Le rendement électrique des calculs profite aussi de la loi de Moore

Liens

Les moyens de calcul ne sont pas seulement devenus moins coûteux, ils deviennent aussi moins gourmands en énergie, accompagnant  les tendances des processeurs, et la loi de Moore.

Les performances des calculateurs suivent celles des processeurs, et la loi de Moore, doublant tous les 18 mois depuis les années 1970. La conséquence est évidemment que le rendement électrique des calculs (le nombre d'opérations réalisées avec 1 kilowatt-heure) suit la même tendance.

Pendant combien de temps encore cela peut-il durer? En 1985, le physicien Richard Feynman a calculé que le rendement énergétique des calculateurs pourrait croitre d'un facteur 1011, et les comparaisons avec les valeurs calculées sur la courbe ci-contre (crédit Jonathan Koomey), calculée en 2009, et actualisée en 2012, montrent une progression d'un facteur environ 105 depuis cette  date. Il resterait donc encore une réserve potentielle de progression importante.
L'accroissement à long terme du rendement énergétique des calculs et des technologies reliées, devrait profondément modifier les modes de recueil et d'analyse des données. En particulier rendre possibles l'Internet des choses, des modes de contrôle industriel complexes, les modélisations à grande échelle.
Si ce taux de croissance continue, le rendement énergétique devrait croitre d'un facteur 100 dans les 10 ans à venir. Un vaste champ est donc ouvert pour de nouvelles applications et de nouveaux produits. On peut aussi se poser la question: besoin d'imagination, sur quelles innovations faudra-t-il compter pour y arriver?

Mais le système n'est qu'une partie de la solution, l'autre étant la manière dont sont traitées les données: le logiciel est aussi une source d'économie d'énergie. On pouvait s'en douter, mais c'est maintenant quantifié. Un article de la revue IEEE Micro (mars 2012), présente une série de mesures reliant logiciel et consommation d'énergie.
Les efforts sont donc à faire dans le domaine des algorithmes autant que dans celui des systèmes.

 

Groupes / audience: