Curie, le supercalculateur à 2 petaflops, en service le 1er mars

Version imprimableversion PDF

Avec plus de 80000 cœurs, le supercalculateur Curie installé à Bruyères-le-Châtel, doit atteindre une puissance de calcul de 2 petaflops(floating-point operations per second - 10 puissance 15 - un million de milliards d'opérations par seconde)

1er mars 2012: entrée en service du supercalculateur Curie, qui représente un outil de travail précieux pour les scientifiques français et européens. Il a été conçu par Bull et financé par le Genci (Grand équipement national de calcul intensif), une société civile détenue à 49 % par l’État, par le CEA (20 %), le CNRS (20 %), les universités (10 %) et l’Inria (1 %).
Cet ordinateur est installé près de Paris, à Bruyères-le-Châtel, au TGCC (Très Grand Centre de Calcul) du CEA, et comporte 10080 processeurs octo-cœurs Intel® Xeon® nouvelle génération soit 80640 cœurs; il voisinera un autre champion déjà en place, Tera-100, , mais lui, servira à des projets de recherche français et européens, notamment dans les domaines de la climatologie, des sciences de la vie et de l’astrophysique. Le Tera-100, avec plus d'un petaflop, est pour l'instant le supercalculateur le plus puissant d'Europe mais reste uniquement dédié aux besoins militaires et plus précisément aux simulations de l'arme atomique. On est encore loin du record du supercalculateur K japonais de 8 petaflops installé mi-2011.
.

Groupes / audience: