Thèse en algorithmie : localisation passive d’émetteurs radars par la technique « TDOA- LBPDE » (Multi Platforms Time Difference of Arrival-Long Base Phase Difference Evolution)

Portrait de Myriam Nouvel
Présent  dans  50  pays  et  employant  68  000  collaborateurs,  THALES  est  leader  mondial  des  systèmes  d'information 
critique sur les marchés de l'Aéronautique et de l'Espace, de la Défense et de la Sécurité.  
Leader  européen  et  troisième  acteur  mondial  sur  ses  marchés  par  sa  taille  et  son  niveau  technologique,  la  Division Systèmes de Mission  de  Défense conçoit des équipements et des systèmes de mission pour avions, hélicoptères et drones militaires, bâtiments de surface et lutte sous la mer. Elle propose également une offre complète de services de maintenance en condition opérationnelle.  
Au sein de la Division Systèmes de Mission de Défense, le site d'Elancourt de Thales Systèmes Aéroportés regroupe différents domaines d'activités : Radars, Auto-protection, Spatial et Support Clients. 
L’application visée est la localisation d’émissions radar à partir d’un système de mesures passives réparti sur 2 avions en patrouille. La localisation par TDOA consiste : 
  • à mesurer les dates d’arrivée (Time of Arrival ou TOA) d’une même impulsions pour un couple appelé aussi patrouille (ou plusieurs couples) de porteurs dont les positions précises sont connues en temps absolu,  
  • à mesurer les différences de dates d’arrivée (TDOA) à l’intérieur de chaque couple puis à estimer la localisation 3D de l’émetteur à partir de plusieurs patrouilles ou d’une patrouille défilant.  
Il s’agit du problème dual de la localisation par GPS. 
L’attractivité opérationnelle de la localisation par TDOA est donc très grande car : 
  • Le délai de localisation est très court, propriété qui s’impose pour localiser les radars aéroportés, et qui devient incontournable  face  aux  émetteurs  radars  futurs :  ceux-ci  sont  en  effet  de  plus  en  plus  discrets  (temps d’émission court), et ils ont des caractéristiques radioélectriques de plus en plus agiles, ce qui rend leur pistage difficile, et rend la mise en œuvre de techniques monoporteur délicates, car elles nécessitent un défilement du porteur.  
  • La précision de localisation est améliorée jusqu’à environ un ordre de grandeur par rapport aux techniques de localisation  multiporteurs  classiques,  basées  sur  la  recherche  de  l’intersection  des  directions  d’arrivée mesurées par interférométrie 
 
Groupes / audience: