l’Energétique ou « Thermodynamique Générale » et écrit « Nous avons fait de la Dynamique un cas particulier de la Thermodynamique, une Science qui embrasse dans des principes communs tous les changements d’état des corps, aussi bien les changements de lieu que les changements de qualités physiques ». En 1908, Henri Poincaré fait son cours de thermodynamique, qui reprend en la développant l’idée géniale de Massieu et écrit « Puisque des fonctions de M. Massieu on peut déduire les autres fonctions des variables, toutes équations de la Thermodynamique pourront s’écrire de manière à ne plus renfermer que ces fonctions et leurs dérivées ; il en résultera donc, dans certains cas, une grande simplification ». Quatre ans plus tard en 1912, Henri Poincaré publie son cours de Probabilité dans lequel il vient d’inventer la notion de « fonction caractéristique » en probabilité avec l’idée analogue à Massieu, que l’ensemble des moments d’une densité de probabilité peuvent se calculer à partir des dérivées de cette fonction caractéristique (le potentiel de Massieu est en fait le logarithme de ce qu’on appelle la fonction caractéristique en probabilité). Paul Levy va généraliser l’idée de Poincaré et utiliser systématiquement ce nouvel instrument. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais pendant l’hiver 1939, Maurice Fréchet découvre dans son cours de l’Institut Henri Poincaré que la variance de tout estimateur statistique est bornée inférieurement par l’inverse d’une matrice introduite quelques années plus tôt par Fisher. En 1945, Rao redécouvre indépendamment ce résultat et montre que cette matrice de Fisher définie une métrique différentielle dans l’espace des paramètres des lois statistiques, à partir de laquelle il est possible de définir une distance entre densités de probabilités, invariante par changement de paramétrisation. Ce résultat est axiomatisé par le russe Chentsov qui montre qu’il n’en existe pas d’autres. Par la suite, cette métrique de Fisher est apparue comme pouvant être définie comme une métrique hessienne liée à deux potentiels duaux reliés par la transformée de Legendre, l’Entropie et le logarithme de la fonction caractéristique ; qui sont précisément les analogues des potentiels de Massieu‐Gibbs‐Duhem. Dans les années 60, le mathématicien Jean‐Louis Koszul avait étudié indépendamment les particularités de ces géométries hessiennes et montré avec Jacques Vey que la métrique hessienne déduite du logarithme de la fonction caractéristique (appelé fonction caractéristique de Koszul‐Vinberg sur un cône convexe) était indépendante des automorphismes du cône support. La dualité projective de Legendre qui apparaît en Thermodynamique et en Géométrie de l’Information se retrouve en Mécanique reliant l’Hamiltonien et le Lagrangien. Ce principe de dualité projective est très profond en mathématique et est une sorte de pendant de la dualité analytique de la Transformée de Fourier. On retrouve déjà ce principe de dualité projective avec le théorème de Pascal « Hexagrammum Mysticum » (6 points arbitraires sur une conique définissant un hexagone, les intersections des paires de côtés opposés sont alignées) dont le dual est le théorème de Brianchon (Les diagonales joignant les sommets opposés d'un hexagone sont concourantes si et seulement si cet hexagone est circonscrit à une conique) : entre les deux théorèmes les points ont été remplacés par des droites et les droites par des points. La Géométrie associée à la transformée de Legendre se trouve être également à la base de la « géométrie de contact », qui était pour Vladimir Arnold « LA » géométrie fondamentale, sœur de la géométrie Symplectique (base de la physique moderne dans l’espace des phases de dimension paire) en dimension impaire : « symplectic geometry is all geometry, but I prefer to formulate it in a more geometrical form: contact geometry is all geometry ». Il précise sa pensée en soulignant « Any fact in symplectic geometry can be formulated as a contact geometry fact and vice versa. The calculations are simpler in the symplectic setting, but their geometric content is better seen in the contact version… .The functions and vector fields of symplectic geometry are replaced by hypersurfaces and line fields in contact geometry ». Pour terminer ce court récit historique, je terminerai par la découverte en 1986 par Roger Balian, d’un équivalent en mécanique quantique d’une métrique de Fisher, qu’il définit par analogie comme le hessien de l’Entropie de von Neumann. Ne s’arrêtant pas à l’analogie introduite par von Neumann, Roger Balian fonde l’existence et l’unicité de cette « Entropie Quantique » sur des principes fondamentaux : axiomatisation (additivité, invariance unitaire, concavité, continuité) et la dérivation du maximum d’Entropie de von Neumann du principe d’équiprobabilité de Laplace (Mémoire sur la probabilité des causes sur les évènements). Comme le fit Léon Brillouin en 1957 dans son ouvrage « La Science et la Théorie de l’Information », cette entropie s’interprète également comme une information manquante. Roger Balian va plus loin et introduit, dans le cadre du formalisme de Liouville, un cadre interprétatif en terme de « projection orthogonale » sur une variété au sens de cette métrique. Il remarque également un terme de courbure introduit par la non‐commutativité en physique quantique. Très récemment sur la base de la géométrie de l’information et la métrique de Fisher, Yann Ollivier a introduit un nouvel algorithme IGO (Information Geometry Optimization) pour l’optimisation « boite noire », qui outre le fait de respecter l’invariance par changement de paramétrisation, est aussi invariant par changement de coordonnées et par transformation strictement croissante de la fonction à maximiser.

