Les TIC et la lutte contre la perte d’autonomie

Pourra-t-on, demain, vieillir dignement dans son domicile ? 12/03/2014
Auteurs : André Thépaut
OAI : oai:www.see.asso.fr:1301:2014-1:10117
DOI : http://dx.doi.org/10.23723/1301:2014-1/10117You do not have permission to access embedded form.

Résumé

Les TIC et la lutte contre la perte d’autonomie

Média

0:00
available

Métriques

0
0
312.58 Ko
 application/pdf
bitcache://4e9522226dd2df1b1661f315c3b8ef3048b81b54

Licence

Creative Commons Aucune (Tous droits réservés)
<resource  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
                xmlns="http://datacite.org/schema/kernel-4"
                xsi:schemaLocation="http://datacite.org/schema/kernel-4 http://schema.datacite.org/meta/kernel-4/metadata.xsd">
        <identifier identifierType="DOI">10.23723/1301:2014-1/10117</identifier><creators><creator><creatorName>André Thépaut</creatorName></creator></creators><titles>
            <title>Les TIC et la lutte contre la perte dâautonomie</title><title>Pourra-t-on, demain, vieillir dignement dans son domicile ?</title></titles>
        <publisher>SEE</publisher>
        <publicationYear>2014</publicationYear>
        <resourceType resourceTypeGeneral="Text">Text</resourceType><dates>
	    <date dateType="Created">Wed 12 Mar 2014</date>
	    <date dateType="Updated">Sun 27 Aug 2017</date>
            <date dateType="Submitted">Mon 18 Sep 2017</date>
	</dates>
        <alternateIdentifiers>
	    <alternateIdentifier alternateIdentifierType="bitstream">4e9522226dd2df1b1661f315c3b8ef3048b81b54</alternateIdentifier>
	</alternateIdentifiers>
        <formats>
	    <format>application/pdf</format>
	</formats>
	<version>33369</version>
        <descriptions>
            <description descriptionType="Abstract"></description>
        </descriptions>
    </resource>
.

REE N°1/2014 ◗ 25 LES GRANDS DOSSIERsIntroduction Toutes les données statistiques montrent que le vieillissement de la population, déjà sensible dans notre pays et dans tous les pays occiden- taux, s’accentuera considérablement dans les prochaines années. Ce vieillissement induit une demande croissante de la part des personnes âgées pour bien vivre et ceci pose un défi à nos sociétés. Les technologies de l’information et de la communication peuvent apporter des réponses au besoin d’autonomie, de communi- cation, de sécurité, d’intégration ou de réintégra- tion dans la société, qu’éprouvent les personnes âgées. Comment bien vieillir ? Les personnes âgées souhaitent majoritairement vieillir di- gnement dans leur domicile. Celui-ci devra s’adapter et évo- luer afin d’accompagner la personne, lui faciliter le maintien de ses activités, compenser ses éventuelles dépendances... Le dernier terme, utilisé surtout en gériatrie, renvoie à des incapacités physiques ou cognitives, qui dans l’esprit courant sont synonymes de perte d’autonomie. Mais une personne en situation de handicap physique, dont l’acuité visuelle ou auditive diminue, dont les déplacements deviennent plus difficiles peut néanmoins rester autonome. Le présent dos- sier n’aborde pas les problèmes liés aux handicaps physiques pour lesquels il est bien connu que les TIC peuvent appor- ter des solutions palliatives efficaces. Il n’aborde pas non plus les pathologies liées à la maladie, un état temporaire, pour lequel les soins bénéficient d’avancées technologiques majeures. Ces sujets feront peut-être l’objet d’un dossier dans un numéro ultérieur de la REE. Nous traitons ici de la perte d’autonomie liée au vieillissement des personnes et au moyen de la pallier grâce au recours à des solutions techno- logiques nouvelles. L’apparition de produits technologiques adaptés, intégrés dans le domicile ou au design travaillé s’ils sont visibles, permettra de proposer de véritables orthèses1 physiques ou même cognitives qui viendront compenser une fonction déficiente. La maison deviendra « intelligente ». Le concept “smart home” va remplacer l’ancienne domotique. Les 1 Une orthèse est un appareillage qui compense une fonction absente ou déficitaire, assiste une structure articulaire ou musculaire, stabilise un segment corporel pendant une phase de réadaptation ou de repos, par opposition à la prothèse qui remplace un élément manquant (Wikipedia). progrès réalisés dans l’informatique enfouie, les objets connectés, la robotique d’assistance permettent d’envisager le déploiement de nouveaux services qui correspondent vraiment aux besoins des habitants. Lors du dernier Consumer Electronics Show de Las Vegas, les visiteurs ont pu avoir un aperçu de la déferlante des objets connectés bientôt présents à nos domiciles : gestion des ouvrants ou du chauffage à partir de son smart- phone, serrures télécommandables, porte-clés « intelligents », etc. Google, généralement bien au fait des tendances du marché, vient par exemple de racheter la société Nest, spécialisée dans les thermostats connectés. Si de nombreux équipements permettant d’améliorer la vie des personnes fragiles sont déjà disponibles, nous as- sistons depuis quelques années à l’émergence de la « do- momédecine ». Ce concept, proposé par l’Académie des technologies2 , montre comment le domicile accompagnera la personne fragile... Ainsi grâce à des dispositifs intégrés dans l’environne- ment, connectés et d’un coût abordable, le domicile sera le lieu privilégié pour mesurer ses paramètres biologiques, physiologiques, actimétriques. Des systèmes permettant l’analyse de la qualité du sommeil, l’aide à l’endormis- sement, la mesure de poids (balances connectées), le contrôle des habitudes alimentaires par une fourchette et une assiette connectées, sont déjà disponibles ; ils laissent présager une généralisation de services liés au bien-être et même à la santé. Du fait de l’allongement de la durée de vie, le nombre de personnes souffrant de déficiences (audition, vision, mobi- lité, etc.) ou de maladies (cancer, diabète, arthrose, etc.) est en forte augmentation. Si les soins étaient de qualité équi- valente à ceux proposés en milieu hospitalier, de nombreux patients accepteraient d’être soignés à domicile. En France des services seront imaginés, réalisés et tes- tés dans des Living Labs Santé Autonomie3 . Cette initiative, 2 « Le patient, les technologies et la médecine ambulatoire », sous la direction de Francis Lévi et Christian Saguez, rapport de l’Académie des technologies, 2008. 3 « Pertinence et valeur du concept de « Laboratoire vivant » (Living Lab) en santé et autonomie », R. Picard, Conseil Général de l’Industrie, de l’Energie et des Technologies, juillet 2011. Les TIC et la lutte contre la perte d’autonomie Pourra-t-on, demain, vieillir dignement dans son domicile ? André Thépaut Directeur d’Etudes à Télécom Bretagne 26 ◗ REE N°1/2014 LES GRANDS DOSSIERs Introduction portée au niveau national par Robert Picard et Antoine Vial, vise à rassembler dans des mêmes lieux et surtout dans une même démarche, les différents acteurs de la conception du nouveau produit ou du nouveau service. L’association, dès le début du projet, de toutes les parties prenantes (les usa- gers, leur famille, les professionnels de santé, les ingénieurs, les spécialistes des sciences humaines, les économistes de la santé, les collectivités, etc.) permettra de répondre aux vrais besoins des personnes âgées en évitant de réaliser des « ruines technologiques ». Enfin il faut noter que l’économie liée au vieillissement peut être une opportunité porteuse de nouveaux emplois pour notre pays. Plusieurs rapports récents (en particulier le rapport de la commission « Innovation 2030 » présenté par Anne Lauvergeon4 en octobre 2013) montrent l’intérêt pour notre pays de fournir des réponses au besoin de person- nalisation de l’assistance à domicile par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication. Cette filière, baptisée Silver Economie, est appelée à se développer très fortement dans les prochaines années ; elle regroupe tous les acteurs chargés de créer des services ou des pro- duits pour l’autonomie des plus fragiles. Comme on le voit, le sujet est très vaste et ce dossier de la REE ne peut prétendre à l’exhaustivité. Nous nous focalisons dans ce numéro sur l’habitat du futur, lequel devra faciliter la vie des personnes en perte d’autonomie, en apportant des services liés aux loisirs, à la sécurité, à la santé et plus géné- ralement au bien-être. Orange, opérateur historique des télécommunications, a l’ambition d’être un acteur important du domaine et nous présente plusieurs solutions destinées aux personnes fra- giles. Nous avons ensuite donné la parole à plusieurs ac- teurs académiques afin qu’ils nous exposent les recherches menées actuellement dans les laboratoires et les conditions d’acception de ces produits innovants. Thierry Zylberberg et Nadia Frontigny, de la branche Orange Healthcare, rappellent l’implication de l’opérateur historique dans l’accompagnement des personnes fragiles. Ils soulignent que, face à la complexité de l’organisation des services à la personne en France, les entreprises innovantes éprouvent les plus grandes difficultés à déployer largement leurs produits et services. L’identification d’un opérateur de services, qui servirait de coordinateur entre les nombreux acteurs de la filière et les instances publiques, permettrait, enfin, d’accélérer la diffusion des services vers les personnes âgées. La chute est le principal risque que rencontre une per- sonne âgée dans son domicile, avec une prévalence de 4 « Un principe et sept ambitions pour la France », Rapport de Anne Lauvergeon, 11/10/2013 accessible sous http://www.innovation2030. org/pdf/Rapport_Innovation_BDV4.pdf 10 à 25 % chez les personnes de plus de 65 ans. Plus de 450 000 chutes de personnes âgées nécessitent chaque année un recours aux services d’urgence. Plus de 4 000 décès sont directement liés à ces chutes. Les conséquences (physiques, psychologiques) de la chute sont d’autant plus importantes que la personne a passé plus de temps au sol avant l’arrivée des secours. L’enjeu pour détecter, anticiper ou même prévenir la chute est donc important. Jérôme Boudy et son équipe travaillent depuis une di- zaine d’années sur le traitement multimodal des données hétérogènes issues de capteurs portés par la personne ou répartis dans le domicile. L’article présenté dans ce dossier décrit plusieurs méthodes de fusion de données et met en avant plusieurs pistes de recherche prometteuses. L’article de Patrick Boissy et al. souligne que l’impact de la médecine à domicile est encore trop faible. Outre les contraintes juridiques et organisationnelles, les auteurs montrent que le principal obstacle au développement géné- ralisé des actes médicaux à distance provient des usagers eux-mêmes. Quelques pistes pour améliorer l’acceptabilité de cette pratique dans le cas d’affection de longue durée sont présentées. La robotique, moins onéreuse que les aides à domicile, assistera les personnes dans leur tâche quotidienne. Par exemple, le Japon, confronté au vieillissement de sa popula- tion avant les autres pays, est devenu un vrai laboratoire de mise au point d’innovation destiné aux seniors. Dans ce pays, où les plus de 65 ans représentent déjà 20 % de la popu- lation (soit 25 millions de personnes), les industriels font le pari de la robotique de service, qui après avoir répondu aux demandes de l’industrie automobile, pourrait satisfaire celles des personnes dépendantes. Mais qu’en est -il de la France ? Dans un article sur « Les robots compagnons », Brigitte Le Pévédic et Céline Jost nous montrent comment les robots humanoïdes ou animaliers pourraient assister prochainement les personnes en situation de dépendance. En effet, si les robots domestiques, comme les aspirateurs mobiles, com- mencent à être largement déployés, la diffusion de robots humanoïdes rencontre à présent un succès croissant. Ainsi la société Aldebaran Robotics, créée en 2005 par Bruno Mai- sonnier et dont le directeur technique Jean-Christophe Baillie a obtenu le prix Alain Glavieux en 20135 , a-t-elle déjà vendu plus de 5 000 exemplaires de NAO (cf. photo de couverture du présent numéro de REE). Ce robot humanoïde, program- mable, embarque des technologies innovantes en matière de vision, de suivi de visage, de reconnaissance et de synthèse vocales, de capacité de mouvement et tactile qui en font une 5 Voir la rubrique Flash Infos dans ce numéro. REE N°1/2014 ◗ 27 LES GRANDS DOSSIERsIntroduction plate-forme privilégiée pour l’étude de l’apport des robots compagnons pour l’assistance à la personne. Les robots ne remplaceront jamais l’aide humaine mais ils peuvent repré- senter un complément pour assister la personne et soulager les aidants ; des efforts importants en termes de fiabilité, d’interaction entre l’homme et la machine doivent encore être menés pour vaincre les réticences, améliorer l’acceptabi- lité et la confiance dans la machine. L’assistance à domicile des personnes âgées implique des adaptations importantes des logements, c’est pourquoi nous présentons successivement deux éclairages prometteurs. Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (établissement public au service de l’innovation du bâtiment) et le GIE Handiservice exposent chacun leur vision originale d’une structure ou même d’un écosystème qui permet- trait un déploiement à grande échelle des applications domotiques. Alain Anfosso, responsable du pro- jet GERHOME (GERontology at HOME) au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment de Sophia Antipolis, montre comment le centre joue un rôle fédé- rateur, à l’articulation des besoins des usagers et des expertises scientifiques. Il propose de mettre en place un label qui s’appuiera sur un système d’informations décrivant le bâ- timent. Cet écosystème commun et partagé permettra, sur le modèle de l’Apple Store, de proposer des applications domo- tiques qui pourront dès lors être déployées à grande échelle. Il conviendra d’anticiper, dès leur conception, l’adaptation des bâtiments à la perte d’autonomie. Les habitats collectifs ou individuels devront s’adapter, à moindre coût, aux patho- logies des personnes fragiles. Fernand Rigola (GIE Handi- service) montre que l’évolution de la dépendance pourra être compensée par des aides techniques appropriées elles- mêmes évolutives. Il démontre que le GIE Handiservice, qu’il a créé et continue d’animer, est une structure juridique appropriée qui permet à tous les acteurs concernés (industriels, dis- tributeurs, installateurs, etc.) de mener à bien des projets concrets. Plusieurs réalisations originales viennent illustrer ce propos. En guise de conclusion nous allons émettre un vœu de début d’année : que les technologies innovantes présentées dans ce dossier REE rencontrent rapi- dement leur marché afin de bénéficier au plus grand nombre, et que les entre- prises françaises profitent de cette for- midable opportunité qu’est le désir de « bien vivre » des seniors. ■ La révolution du Bien vieillir en France Les technologies numériques au cœur de la transformation de l’action sociale Par Thierry Zylberberg, Nadia Frontigny .............................................................................................................................. p. 29 Fusion de données pour la télévigilance médicale Par Jérôme Boudy ........................................................................................................................................................................... p. 36 L’acceptabilité et l’adoption de la télémédecine par les personnes atteintes d’affections de longue durée Perspective sur les enjeux technologiques, sociaux et éthiques Par Patrick Boissy, Vanessa Chenel, Johane Patenaude .................................................................................................... p. 44 Les robots compagnons, nos amis de demain ? Par Brigitte Le Pévédic, Céline Jost ......................................................................................................................................... p. 53 Encadré 1 : Le CSTB et les services numériques innovants dans l’habitat Par Alain Anfosso ............................................................................................................................................................................p. 61 Encadré 2 : Le GIE Handiservice, promoteur de la domotique adaptative Par Fernand Rigola .........................................................................................................................................................................p. 64 les articles André Thépaut est directeur d’études à Télécom Bretagne. Il a obtenu sa thèse de doctorat informatique en 1995 et coordonne l’équipe HAAL du Lab-STICC (CNRS UMR 6285). Ses travaux concernent principale- ment la conception et le développement de services destinés à soulager le quotidien des personnes dépendantes et en particulier des personnes âgées. A. Thépaut a coordonné ou est à l’origine de plusieurs projets nationaux sur cette théma- tique. Il est l’auteur de plus de 50 publica- tions scientifiques et a déposé cinq brevets. Très attaché à la pédagogie par projets, il est à l’origine du colloque « Questions de pédagogie dans l’enseignement supérieur ». (http://www.colloque-pedagogie.org). Quels sont les principes de fonctionnement des antennes en rupture pour les applications de détection, de localisation et de navigation? Cet ouvrage propose une étude détaillée des dernières technologies d’antennes reconfigurables, intégrées, térahertz, déformables, ultra large bande, utilisant des métamatériaux ou des MEMS. Il analyse comment ces nouvelles antennes ouvrent la voie à une large gamme d’applications allant de la sécurité et des communi- cations jusqu’aux radars multifonctions, aux sonars tractés ou aux systèmes de navigation par satellites. Antennes non-standard est une étude de référence pour les concepteurs, les laboratoires de recherche ou l’industrie. Il répond aux besoins suivants : • connaissance de l’évolution rapide des architectures de capteurs utilisant les nouvelles technologies d’antennes utilisées dans les communications MIMO, les senseurs RF multifonctions, les capteurs à émission et réception spatiotemporelle pour la navigation ou la détection ; • analyse des concepts innovants tels que l'intégration des antennes et des récepteurs, l'emploi d'antennes déformables et accordables ou l'usage des méta- matériaux pour