Le bilan prévisionnel de RTE et le scénario Ampère

20/10/2018
Auteurs : Bruno Meyer
Publication REE REE 2018-4
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2018-4:23818
DOI :

Résumé

Le bilan prévisionnel de RTE et le scénario Ampère

Métriques

5
0
116.23 Ko
 application/pdf
bitcache://1601bc739295993f262c48e37b5dffe9187394ba

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2018-4/23818</identifier><creators><creator><creatorName>Bruno Meyer</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Le bilan prévisionnel de RTE et le scénario Ampère</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2018</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Sat 20 Oct 2018</date>
	    <date dateType="Updated">Sat 20 Oct 2018</date>
            <date dateType="Submitted">Tue 13 Nov 2018</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">1601bc739295993f262c48e37b5dffe9187394ba</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>39587</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

30 ZREE N°4/2018 Pourquoi un bilan prévisionnel offre-demande de l’électricité RTE élabore chaque année un bilan prévisionnel (BP) de l’équilibre offre et demande d’électricité, conformément à sa mission. Il vise à éclairer les décisions sur les choix éner- gétiques permettant de garantir une alimentation électrique sûre à un horizon donné et contribue à la programmation pluriannuelle des investissements de production d’électricité (PPI) réalisée par les pouvoirs publics. Le BP est réalisé en concertation avec l’ensemble des ac- teurs interagissant avec le système électrique : producteurs, fournisseurs, distributeurs, mais aussi ONG, think tanks, etc. En novembre dernier, l’édition 2017 a été présentée pour une période allant de l’hiver 2018-2019 à 2035. L’exercice a été mené en cohérence avec la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 7 août 2015, votée sous la présidence de François Hollande et qui prévoyait une baisse de la part du nucléaire dans le mix électrique français et une baisse des émissions de CO2 . Les détails sont publics sur le site de RTE : http://bpnumerique.rte-france.com. Ohm, Ampère, Hertz, Volt et Watt Ces physiciens illustres ont prêté leurs noms à RTE pour élaborer cinq scénarios possibles visant à décrire la transition énergétique, de l’hiver 2018-2019 à 2035. Pour tous les scénarios, la fermeture à horizon 2025 d’un nombre important de réacteurs nucléaires (de l’ordre de 24) doit être accompagnée d’une forte accélération du dévelop- pement des énergies renouvelables et de la construction de nouvelles centrales au gaz (plus de 11 000 MW) pour res- pecter l’objectif maximal de 50 % de production nucléaire à horizon 20251 . Les scénarios envisagés (Ohm, Ampère, Hertz, Volt et Watt) se différencient en fonction de l’ampleur donnée aux orientations suivantes : s LACROISSANCEDESÏNERGIESRENOUVELABLES s LAFERMETUREDERÏACTEURSNUCLÏAIRES s LÏVOLUTION DE LA CONSOMMATION ÏLECTRIQUE STABLE OU EN baisse dans toutes les simulations); 1 S’appuyant sur le bilan prévisionnel de RTE, Nicolas Hulot, alors mi- nistre de la transition écologique et solidaire, a confirmé le 7 novembre 2017 l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim lors de la mise en service de l’EPR de Flamanville. Néanmoins, la programmation plurian- nuelle de l’énergie (PPE) en cours de révision fixera de nouveaux objec- tifs pour la réduction du parc nucléaire. L’objectif de 50 % d’électricité nucléaire est jugé irréaliste si la France veut respecter ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le report de cet ob- jectif à 2035 a fait l’objet d’une annonce du Premier ministre, Edouard Philippe, le 5 septembre 2018. s LEDÏVELOPPEMENTDUVÏHICULEÏLECTRIQUE s LACROISSANCEDELAUTOCONSOMMATION Les principales caractéristiques de chacun de ces scénarios sont les suivantes en décrivant Ampère avec plus de détails : Scénario Ohm Pour atteindre l’objectif de réduction de la part du nu- cléaire à 50 % de la production en 2025, un effort sans pré- cédent est nécessaire pour développer les énergies renouve- lables. Ce scénario appelle une croissance du parc thermique et mène à un doublement en 2025 des émissions en CO2 du système électrique français. Scenario Ampère Ce scénario est fondé sur une hypothèse de réduction de la production nucléaire au rythme du développement effectif des