Dès ses origines, la théorie de l’information a d’ailleurs été liée à la physique par le biais de la notion d’Entropie. Le premier à noter cette similitude de concept est L. Szilard dans une publication de 1929. Cette relation intime entre l’information et l’entropie a été redécouverte par C. Shannon qui écrit : "Mon plus gros soucis était comment l'appeler. J'ai pensé à l'appeler information, mais le terme était trop utilisé, alors j'ai décidé de l'appeler incertitude. Quand j'en discutais avec John von Neumann, il eut une meilleure idée. Il me dit, tu devrais l'appeler entropie, pour deux raisons. Premièrement, ta fonction d'incertitude a été utilisée en mécanique statistique sous ce nom, donc ça a déjà un nom. Deuxièmement, et le plus important, personne ne sait ce qu'est vraiment l'entropie, donc dans un débat tu aurais toujours l'avantage."

Si nous remontons plus loin dans l’histoire, intéressons‐nous aux origines étymologiques du mot « Information ». D’abord écrit « enformer », le mot « informer » apparaît en français en 1286, empreint au latin «informare », littéralement « donner une forme ». Le mot « information » apparaît conjointement au XIIIème siècle. De l’étymologie grecque, μορφή , morphêforme »), nous est parvenu le sens de morphologie, la science des formes. Le concept fondamental semble donc être celui de « formes » et de citer Cicéron « materia, quam fingit et format effectio » (la matière que moule et met en forme la force motrice). L’énergie transforme la matière inerte en information et nous rattache au triptyque originel « Matière/Energie/Information ». La notion d’Information est donc intimement liée dès l’origine à la notion de Forme. Mais cela nous emmènerait trop loin et je renvoie le lecteur au Colloque de rentrée du Collège de France 2011 « La vie des formes et les Formes de la vie » (publié sous forme d’ouvrage aux éditions Odile Jacob), en l’invitant à lire l’article de Anne Fagot‐Largeault « La forme chez Platon et Aristote » ou elle rappelle que pour Platon, il s’agit de mettre en évidence des relations entre éléments, des relations appréhendées par l’intelligence et non des éléments touchés par les sens. La notion de « Forme » en Grec étant désigné par « Morphè », « Eidos » et « Idea » ; les concepts de Forme et d’Idée étaient très proches. En 1907, Henri Bergson soulignait cette proximité dans l’Evolution créatrice « Le mot eidos, que nous traduisons ici par Idée, a en effet ce triple sens. Il désigne : 1° la qualité, 2° la forme ou essence, 3° le but ou dessein de l'acte s'accomplissant, c'est‐à‐dire, au fond, le dessin de l'acte supposé accompli. Ces trois points de vue sont ceux de l'adjectif, du substantif et du verbe, et correspondent aux trois catégories essentielles du langage», nous laissant défricher « cette grammaire des formes », peut‐ être entre les lignes du « cours de linguistique générale » et de sémiologie de Ferdinand de Saussure.

