Refroidissement des logements : ne refaisons pas l’erreur des chauffages d’appoint

20/10/2018
Publication REE REE 2018-4
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2018-4:23823
DOI :

Résumé

Refroidissement des logements : ne refaisons pas l’erreur des chauffages d’appoint

Auteurs

L’IA et l’industrie
L’intelligence artificielle : prothèse ou orthèse ?
Refroidissement des logements : ne refaisons pas l’erreur des chauffages d’appoint
26e Congrès de la Conférence générale des poids et mesures (CGPM) à Versailles
Gérard Mourou, prix Nobel de physique 2018
Transition énergétique : il est temps de redonner la priorité à l’électricité
Comment décarboner les transports lourds de marchandises ?
La RATP se met au vert
Autoconsommation : le débat ne fait que commencer
Un mix gazier 100 % renouvelable en 2050 : peut-on y croire ?
La fiscalité du carbone se renforce
Stratégie nationale bas carbone : les premiers indicateurs de résultats interpellent
Eoliennes flottantes : deux inaugurations importantes mais beaucoup d’incertitudes demeurent
Vers un cluster de l’hydrogène dans la région de Liverpool-Manchester
Les batteries Li-ion pour l’automobile : un marché en pleine évolution
Mobileye et le Road Experience Management (REMTM)
La cyber-sécurité dans les systèmes d'automatisme et de contrôle de procédé
Les applications industrielles et scientifiques des logiciels libres : aperçu général
Les applications industrielles des logiciels. libres
Les applications industrielles des logiciels libres (2ème partie)
L'identification par radiofréquence (RFID) Techniques et perspectives
La cyber-sécurité des automatismes et des systèmes de contrôle de procédé. Le standard ISA-99
Êtes-vous un « maker » ?
Entretien avec Bernard Salha
- TensorFlow, un simple outil de plus ou une révolution pour l’intelligence artificielle ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis se retirent de le l’accord de Paris
L’énergie et les données
Consommer de l’électricité serait-il devenu un péché ?
Un nouveau regard sur la conjecture de Riemann – Philippe Riot, Alain Le Méhauté
Faut-il donner aux autorités chargées du respect de la loi l’accès aux données chiffrées ?
Cybersécurité de l’Internet des objets : même les ampoules connectées pourraient être attaquées
L’Internet des objets - Deux technologies clés : les réseaux de communication et les protocoles (Partie 2)
ISA L’évolution des normes et des modèles
FIEEC - SEE - Présentation SEE et REE - mars 2014
Les radiocommunications à ondes millimétriques arrivent à maturité
L’Internet des objets - Deux technologies clés : les réseaux de communication et les protocoles (Partie 1)
Internet des objets : l’ARCEP et l’ANFR mettent à la consultation l’utilisation de nouvelles bandes de fréquence autour de 900 MHz
L’énergie positive
Controverses sur le chiffrement : Shannon aurait eu son mot à dire
La cyberattaque contre les réseaux électriques ukrainiens du 23 décembre 2015
Le démantèlement des installations nucléaires
L’Accord de Paris
Les data centers
L’hydrogène
Le piégeage et la récolte de l’énergie. L’energy harvesting
Régalez-vous, c’est autant que les Prussiens n’auront pas...
Le kWh mal traité Deuxième partie : le contenu en CO2 du kWh
Le kWh mal traité
Enova2014 - Le technorama de la REE
Les grands projets solaires du pourtour méditerranéen
Après Fukushima, le nucléaire en question ?
On sait désormais stocker les photons pendant une minute
Identification d’objet par imagerie fantôme utilisant le moment orbital angulaire
La découverte du boson de Higgs, si elle est avérée, confirmera le modèle standard
Multiplexage par moment angulaire orbital : mythe ou réalité ?
Supercalculateur quantique: le choix de la supraconductivité
Photovoltaïque : la course au rendement se poursuit
Production d’hydrogène par photolyse de l’eau assistée par résonance plasmon
Vers une meilleure compréhension du bruit de scintillation
Les nombres premiers en première ligne
La nouvelle révolution des moteurs électriques
Les cyber-attaques, un risque pour nos grandes infrastructures ?
Le stockage de l’électricité
Le véhicule électrique (2) : comment donner corps à la transition énergétique ?
L'automatisation des transports publics
Les technologies nouvelles de l’éclairage : leur impact sur l'environnement et la santé
Les énergies marines renouvelables
Le véhicule électrique : une grande cause nationale
Médaille Ampère 2012
Berges2009_Hauet.pdf
Prix Bergès 2009

Métriques

7
0
70.7 Ko
 application/pdf
bitcache://e42bbe8ccb072272ca172843cfc4c9233170976b

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2018-4/23823</identifier><creators><creator><creatorName>Jean-Pierre Hauet</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Refroidissement des logements : ne refaisons pas l’erreur des chauffages d’appoint </title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2018</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Sat 20 Oct 2018</date>
	    <date dateType="Updated">Sat 20 Oct 2018</date>
            <date dateType="Submitted">Tue 13 Nov 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">e42bbe8ccb072272ca172843cfc4c9233170976b</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>39592</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

129 Z REE N°4/2018 Jean-Pierre Hauet POINT DEVUE B eaucoup de gens ont souffert cet été de la cani- cule et ont dû quitter leur logement, le jour et même parfois la nuit, pour trouver refuge dans des endroits plus tempérés. Avec le réchauffement cli- matique, ces situations vont se renouveler de façon de plus en plus fréquente. Pour y remédier faut-il laisser nos concitoyens se ruer vers les climatiseurs mobiles, à l’efficacité médiocre et aux performances énergétiques incertaines ? Il est temps de réfléchir au confort d’été des logements. Au- delà de la nécessaire conception bioclimatique des logements, la climatisation des logements est désormais, sous nos latitudes, une solution à considérer. L’air conditionné est devenu une ba- nalité dans le cas des voitures, il est considéré comme un facteur de productivité dans le cas des locaux professionnels mais il est encore regardé, selon la doxa des économies d’énergie, comme un luxe voire un gaspillage dans le cas des logements. Certes le code de la construction ne l’interdit pas, dès lors que la température intérieure des locaux vient à excéder 26 °C, mais les règles de construction des bâtiments neufs et des bâti- ments existants constituent un frein très important au dévelop- pement de systèmes actifs de refroidissement intégrés aux bâti- ments et il semble que quelques % seulement des logements en soient équipés en métropole. Dans les logements neufs, il faut en particulier rentrer dans l’enveloppe des 50 kWh/m2 .an de consommation conventionnelle exprimée en énergie pri- maire, qu’il y ait ou non refroidissement. D’un point de vue environnemental, utiliser en été quelques kWh électriques fortement décarbonés pour la climatisation des logements ne semble pas une hérésie au regard des avantages qu’elle procure. C’est d’ailleurs sans doute le prix à payer pour que les logements hyperisolés, donc très économes en énergie en hiver, restent agréables à vivre en période de canicule. Mais on peut aller plus loin et le refroidissement des loge- ments est typiquement un usage où l’énergie solaire peut trou- ver localement une utilisation idéale. Les besoins à satisfaire et les disponibilités de la ressource sont synchrones : il fait plus chaud en été plus qu’en hiver et plus le soleil brille, plus les panneaux solaires sont capables de fournir de l’énergie électrique. Il existe en fait deux catégories de systèmes : les systèmes électriques com- portant des panneaux photovoltaïques alimentant une pompe à chaleur réversible, et les systèmes thermiques dans lesquels la compression mécanique du fluide frigorigène est remplacée par une compression thermique créée grâce à l’élévation de température du fluide. La cha- leur correspondante provient alors de panneaux solaires ther- r r miques. Les systèmes électriques ont vu leur prix considérable- ment baisser au cours des dernières années et constituent la solution la meilleure sur le plan économique mais aussi sur le plan environnemental. La climatisation, associée à l’énergie solaire, n’entraîne pas la création de poche de chaleur puisqu’aucune énergie externe additionnelle n’est apportée. Au contraire, la chaleur extraite des logements peut être utilisée pour le chauffage de l’eau chaude sanitaire. Lorsque la solution électrique est choisie, elle permet une augmentation du taux d’autoconsommation et donc une meilleure utilisation des installations d’autoproduction qui sont appelées à se développer. La canicule, c’est aussi la nuit lorsque les températures restent très élevées et incommodent fortement nos conci- toyens. Pour autant qu’il soit nécessaire, le refroidissement de nuit pourra être assuré à partir de l’énergie stockée dans des batteries, soit installées à demeure, soit équipant les véhicules électriques revenus à domicile en fin de journée, dans le cadre d’un système V2H ou Vehicle to Home. Enfin la climatisation électrique implique l’utilisation de pompes à chaleur réversibles et donc de solutions qui sont en hiver très performantes. Bien évidemment, l’installation d’un système de refroidisse- ment performant est une affaire de professionnels et doit être envisagée lors de la conception ou de la rénovation lourde des logements. Ne refaisons pas ici l’erreur des chauffages élec- triques d’appoint… Cela pose la question de la réglementation et nous ramène notamment au coefficient de conversion du kWh électrique en énergie primaire (le fameux 2,58) qui constitue un obstacle ma- jeur au développement des solutions élec- triques. Il faut mettre le sujet sur la table, des solutions doivent être trouvées dans le cadre de la future réglementation environ- nementale RE2020 : il en va du bien-être et de la santé de nos compatriotes, notam- ment des plus âgés et des plus jeunes d’entre eux. Q Refroidissement des logements : ne refaisons pas l’erreur des chauffages d’appoint Jean-Pierre Hauet est ancien élève de l’Ecole polytechnique et ingénieur au corps des mines. Il est rédacteur en chef de la REE et président du comité scientifique de l’association Equilibre des Energies.