énergies renouvelables. Il permet au système électrique de contribuer à l’objectif de réduction des émissions de CO2 . Le scénario permet une diversification du mix forte et rapide. Cette transition peut être accompagnée par le développe- ment de flexibilités (stockage, effacements de consomma- tion, pilotage de la recharge des véhicules électriques, etc.). À l’horizon 2030, la cible des 50 % de production peut être Figure 1 : Scénario Ampère. Principaux résultats et hypothèses à l’horizon 2035 – Source : RTE. Bilan prévisionnel 2017. Le bilan prévisionnel de RTE et le scénario Ampère+ ACTUALITÉS REE N°4/2018 Z 31 atteinte pour le nucléaire, tout comme l’objectif des 40 % de production pour les énergies renouvelables. En 10 ans, 18 réacteurs nucléaires sont fermés, tandis que la production d’origine renouvelable doit plus que tripler par rapport à au- jourd’hui. Une fois l’objectif de 50 % de nucléaire atteint, le parc nucléaire n’évolue plus entre 2030 et 2035. Au cours de la période considérée, le système électrique français serait de plus en plus exportateur, sous l’effet d’un accroissement de la production d’origine renouvelable et contribuerait donc positivement à la balance commerciale. À l’horizon 2035, les évolutions des mix de production en France et en Europe renforcent les besoins de mutualisation entre pays sur le plan technique (pour gérer l’intermittence) et sur le plan économique (pour utiliser au mieux et au bénéfice de la collectivité le potentiel de production du parc électrique). Scénario Hertz La cible des 50 % de production nucléaire peut être at- teinte en 2030. Ce scénario vise une émission de CO2 com- parable au niveau actuel sur toute la période. Ce pilotage par les émissions appelle au développement d’énergies renou- velables, mais aussi du parc thermique. Mais pour ce dernier, l’économie reste fragile au fur et à mesure que se développe- ra le parc d’énergies renouvelables. Scénario Volt Diversification du mix énergétique plus progressive que dans les autres scénarios. La fermeture de neuf réacteurs nu- cléaires est possible d’ici 2035 sur des bases économiques et la part de cette filière serait de l’ordre de 55 % du total. C’est le scénario le plus performant en termes d’émissions de CO2 . Scénario Watt Il s’agit d’un scenario de rupture. La production d’énergie renouvelable s’établit à 70 % du mix en 2035. Au vu des technologies actuelles, il nécessiterait l’installation massive de nouveaux moyens de production thermique. Le maintien de la sécurité d’alimentation représente dans ce cas un véri- table enjeu et repose sur tous les leviers envisageables (effa- cement, stockage, etc.). La variante Ampère+ Le 6 juillet dernier, lors de la réunion de la Commission « Perspectives système et réseau », RTE a présenté une va- riante Ampère+. Il est le fruit de demandes faites à RTE de diverses parties prenantes d’analyser une variante d’Ampère avec l’arrêt de réacteurs nucléaires se poursuivant au-delà de 2030. Par rap- port au scénario Ampère, Ampère+ prévoit la fermeture de 11 réacteurs supplémentaires entre 2030 et 2035, sans aug- menter par ailleurs la taille du parc thermique. La puissance nucléaire installée se trouve ramenée à 38,5 GW en 2035 qui assurent alors 41 % de la production d’électricité. Les résultats indiquent que sans la mobilisation de moyens de flexibilité supplémentaires, la sécurité d’alimentation n’est pas assurée. Il faudrait donc recourir à des gisements de flexi- bilité nouveaux mobilisables pour combler ce déficit capaci- taire (figure 2). En outre, la capacité d’exportation française diminuerait de 44 TWh par rapport au scénario Ampère. En conséquence, la fermeture de réacteurs supplémentaires aurait un impact haussier sur les émissions de CO2 du système électrique français (+1 Mt/an) mais surtout européen (+8 Mt/an). Enfin, la fermeture de réacteurs nucléaires supplémen- taires entraîne un coût supplémentaire pour le système élec- trique français (+700 MF/an) mais réduit le besoin de sou- tien aux énergies renouvelables. Ces travaux sont disponibles sur la partie publique du site de concertation des clients de RTE : www.concerte.fr Q Bruno Meyer Figure 2 : Scénario Ampère + : modalités de comblement possible d’un déficit de capacité de 6,8 GW résultant de la fermeture de 11 réacteurs supplémentaires par rapport au scénario Ampère. ACTUALITÉS