Cette intuition, qu’il existe « un espace des formes », on la retrouve en préface de l’ouvrage « Les mots et les choses », où Michel Foucault y cite l’Encyclopédie chinoise tiré d’un texte de Borges : « Les animaux se divisent en : a) appartenant à l’Empereur, b) embaumés, c) apprivoisés, d) cochon de lait, e) sirènes, f) fabuleux, g) chiens en libertés, h) inclus dans la présente classification, i) qui s’agitent comme des fous, j) innombrables, k) dessinés avec un pinceau très fin en poil de chameau, l) et cetera, m) qui viennent de casser la cruche, n) qui de loin semblent des mouches ». Michel Foucault précise alors pourquoi il cite ce texte : « La monstruosité que Borges fait circuler dans son énumération consiste en ceci que l’espace commun des rencontres s’y trouve ruiné. Ce qui est impossible, ce n’est pas le voisinage des choses, c’est le site lui‐même où elles pourraient voisiner. … Les choses y sont ‘couchées’, ‘posées’, ‘disposées’ dans des sites à ce point différents qu’il est impossible de trouver pour eux un espace d’accueil, de définir au‐dessous des uns et des autres un lieu commun … Sur quelle ‘table’, selon quel espace d’identités, de similitudes, d’analogie, avons‐nous pris l’habitude de distribuer tant de choses différentes et pareilles ? ». Foucault dans cet ouvrage à également étudier l’histoire et la notion de ressemblance : « La trame sémantique de la ressemblance au XVIème siècle, est fort riche : Amicitia, Aequalitas (contractus, consensus, matrimonium, societas, pax et similia), Consonancia, Concertus, Continuum, Paritas, Proportio, Similitudo, Conjunctio, Copula . Mais il y en a quatre qui sont, à coup sûr essentielles : La CONVENIENTIA : est une ressemblance liée à l’espace dans la forme du ‘proche en proche’. Elle est de l’ordre de la conjonction et de l’ajustement. Elle appartient moins aux choses qu’au monde dans lequel elles se trouvent ; L’AEMULATIO : sorte de convenance affranchie de la loi du lieu, qui jouerait immobile dans la distance. Les anneaux ne forment pas une chaîne comme les éléments de la convenance, mais plutôt des cercles concentriques, réfléchis et rivaux ; L’ANALOGIE : affrontement des ressemblances à travers l’espace ; le JEUX DES SYMPATHIES : nul chemin n’est déterminé à l’avance, nulle distance n’est supposée, nul enchaînement prescrit. Elle parcourt en un instant les espaces les plus vastes. Sa figure jumelle, l’antipathie maintient les choses en leur isolement et empêche les assimilations. Enfin, ll n’y a pas de ressemblance sans signature. Le savoir des similitudes se fonde sur le relevé des signatures et sur leur déchiffrement. »

Pour conclure, et afin d’expliquer le titre de la conférence SEE GSI « Geometric Science of Information », je rappellerai la préface à l’ouvrage de Léon Brillouin « La Science et la Théorie de l’Information », édité en France par Masson en 1959. Brillouin y souligne l’aspect déconcertant de son titre pour les lecteurs de l’époque « Son sens est double : théorie scientifique de l’information d’une part, mais aussi : application de la théorie de l’information à des problèmes de sciences pures. En somme, action et réaction entre Science et Information ».

Le logo de la conférence GSI’13 (qui apparaît également sur les actes SPRINGER), représente le détail d'une enluminure du XIVe siècle, contre poinçon d'une lettre capitale « P », au début des Éléments d'Euclide, dans une traduction attribuée à Adélar de Bath. Une femme porte une équerre d'une main et utilise un compas de l'autre pour mesurer des distances sur un diagramme. Un groupe de moines, apparemment ses étudiants, la regardent. Au Moyen Âge, la représentation d'une femme dans un rôle d'enseignant est inhabituelle. La femme représentée ici serait donc plutôt une personnification de la géométrie.

Frédéric Barbaresco / Président du club SEE SI2D, GSI’13 General Chair

 

Logo de la conférence SEE GSI’13

Photo de groupe sur la terrasse de l’hôtel de Vendôme à l’Ecole des Mines de Paris

Session plénière dans l’Amphithéâtre Henri Poincaré de l’Ecole des Mines de Paris

  

Yann Ollivier et le Prof. Jean-Louis Koszul (à gauche), le Prof. Roger Balian (à droite)

Concert à l’IRCAM : L’ordinateur utilisant la  « Géométrie de l’imformation » improvisant en duo avec un saxophoniste professionnel

Actes de SEE GSI’13 édités par Springer