réduire l’encombrement des antennes; • synergie entre les experts en antennes et en traitement du signal afin de favoriser l’innovation dans les senseurs et les systèmes de communication ; • fertilisation croisée entre les différents domaines d’applications, de commu- nication, détection, navigation, avec des senseurs acoustiques, radio-fréquences ou térahertz. Cet ouvrage a été coordonné par François Le Chevalier (TU Delft), Dominique Lesselier (L2S) et Robert Staraj (LEAT) dans le cadre d’une animation scientifique conjointement organisée par la SEE et le GDR « Ondes » du CNRS. 149 e • 464 pages • 16 x 24 • relié • 2010 • ISBN : 978-2-7462-2995-2 Introduction - François LE CHEVALIER 1. Alternative formation de voies/diversité pour les communications en voie descendante - Luc FÉTY, Danilo ZANATA FILHO, João Marcos TRAVASSOS ROMANO et Michel TERRÉ 2. Les antennes acoustiques pour les applications à l’imagerie médicale et leurs avancées récentes - Marc LETHIECQ, Franck LEVASSORT et Louis-Pascal TRAN-HUU-HUE 3. Émission colorée spatio-temporelle pour les radars aéroportés François LE CHEVALIER 4. Concepts d’antennes multifonctions : une opportunité pour les radars ULB ? Joël LEMORTON, Christophe LE MOINE, Christian DELHOTE et Florent CHRISTOPHE 5. Antenne réceptrice électro-optique sur polymère - Annabelle SCARFACI, Sylvain LE TACON, Arnaud GARDELEIN, Fabrice ODOBEL, Errol BLART, Éric TANGUY, Hartmut GUNDEL, Nicolas BREUIL et Tchanguiz RAZBAN 6. Micro-antennes large bande pour applications térahertz Alain KREISLER, Ibrahim TÜRER, Xabier GAZTELU, Alexander SCHEURING et Annick DÉGARDIN 7. Source millimétrique bifréquence - Jean-Pierre ADAM et Yannick BÉNIGUEL 8. Antennes imprimées reconfigurables - Robert STARAJ 9. Antennes large bande et conducteurs magnétiques artificiels - Xavier BEGAUD 10. Considérations sur l’utilisation d’une surface haute impédance en association avec un dipôle rayonnant - Olivier MAAS, Habiba OUSLIMANI et Luyang ZHOU 11. Approches avancées en radiogoniométrie - Pascal CHEVALIER et Anne FERRÉOL 12. Antennes multifonctions aéroportées - Michel SOIRON, Maxime ROMIER et Christian RENARD 13. Sonar actif : levée d’ambiguïté droite/gauche sur antenne à triplet très basse fréquence - Yves DOISY 14. Localisation haute précision de sources depuis un aéronef Thierry DELOUES, Dominique MÉDYNSKI et Dominique LE BIHAN 15. Grandes antennes déformables terrestres - Guillaume LESUEUR 16. Aide à l’atterrissage/décollage - Pascal CORNIC 17. Antibrouillage pour la navigation satellitaire - Franck LETESTU, Fabien BERNARD et Guillaume CARRIE 18. Systèmes antennaires ultra large bande - Joël ANDRIEU et Michèle LALANDE 19. Conception conjointe entre antenne et LNA pour application ultra large bande Michaël PELISSIER, Serge BORIES, Raffi BOURTOUTIAN et Christophe DELAVEAUD 20. Prise en compte des antennes par décomposition en harmoniques sphériques vectorielles dans les outils de simulation par tracé de rayons de canaux de propagation ultra large bande - Roxana BURGHELEA, Stéphane AVRILLON et Bernard UGUEN Bibliographies / Index Sommaire 14,ruedeProvigny94236Cachancedex,France•tél.:+33(0)147406700•fax:+33(0)147406702•e-mail:info@Lavoisier.fr sous la direction de François LE CHEVALIER, Dominique LESSELIER, Robert STARAJ Collection SEE Lavoisier 14, rue de Provigny F-94236 CACHAN CEDEX www.Lavoisier.fr ® Adresse de facturation: TVA/VAT: .................................................................................................... société/organisme/service: ......................................................................... ................................................................................................................... nom/prénom: ............................................................................................. fonction: ..................................................................................................... adresse: ...................................................................................................... code postal: ............................. ville: ...................................................... Pays: .......................................................................................................... tél.: ........................................... fax :......................................................... e-mail: ....................................................................................................... adresse complète de livraison(si différente): ............................................... ................................................................................................................... .................................................................................................................... ® Règlementjoint par : Franco de port (UE, Suisse) / Frais de port : 10 e (Autres pays) J bon de commande administratif J chèque (à l’ordre de Lavoisier) J habituel entre nous J carte bleue /Visa / Eurocard / Mastercard date d’expiration: n° de carte: notez les 3 derniers chiffresdu n° au verso de votre carte bancaire : À faxer au:+33 (0)1 47 40 67 02 ou à renvoyer à l’adresse ci-dessous. Renseignements complémentaires sur les ouvrages au:+33 (0)1 42 65 39 95, suivi de votre commande au:+33 (0)1 47 40 67 00 • LE CHEVALIER/LESSELIER/STARAJ : ……ex. 149 e Antennes non-standard ISBN: 978-2-7462-2995-2 date, signature, cachet Bon de commande Antennes non-standard Nouvelles technologies pour les architectures de capteurs